Navigation – Plan du site
Résumés du 26e colloque de la SFDP (Kinshasa, 4-11 Novembre, 2013)
18

Effets du braconnage et des mutilations sur les budgets d’activités et les rapports sociaux des chimpanzés sauvages de Sebitoli dans le parc national de Kibale (Ouganda)

Marie Cibot, Justine Philippon, Romain Laurent, Emmanuelle Pouydebat et Sabrina Krief

Résumé

L’empathie (se mettre à la place de l’autre et percevoir ce qu’il ressent) et l’altruisme (agir dans un souci désintéressé pour le bénéfice d’un autre) sont deux traits dont l’existence chez les grands singes est débattue. Les chimpanzés ayant subi des mutilations dues au piégeage constituent un modèle d’étude unique des conséquences de ces blessures sur la flexibilité comportementale des individus. Or, les effets des altérations physiques sur les comportements quotidiens et sur les relations sociales des chimpanzés mutilés sont peu étudiés. Seuls quelques comportements d’entraide entre individus ont été rapportés : des chimpanzés ayant nettoyé les blessures d’un congénère attaqué par un léopard (Taï, Côte d’Ivoire), un adolescent ayant transporté un enfant que la mère, blessée, avait des difficultés à porter (Fongoli, Sénégal)... Dans cette perspective, une étude dans la forêt de Sebitoli (Parc national de Kibale, Ouganda) semble pertinente puisque cette zone est soumise à une pression anthropique importante et que 26 des 76 chimpanzés identifiés ont des mutilations graves des membres, attribuables à la pose illégale de pièges. Les chimpanzés mutilés rencontrent-ils des difficultés dans leur locomotion, leurs activités d’alimentation et de maintenance ? Tiennent-ils une place particulière au sein de leur groupe ? Deux types de suivi ont été réalisés (février-mai 2013) : (1) un suivi vétérinaire pour décrire les mutilations et l’état sanitaire des chimpanzés blessés, et (2) un suivi comportemental des individus mutilés et valides pour établir des budgets d’activités (observations continues sur 10 min. des individus, n=258) et définir les interactions sociales entre individus via un index d’association entre dyades (observations des compositions et tailles des groupes toutes les 20 min., n=431). L’analyse révèle une tendance où les chimpanzés mutilés passent moins de temps à se reposer que ceux sans lésion. Le repos étant essentiel à la digestion et à la thermorégulation, cette diminution pourrait être coûteuse en énergie pour les mutilés. Ce résultat est contraire aux observations de Turner sur des macaques avec malformations congénitales des membres. Nos données ne concernant que les activités arboricoles, nous pouvons aussi supposer que les mutilés passent davantage de temps au sol, notamment pour se reposer. Nous montrons de plus que les mutilés ne sont pas isolés bien que les valides s’associent plus fréquemment entre eux. Il s’agira alors de définir si cela est une préférence des valides ou un choix des mutilés pour éviter la compétition. Cette étude préliminaire révèle la flexibilité des chimpanzés qui compensent les conséquences de leurs blessures en modifiant leur budget d’activité et qui paraissent en bonne santé. Elle pourrait aussi permettre de mieux appréhender la place que tient l’entraide entre congénères chez les grands singes et d’apporter des clés pour la compréhension de l’émergence de la médecine chez les humains.

Haut de page

Historique

Présenté le 6/11/2013

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Cibot, Justine Philippon, Romain Laurent, Emmanuelle Pouydebat et Sabrina Krief, « Effets du braconnage et des mutilations sur les budgets d’activités et les rapports sociaux des chimpanzés sauvages de Sebitoli dans le parc national de Kibale (Ouganda) », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 18, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1414 ; DOI : 10.4000/primatologie.1414

Haut de page

Auteurs

Marie Cibot

UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie – Muséum national d’histoire naturelle – 43 rue Buffon – 75231 Paris Cedex 5 et Projet pour la conservation des Grands Singes – 3 rue Titien – 75013 Paris, France
Auteur pour la correspondance :
marie.cibotchemin@gmail.com

Articles du même auteur

Justine Philippon

UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie – Muséum national d’histoire naturelle – 43 rue Buffon – 75231 Paris Cedex 5, France, Projet pour la conservation des Grands Singes – 3 rue Titien – 75013 Paris, France et Université Pierre et Marie Curie – Paris VI – 4 Place Jussieu – 75005 Paris, France

Articles du même auteur

Romain Laurent

UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie – Muséum national d’histoire naturelle – 43 rue Buffon – 75231 Paris Cedex 5, France et Université Pierre et Marie Curie – Paris VI – 4 Place Jussieu – 75005 Paris, France

Emmanuelle Pouydebat

UMR 7179 Mécanismes adaptatifs : des organismes aux communautés– Muséum national d’histoire naturelle – 55 rue Buffon – 75231 Paris Cedex 5, France

Articles du même auteur

Sabrina Krief

UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie – Muséum national d’histoire naturelle – 43 rue Buffon – 75231 Paris Cedex 5, France et Projet pour la conservation des Grands Singes – 3 rue Titien – 75013 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org