Navigation – Plan du site
Articles
15

Le docufiction l’Odyssée de l’espèce. Analyse didactique et pistes d’exploitation en classe de terminale S

The movie Odyssey of the species: analysis and suggestions to study in classroom
Yannick Rech et Eric Triquet

Résumés

L’évolution de la lignée humaine est un thème fort des programmes français de sciences de la vie et de la Terre pour le collège et lycée. Il est par ailleurs au cœur de docufictions télévisés qui en proposent une mise en scène par le récit. Le souci de réalisme rivalise ici avec l’imaginaire de la fiction. Si des anthropologues de renom ont apporté leur caution à ces films « grand public », le scénario comme la réalisation, révèlent une certaine prise de liberté par rapport aux données scientifiques. Plutôt que d’ignorer ces supports dont le succès auprès des jeunes a surpris autant les chercheurs que les diffuseurs des grandes chaines de télévision, il nous est apparu particulièrement intéressant de pouvoir les présenter à des élèves dans une perspective critique. Ce choix est à l’origine d’un travail de mémoire de master professionnel en didactique des sciences (Master IC2A, Université Joseph Fourier Grenoble 1). Cet article se fait l’écho du travail de conception d’une séquence didactique conçue pour un enseignement de Terminale scientifique. Après un bref cadrage introductif, nous développons  une double analyse – scientifique et médiatique – d’un extrait emblématique du film l’Odyssée de l’espèce de Jacques Malaterre (2003), choisi ici comme exemple. Prenant appui sur ce travail, la partie qui suit propose des pistes d’exploitation pour la classe. Ces dernières s’appuient sur les points forts de ce genre télévisuel tout en cherchant à composer avec les écueils, lacunes et approximations repérés préalablement, grâce à des documents complémentaires. Au-delà des objectifs liés aux connaissances en jeu, il s’agit par là d’offrir un moment scolaire d’« éducation au média », objectif également inscrit dans les programmes d’enseignement.

Haut de page

Historique

Soumis 1er avril 2012. Accepté 9 janvier 2013

Texte intégral

1 Introduction

1Les sciences comme les récits tentent d’expliquer le monde ou des aspects du monde. Pour Jérôme Bruner (2002), psychologue de l’éducation, les récits aident à construire et à inventer le passé et l’avenir, dans un processus où mémoire et imagination se mêlent et se nourrissent. Mais, pour les épistémologues des sciences, il en va de même, de la production scientifique. C’est une réalité (re)construite que les scientifiques nous décrivent. Elle est le produit de leur imagination – soumis au crible de l’expérience – et non une traduction « en miroir » des faits et phénomènes du monde tels qu’ils se déroulent ou ont pu se dérouler dans la nature. Dans les deux cas des mondes possibles son postulés, esquissés, mis à l’épreuve (Triquet, 2012). La vulgarisation scientifique a, depuis déjà fort longtemps, tiré parti de ces parentés entre science et récit. De ce point de vue Jules Verne a ouvert une voie empruntée et actualisée par nombre d’écrivains, journalistes et réalisateurs de films scientifiques. La télévision, notamment, finance aujourd’hui à grands frais des « docufictions » destinés à un large public.

2Ce genre hybride se caractérise par un couplage étroit entre d’une part une volonté de réalisme et une recherche d’authenticité portées par la composante documentaire et d’autre part par le souci de laisser libre cour à l’imaginaire de la fiction. Dès lors, la visée est double, également -informative et de distraction – portant là comme un défi des ambitions aussi louables que délicates à tenir. Ce mélange des formes et des fonctions sous un seul vocable ne suffit pas à masquer les hésitations qui demeurent quant à son statut. Pour Yves Jeanneau, responsable des documentaires à France Télévision cité par Veyrat-Masson (2008), le docufiction est à considérer comme « un documentaire à dominante fictionnelle » ou un « vrai documentaire sous la forme d’une fiction ». Mais comme l’explique Jacques Malaterre à propos de son docufiction l’Odyssée de l’espèce que nous avons choisie pour étude, le docufiction est aussi une fiction. Dès lors, pour Veyrat-Masson (2008, p. 100), face aux images qui lui sont présentées, le téléspectateur doit changer d’univers mental et prendre conscience qu’elles ne sont pas évaluables en terme de vérité par rapport à la réalité (décrite par les scientifiques) mais en terme de vraisemblance. Et là est la principale difficulté sur laquelle nous souhaitons faire travailler les élèves.

3La question qui est au cœur de notre étude est de déterminer dans quelle mesure un document filmique de ce type, destiné à un « tout public » et conçu avant tout dans un objectif de divertissement culturel, peut trouver sa place à l’Ecole au niveau d’un enseignement sur l’évolution de la lignée humaine. C’est ici le potentiel « médiatique » de l’Odyssée de l’espèce que nous avons souhaité exploiter en réfléchissant aux conditions de son utilisation en classe, au regard de ses atouts mais aussi limites, mis au jour par notre analyse préalable. Prenant appui sur ce travail, la partie qui suit propose des pistes d’exploitation pour une classe de Terminale scientifique dans le chapitre consacré à l’évolution de la lignée humaine.

4L’étude présentée dans cet article est tirée d’un mémoire de master 2e année en didactique des sciences(mémoire de Yannick Reich, 2011, sous la direction de Eric Triquet; master IC2A, université Grenoble 1). Le plan retenu tient en quatre points :

- une présentation de film l’Odyssée de l’espèce ;
- un bref cadrage sur les éléments scientifiques en jeu dans ce récit ;
- une analyse des conséquences de la mise en récit sur le discours scientifique véhiculé ;
- une proposition de pistes didactique pour l’exploitation de ce docufiction en classe en lien avec des documents complémentaires.

2 L’Odyssée de l’Espèce

5L’Odyssée de l’Espèce est une production de « France Télévision Distribution » sortie sur les écrans en 2002. Elle a été réalisée avec le concours de scientifiques de premier plan comme Yves Coppens (directeur scientifique). Elle a été conçue pour être diffusée en « prime time » sur France 3 à une heure de grande audience. Ce film est à rattacher à un type de support audio-visuel qui mêle fiction et apports scientifiques au cœur même d’un récit. Sur le plan de la mise en scène, il apparaît caractérisé par un important travail de reconstruction visant à donner un maximum d’effets réalistes.

6Jacques Malaterre a fait le choix de présenter l’évolution de la lignée humaine comme une odyssée (d’où le titre), au sens d’une épopée faite de multiples rebondissements. D’une durée de 90 minutes, le récit est porté par le commentaire de Charles Berling, pleinement inscrit dans la narration.

7Le film débute par une introduction présentant de manière succincte les particularités de la lignée humaine. La problématique, qui demeure largement implicite, consiste à se demander comment des innovations évolutives majeures, telles que la bipédie, ont pu apparaître et se transmettre jusqu’à nous. Le spectateur est invité à s’immerger dans l’odyssée qui lui est contée, en lui affirmant qu’il s’agit de sa propre histoire, ou tout au moins celle de « ses aïeux ». Faisant suite à cette introduction, le premier chapitre de l’histoire des hominidés commence avec l’apparition de la bipédiedécrite dans une longue scène de près de dix minutes. Dans le cadre de cet article, nous avons fait le choix de nous recentrer sur l’étude de ce seul extrait à la fois fondateur et emblématique du récit qui nous est conté. Comme l’ensemble du contenu du docufiction il est soumis à une analyse qui porte à la fois sur la forme (la narration) et sur le fond (les savoirs scientifiques en jeu). De fait, avant d’entrer dans l’analyse proprement dite, il convient de poser les principaux éléments du cadre scientifique dans lequel s’inscrit le récit.

3 Cadre scientifique

3.1 Evolution linéaire versus évolution buissonnante

8Cette idée, à la base des conceptions modernes de l’évolution se heurte à une représentation de l’évolution cheminant du simple au complexe. Ce point est dénoncé par de nombreux scientifiques, dont Guillaume Lecointre (2004, 2009). Pour lui il est clair qu’une telle vision vient satisfaire notre tendance à l’anthropocentrisme « naturel » dans la mesure où l’homme est placé au sommet de la hiérarchie ainsi établie. Mais, comme il le souligne, les scénarios fondés sur une telle linéarité de l’évolution sont largement remis en cause par les arbres phylogénétiques dont nous disposons aujourd’hui. Ces échelles de complexité, précisément parce qu’elles sont linéaires, apparaissent comme des « réductions de la biodiversité, rééducation par élagage du buissonnement de l’arbre de vie » (Lecointre, 2009, p. 101). Et d’ajouter que la notion de complexité est la porte ouverte à des jugements inscrits dans le champ des valeurs. Dès lors il convient nous dit-il d’interroger cette notion de complexité : comparons-nous les structures, comme il conviendrait de faire ; ou plutôt les fonctions, de façon à justifier une supériorité de l’homme ? Et quand nous prenons comme point de comparaison les structures, choisissons-nous des structures comparables ?

9L’évolution même de la lignée humaine, bien entendu, n’a pas échappé à cette vision linéaire. Nous avons tous à l’esprit cette frise graphique mille fois reprise des primates en fil indienne faisant se succéder des singes et proto-humain courbés, présentés dans une posture simiesque, puis des hommes se redressant peu à peu pour acquérir une posture érigée « parfaite » à mesure que se réduit leur pilosité. De tels schémas contribuent à forger des représentations erronées sur l’évolution de la lignée humaine et sur la place de l’Homme dans le règne animal (Molinatti et Urgelli, 2004 ; Coquidé et Tirard, 2008 ; Quessada, 2008 ; Fortin, 2009). A l’apparition d’un chainon, correspond la disparition du précédent, s’insurge encore Guillaume Lecointre, « sans qu’une telle figure ne montre la possibilité de trajectoires évolutives divergentes et parallèles » (Lecointre, 2009 p. 121). Pourtant, là encore cette représentation graduelle et linéaire de l’évolution a, depuis plusieurs décennies, cédé sa place à un modèle d’évolution dite buissonnante. Un tel changement a notamment été rendu nécessaire par la multiplication des découvertes de fossiles appartenant à la lignée humaine. En effet, les scientifiques se sont trouvés en présence de fossiles d’espèces différentes, révélés comme contemporains les uns des autres par les datations aux radioéléments. De ce point de vue, l’état actuel, où l’espère Homo sapiens sapiens est l’unique représentante de la lignée humaine peut d’une certaine façon être considérée comme une situation unique et quasi-paradoxale dans l’histoire de l’évolution humaine. Sur les 7 derniers millions d’années, de nombreuses espèces ont cohabité, disparaissant à la suite de changements climatiques. Entre –2 et –1 million d’années, ce ne sont pas moins de 6 espèces d’Hominidés différentes – identifiées par les paléoanthropologues – qui peuplaient la Terre. Il sera intéressant de voir quelle représentation de l’évolution est véhiculée dans le film l’Odyssée de l’espèce au travers des espèces présentées.

3.2 L’apparition de la bipédie

10Au-delà de la linéarité que nous venons de dénoncer, la représentation chronologique qui montre des grands singes quadrupèdes (vers 25 Ma), puis des pré-humains bipèdes à posture inclinée (australopithèque, vers 7 Ma), enfin des humains bipèdes à posture érigée (Homo, vers 2,5 Ma) donne une image déformée de l’apparition de la bipédie et tend à faire de celle-ci un critère exclusif de l’hominisation. Mais, comme le souligne Guillaume Lecointre les paléoanthropologues disposent d’autres critères : augmentation du volume crânien, épanouissement de l’émail dentaire, réductions des dents antérieures, réduction du prognathisme, fabrication d’outils mais ces caractères ne sont pas tous apparus simultanément. Par ailleurs, ils ne sont pas tous présents chez tous les fossiles d’homininés, surtout les plus anciens, d’où les discussions. Enfin, les chercheurs en paléoanthropologie ont mis en évidence que l’aptitude à se déplacer sur les deux membres est bien antérieure à l’émergence de la lignée humaine. Selon eux la bipédie existe depuis des temps très reculés et ce dans différentes lignées où elle semble être apparue de manière indépendante. Notons pour terminer que les grands singes se déplacent ponctuellement en station bipède. La bipédie des grands singes ne serait donc pas à considérer comme une bipédie imparfaite en référence à celle de l’home moderne mais comme une façon particulière d’être bipède (Berillon & Couture, 2005). Or classiquement, dans l’évolution de la lignée humaine, la bipédie est un caractère déterminant pour rattacher une espèce à cette lignée. Ainsi, les fossiles retrouvés seront classés comme singes fossiles s’ils ne possèdent pas d’indices squelettiques liés à la bipédie, ou au contraire, dans la lignée humaine si on leur reconnaît la capacité d’être bipède. Mais, comme le fait remarquer Cortine Fortin (2009), les archives fossiles de la lignée humaine comprennent des spécimens qui sont parfois très fragmentaires. Aussi il est le plus souvent difficile et délicat de décider si les ossements retrouvés sont à rattacher à un individu bipède et, au-delà, de déterminer si on est en présence d’une bipédie exclusive ou d’une bipédie occasionnelle type « grands singes ». Dès lors les auteurs posent deux questions :

- Pourquoi dans ces conditions accorder autant d’importance à la bipédie au point d’en faire un critère d’appartenance à la lignée humaine ?

- La bipédie observée dans la lignée humaine est-elle une acquisition liée justement à l’émergence de cette lignée ou bien correspond-elle plutôt à une spécialisation d’une bipédie héritée d’un ancêtre commun à la lignée humaine et à celle des grands singes ?

11Il sera intéressant de voir si ces questions sont posées en toile de fond dans l’Odyssée de l’espèce ou s’il sera nécessaire de les faire émerger avec les élèves.  Une autre série de questions se profile ici, elle concerne les conditions d’émergence d’un tel caractère. L’histoire des sciences nous apprend que plusieurs théories ont été proposées. Nous souhaitons discuter ici celle dite de « l’East Side story » mise en avant dans le docufiction qui nous intéresse.

3.3 L’hypothèse de l’East Side Story

12Introduite au tout début par l’éthologue hollandais A. Kortlandt (1972), puis reprise par Y. Coppens (1983a, 1983b), cette hypothèse est aujourd’hui largement remise en cause et ce même par ces promoteurs. Notons que c’est ce dernier qui en assura la popularisation, au travers de nombreux articles scientifiques et de vulgarisation, puis via des films comme l’Odyssée de l’espèce. Le modèle proposé explique l’apparition de la lignée humaine au regard de l’évolution des conditions géographiques et climatiques. A l’origine, Coppens situe le berceau de l’humanité en Afrique de l’Est, à la suite de changements climatiques corrélés à l’ouverture du grand rift Est Africain. Son explication est la suivante. Il y a 20 millions d’années, une première chaîne de montagnes se dresse sur la bordure Est du rift. Une seconde ligne de montagnes, à l’Ouest du rift, se forme 10 millions d’années plus tard. La géologie des lieux s’en trouve profondément modifiée, avec un impact considérable sur les conditions climatiques. Auparavant caractérisée par une immense couverture végétale très arborée, l’Afrique voit sa partie orientale s’assécher. Les précipitations en provenance de l’Atlantique ne peuvent plus franchir ces chaînes montagneuses très élevées. À l’Est du rift, la savane arborée laisse place à une steppe aride. Les grands singes, arboricoles, se seraient alors trouvés alors en difficulté dans ce milieu devenu hostile. Selon cette théorie, ces nouvelles conditions ont permis la sélection naturelle d’un caractère nouveau : la bipédie. Parce que les animaux bipèdes se trouveraient mieux adaptés à la nouvelle configuration des lieux, ils développent cet avantage sélectif et le transmettent à leur descendance. Pour Coppens (1994), si le changement environnemental n’a pas été la cause directe de la bipédie, il a eu indéniablement un effet sélectif. C’est ainsi que serait apparue l’espèce humaine. A partir d'une souche commune, deux populations de primates auraient donc été isolées et deux lignées évolutives auraient pu diverger :

- à l'Ouest, région couverte de forêt tropicale, se serait développée la branche des Primates regroupant les grands singes ancêtres des gorilles, des chimpanzés et des bonobos ;

- à l'Est (Éthiopie, Tanzanie, Kenya de nos cartes actuelles) où la barrière du rift entretient un climat beaucoup plus sec, une ou plusieurs branches distinctes de la famille Hominidé se seraient développées.

13Dans l’hypothèse de l’East Side Story, climat et végétation auraient donc favorisé, chez ces anciens cousins de l'homme moderne, les déplacements au sol et donc la bipédie, permettant l'amélioration de la perception visuelle des prédateurs ou du gibier. Par ailleurs, dans cette thèse, la bipédie, qui s’accompagne de la libération des membres antérieurs, les rend disponibles pour la fabrication et l’utilisation d’outils, comme cela est avancé dans le film l’Odyssée de l’espèce. Mais si cette idée s’impose comme une évidence elle entre en contradiction avec les données paléontologiques qui tendent à montrer que la bipédie existe dans l’espèce humaine depuis 6 à 7 Ma alors que la fabrication d’outils n’est présente que depuis 2,7 à 3,4 MA. De fait, pour de nombreux chercheurs elle serait à corréler à l’augmentation du volume cérébral du genre Homo, qui apparaît vers 2,5 Ma.   

3.4 Orrorin contre Toumaï

14Orrorin tugenensis est le nom donné à un hominidé âgé d'environ 6 millions d'années, découvert en 2000 sur le gisement de Lukeino (Kénia) par l’équipe de Brigitte Senut et Martin Pickford (voir Senut, 2008). Sa célébrité est venue du fait qu’il est devenu pour un temps le postulant le mieux placé pour prétendre au statut de premier hominidé bipède, attribué depuis 1993 à Ardipithecus ramidus (4 à 5 Ma). Si les chercheurs s’accordent sur le fait qu’Orrorin était bipède, celle-ci a été est déterminée à partir seulement de 13 fragments osseux dont certains (fragments d’humérus et de phalanges) semblent indiquer – en outre – des adaptations à la suspension. Néanmoins, le point important est qu’ils ont été recueillis dans le gisement de Lukeino (au Kénia), donc à l’est du grand rift. En conséquence ce fossile vient corroborer l’hypothèse de l’East Side Story (ce que met toujours en avant Brigitte Senut dans son dernier Livre paru en 2008.).

15Mais, la découverte de Toumaï en 2001 par une mission dirigée par une des équipes concurrentes de Michel Brunet (Brunet, 2002) vient ébranler les certitudes de la communauté scientifique (on pourrait aussi faire référence au fossile déjà trouvé au Tchad qui est l’Australopithecus bahrelghazali, trouvé en 1995, par la même équipe de M. Brunet (Brunet, 1997)). D’abord parce que ces nouveaux ossements ont été découverts dans un gisement au Nord du Tchad,donc à l’ouest du Rift, ensuite parce qu’ils sont datés de 7 MA et qu’ils attestent – au moins pour les scientifiques qui les ont mis au jour – de sa bipédie.

16Pour conclure, nous rappellerons avec les auteurs du Guide crique de l’évolution (Lecointre et col. 2009) que les paléoanthropologues nous invitent à la prudence et nous mettent en garde contre la tentation de l’anthropocentrisme et du finalisme. Selon eux, les bipédies des homininés reflèteraient plutôt des stades anatomiques spécialisés, témoignant du caractère buissonnant de l’évolution, des homininés. Et d’insister sur le fait que la bipédie, comme toute adaptation, n’obéit à aucune finalité, mais à des contraintes sélectives.

17Dans le travail didactique que nous nous proposons de mener, cette mise en perspective des savoirs dans leur contexte historique apparaît essentielle. Mais l’effort de vigilance passe aussi par une analyse du traitement médiatique auxquels sont soumis les savoirs en jeu et notamment des conséquences liées à leur mise en récit au niveau du docufiction.  

4 Analyse du docufiction l’Odyssée de l’espèce

18Nous présentons deux analyses complémentaires. La première s’intéresse à la façon dont sont qualifiés les différents groupes humains convoqués sur la totalité du film. La seconde étudie les modalités et incidences de la mise en récit au niveau d’un extrait centré sur l’apparition de la bipédie (neuf minutes faisant suite à la séance introductive générale).

4.1 Etude des termes pivots pour désigner les hommes du passé

19Nous avons procédé à une analyse des termes pivots et de leurs reformulations selon une méthode empruntée aux linguistes (Tableaux I et II). Le but de cette étude est de mettre en évidence, à partir d’une analyse lexicale, les changements de points de vue du narrateur (focalisation) sur les différentes espèces d’homininés « croisées » dans le docufiction. Au-delà, ce travail permet de repérer le statut qui leur est attribué et, de là, la nature du lien envisagé avec Homo sapiens.

20Le tableau I récapitule les termes pivots utilisés pour la reformulation du terme « homininé », aussi bien au singulier qu’au pluriel. Le tableau II présente des expressions ou groupes nominaux utilisés pour désigner une espèce précise, et qui font apparaître clairement que le narrateur s’inclut dans l’espèce en question.

Tableau I

Séquençage

Terme employé

0. 17

étrange mammifère

1. 52

singe étrange

2. 32

premier pré-humain

3. 11

population de singe

7. 50

singe

10. 11

des hommes ou presque

11. 08

de nouvelles lignées

11. 27

nos ancêtres

14. 00

hominiens

27. 41

jeune inventeur

29. 32

notre génie

33. 50

société des hommes

35. 38

ces hommes remarquables

30. 00

cet homme

56. 01

une force de la nature

1. 05. 30

Des peuples d’humains

Répertoire des termes pivots utilisés pour qualifier le ou les personnages
Inventory of reference terms used to describe individuals

21Au cours de la phase d’introduction de ce docufiction, les homininés sont à deux reprises qualifiés d’étranges (« étrange mammifère » ; « singe étrange »). On note ici que le narrateur attribue un statut particulier aux homininés, dans le but de stimuler la curiosité du téléspectateur. A l’image de ce qui se pratique dans les séries policières à suspens, ce dernier se voit embarqué dans une forme d’enquête. « Qu’est-ce qui rend ces mammifères si étranges ? »

22La narration introduit également très rapidement la notion de descendance : « nous sommes leurs enfants », « nous descendons tous de la même famille », « nos aïeux ». À trois reprises en l’espace d’une minute, le narrateur insiste sur la filiation qui lie l’Homme moderne aux « étranges mammifères » dont il est question. Ainsi, nous n’avons plus d’un côté des singes objet du récit et de l’autre des Hommes spectateurs de ce récit, mais un ensemble lié : des Hommes spectateurs qui vont suivre le récit d’autres Hommes : leurs ancêtres.  Dès le départ, cette production se démarque donc clairement d’un documentaire traditionnel, non seulement au moyen de la mise en intrigue proposée, mais également par une implication singulière du téléspectateur.

Tableau II

Séquençage

Groupe désigné

Reformulation (ou énoncés associés)

0. 36

Toutes

(Nous sommes) leurs enfants

0. 45

(Nous descendons tous) d’une même famille

0. 55

Nos aïeux

5. 43

Orrorin tugensis

Le premier d’entre nous

11. 27

Les homininés

Nos ancêtres

12. 22

Les australopithèques

(Un seul d’entre eux peut avoir enfanté l’espèce humaine)

12. 30

Lucie

Notre grand-mère

23. 43

Australopithecus  anamensis

Notre ancêtre

24. 45

Les homininés

Notre famille

30. 35

Homo habilis

(Une nouvelle façon d’utiliser nos méninges)

35. 38

Australopithèque

Nos cousins

48. 35

Homo erectus

(Nos poils, notre peau)

1. 05. 47

Homo sapiens

Notre ancêtre

Répertoire des reformulations des noms de groupe à connotation généalogique
Inventory of group names reformulations having genealogical connotation

23Dans la seconde phase de l’extrait choisi concernant l’apparition de la bipédie c’est plus spécifiquement une espèce d’homininés qui est concernée : Orrorin tugenensis. Les termes pivots associés à cette espèce sont mixtes : d’un côté, des termes faisant clairement référence aux singes : «populations de singes » ; « singes » ; de l’autre des termes plus en rapport avec le genre homo : « premiers pré-humains » ; « des hommes ou presque ». Le narrateur, on le voit, choisit de créer une ambiguïté concernant la classification de cette espèce. Il ne le fait pas de façon explicite, en mobilisant un discours scientifique, mais par des hésitations dans le choix des termes à utiliser pour désigner ses premiers personnages humains. Ainsi, Orrorin apparaît comme n’étant ni un singe, ni un représentant du genre humain, mais plutôt comme un genre intermédiaire.

24Cette présentation est de nature à créer le doute chez des spectateurs possédant seulement quelques bribes de connaissance sur l’évolution la lignée humaine, comme c’est le cas pour certains élèves de lycée. Ainsi, est-il possible qu’ils assimilent Orrorin tugenensis à l’ancêtre commun (notion abordée au collège) à la lignée des singes et la lignée des Hommes. Le risque de confusion est d’autant plus marqué que le caractère hypothétique de l’ancêtre commun n’est en général pas très bien assimilé par ces élèves dont les connaissances encore fragiles sont en concurrence avec leurs représentations premières. Et ce d’autant plus que le narrateur indique en effet qu’Orrorin est « le premier d’entre nous » (Tableau II). On peut dès lors imaginer qu’il s’agit là du premier maillon d’une chaîne continue qui remonte jusqu’à l’Homme moderne.

25Un peu plus tard, le spectateur est invité à faire la connaissance de Lucie, la dernière représentante du genre Australopithèque. A noter qu’elle sera le plus souvent appelée par ce prénom et présentée comme « notre grand-mère » (alors qu’en 2000, Lucy n’est déjà plus considérée comme notre grand-mère, mais notre cousine.). Le narrateur annonce également, en parlant des Australopithèques afarensis, « qu’un seul d’entre eux a pu enfanter l’espèce humaine ». Mais un nouveau renversement de situation intervient une dizaine de minutes plus tard : « anamensis pourrait bien être notre ancêtre ». L’hypothèse selon laquelle la maternité de l’humanité revient à Lucie est donc écartée. Il semblerait en fait qu’au fil du récit le narrateur attribue l’origine des Hommes modernes à l’espèce la plus récente (Tableau II).

26On retrouve donc ici une forte imprégnation de termes propres au registre de la généalogie, que l’on peut qualifier comme des abus de langages. Dès lors ce type de récit est propice à renforcer des conceptions erronées, et largement ancrées dans la population. Les aspects émotionnels sur lesquels il s’appuie semblent prendre ainsi le pas sur les considérations scientifiques.

27L’apparition du genre Homo dans le récit marque une évolution dans les termes pivots utilisés. Cette fois-ci, Homo habilis est repris par les termes « jeune inventeur », « notre génie », ou encore « ces hommes remarquables » lorsque le narrateur parle du clan. On remarque alors deux transformations dans la vision que le narrateur propose au spectateur. La plus considérable est qu’à partir du genre Homo, le narrateur rattache clairement ces homininés à la lignée humaine. Il parle même déjà d’Hommes.

28La suite du docufiction se présente suivant le même schéma. On finit par aboutir à l’avènement d’Homo sapiens. Celui-ci est à nouveau présenté comme notre ancêtre. Comme par ailleurs chaque nouvelle espèce présentée s’est vue attribuer temporairement le statut d’ancêtre de la lignée humaine, il est possible qu’à la fin, le spectateur n’y voit plus très clair. En outre, comme on l’a montré, cette notion d’ « ancêtre » est souvent maladroitement utilisée, car il est difficile de déceler si c’est la notion scientifique d’ancêtre commun « théorique » au sein d’une phylogénie ou la notion d’ancêtre au sens généalogique qui est exprimée. Tout au long du film, la confusion est entretenue par un usage fréquent d’expressions utilisées dans le langage courant pour qualifier ses ancêtres familiaux.

29En outre, l’espèce humaine est parfois présentée comme issue d’un seul individu et, à d’autres occasions, comme le fruit d’une seule famille : « une seule famille a engendré notre espèce ».

30Du point de vue du scénario, chaque espèce présentée est une piste suivie par le spectateur, qui espère ainsi découvrir le secret de ses origines. Mais à chaque fois, cette quête se présente comme une fausse piste, une nouvelle espèce « plus évoluée » se présentant aux yeux du public. On peut dès lors reprocher à cette présentation son approche linéaire de l’évolution de la lignée humaine présentée aujourd’hui par les scientifiques comme une forme buissonnante, où les espèces ne « descendent » pas directement les unes des autres pour aller vers la plus évoluée.

4.2 Analyse de la mise en récit : l’apparition de la bipédie

31Le docufiction l’Odyssée de l’espèce débute par une introduction qui présente de manière succincte les particularités de la lignée humaine. La problématique, non réellement explicitée, consiste à se demander comment des innovations évolutives majeures ont conduit à l’Homme d’aujourd’hui. Elle invite le spectateur à s’immerger dans l’histoire qui va être racontée, en lui affirmant qu’il s’agit de sa propre histoire, ou tout au moins de celle de ses aïeux. Le récit qui nous occupe ici vise à élucider une des questions majeures liées à l’émergence de la lignée humaine : quelle est l’origine de la bipédie et comment est-elle apparue ? Soulignons que devant l’évolution des contraintes du milieu, les scientifiques se demandent dans quelle mesure l’apparition de la bipédie peut être mise en parallèle avec des stratégies évolutives, comme l’adaptation, l’accommodation ou l’évitement.

32Dans l’extrait choisi correspondant au premier chapitre, la narration se recentre sur un seul personnage, ce proto-humain simiesque que l’on voit naître, grandir, se redresser et marcher sur ses pattes arrière, et que l’on va nommer « Orrorin ». Il incarne à lui seul l’apparition de la bipédie. Présenté donc comme l’ « un de nos ancêtres », il est possible que certains spectateurs entendent qu’il s’agit de l’un de nos aïeux. On peut penser que le choix de présenter la bipédie dès le début du docufiction correspond à la volonté du réalisateur de provoquer chez le téléspectateur un phénomène identification.

4.2.1 Le séquençage du récit

33Faisant suite à l’introduction, le premier chapitre de l’histoire des hominidés commence avec l’apparition de la bipédie. Cette scène dure environ neuf minutes. Elle fait intervenir le narrateur de manière quasi continue sur toute la durée de cette séquence. Dans la retranscription (Tableau III) les différentes phrases (P) ont été notées de 1 à 78 (nous prenons ici comme unité de base la phrase simple contenant un seul verbe conjugué ou plusieurs verbes mais reliés par une virgule ou par une conjonction de coordination). Pour l’analyse, nous inspirons ici du schéma quinaire définit par Larivaille (1974) qui définit le récit comme la transformation d’un état initial à un état final passant par cinq étapes principales.

Tableau III

Tableau III

Transcription de l’extrait sur l’apparition de la bipédie.
Transcription of the extract on the appearance of bipedalism.

34Nous considérons ici que récit de l’apparition de la bipédie débute à la phrase 15.

- L’état initial

35Le narrateur invite le spectateur à prendre connaissance de l’état initial. En quelques phrases (jusqu’à la P.19), le récit installe l’action dans son cadre, dans son environnement. C’est l’état d’équilibre. Les « primates s’épanouissent » dans « des temps reculés », donnant l’impression que la vie est à un stade de climax. Sans perturbation, cet état est amené à perdurer indéfiniment, tout au moins dans le récit.

- La phase de complications

36Mais cette stabilité n’est que de courte durée. Les phrases 20 à 31 décrivent un enchaînement de changements majeurs qui vont entraîner la rupture de l’état d’équilibre. La tectonique très active dans la région Est africaine, nous dit-on, entraîne de profonds bouleversements du paysage : des reliefs très importants apparaissent. La région se voit alors traversée par un canyon bordé de hautes chaînes de montagnes. C’est la phase de rupture de l’équilibre : le détonateur. Le récit présente au spectateur une série de contraintes géo-climatiques qui pèsent sur les primates, jusqu’à les menacer de disparition. Ces quelques minutes sont illustrées par des images et une bande sonore dont la tonalité donne un côté tragique à la situation. Au final, le spectateur est conduit à se poser la question suivante : comment des primates ont-ils pu survivre à de telles conditions ?

- L’action

37Les phrases 32 à 52 constituent le cœur de l’action de ce récit. C’est la vie difficile d’un jeune singe « étrange » qui est racontée. Il souffre des nouvelles conditions auxquelles il est confronté à la suite de la rupture de l’équilibre initial. Néanmoins, ce singe-là, le héros de l’histoire, n’est pas comme les autres : « Le premier pré-humain arrive, et il va changer la face du monde » (P. 13). Au lieu d’accepter son sort, il décide de sortir de cette situation « en prenant un risque énorme » (P. 41) ; « (…) il se dresse sur ses pattes arrière » (P. 45) ; « (…) il a une deuxième intuition ; il va avancer, mais debout, le plus longtemps possible » (P. 52).

38La bipédie est donc présentée comme une affaire de volonté et de cran. Dès la phrase 10 la voix off l’avait d’ailleurs annoncé : « son audace le porte, il explore le monde d’en bas. Il faut qu’il découvre une autre façon de vivre ».

- La sanction

39La sanction tombe lors de la phrase 53 : « ça y est, il est bipède ». La bipédie est donc la réponse imaginée par ce singe pour sortir de l’état de crise. Le narrateur nous renseigne même sur l’état émotionnel de ce singe devenu pré-humain : « Peut-être même éprouve-t-il le plaisir de la nouveauté » (P. 57).

- L’après

40Les phrases 64 à 71 permettent un retour à l’état d’équilibre concernant la notion de la bipédie. On quitte par la même occasion le cas particulier de « notre héros » par le biais d’une généralisation. La bipédie n’est plus propre au pré-humain dont on vient de suivre les aventures, elle est installée dans toute une famille, ici assimilée à la notion d’espèce, celle d’Orrorin.

4.2.2 Le traitement de l’espace

41Les indicateurs de lieux du récit sont disséminés entre les phrases 19 et  35. On apprend ainsi lors de la proposition 19 que l’action se déroule dans les grandes forêts africaines. Les phrases 22 à 24 resserrent l’espace d’étude à la zone du grand rift Est africain. Une description rapide des milieux de vie de part et d’autre de ce fossé d’effondrement laisse entrevoir une introduction à la théorie de l’Est Side Story. Les phrases 29 et 30 nous indiquent que le récit va commencer dans la partie Est du rift, là où la savane domine. Cette description spatiale relativement implicite ne renseigne pas sur les conditions climatiques réelles. Le narrateur ne donne pas de précisions concernant les températures, et seule la phrase 24 indique que la barrière montagneuse à l’Ouest du Rift arrête les pluies, sans que l’on sache si elles arrivent habituellement de l’Est ou de l’Ouest. En conséquence, il n’est pas aisé de déterminer si la zone qui va souffrir de la sécheresse est à l’Est ou à l’Ouest du rift. Cette description se voit complétée par les images du film. Elles offrent aux yeux du spectateur un environnement fait de paysages arides, avec de hautes herbes, où seuls quelques arbres dispersés ont survécu au changement de climat.

42Dans la dernière partie de l’extrait, une allusion à Toumaï est faite ; elle pour le moins laconique :

43« À 2000 kilomètres de là, un autre grand singe s'est mis debout. Il s'appelle Toumaï. La nouvelle s'est-elle répandue jusque-là ? Pure coïncidence ? On ne sait pas ».

44« À 2000 kilomètres de là » (P.72) : cette précision ne permet aucunement au spectateur non averti de localiser le nouveau lieu de l’action. Seuls les spectateurs au fait de la découverte des ossements de Toumaï peuvent déplacer le lieu de l’action vers l’Ouest (plus précisément au Tchad), donc de l’autre côté du Grand Rift africain, là précisément où la végétation est luxuriante. Cette information, capitale – puisqu’elle vient contrarier l’hypothèse de l’East Side Story qui porte l’ensemble film – est omise. A la controverse les auteurs préfèrent le doute (« on ne sait pas » P. 76). Certes les images qui accompagnent alors le récit montrent un environnement forestier, correspondant à celui qu’on pouvait trouver à l’Ouest du grand rift. Mais là encore, l’information est seulement visuelle et n’est donc réellement accessible qu’aux spectateurs qui disposent des éléments de savoir.

4.2.3 Le traitement du temps

45Le repérage temporel s’institue au départ de manière plus précise que le repérage spatial : « il y a moins 10 millions d’années » (P.15). Mais la durée des phénomènes n’est en revanche pas aisément identifiable. Tout semble se dérouler extrêmement rapidement. C’est le cas pour la naissance de l’ancêtre de l’homme moderne (P. 35), la mise en place de la bipédie (P. 45 ; P. 51), la perte du statut de singe (P. 55) pour devenir membre de la lignée humaine (Orrorin).

46Etre à quatre pattes l'empêche de voir... Alors, il a une deuxième intuition : il va avancer, mais debout, et le plus longtemps possible. Ça y est, il est bipède. Ce n'est pas une attitude normale pour un singe, mais ça fonctionne... Maintenant il n'est plus un singe, il s'appelle Orrorin (P. 51-56)

47Si le récit décrit cette suite d’actions pour un seul individu, les images montrent que d’autres singes, inspirés par Orrorin, font de même. On constate que la vitesse du temps du récit est ici bien supérieure à la vitesse réelle. Il n’en demeure pas moins que la focalisation sur un individu de type Orrorin qui acquiert la bipédie de son vivant pour ensuite la transmettre à ses descendants est l’image forte qui risque bien d’être retenue. Il apparaît donc que pour les besoins du récit, le temps comme l’espace-temps se trouve raccourci.

48L’autre point intéressant est que l’apparition de la bipédie chez Toumaï n’est pas datée. Le récit laisse alors penser que ces deux évènements sont probablement contemporains, voir même que l’apparition de la bipédie chez Toumaï est postérieure. Mais ces imprécisions, lacune et/ou erreurs dans le registre temporel tentent d’être corrigées à la phrase 78 de conclusion qui tombe comme un couperet tant elle entre brutalement en contradiction avec tout ce qui vient d’être présenté à grand renfort de mise en scène : « En fait il leur a fallu des milliers d'années pour s'adapter à cette nouvelle position, à cette nouvelle vie... ». On peut dès lors se demander qui – excepté celui qui sait déjà –  est en mesure de comprendre que le personnage fictif objet de la narration correspond en fait à la synthèse de plusieurs générations d’individus ? Cette ellipse revient à condenser à l’échelle d’une vie des centaines de générations successives. On pointe là une autre faiblesse du récit concernant sa fidélité au temps des phénomènes : le temps de la diégèse n’est pas superposable au temps de l’évolution. Dans le cadre d’une utilisation en classe, l’enseignant devra faire en sorte que ce décalage temporel soit bien perçu par les élèves. C’est à cette condition qu’ils pourront comprendre que l’évolution est un mécanisme basé sur des innovations génétiques durables qui, couplé à la sélection naturelle, agit sur des pas de temps très importants.

49Pour conclure sur cette analyse, on voit que l’émergence de la bipédie est construite comme un micro-récit. Cela est de toute évidence lié à une des contraintes du docufiction : intéresser le plus grand nombre, tenir dans un format 90 minutes. Mais ici, si les objectifs d’accroche et d’accessibilité sont probablement atteints, on peut émettre quelques réserves sur l’intention informative, tant le discours dominant prête à confusion. Il est pour le moins étonnant de voir présentée l’apparition de la bipédie comme une simple idée ayant germé dans la tête d’un individu plus audacieux que les autres ; tout comme il est dérangeant de prétendre que cette nouvelle pratique s’est transmise comme un savoir, faisant fi de toute considération génétique. L’extrait correspondant à la bipédie s’inscrit dans une approche qui relève plus du « transformisme » cher à Lamarck que de l’évolution au sens où Darwin l’entendait, mais dans son ensemble, le documentaire est beaucoup plus finaliste que lamarckien.

5 Proposition d’exploitation didactique

50Dans cette partie, nous allons nous attacher à présenter quelques pistes pour l’utilisation en classe du docufiction l’Odyssée de l’espèce. La classe choisie est la classe de terminale scientifique, en relation avec le chapitre « les critères d’appartenance à la lignée humaine » prenant place dans une partie plus vaste intitulée « parenté entre êtres vivants et fossiles – phylogenèse – évolution » (programme 2001 réactualisé en octobre 2011). Nous avons fait le choix de ne pas développer l’ensemble d’une séance pour nous limiter à une présentation de quelques éléments jugés importants à la mise en place de cet enseignement : les grandes orientations du programme et les objectifs retenus, des exemples de ressources pouvant venir compléter le docufiction l’Odyssée de l’espèce et un ensemble de questions sur lesquelles baser l’étude en classe.

5.1 Des programmes à la classe

51A partir d’un réinvestissement de la classe de seconde (programme 2001 pour ces élèves - les plans d’organisation, l’unité des constituants cellulaires et génétiques, l’origine commune des espèces) le programme de terminales S propose d’aborder la biodiversité et la recherche de la parenté entre espèces (phylogenèse). On cherche à montrer que l’Homme, avec ses caractéristiques particulières, est situé au sein du règne animal et que les êtres humains actuels appartiennent à une seule et même espèce. L’émergence de cette espèce est localisée dans le temps, en relation avec l’histoire de la Terre.

52Au sein de cette partie du programme, les élèves sont amenés à étudier les critères d’appartenance à la lignée humaine : les caractères liés à la station bipède, mais également ceux liés au développement du volume crânien, à la régression de la face et aux traces fossiles (on admet que tout fossile présentant au moins un de ces caractères dérivés appartient à la lignée humaine). L’aspect buissonnant de la lignée humaine est ici travaillé. Il est précisé que la lignée humaine est représentée actuellement par une seule espèce mais que plusieurs espèces d’homininés ont vécu entre 6 millions d’années et 100 000 ans, époque où apparaissent les Homo sapiens. Ces espèces son rattachées à deux genres : les Australopithèques et les Homo. Le programme indique que les Australopithèques formeraient un rameau de la lignée humaine détaché assez tôt de celui des Homo mais qu’ils possèderaient des caractères dérivés de la lignée humaine en rapport avec la bipédie. Pour expliquer le fait que les espèces fossiles actuellement connues (datées entre 4 millions et 1,5 million d'années) sont toutes Africaines, il est mis en avant deux hypothèses : l’origine africaine de la lignée humaine et/ou la présence de conditions de fossilisation exceptionnelles de la vallée du rift africain.

53Point important l’enseignant est invité à faire le lien avec les parties du programme centrées sur la définition et la mesure du temps en biologie et la géologie. Il s’agit notamment ici d’amener les élèves à s’interroger sur les différentes échelles de temps utilisées pour comprendre l’évolution conjointe de la planète et de la biosphère. L’introduction du programme pose d’ailleurs plusieurs questions qui orientent l’étude dans cette direction :

- Quels sont les événements majeurs qui jalonnent cette histoire ? Comment peut-on les dater et en apprécier leur durée ? Les modifications de la planète et de ses habitants sont-elles continues ou discontinues ?

- Sur quel(s) critère(s), notamment temporel(s), peut-on définir la stabilité ou la variabilité d’un individu, d’une espèce, d’une structure géologique ?

54L’étude de l’apparition de la bipédie est sur ces points un exemple particulièrement intéressant. Il permet d’une part la mise en évidence des caractéristiques anatomiques liées à cette capacité, mais également de faire le lien avec les mécanismes de l’évolution tels qu’ils ont été abordés en classe de seconde générale. Les élèves vont ainsi étudier ce caractère de la bipédie dans une perspective évolutive et anatomique qu’il leur appartiendra de situer dans le temps, parmi un ensemble d’événements géologiques et biologiques.

55Les propositions didactiques que nous formulons sont centrées sur l’exploitation du docufiction l’Odysée de l’espèce ; elles tiennent compte des éléments critiques formulées au cours de l’analyse du support et notamment du fait de :

- de l’implicite du questionnement scientifique pris en charge ;

- de l’imprécision du cadre spatio-temporel des phénomènes en jeu ;

- de l’occultation des incidences de la découverte de Toumaï sur l’hypothèse de l’East Side Story ;

- de l’ambiguïté des mécanismes évolutifs invoqués.

5.2 Des ressources à proposer en complément au docufiction

56Le travail pédagogique que nous proposons se base sur une problématique qui vise à la fois des objectifs de savoir scientifiques (mode d’apparition et caractères de la bipédie) ainsi que des objectifs méthodologiques (argumentation et débat autour des différentes théories en présence). Outre donc l’utilisation de l’extrait de l’Odyssée de l’espèce de Malaterre (2003) faisant référence à l’apparition de la bipédie nous proposons que la séquence didactique s’appuie sur deux ressources complémentaires. La première est constituée de l’album L’Odyssée de l’espèce de Coppens, Buchet et Dagneaux (2003) ; la seconde d’un document de synthèse sur les grandes théories historiques de l’évolution élaboré par nos soins (fixisme, transformisme, théorie de l’évolution). Nous nous centrerons ici principalement sur la première ressource. Deux questions guident le travail proposé aux élèves.

- Quelle théorie scientifique permet d’expliquer l’apparition de la bipédie selon ce docufiction ? Par quels arguments est-elle étayée ?

- Quelles sont les autres théories et hypothèses scientifiques en présence ? Quelle est celle qui rencontre la plus large adhésion dans la communauté scientifique.

5.2.1 L’album « L’Odyssée de l’espèce » de N. Buchet et P. Dagneaux

57Cet album, publié lors de la sortie du docufiction éponyme au format DVD, reprend la même trame que la version vidéo, tout en apportant des informations supplémentaires, à la fois sur les conditions du tournage, mais aussi dans le domaine des savoirs scientifiques. Seules quelques pages de l’album nous intéressent pour la partie étudiée.

- Les pages 14 et 15 présentant de manière synthétique la théorie de l’East Side Story

58Les arguments scientifiques qui permettent de justifier le refroidissement de la planète sont mentionnés : modification des paramètres orbitaux, enregistrement du climat grâce aux sédiments des fonds océaniques. Les changements géologiques de la bordure Est du continent africain sont également détaillés. La version « papier » du documentaire nous apprend que les pluies viennent de l’Atlantique et que le nouveau relief crée un assèchement à l’Est, et une forte pluviométrie à l’Ouest du Rift. Elle apporte ici une information importante qui faisait défaut dans le docufiction. Mais c’est sur les mécanismes en jeu que l’album se révèle à la fois plus précis et plus juste sur le plan scientifique. La conclusion met en effet en avant des contraintes environnementales liées à la nutrition et à la locomotion pour expliquer une « réponse adaptative » des pré-humains en particulier.

- Les pages 25 et 26 présentent l’émergence de la bipédie chez Orrorin

59Comme dans le docufiction, la présentation se fait sous la forme d’un récit focalisé sur un individu qui « prend en main la destinée de son groupe ». Toutefois, une argumentation scientifique plus développée fait la distinction entre une bipédie amorcée chez les grands singes, et une bipédie durable chez Orrorin. L’auteur de l’album indique quelques modifications musculo-squelettiques présentes chez cet hominidé qui permettent à ce dernier de conserver sa stature bipède. Ces modifications structurales (cambrure de la colonne vertébrale, positionnement du crâne à son sommet, redressement du bassin) sont complétées par un encart « les marques de la bipédie » en page 26. On apprend alors quels sont les indices squelettiques qui permettent d’identifier un squelette comme bipède. Il est également intéressant de remarquer la nuance apportée par cette version du récit : « la grande innovation de nos ancêtres est d’avoir pérennisé la bipédie ». La différence avec le docufiction qui présente cette caractéristique comme résultant de l’idée, la volonté et l’audace d’un seul individu est importante !

- La page 31, consacrée à Toumaï, fait état de la controverse qu’il suscite.

60Après avoir présenté quelques caractéristiques anatomiques de ce pré-humain, l’auteur indique les éléments qui suscitent la polémique autour de son origine. Si selon Michel Brunet, « les caractères du crâne indiquent, sans aucune ambiguïté, son appartenance au rameau humain », Brigitte Senut, découvreuse d’Orrorin, le place plutôt dans la lignée des Grands Singes. D’autre part, c’est sur cette page qu’on trouve un début de remise en cause de la théorie de l’East Side Story, l’auteur indiquant que « l’aire de répartition des hominidés de cette époque était bien plus vaste que ne le laissait entrevoir la théorie d’Yves Coppens ».

5.2.3 Une synthèse des principaux courants historiques de l’évolution

61Ce document (voir Annexe) présente les trois principaux courants historiques concernant l’évolution du vivant. Le but de ce document n’est donc pas de proposer une liste exhaustive des différentes théories, ni d’en expliciter les fondements profonds. Il vise simplement à faire prendre conscience que l’acceptation d’une théorie fait suite des confrontations entre des propositions, plusieurs fois remises en cause par l’avancée des connaissances scientifiques. La théorie retenue à un moment donné étant celle qui remporte le plus large consensus. Ce document permet donc d’établir un bref état des lieux des principales théories évolutives au cours de l’histoire des sciences, afin de les confronter à l’argumentation proposée par le docufiction qui apparaît se situer dans une cadre finaliste et même « transformiste » aujourd’hui largement remis en cause. A l’inverse la conclusion de l’album mettant en avant le rôle sélectif de contraintes liées à la nutrition et à la locomotion peut-être mise en perspective avec l’approche darwinienne de l’évolution.

5.3 Des objectifs prioritaires

62Nous retenons trois objectifs prioritaires pour une séance qui s’appuierait sur l’exploitation didactique du docufiction l’Odyssée de l’espèce.

5.3.1 Développer un questionnement scientifique

63Comme nous l’avons vu, le questionnement scientifique à la base des explications délivrées par le docufiction est souvent implicite, voire inexistant. Or les recherches en didactique des sciences ont bien mis en avant le rôle déterminant du questionnement scientifique dans l’intégration de nouvelles connaissances. Il nous paraît donc indispensable d’élaborer avec les élèves, en amont du visionnement du docufiction, une interrogation centrée sur l’apparition de la bipédie. Celle-ci peut prendre deux directions :

- En quoi la sélection ayant conduit à la bipédie humaine était-elle dépendante de la nature ouverte ou fermée du milieu ?

- Quelles sont les modifications de l’organisme consécutives à ce nouveau mode de locomotion ?

5.3.2 Permettre une perception de la réalité spatio-temporelle des phénomènes en jeu

64Le raccourcissement du temps et de l’espace est une caractéristique récurrente de la mise en récit. Elle est ici assortie d’une imprécision qui nous oblige à être particulièrement attentifs lors de l’exploitation du docufiction avec les élèves. La comparaison des éléments issus du docufiction avec les informations provenant de l’album l’Odyssée de l’espèce présentées plus haut doit permettre de pointer les faiblesses du support vidéo dans ces domaines. On peut envisager, lors de la diffusion, un travail de relevé des indications spatio-temporelles du film, suivi d’une confrontation avec l’album, en vue de confirmer, infirmer ou compléter les données recueillies. Un tel travail devrait permettre de rétablir la durée réelle des phénomènes abordés dans le film. L’identification plus précise des conditions spatiales et environnementales peut quant à elle s’articuler à la recherche des contraintes ayant entraîné la pérennisation de la bipédie.

5.3.3 Discuter de la place des contraintes du milieu dans la théorie de l’East Side story … et des incidences théoriques de la découverte de Toumaï

65L’analyse de conditions environnementales qui ont permis l’émergence de la locomotion bipède est ici à mettre en relation avec d’une part les modifications engendrées au niveau des organismes qui l’ont adoptée, et d’autre part avec les mécanismes qui sont à l’œuvre, notamment pour permettre la généralisation de ce caractère au niveau de l’espèce. Il nous paraît donc intéressant de relever dans le docufiction les indices qui permettent de remonter à la thèse exprimée. On remarquera alors qu’elle se situe assez proche des idées transformistes de Lamarck, du fait de l’approche finaliste du milieu qui est proposée, mais aussi par le fait que l’évolution se situe ici au niveau des individus et qu’il y a transmission des caractères acquis. Il conviendra en outre avec des élèves de terminale scientifique de pointer l’absence de référence à la génétique et au mécanisme de sélection naturelle. Grâce aux compléments apportés par ce document d’accompagnement, on attend ainsi des élèves une critique du docufiction et un travail de réactualisation scientifique. Ils devront expliquer la pérennisation de la bipédie en termes d’innovation génétique et de sélection naturelle d’un caractère avantageux face aux nouvelles conditions environnementales.

66Afin de montrer que la science est constamment sujette en interne à des controverses et à des remises en cause par de nouvelles données on n’oubliera pas de s’interroger sur l’impact de la découverte de Toumaï et de mettre au jour les termes du débat qu’il a suscité. Si ce dernier est bien un homininé bipède, il vivait à l’ouest du rift. Or dans ce cas, la sélection ayant conduit à la bipédie humaine peut-être considérée comme indépendante de la nature ouverte ou fermée du milieu. Il sera intéressant alors de faire trouver aux élèves quels sont les points qui posent problème vis-à-vis de la théorie de l’East Side Story, mais aussi quels sont les critères qui introduisent un doute quant à l’appartenance de ce fossile à la lignée humaine.

6 Conclusion

67Le docufiction est un genre de plus en plus présent sur nos écrans de télévision et son succès, notamment chez les jeunes publics, a dépassé tous les espoirs des programmateurs. Ces nouveaux supports constituent dès lors des ressources incontournables pour l’Ecole. Mais, comme nous l’avons vu, il convient de les exploiter avec prudence, avec l’objectif de développer un regard critique sur leur contenu. Dès lors, l’utilisation de ce type de support apparaît plus appropriée en fin de séquence, à un moment où les élèves ont déjà acquis les notions scientifiques qui pourront les aider à prendre du recul lors du visionnement, notamment en distinguant les éléments qui relèvent de la fiction de ceux qui peuvent être considérés comme avérés sur le plan scientifique.

68Mais, en l’absence d’analyse didactique d’autres supports du même type sur d’autres thématiques, les réserves que nous exprimons concernant l’Odyssée de l’espèce ne sauraient être généralisées à l’ensemble des docufictions. En effet, ce genre télévisuel est assez hétérogène, et il n’est pas dans notre intention d’édicter des règles générales « du bon usage » didactique de ces supports. Par ailleurs, les docufictions scientifiques constituent sans conteste des supports intéressants pour la classe et ce en dépit même de leurs faiblesses. Non seulement ils possèdent un très un fort pouvoir d’accroche mais en outre, par leurs lacunes et imperfections, ils obligent à une vigilance critique à laquelle il est aujourd’hui impératif de former les élèves.  

7 Annexe - synthèse sur les courants historiques

7.1 Le catastrophisme

69Au début de XIXe siècle, Georges Cuvier expose sa théorie catastrophiste selon laquelle il y aurait eu une succession de créations divines entrecoupées d'extinctions brutales au cours des temps géologiques. Cette théorie permet de concilier les textes religieux avec les données scientifiques issues des fossiles. Il admet ainsi que les espèces terrestres n'ont pas toujours été celles observées aujourd'hui, sans pour autant accepter l'idée d’évolution des espèces (fixiste). Pour lui les 6 000 ans estimés jusque-là pour l'âge de la Terre sont trop courts pour y intégrer ces extinctions successives.

7.2 Le transformisme

70Cette théorie transformiste de Jean-Baptiste Lamarck, apparue dans la seconde moitié du XIXe siècle, repose sur plusieurs lois complémentaires établies par Lamarck :

71« Première loi : La vie par ses propres forces, tend continuellement à accroître le volume de tout corps qui la possède et à étendre les dimensions de ses parties jusqu'à un terme qu'elle amène elle-même.

72Deuxième loi : La production d'un nouvel organe dans un corps animal résulte d'un nouveau besoin survenu qui continue de se faire sentir et d'un nouveau mouvement que ce besoin fait naître et entretient.

73Troisième loi : Le développement des organes et leur force d'action sont constamment en raison de l'emploi de ces organes. »

74Ainsi, selon cette théorie, c’est l’utilisation d’un organe qui permet son développement dans le sens d’une meilleure adéquation avec sa fonction.

7.3 L’évolutionnisme

75C’est la théorie présentée par Darwin en 1859. Elle indique que l’évolution se fait par sélection naturelle. Les animaux les plus adaptés à leur milieu survivent. Ce sont donc eux qui auront le plus de chance de se reproduire, et donc de transmettre leurs gènes.

76À partir de 1930, cette théorie est complétée par les apports de la biologie, de la géologie et de l'analyse mathématique (statistiques) pour devenir théorie synthétique de l’évolution.

Haut de page

Bibliographie

Berillon G, Couture C (2005). La locomotion. In Manuel de Paléoanthropologie (Dutour O, Vandermeersch B, Hublin JJ, editors), Paris : Editions CTHS, pp. 765-789.

Bruner J (2002). Pourquoi nous racontons-nous des histoires ? Paris : Retz.

Brunet M (1997). Origine des hominidés : East Side Story… West Side Story…, Geobios, M.S., 20, 79-83.

Brunet M, Guy F, Pilbeam D, Mackaye, HT, Likius A. et al. (2002). A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa, Nature, 418, 145-151.

Coppens Y (1983a). Les plus anciens fossiles d’Hominidae. In: Recent advances in the evolution of primates, Pontif. Acad.Sci. Script. Var., n°50, 1-9, Rome.

Coppens Y (1983b). Le singe, l'Afrique et l'Homme. Paris : Fayard, 148 p.

Coppens Y (1994). East Side Story, the origin of Humankind, Scientific American, 270 (5), 88-95.

Coppens Y, Buchet N, Dagneaux P (2003). L’Odyssée de l’Espèce. Paris : Editions EPA - Hachette-Livre.

Coquidé M, Tirard S (2008). L’évolution du vivant ; un enseignement à risque. Vuibert Adapt – SNES.

Fortin C (2009). L’évolution à l’école. Créationnisme contre darwinisme. ? Armand Colin.

Kortlandt A (1972). New perspectives on ape and human evolution, Amsterdam, Stichting voor Psychobiologie.

Larivaille P (1974). L’analyse morphologique du récit. Poétique, 19, 368-388.

Lecointre G (2004). (Dir.). Comprendre et enseigner la classification du vivant.  Guides pédagogiques Belin, 2004. Seconde édition 2008. 351 pages.

Lecointre G (2009). (Dir.). Guide critique de l’évolution. Paris : Belin. 573 pages.

Malaterre J (2003). L’Odyssée de l’Espèce. DVD. France Télévision Distribution, France 3.

Molinatti G, Urgelli B (2004). Le traitement médiatique d’une actualité scientifique et son intégration dans l’enseignement : exemple de la découverte de l’hominidé Toumaï. Actes de la 7ème Biennale de l’INRP, Lyon : INRP, 15 avril 2004.

Quessada M-P (2008). L’enseignement des origines d’Homo sapiens, hier et aujourd’hui, en France et ailleurs : programmes, manuels scolaires, conceptions des enseignants, Thèse de doctorat, Université de Montpellier II, 430p.

Senut B (2008). Grands singe/Homme- quelles origines ? Paris : SGF, Vuibert, 140p.

Triquet E (2012). Introduction. La médiation des sciences et des techniques par le récit. Culture et musées, 18, Université d’Avignon et Actes Sud.

Veyrat-Masson (2008). La confusion des genres. Docudramas, docufictions et fictions du réel. Paris : INA-De Boeck, coll « Médias et Recherches ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau III
Légende Transcription de l’extrait sur l’apparition de la bipédie.Transcription of the extract on the appearance of bipedalism.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1188/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Rech et Eric Triquet, « Le docufiction l’Odyssée de l’espèce. Analyse didactique et pistes d’exploitation en classe de terminale S », Revue de primatologie [En ligne], 4 | 2012, document 15, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1188 ; DOI : 10.4000/primatologie.1188

Haut de page

Auteurs

Yannick Rech

Enseignant de SVT, Collège de la Quintinye, 1 place de la Quintinye, 78590 Noisy-le-Roi
Auteur pour la correspondance :
0yannick0@gmail.com

Eric Triquet

Maître de conférences, IUFM de Grenoble-Université Joseph Fourier, 30 avenue Marcelin Berthelot, 38100 Grenoble  et Laboratoire EA-S2HEP Université de Lyon-ENS
Auteur pour la correspondance :
eric.triquet@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org