Navigation – Plan du site
Résumés du 26e colloque de la SFDP (Kinshasa, 4-11 Novembre, 2013)
45

Les macaques de Tonkéan (Macaca tonkeana) et les macaques rhésus (Macaca mulatta) discriminent-ils les mêmes indices sociaux d’un partenaire humain ?

Charlotte Canteloup, Dalila Bovet et Helene Meunier

Résumé

Les études portant sur les précurseurs de la Théorie de l’Esprit tels que la compréhension des états attentionnels d’autrui ont été largement menées chez les grands singes et ont rapporté des résultats discordants. Tandis que de nombreuses études ont révélé que les grands singes prennent en compte l’état attentionnel d’autrui en se basant sur des indices tels que l’orientation du corps ou de la face afin de communiquer avec lui, la plupart des études portant sur les petits singes montre que ceux-ci sont capables de discriminer un humain attentif d’un humain inattentif grâce à des indices plus subtils comme la position des yeux. Le premier but de cette présente étude était de tester chez les macaques la propriété intentionnelle d’un geste de pointage préalablement appris par conditionnement et dirigé vers une récompense alimentaire cachée. Autrement dit, nous avons cherché à savoir si les macaques étaient capables d’utiliser ce geste en fonction de l’état d’attention du partenaire humain qu’il soit attentif ou inattentif. Le second but était de savoir quels indices – l’orientation du corps, du visage, l’état des yeux – étaient pris en compte par les macaques pour communiquer avec l’humain. Nous avons testé deux espèces de macaques socialement divergentes, les macaques de Tonkéan, (Macaca tonkeana), tolérants et égalitaires, et les macaques rhésus, (Macaca mulatta), caractérisés par une hiérarchie de dominance plus stricte, afin d’investiguer l’influence du type de sociabilité sur ces performances cognitives. Les macaques rhésus, vivant dans une société hautement hiérarchique, devraient être plus sensibles à des indices sociaux subtils tels que l’état des yeux que les macaques de Tonkéan subissant moins de pressions sociales au sein de leur groupe. Six macaques de Tonkéan et cinq macaques rhésus ont été testés dans sept conditions expérimentales faisant varier l’attention de l’humain selon l’orientation de son corps, son visage et l’état de ses yeux. Nos résultats montrent, en accord avec notre hypothèse, que les macaques de Tonkéan et les macaques rhésus sont capables d’utiliser de manière flexible le geste de pointage selon l’état d’attention du partenaire humain et qu’ils font plus d’alternances de regard entre l’humain et la nourriture cachée lorsque celui-ci est attentif qu’inattentif. Alors que les macaques de Tonkéan semblent particulièrement sensibles à la présence et à la mobilité des yeux du partenaire humain, les macaques rhésus sont quant à eux sensibles à davantage d’indices tels que l’orientation du corps, du visage ainsi qu’à la mobilité des yeux. Les macaques rhésus émettent aussi plus d’alternances de regard et donc surveillent plus l’état d’attention du partenaire humain que ne le font les macaques de Tonkéan.

Haut de page

Historique

Présenté le 9/11/2013

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Canteloup, Dalila Bovet et Helene Meunier, « Les macaques de Tonkéan (Macaca tonkeana) et les macaques rhésus (Macaca mulatta) discriminent-ils les mêmes indices sociaux d’un partenaire humain ? », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 45, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1602 ; DOI : 10.4000/primatologie.1602

Haut de page

Auteurs

Charlotte Canteloup

Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen et Laboratoire d’Ethologie et de Cognition Comparées, Université Paris Ouest Nanterre, 200 avenue de la République, 92000 Nanterre
Auteur pour la correspondance :
charlotte.canteloup@gmail.com

Articles du même auteur

Dalila Bovet

Laboratoire d’Ethologie et de Cognition Comparées, Université Paris Ouest Nanterre, 200 avenue de la République, 92000 Nanterre
Courriel :
dbovet@u-paris10.fr

Helene Meunier

Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen
Courriel :
meunier.h@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org