Navigation – Plan du site
Dossier Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage
52

Dossier Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage – Introduction générale

Special section on Communication of humans and nonhuman primates: in search of the origins of language – General Introduction
Adrien Meguerditchian

Résumés

Le langage humain constitue un système de communication unique qui implique un ensemble de capacités cognitives complexes. Alors que les contributions des primatologues ont longtemps été peu considérées pour aborder la question de ses origines, nous assistons à un regain d'intérêt dans la communauté scientifique à propos des recherches sur les systèmes de communication des primates et leurs potentielles continuités avec les propriétés du langage. Ce dossier spécial de la Revue Primatologie vise à compiler les résultats de recherches récentes sur cette question à travers une approche multidisciplinaire en éthologie, psychologie comparée et neurosciences, et à discuter ainsi les précurseurs potentiels du langage chez nos ancêtres.

Haut de page

Historique

Soumis 2 mai 2013. Accepté 30 septembre 2013

Texte intégral

Editorial

1Le langage humain constitue un système de communication unique qui implique un ensemble de capacités cognitives complexes telles que l’intentionnalité, le partage de l’attention, l’imitation, l’empathie, la générativité, l’élaboration et la compréhension syntaxique, la catégorisation, la représentation mentale conceptuelle, la manipulation de conventions symboliques partagées, les propriétés référentielles du signal, etc. (Pinker, 1999). La question des origines du langage fait l’objet d’un débat scientifique multidisciplinaire intense qui a souvent été dominé par les linguistes (e.g. Smith et al., 2008). Les discussions sur les origines de la parole ont longtemps été restreintes à la modalité vocale et à l’évolution des traits exclusivement liés au langage articulé, tels que la modification anatomique de l’appareil vocal et des cordes vocales, les capacités articulatoires, l’innervation de la langue, le développement d’un contrôle cortical pour la production de sons (e.g. Ploog, 2002). Au regard des connaissances communément admises suggérant une apparition tardive et soudaine de certains de ces changements biologiques il y a 170 000 ans environ, le langage aurait émergé d’un bloc lors de l’apparition de notre espèce Homo sapiens (Bickerton, 1995 ; Chomsky, 1966 ; Crow, 2002 ; Pinker, 1994), excluant ainsi, de fait, le point de vue des primatologues sur cette question. Cette apparition tardive du langage est expliquée, notamment, par l’hypothèse d’une mutation du gène FOXP2 (Enard et al., 2002) associée à une modification soudaine des structures cérébrales permettant au système de communication humain de développer des propriétés linguistiques propres à son espèce.

2Longtemps marginalisées, les contributions des primatologues commencent à être reconnues au sein de la problématique des origines de la parole (Christiansen et Kirby, 2003 ; Hauser, et al., 2002). Comme relevé précédemment, les propriétés du langage dépassent largement celles uniquement liées à l’appareil vocal de l’homme. Certaines d’entre elles pourraient alors potentiellement trouver une origine dans un système de communication bien plus lointain que celui datant de l’émergence de Homo sapiens (e.g. Gentilucci et Corballis, 2006).

3Dans la lignée des théories évolutionnistes darwiniennes, les chercheurs considèrent généralement une homologie entre deux espèces phylogénétiquement proches comme un trait remontant probablement à leur ancêtre commun. Par exemple, une homologie démontrée entre un chimpanzé Pan troglodytes et un être humain pourrait provenir de leur ancêtre commun il y a 5-7 millions d’années environ (e.g. Chen et Li, 2001), tandis que si cette homologie s’étend à un singe de l’Ancien Monde, comme le babouin olive Papio anubis, elle pourrait remonter à 30-40 millions d’années (e.g. Boyd et Silk, 2000). Au regard de la proximité phylogénétique unique entre les primates humains et non humains, étudier le système de communication et la cognition de nos plus proches cousins ainsi que les discontinuités et continuités éventuelles avec l’homme peut fournir des éléments de discussion concernant les précurseurs phylogénétiques potentiels directs de la parole.

4Dans ce numéro de la Revue Primatologie, nous faisons le point sur les recherches menées sur les systèmes de communication des primates non humains à travers les contributions de chercheurs en primatologie, en éthologie, en psychologie comparée et en neurosciences. Nous essayerons ainsi de mieux comprendre l'origine du langage chez nos ancêtres et son évolution qui a conduit à l'émergence de la parole chez l'homme.

Haut de page

Bibliographie

Bickerton, D. (1995). Language and human behavior. Seattle, WA: University of Washington Press.

Boyd R, Silk JB (2000). How humans evolved, 2nd edn. New York: W.W. Norton.

Chomsky N (1966). Cartesian linguistics. New York: Harper & Row.

Chen FC, Li WH (2001). Genomic divergences between humans and other hominoids and the effective population size of the common ancestor of humans and chimpanzees. Am J Hum Genet, 68, 444–456

Christiansen MH, Kirby S (2003). Language evolution: consensus and controversies. Trends Cogn Sci, 7, 300-307.

Crow T (2002). The speciation of modern Homo sapiens. Oxford: Oxford University Press.

Enard W, Przeworski M, Fisher SE, Lai CS, Wiebe V, Kitano T, Monaco AP, Paabo S (2002). Molecular evolution of FOXP2, a gene involved in speech and language. Nature, 418, 869–872.

Gentilucci M, Corballis MC (2006). From manual gesture to speech: A gradual transition. Neurosci Biobehav R, 30, 949–960

Hauser MD, Chomsky N, Fitch WT (2002). The faculty of language: what is it, who has it, and how did it evolve? Science, 298, 1569–1579.

Pinker S (1994) The language instinct. New York: Harper Collins.

Pinker S (1999). Words and rules: The ingredients of language. New York: Harper Collins.

Ploog D (2002). The neural basis of vocalization. In T. J. Crow (Ed.), The speciation of modern Homo sapiens (pp. 121–135). Oxford: Oxford University Press.

Smith ADM, Smith K, Ferrer i Cancho R (2008). The evolution of language. Singapore: World Scientific Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Meguerditchian, « Dossier Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage – Introduction générale », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 52, mis en ligne le 31 mars 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1730 ; DOI : 10.4000/primatologie.1730

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org