Navigation – Plan du site
Dossier Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage
57

La latéralité manuelle préhistorique, les outils et le langage1

Prehistoric handedness, tools and language
Natalie Uomini et John Gowlett

Résumés

Pourquoi y a-t-il 90 % de droitiers chez les humains dans le monde ? Comment sommes-nous devenus producteurs et utilisateurs d'outils très complexes ? Pourquoi le langage humain a-t-il évolué ? Nous présenterons des données archéologiques et paléoanthropologiques portant sur la latéralité manuelle chez les homininés. Ensuite nous proposerons notre théorie que la latéralité et le langage sont reliés à travers les habiletés sociales et techniques de nos ancêtres préhistoriques. Le langage a permis aux homininés de maîtriser la fabrication d'outils complexes par l'apprentissage et l'enseignement ; et l'utilisation des outils complexes a influencé la latéralité de l'espèce. La complexité technologique a pu se transmettre à cause de l'organisation sociale des homininés, vivant en groupes de plus en plus larges avec des réseaux sociaux plus importants. De plus, l'invention du feu aurait permis une croissance de la complexité dans les liens sociaux et les outils.

Haut de page

Historique

Soumis 2 mai 2013. Accepté 17 mars 2014

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Remerciements. Les auteurs souhaitent remercier les sources de financement suivants : British Acad (...)

1Quand on veut dater quelque chose – par exemple les origines du langage – il est parfois nécessaire d’utiliser plusieurs témoins du passé. Ensuite on espère que ces différentes sources d’information s’accordent entre elles. Pour ce thème spécial sur les origines du langage, dans cet article, nous allons explorer les liens entre les manifestations préhistoriques de la latéralité manuelle, de la maîtrise du feu, de la technologie des pierres taillées, et du "cerveau social", qui, selon nous, sont des facteurs importants qui ont permis au langage de se développer chez les homininés (les ancêtres préhistoriques des humains, après l’ancêtre commun).

2 Latéralité manuelle, définition, chasseurs-cueilleurs, primates non-humains

2.1 Notre définition de la latéralité manuelle

2D’abord nous présentons notre définition de la latéralité manuelle, pour établir clairement la terminologie et éviter des confusions. Il ne s’agit pas d’une préférence manuelle individuelle, ni d’un biais du groupe.

3La préférence manuelle est la tendance d’un individu à utiliser la même main pour la plupart des actions manuelles. Par exemple, notre collègue de bureau préfère utiliser sa main gauche pour écrire, pour se brosser les dents, pour attacher les boutons de sa chemise, pour servir la soupe, et pour téléphoner. On trouve ces préférences manuelles individuelles chez d’autres primates (McGrew et Marchant, 1997 ; Chapelain et Blois-Heulin, 2009).

4Le biais du groupe est la tendance des individus dans un groupe à exécuter une action manuelle avec la même main. Par exemple, dans notre société il est considéré correct de manger avec la fourchette dans la main gauche, bien qu'on soit par ailleurs droitier. Un biais du groupe dans le domaine non manuel, par exemple dans l'orientation du corps ou la préférence oculaire,  se trouve aussi chez d’autres animaux comme les oiseaux, les crapauds, les abeilles, les chevaux, et les homards (Bradshaw & Rogers, 1993; Bisazza et al., 1998; Rogers & Andrew, 2002; Farmer et al., 2010; Frasnelli et al., 2012; Rogers et al., 2013).

5Ce dont nous parlons est un biais partagé par l’espèce humaine pour l’utilisation d’une configuration manuelle pour la plupart des actions manuelles. La configuration manuelle définit la manière dont les deux mains agissent ensemble pour réaliser un but commun, par exemple quand nous dévissons le couvercle d'un bocal : nous tenons le bocal dans une main et nous dévissons le couvercle de l'autre main. Dans ce cas, les deux mains ont des rôles très distincts mais complémentaires. Nous choisissons ici de nous concentrer sur la configuration, et non pas la préférence manuelle, parce que la latéralité n’est pas toujours question de l’activité d’une seule main isolée. En particulier pour les activités préhistoriques, il semble que beaucoup d'activités journalières ont impliqué les deux mains (Eshed et al., 2004): chasser, fabriquer un panier, cueillir des fruits, transporter de l'eau, décortiquer une carcasse animale... C’est pour cela que dans nos recherches sur la latéralité dans les outils préhistoriques, nous travaillons avec un modèle de la latéralité manuelle qui prend en compte les actions distinctes des deux mains agissant ensemble vers un seul but.

6Ce modèle suit principalement la Chaîne Kinématique de Guiard (1987), que nous appelons "Complementary Role Differentiation" (CRD), c’est-à-dire la différenciation des rôles complémentaire(s) des deux mains (Steele et Uomini, 2009). Dans ce modèle, la main dite "non dominante", qui est la gauche pour la majorité des humains droitiers, sert de support et de stabilisateur dans la position spatiale, tandis que la main "dominante", qui est la droite pour la majorité, exécute les manipulations qui nécessitent des mouvements plus fins, précis, et rapides. Guiard (1987) a défini les rôles par la basse fréquence pour la main non dominante et la haute fréquence pour la main dominante.

7Pour illustrer ces rôles complémentaires mais distincts, prenons l’exemple d’une action fréquente qu’on peut observer pendant la pause-café : boire le café d’une tasse qui repose dans une soucoupe. Un droitier maintient la soucoupe avec sa main gauche, et soulève la tasse avec sa main droite pour boire. La main gauche essaye de maintenir une position spatiale stable de la soucoupe pendant que la main droite manipule la tasse, l’amène jusqu’aux lèvres, et la repose sur la soucoupe.

8Ces rôles complémentaires sont répandus parmi les sociétés industrielles et occidentales, tels qu’environ 90 % des humains sont "droitiers", c’est-à-dire que le rôle dominant est assuré par la main droite (Coren et Porac, 1977 ; Annett 1985 ; Gilbert et Wysocki, 1992 ; McManus et al., 1999 ; McManus, 1999, 2009 ; Fagard, 2004 ; Leask et Beaton, 2007).

2.2 Chasseurs-cueilleurs

9Les recherches sur la latéralité chez les chasseurs-cueilleurs, les populations non lettrées, et les peuples qui n’ont pas de langue écrite, ont posé la question : est-ce que le choix de la main droite chez les populations industrialisées serait influencé par notre apprentissage de l’écriture, qui favoriserait une meilleure capacité de manipulation fine de la main droite ? Deux études ont trouvé que les tabous contre l’usage de la main gauche pour écrire et manger n’ont pas influencé le choix de la main pour d’autres activités (à Taiwan : Teng et al., 1976 ; au Brésil : Martin et Porac, 2007), alors qu’une étude en Tunisie a trouvé le contraire (Fagard et Dahmen, 2004). Il semblerait donc que les gauchers existent naturellement partout, même dans les cultures où l'usage de la main gauche est tabou.

10Pourtant, les droitiers sont toujours plus nombreux dans toutes les populations étudiées (Connolly et Bishop, 1992 ; Perelle et Ehrman, 1994 ; Marchant et al., 1995 ; Raymond et Pontier, 2004 ; Faurie et Raymond, 2005). Nous n'avons trouvé aucune population humaine ayant une majorité de gauchers : les taux les plus élevés de gauchers connus à ce jour sont chez les Eipo en Papouasie-Nouvelle Guinée de 26.9 % (estimé) (ou 20.4 % mesuré) (Faurie et al., 2005) et chez les Yanomamö au Venezuela de 22.6 % (Marchant et al., 1995). Cette situation contraste fortement avec celle des primates non humains.

2.3 Primates non humains

11Les données sur la latéralité manuelle chez les non-humains ayant déjà été résumées et analysées dans d'autres publications (McGrew et Marchant, 1997 ; Papademetriou et al., 2005 ;  Llorente et al., 2008, 2009 ; Meguerditchian et Vauclair, 2009 ; Chapelain et al., 2011), nous ne les présenterons pas ici. Chez les primates non humains, en particulier les grands singes, il existe des groupes ayant plus de gauchers que de droitiers, ou simplement une quantité égale de droitiers et de gauchers (Hopkins, 2006 ; Cashmore et al., 2008 ; Chapelain, 2010 ; Chapelain et al., 2011). Donc chaque groupe de grands singes peut avoir un profil de latéralité spécifique à ce groupe. Ce profil ne peut pas être généralisé à toute l’espèce, comme on peut le faire avec les humains (Uomini, 2009a).

12La question pour les préhistoriens reste : quand, comment, et pourquoi cette tendance droitière est-elle apparue dans la lignée des humains ? Etant un trait unique parmi les grands singes vivants (Fitch et Braccini, 2013), il serait apparu après la divergence du dernier ancêtre commun. Ces homininés sont donc l'objet d'intérêt pour les paléoanthropologues et archéologues.

13Les hypothèses sur le passage de la latéralité des primates non humains à celle des homininés ne sont pas nombreuses.

2.3.1. L'hypothèse de la complexité

14Étant donné que parmi les primates, seule l'espèce humaine possède un biais latéral vers un côté (la droite) à plus de 75 %, la question se pose : quelles conditions ont pu favoriser l'évolution d'un tel biais ? Pour répondre à cette question, nous étudions les conditions qui favorisent une plus forte latéralité chez les primates actuels. Il est reconnu que les humains sont plus fortement latéralisés (individuellement) pour des tâches plus complexes (Bryden, 2000), quelle que soit la définition de 'complexité' que nous utilisons. Des nouvelles données sur les primates non humains montrent aussi un effet de la complexité : les individus deviennent plus fortement latéralisés quand ils font des activités manuelles plus difficiles, nouvelles, bimanuelles, et/ou précises (Fagot et Vauclair, 1991). L'hypothèse de la complexité (Corballis, 1987 ; Uomini, 2009a) propose donc que les homininés sont devenus plus fortement latéralisés quand ils ont commencé à fabriquer des outils en pierre, qui est une tâche très difficile, complexe, précise, et bimanuelle. Mais cependant, cette hypothèse ne répond pas à la deuxième question : pourquoi un biais dans la même direction pour toute l'espèce ?

2.3.2. L'hypothèse de l'apprentissage

15Pour répondre à cette deuxième question, il faut connaîtres les conditions qui favorisent une latéralité homogène parmi un groupe d'individus. C'est ici que nous manquons de données. Nous connaissons peu d'études scientifiques sur cette question (Michel & Harkins, 1985 ; Fagard & Lemoine, 2006). Ces études démontrent que l'apprentissage d'une activité manuelle est plus efficace quand l'élève et l'enseignant ont la même configuration manuelle. Les bébés préfèrent adopter la latéralité du démonstrateur après quelques minutes de pratique. Pourtant, les primates non humains ne démontrent aucune concordance de la latéralité des parents avec celle de leurs enfants (Boesch, 1991).  Avec le peu de données dont nous disposons sur cette question, il semble que les activités plus complexes pratiquées par les humains incitent à une tendance latéralisée de groupe.

2.3.3. L'hypothèse du combat

16Une troisième hypothèse concerne le fait qu'il existe toujours une minorité de gauchers parmi tous les humains, qui reste constante dans l'espace et dans le temps (Raymond et al., 1996). Cette hypothèse propose que les gauchers aient un avantage sélectif d'être une minorité parmi une majorité de droitiers. Cet avantage se manifeste, par exemple, dans le combat : les gauchers de tennis, de ping-pong, et d'escrime peuvent battre les droitiers à cause de l'effet-surprise, qui provient simplement du fait que la plupart des partenaires contre qui l'on joue sont droitiers, et donc on a moins d'expérience contre les gauchers (Faurie et Raymond, 2013). Le combat manuel, qu'on peut imaginer pour les homininés, soit contre d'autres homininés, soit contre des animaux, serait donc une force puissante qui aurait maintenu une minorité d'homininés gauchers lorsque la majorité a évolué vers une espèce droitière.

17Les hypothèses de la complexité et de l'apprentissage ont un lien direct avec la technologie, qui est notre spécialité. Nous les étudierons donc en plus de détail. En particulier, nous soulèverons l'idée de l'apprentissage de la technologie en pierre, qui s'est complexifiée en plusieurs étapes, dont une autour du temps où le feu fût maîtrisé. D'abord nous aborderons les données archéologiques indiquant la latéralité manuelle, afin d'en établir les dates de son émergence.

3 Latéralité en archéologie, complexité de la technologie

3.1 Latéralité en archéologie

18Afin d'essayer de dater l'émergence d'une majorité de droitiers chez les homininés, il est nécessaire d'avoir des données sur la latéralité de plusieurs individus d'un groupe. Etant donné les limites scientifiques de la datation des fossiles et des outils préhistoriques, il est nécessaire de considérer le "groupe" au sens large, notamment par la proximité géographique, temporelle, ou culturelle des objets ou individus.

19Il y a deux approches directes pour retrouver la latéralité de nos ancêtres (et leurs cousins) disparus. L'une passe par les outils qu'ils ont fabriqués en identifiant des traces d'utilisation ou de fabrication asymétriques. L'autre est par leurs ossements fossiles en identifiant des asymétries des os dues à l'usage latéralisé des muscles, surtout pour les membres supérieurs. Ainsi l'approche archéologique se sert par exemple de MEB (microscope électronique à balayage) et d'expérimentations pour étudier l'effet d'un usage asymétrique sur les outils en pierre (Semenov, 1964 ; Longo et Skakun, 2008). Nous présenterons ici quelques données archéologiques et ostéologiques.

20Dans l'art rupestre du paléolithique supérieur (de 36 000 à 15 000 ans) il y a beaucoup de mains négatives, ce qui représente les traces directes des mains des chasseurs-cueilleurs préhistoriques d'Europe et d'ailleurs. Une main négative est faite en pulvérisant de la peinture sur une main appuyée contre la paroi (Uomini, 2009b) : Figure 1. La trace de peinture entoure le contour de la main, alors que la main elle-même est montrée par l'absence de peinture sur la paroi : Figure 2. Dans les grottes ornées préhistoriques, on peut compter le nombre de mains négatives droites et gauches (Delluc et Delluc, 1993 ; Clot et al., 1995).

Figure 1

Figure 1

Technique des “deux tubes” pour pulvériser le pigment avec deux pailles et une coquille d’oeuf.
"Two-tube" technique for spraying pigment with two straws and an eggshell.

21Cette information précieuse nous informe que la plupart des mains négatives sont gauches, partout dans le monde et pour toutes les périodes depuis 36 000 ans jusqu'à présent (avec les chasseurs-cueilleurs qui pratiquaient encore la peinture rupestre récemment). Ceci correspond à des droitiers, comme l'ont démontré Faurie et Raymond (2004) : quand on souffle la peinture par la bouche ou avec un tuyau, les droitiers préfèrent poser la main gauche sur la paroi. C'est peut-être pour garder la main droite libre de manipuler le pot de peinture ou de tenir une source de lumière, ou bien par une préférence posturale qui amène la personne à mettre le plus de poids sur sa jambe gauche (mais ce domaine est peu connu : Balasubramaniam et Turvey, 2000 ; Haddad et al., 2011 ). Les données de l'art rupestre ont été résumées dans Steele et Uomini (2005) : le rapport des mains négatives gauches à celles de droites se situe toujours entre 10:1 et 2:1.

Figure 2

Figure 2

Mains négatives expérimentales.
Experimental hand Stencils.

22Les outils en silex utilisés par les Néandertaliens présentent des traces d'utilisation asymétriques. Ces populations se servaient d'outils en pierre et en os pour travailler les peaux, le bois, et les plantes. Selon Semenov (1964), les retouchoirs en os ainsi que les grattoirs et racloirs en silex du paléolithique moyen et supérieur étaient utilisés par une majorité de droitiers, estimée à 80 % (données résumées dans Uomini, 2008). Beaucoup de Néandertaliens présentent aussi des stries diagonales sur leurs dents qui seraient causées par la pratique de manger des lanières de viande séchée en tenant un bout entre les dents et l'autre bout dans la main gauche, et de couper un morceau près des dents avec un geste rapide d'un couteau tenu dans la main droite. Cette pratique est connue chez plusieurs peuples du monde (Uomini, 2008 ; Frayer, 2011) mais surtout chez les peuples arctiques, qui vivent dans les conditions climatiques semblables à ceux des Néandertaliens.

23L'approche ostéologique compare les mesures des deux côtés du corps, par exemple de la densité de l'humérus droit et gauche et de la robustesse des points d'attache des muscles pour établir quel bras était plus fort (Trinkaus et Churchill, 1994, Cashmore 2009). Mais pour cette approche il faut disposer des deux bras d'un seul individu, ce qui est très rare parmi les espèces d'homininés plus anciennes que les Néandertaliens (Cashmore et al., 2008 ; Cashmore et Zakrzewski, 2008). C'est à partir d'Homo ergaster à 1,6 million d'années (ma) qu'on a des mesures d'asymétrie des ossements fossiles, avec le "Garçon de Nariokotome" WT-15000 qui présente un côté droit plus robuste (Walker et Leakey, 1993). Cependant, les données d'un seul individu ne nous informent pas vraiment sur le niveau du groupe.

24Pour résumer les données préhistoriques, c'est seulement à partir des Néandertaliens que nous avons des données archéologiques et ostéologiques fiables sur la latéralité au niveau du groupe. Ces données montrent que les membres de cette espèce étaient aussi fortement droitiers que les humains actuels (Uomini, 2011). Mais pourquoi une espèce de grand singe serait-elle devenue soudainement très fortement latéralisée avec le désavantage de réduire la flexibilité de l’espèce (Marchant et McGrew, 2007) ? Nous proposons que ce phénomène serait lié à la complexité de la technologie.

3.2 Complexité de la technologie

25L’aptitude des humains à se servir de technologies complexes, à les fabriquer, et à apprendre leur utilisation nous semble pertinente pour l’évolution de la latéralité. Nous considérons que les humains sont spécialistes de la technologie complexe (Haslam et al., 2009), et que les homininés l’ont probablement été depuis au moins 3,39 millions d'années (McPherron et al., 2010). Par exemple, les plus anciennes technologies de pierre connues, qui datent de 2,5 et de 2, 34 millions d'années en l’Afrique de l’Ouest (Semaw et al., 1997 ; Roche et al., 1999), sont très complexes car elles ont été réalisées avec des gestes très contrôlés et des séquences bien réfléchies (Pelegrin et Roche, 2000 ; Delagnes et Roche, 2005 ; Roche, 2005) pour obtenir le maximum de bords tranchants de la pierre (Braun et Harris, 2003).

26La technologie acheuléenne à partir d’environ 1,8 million d'années est encore plus complexe : la fabrication d’un biface nécessite une planification considérable. La technique prédominante africaine était d’enlever un grand éclat d’ébauche qui possède déjà les proportions requises, puis de le compléter par un façonnage sélectif. C’est également possible à partir d’un galet de rivière bien sélectionné. En Europe surtout, un bloc de silex était travaillé longuement en étapes (Pelegrin 2005). Dans tous les cas, l’artisan doit avoir dans sa tête un parcours qui mènera à la réconciliation de la matière première disponible avec la technique et le produit fini désiré (Gowlett, 2009).

27En résumé, un changement de technologie s’est produit au début de l’Acheuléen vers 1,76 million d'années (Lepre et al., 2011; Beyene et al., 2013), ce qui indiquerait des capacités cognitives nouvelles chez les premiers membres du genre Homo. Selon Holloway (1969), les processus de fabrication d’un biface acheuléen ont des parallèles avec les structures du langage. La présence de variables distinctes au sein de la conception d’un biface indique un "étiquetage" mental qui serait en accord avec cette idée (Gowlett, 2006).

28L’habileté à tailler la pierre requiert un apprentissage, et donc est forcément apprise par les enfants qui grandissaient dans un groupe d’Australopithèques il y a 3 millions d’années. Ces Australopithèques étaient des animaux sociaux (Dunbar et al., 2010), comme nous et beaucoup de primates. Dans une espèce sociale, les jeunes apprennent des activités de la vie courante en y étant entourés dès leur naissance (Steele, 1997) et les humains aiment aider les jeunes à apprendre des choses (Hewlett et al., 2011).  La question peut donc être posée : quel rapport a l’apprentissage avec la vie sociale des homininés ? Et quelles particularités a la vie sociale des humains par rapport aux autres animaux sociaux ? La clé se trouve dans le feu.

4 Le feu : dates et sites archéologiques

4.1 Datation des traces de feu dans la préhistoire

29Le feu nous donne de très bons indices de la socialité des homininés (Gowlett, 2010). La date exacte de la première utilisation du feu n’est pas encore résolue, en partie à cause des débats qui se concentrent sur la présence ou absence de foyers. Pourtant, les foyers ne sont pas le seul indice possible de l’utilisation du feu. Au site de Beeches Pit en Angleterre, il y a des traces exceptionnelles d’interactions humaines autour du feu :il y a des foyers conservés mais aussi des séquences de fabrication d'outils en silex autour du feu, comme le démontrent plusieurs remontages. Par exemple, on y voit la fabrication d’un biface, pendant laquelle deux ou trois éclats (morceaux) de silex sont tombés dans le feu et ont été brûlés jusqu’à devenir rouge brillant (Gowlett et al., 2005).

30Un grand feu tel que les foyers de Beeches Pit demandait une collecte d’environ 100 kg de bois par jour, ce qui aurait certainement compris une division des tâches parmi le groupe. Les feux sont parfois répétés au même endroit. Cela indique que les groupes restaient au camp un certain temps. Pourtant, il est plus facile de rester dans un endroit si on n’a pas de feu, puisque la consommation rapide des ressources en bois autour d’un camp rend la collecte de bois de plus en plus difficile.

4.2 Sites archéologiques présentant du feu

31Les sites les plus anciens présentant des témoins de feu sont en Afrique (Tableau I). Mais ceux-ci n’ont pas conservé de foyers. Ainsi il est possible que les foyers soient une invention relativement récente : en premier lieu les homininés ont pu suivre des fronts de feux dans des paysages ouverts, en profitant de l’action du feu qui agite le gibier et révèle des ressources dissimulées (oeufs d’oiseaux, trous de lézards et de rongeurs, racines et tubercules).

32Wrangham (2009) présente des bons arguments selon lesquels le feu est devenu une nécessité alimentaire pour les homininés vivant dans des paysages ouverts, même à la date ancienne de 1,7 ma. Les sites comme Chesowanja (Gowlett et al., 1981;  Gowlett, 1999) et Koobi Fora (Harris et Isaac, 1997), datés d'environ 1,5 million d'années, soutiennent cette utilisation ancienne du feu. D’autres sites comme Swartkrans (Brain et Sillen, 1988 ; Brain, 2005) indiquent des feux répétés, qui révèleraient que les homininés revenaient plusieurs fois au même endroit. Ce comportement est visible aussi à GBY (Gesher Benot Ya-aqov) en Israël (Goren-Inbar et al., 2004 ; Alperson-Afil et Goren-Inbar, 2010). Les feux naturels ne se répètent que très rarement au même endroit, surtout dans les altitudes peu élevées et à proximité de l’eau. C’est précisément dans ce type de paysage – ainsi que dans les grottes – que les homininés ont préféré maîtriser le feu. Ces faits suggèrent que les homininés du Pléistocène moyen ne pouvaient pas facilement maîtriser le feu en dehors de ces types d’endroits préférés.

33C’est l’aspect social de l’utilisation du feu, qui est apparent à Beeches Pit, qui selon nous indique le mieux la relation entre le feu et le langage. Le feu pouvait fournir suffisamment de combustible et un "foyer" naturel d’activités sociales. Les données de Beeches Pit – et peut-être aussi de GBY – suggèrent que le feu s’est installé au cœur d’un réseau de chaînes opératoires différentes. La fabrication d'outils, la collecte de bois combustible, l'activité sociale sont reliées par le feu. Par leur nature, ces chaînes opératoires vont au-delà de l'espace-temps immédiat. Ce phénomène est aussi ce que le langage offre à la communication : il permet de réfléchir à des choses lointaines, passées, ou futures (Corballis, 2009; Ferretti et Cosentino, 2013).

Tableau I

Site

Références

Age du site

Nature des témoins

Koobi Fora

Harris et Isaac 1997

1.5 Ma

Aire de combustion

Chesowanja

Gowlett et al. 1981;  Gowlett 1999

1.5 Ma

Terre cuite

Gadeb

Barbetti et al. 1980, Barbetti 1986

1.2 Ma

Pierres chauffées

Bogatyri

Bosinski 2006

0.9 Ma

Os carbonisé

Swartkrans

Brain et Sillen 1988 ; Brain 2005

0.8 Ma

Os carbonisé

GBY

Goren-Inbar et al. 2004 ; Alperson-Afil et Goren-Inbar 2010

0.7 Ma

Foyers

Bois

Zhoukoudian

Jia et Huang 1990 ; Weiner et al. 1999

0.6 Ma

Os carbonisé

Bilzingsleben

Mania 2005

0.4 Ma

Foyers

Beeches Pit

Gowlett et al. 2005; Gowlett 2006; Preece et al. 2006

0.4 Ma

Foyers

Silex brûlés

Schöningen

Thieme 2005

0.4 Ma

Foyers

Bois brûlé

Qesem

Karkanas et al. 2007 ; Barkai et al. 2005

0.3-0.4 Ma

Cendres de bois

Os calciné

Kalambo Falls

Clark 2001

>0.3 Ma

Aire brûlée

Bois carbonisé

Menez Dregan

Hallegouet et al. 1992

0.3 Ma

Foyers

Terra Amata

De Lumley 2006, 2009

0.3 Ma

Foyers

Sites archéologiques sélectionnés ayant des témoins de feu, du plus ancien au plus récent (Ma = millions d'années).
Selected archaeological sites with evidence of fire; from most ancient to most recent (Ma = millions of years).

34En résumé, notre connaissance certaine est que la maîtrise du feu remonte à 400 000 ans, mais il est très probable que l’utilisation du feu remonte à au moins 1,7 million d'années.

35On voit donc que le feu avait un rôle important dans la vie des homininés au moins depuis le début de l’Acheuléen, quand les outils en pierre ont fait un saut en avant dans la complexité, comme nous l’avons expliqué plus haut. Pour explorer quel pouvait être le rôle du feu dans la vie sociale, il faut se tourner vers les grands singes et leurs rythmes d’activité journaliers.

5 Le rythme journalier et les usages du feu

5.1 Le rythme journalier du gorille

36Le feu est normalement considéré comme un "bonus" technologique qui serait apparu plus tard que les technologies de pierre ou de bois. Mais finalement le feu est sans doute la technologie qui est devenue la plus imprégnée dans la biologie humaine. Les Homo sapiens ont un rythme d'activité journalière très différent des autres animaux, y compris celui de nos plus proches cousins les autres grands singes. Le métabolisme humain tend vers 16 heures d’activité et 8 heures de sommeil (Anderson, 1984), alors que tous les autres grands singes ont 16 heures de sommeil ou d’activité faible et seulement 8 heures actives (e.g. pour les gorilles : Schaller 1963). Une exception serait la découverte récente d’activité nocturne des chimpanzés pendant les nuits éclairées par la pleine lune (Pruetz et Bertolani, 2009). En général, l'activité journalière des grands singes est contrainte par les heures d'ensoleillement tropical.  Le contraste avec les humains était observé clairement par Kortlandt (communication personnelle) en Afrique de l’Ouest, notamment le fait que les chimpanzés allaient se coucher juste au moment où l’activité du soir commençait chez les humains. Chez les gorilles, les activités se font pendant la journée. Ils ont deux pics d’activité : le matin au lever du soleil à 6h et l’après-midi à 15h et 17h avant le coucher du soleil. Leur vie est donc liée au cycle du soleil et la lumière du jour (Schaller, 1963) (Figure 3).  En contraste, l'activité humaine dure depuis l'aube jusqu'à la soirée, et de plus, plusieurs travaux démontrent que le pic d'éveil se trouve dans la soirée juste avant d'aller se coucher (aux heures où la plupart des autres primates sont déjà endormis) (Lavie 2001 ; Schmidt et al., 2007; Van Dongen et Dinges, 2005). La limite de sommeil humaine de huit heures est tellement profondément établie que le sommeil régulièrement dépassant 8 heures peut indiquer une pathologie (Burazeri et al., 2003).

Figure 3

Figure 3

Le jour du gorille  de l’aube jusqu’au coucher du soleil.
The gorilla day.

37En revanche, les humains ont un rythme décalé : le plus grand pic d’activité se situe à la tombée de la nuit. Les humains ont leur pic d’éveil en soirée, ce qui leur donne des heures supplémentaires de "temps social" (Figure 4).

Figure 4

Figure 4

Le jour humain : les hommes chassent, un groupe ramasse le bois, un autre groupe reste au camp, et tous se retrouvent le soir pour socialiser.
The human day.

38Cette constitution distincte de l’activité humaine est tellement particulière qu'elle provient sans doute de causes biologiques menées par les pressions de la socioécologie des homininés (cf. Dunbar et Gowlett, 2014).  Elle est probablement possible à cause d’une séparation des paramètres de température corporelle centrale et de débit sanguin cérébral, notamment due au fait que ce dernier voit son pic plus tard dans la journée (Conroy et al., 2005).

39Ce changement majeur des paramètres biologiques liés à l’éveil est mieux expliqué grâce à l’utilisation du feu, qui ajoutait des heures utiles à la journée, en la prolongeant ainsi, surtout en début de soirée (Dunbar et Gowlett, 2014). Ce serait un avantage important d’avoir le confort d’un feu et de pouvoir continuer les activités sociales et les repas au cours de la soirée, surtout dans un paysage ouvert où les prédateurs sont repoussés par le feu.

5.2 Usages du feu

40A part la protection contre les prédateurs comme les hyènes, le feu est utile dans d’autres domaines (Perlès, 1977 ; de Lumley, 2006 ; Rolland, 2004). Il chauffe, surtout dans la nuit et dans les latitudes élevées comme c’est le cas de l’Angleterre. Il permet de préparer les aliments, surtout la viande et les amidons (Wrangham et al., 1999 ; Wrangham, 2009). En particulier la cuisson des aliments permet une meilleure absorption des vitamines et minéraux dans le corps (Wrangham, 2007). Le feu permet aussi d’apporter un éclairage pour la préparation des outils et pour le travail artisanal comme les peaux, le bois, la pierre. Finalement, le feu est un centre social où les membres du groupe se réunissent pour pratiquer leurs tâches pratiques ou leurs rituels (ce qui implique aussi le langage, Ronen, 1998).

41Les activités sociales incluent la pratique des activités technologiques. À Beeches Pit, on perçoit la manufacture d’un biface, peut-être pour remplacer un biface cassé qui se trouvait au même endroit. La diversité de bifaces à ce site témoigne de la diversité des activités pratiquées (Gowlett et al., 2005; Gowlett, 2006b). En général, les chaînes opératoires se reconnectent autour du foyer, comme on le voit dans beaucoup de sites plus récents (e.g. Conard et Bolus, 2003 ; Henderson, 2001 ; Martínez-Moreno et al., 2004). En plus, le retouchage d’outils peut être amélioré en chauffant la pierre (Brown et al., 2009). Ainsi, le feu devient un lieu de pratiques et d’idées qui se confondent entre elles.

42Nous proposons donc que les fondations d’une socialité particulière aux humains étaient déjà en place il y a 400 000 ans et sans doute aussi à Gesher Benot Ya’aqov vers 700 000 ans. Dans ce dernier site, une grande diversité de restes brûlés suggère l’importance du feu, par exemple pour la cuisson (Wrangham, 2009). La socialité humaine se concentre à la tombée de la nuit et dépend donc du feu. Le soir est le moment où tout le groupe se retrouve ensemble. On fabrique des objets et c’est l’occasion d’apprendre et d’enseigner ces activités. Des activités très complexes demandent beaucoup de temps d’apprentissage. Cet apprentissage serait facilité par deux éléments : un cerveau élargi et le langage.

6 Discussion : le "cerveau social", enseignement, apprentissage et langage

43Le cerveau a pu s’élargir à cause d’une vie sociale de plus en plus complexe chez les homininés (Aiello et Dunbar, 1993 ; Gamble et al., 2011 ; Dunbar et al., 2010). A partir d’un volume de 450 cc à 2 millions d’années, il a vu une croissance exponentielle jusqu’à 1400 cc aujourd’hui.

44Nous suggérons que le langage a servi aux enfants pour l’apprentissage des technologies complexes quand les outils en pierre, en bois et en os sont devenus les outils de survie des homininés. Le langage aurait donné un avantage à la transmission des habiletés techniques plus difficiles qu’avant. En particulier, l’acquisition des deux niveaux de la maîtrise technologique est améliorée par le langage : les gestes techniques et les concepts de la méthode d’action (Pelegrin 1991, 1993 ; Roux et al., 1995). Les méthodes ou séquences d’actions peuvent être expliquées avec le langage, comme une recette à apprendre par cœur. Il n’est pas difficile d’imaginer comment l’enseignement verbal peut procéder, puisque c’est la base de notre éducation occidentale. L’exemple de l’enseignement chez les chasseurs-cueilleurs vivant encore une vie traditionnelle peut fournir un parallèle pour les chasseurs-cueilleurs préhistoriques (pas comme fossiles vivants mais comme représentants du mode de vie de la majorité des humains pendant la plupart de notre existence, comme l’expliquent Hewlett et al. (2011).

45Par contraste, le geste technique nécessite une pratique, mais cela n’exclut pas le rôle du langage : un cerveau doté de langage peut améliorer l’apprentissage de l’individu. Ceci est possible grâce au langage interne qui permet à l’individu de réfléchir à sa pratique, par exemple en s’exerçant, ou en pensant aux consignes données par un autre ("Grand-mère disait de bien tenir la pierre à cet angle contre ma jambe"). Cela est particulièrement utile quand le tailleur de pierre se retrouve seul ou qu’un enseignant n’est pas disponible pour l’aider. La capacité du langage peut aussi compléter l’imagerie mentale, qui aide à "voir" le futur outil fini à l’intérieur d’un bloc de pierre.

46D'autre part, les travaux récents de neuroimagerie suggèrent un lien biologique entre la production du langage et des outils. Les premières études sur le fonctionnement du cerveau lors de la fabrication d'outils en silex (Stout et Chaminade, 2007) montrent, entre autres, une activation de l'aire de Broca, qui est aussi impliquée dans le langage. Une étude suivante a essayé de préciser le rôle de l'aire de Broca en comparant l'activité cérébrale du langage et de la planification dans la fabrication de bifaces acheuléens (Uomini et Meyer, 2013). Ces travaux indiquent que les réseaux du cerveau qui desservent les tâches linguistiques pourraient être les mêmes qui sont invoqués pour la fabrication d'outils en silex. Dans cette optique, l'hypothèse de co-évolution du langage et des outils (Gibson, 1993) est soutenue, mais nous manquons toujours de données (Fagard, 2012).

47Il n'y a que très peu de données neurobiologiques sur les primates non humains en ce qui concerne la latéralité fonctionnelle du cerveau ou son asymétrie structurelle (Chance et Crow, 2007 ; Gómez-Robles et al., 2013; Meguerditchian et al., 2013). Ces travaux soutiennent deux hypothèses opposées : (1) que les humains ont un niveau de latéralisation cérébrale plus élevé que les autres primates, et (2) qu'un système communicatif latéralisé plus ancien aurait pu exister.

48Enfin nous verrons que les multiples trajectoires de l’évolution abordées dans ce texte peuvent être interconnectées pour parvenir à une conclusion.

7 Conclusion

49En conclusion, nous voyons que l’évolution du volume du cerveau déterminé par les fossiles est maintenant très bien datée, ainsi que les outils lithiques retrouvés dans les contextes archéologiques. Mais les débuts du feu ou de l’utilisation du bois sont moins bien connus. L’évolution de la latéralité manuelle et de l’asymétrie proviennent surtout de preuves indirectes, mais en principe on peut espérer les relier aux autres formes de témoins, en particulier les fossiles et la technologie.

50Tous ces témoins sont comme des stores qui montent ou descendent indépendamment (Figure 5). Toute information qui peut fournir des liens entre ces stores est précieuse, par exemple la preuve d’une technologie d’emmanchement qui nécessite le feu pour sa fabrication, comme la résine (Koller et al., 2001 ; Mazza et al., 2006 ; Wadley et al., 2009).

Figure 5

Figure 5

Résumé des témoins indirects du langage : encéphalisation, réseaux sociaux, technologie en pierre, feu.
Summary of indirect indicators of language.

51En résumé, la technologie lithique a eu une croissance de complexité au cours de l’évolution humaine. En même temps le cerveau devient plus large. Le feu prend un rôle plus important pour les homininés, et la latéralité prend plus de force. En conclusion, si le langage est réellement lié à tous ces facteurs, comme nous le suggérons ici, alors il est logique de placer ses origines au même moment que les autres éléments, donc entre 3,4 et 1 millions d'années. Selon nous, le langage se situe dans la complexité de la vie sociale, de la technologie, et du feu, qui ont été des facteurs déterminants dans l’évolution humaine.

Haut de page

Bibliographie

Aiello LC, Dunbar RIM (1993). Neocortex size, group size, and the evolution of language.  Curr Anth 34, 84-193.

Alperson-Afil N, Goren-Inbar N (2010).  The Acheulian site of Gesher Benot Ya’aqov, Volume II. Ancient flames and controlled use of fire. Dordrecht: Springer.

Anderson JR  (1984).  Ethology and ecology of sleep in monkeys and apes.  Advances in the study of behavior 14, 166-229.

Annett M (1985). Left, right, hand and brain: the Right Shift theory. London: Lawrence Erlbaum Associates.

Balasubramaniam R, Turvey MT  (2000). The handedness of postural fluctuations. Human Movement Science 19, 667-684.

Barkai R, Gopher A, Shimelmit, R (2005).  Middle Pleistocene blade production in the Levant: an Amudian assemblage from Qesem Cave, Israel.  Eurasian Prehistory 3, 39-74.

Barbetti M (1986). Traces of fire in the archaeological record, before one million years ago?  J Hum Evol 15, 771-781.

Barbetti, M, Clark, JD, Williams, FM, Williams, MAJ (1980).  Palaeomagnetism and the search for very ancient fireplaces in Africa. Results from a million-year-old Acheulian site in Ethiopia. L’Anthropologie (Brno) 18, 299-304.

Beyene Y et al.  (2013). The characteristics and chronology of the earliest Acheulean at Konso, Ethiopia. Proc. Natl. Acad. Sci. 110, 1584–1591.

Bisazza A, Rogers LJ, Vallortigara G (1998). The origins of cerebral asymmetry: A review of evidence of behavioural and brain lateralisation in fishes, reptiles and amphibians. Neuroscience and Biobehavioral Reviews 22, 411-426.

Christophe Boesch (1991). Handedness in wild chimpanzees. Int J Primatol 12, 541-558.

Bosinski G (2006). Les premiers peuplements de l’Europe centrale et de l’Est. Comptes Rendus Palevol 5(1-2), 311-317.

Bradshaw JL, Rogers LJ (1993). The evolution of lateral asymmetries, language, tool use, and intellect. New York: Academic Press.

Brain CK (2005).  Essential attributes of any technologically competent animal. In From tools to symbols: from early hominids to modern humans (d’Errico F, Backwell L, editors). Johannesburg: Witwatersrand University Press. pp. 38-51.

Brain CK, Sillen A (1988).  Evidence from the Swartkrans cave for the earliest use of fire.  Nature 336, 464-466.

Braun DR, Harris JWK (2003). Technological developments in the Oldowan of Koobi Fora: innovative techniques of artifact analysis. In Oldowan: Rather more than smashing stones. First hominid technology workshop (Moreno JM, Torcal RM, de la Torre Sainz I, editors). Treballs d’Arqueologia 9. pp. 117-144.

Brown KS, Marean CW, Herries AIR, Jacobs Z, Tribolo C, Braun D, Roberts DL, Meyer MC, Bernatchez J (2009). Fire as an engineering tool of early modern humans.  Science 325, 859-862.

Bryden PJ (2000). Side Bias: A Neuropsychological Perspective. In Lateral Preference, Skilled Behaviour and Task Complexity: Hand and Foot. Springer, pp 225-248.

Burazeri G, Gofin J, Kark, JD (2003).  Over 8 hours of sleep – marker of increased mortality in Mediterranean population: follow-up population study.  Croatian Medical Journal 44, 193-198.

Cashmore L (2009). Can hominin 'handedness' be accurately assessed? Annals of Human Biology 36, 624-641.

Cashmore L, Uomini N, Chapelain A (2008). The evolution of handedness in humans and great apes: A review and current issues. Journal of Anthropological Sciences 86, 7-35.

Cashmore LA, Zakrzewski SR. (2008). Assessment of upper limb bilateral asymmetry and implications for the evolution of handedness. Am J Phys Anth S46, 77.

Steven A. Chance, Timothy J. Crow (2007). Distinctively human: cerebral lateralisation and language in  Homo sapiens. Journal of Anthropological Sciences 85, 83-100. 

Chapelain AS (2010). Hand preferences in bonobos (Pan paniscus) for a variety of actions: spontaneous daily actions (non-social and social), bimanual coordination (tube task), tool-use (termite fishing) and induced gestures (begging). Unpublished PhD thesis: Loughborough University.

Chapelain AS, Blois-Heulin C. (2009). Lateralization for visual processes: eye preference in Campbell’s monkeys (Cercopithecus c. campbelli). Anim Cogn 12, 11–19.

Chapelain AS, Hogervorst E (2009). Hand preferences for bimanual coordination in 29 bonobos (Pan paniscus). Behav Brain Res 196, 15–29.

Chapelain AS, Hogervorst E, Mbonzo P, Hopkins WD (2011). Hand preferences for bimanual coordination in 77 bonobos (Pan paniscus): replication and extension. Int J Primatol, in press.

Clark JD, editor (2001). Kalambo Falls, Vol 3.  Cambridge: Cambridge University Press.

Clot A, Menu M, Walter P (1995). Manières de peindre des mains à Gargas et Tibiran (Hautes-Pyrénées). L'Anthropologie 99(2/3): 221-235.

Conard JN, Bolus M (2003). Radiocarbon dating the appearance of modern humans and timing of cultural innovations in Europe: new results and new challenges. J Hum Evol, 2003, 44, 331-371.

Connolly KJ, Bishop DVM (1992). The measurement of handedness: a cross-cultural comparison of samples from England and Papua New Guinea. Neuropsychologia 30, 13–26.

Conroy DA, Spielman AJ, Scott RQ (2005). Daily rhythm of cerebral blood flow velocity.  Journal of Circadian Rhythms 3, 3. DOI 10.1186/1740-3391-3-3.

Corballis MC (1987). Straw monkeys. Behavioral and Brain Sciences 10, 269-270. DOI 10.1017/S0140525X00047762

Corballis MC. (2009). Mental time travel and the shaping of language. Exp Brain Res 192, 553-60. DOI 10.1007/s00221-008-1491-9

Coren S, Porac C (1977). Fifty centuries of right-handedness: the historical record. Science 198, 631-632.

Delagnes A, Roche H (2005). Late Pliocene hominid knapping skills: The case of Lokalalei 2C, West Turkana, Kenya. J Hum Evol 48, 435-472.

Delluc B, Delluc  G (1993). Images de la main dans notre préhistoire. Les dossiers d'archéologie 178, 32-45.

Dunbar R, Gamble C, Gowlett J, editors (2010).  Social Brain, Distributed Mind. London: Proceedings of the British Academy 158.

Dunbar RIM, Gowlett, JAJ (2014).  Fireside chat: the impact of fire on hominin socioecology. In Lucy to language: the benchmark papers (Dunbar RIM, Gamble C, Gowlett, JAJ, editors). Oxford: Oxford University Press. pp. 277-296.

Eshed V, Gopher A, Galili E, Hershkovitz I (2004). Musculoskeletal stress markers in Natufian hunter-gatherers and Neolithic farmers in the Levant: the upper limb. Amer J Phys Anth 123, 303-315.

Fagard J (2004). Droitiers/Gauchers. des asymétries dans tous les sens. Marseille: Solal.

Fagard J, Lemoine C (2006). The role of imitation in the stabilization of handedness during infancy. Journal of Integrative Neuroscience, 5, 519-533.

Fagard J (2012). Early Development of Hand Preference and Language Lateralization: Are They Linked, and If So, How? Developmental Psychobiology 21131, 596-607.

Fagard J, Dahmen R (2004). Cultural influences on the development of lateral preferences: a comparison between French and Tunisian children. Laterality 9, 67-78.

Fagot J, Vauclair J (1991). Manual laterality in nonhuman primates: a distinction between handedness and manual specialization.Psychological Bulletin 109, 76-89.

Farmer, K, Krueger, K and Byrne, RW (2010) Visual laterality in the domestic horse (Equus caballus) in interaction with humans. Animal Cognition 12, 229-238, DOI 10.1007/s10071-009-0260-x

Faurie C, Raymond M (2004). Handedness frequency over more than ten thousand years. Proc Roy Soc Lon B  271, 43-45.

Faurie C, Raymond M (2005). Handedness, homicide and negative frequency-dependent selection. Proc Roy Soc Lon B 272, 25–28.

Faurie C., Schiefenhövel, W., Le Bomin S, Billiard S, Raymond M (2005). Variation in the frequency of left-handedness in traditional societies. Curr Anth 46, 142-147.

Faurie, C. and Raymond, M. (2013), The fighting hypothesis as an evolutionary explanation for the handedness polymorphism in humans: where are we? Annals of the New York Academy of Sciences 1288: 110–113. DOI 10.1111/nyas.12159

Ferretti F, Cosentino E (2013). Time, language and flexibility of the mind: The role of mental time travel in linguistic comprehension and production. Philosophical Psychology  26, 24-26.

Fitch WT, Braccini SN (2013). Primate laterality and the biology and evolution of human handedness: a review and synthesis. In special issue: The Evolution of Human Handedness, Ann. N.Y. Acad. Sci. 1288, 70–85.

Frasnelli E, Vallortigara G, Rogers LJ (2012). Left–right asymmetries of behaviour and nervous system in invertebrates. Neuroscience & Biobehavioral Reviews 36, 1273-1291.

Frayer DW, Lozano M, Bermúdez de Castro JM, Carbonell E, Arsuaga JL, Radovčić J, Fiore I, Bondioli L. (2011) More than 500,000 years of right-handedness in Europe. Laterality in press, 1-19.

Gamble C, Gowlett J, Dunbar R (2011). The Social Brain and the Shape of the Palaeolithic. Cambridge Archaeol J 21, 115–35.

Gibson KR (1993). Tool use, language and social behavior in relationship to information processing capacities. In: Gibson KR, Ingold T, editors. Tools, language and cognition in human evolution. Oxford: Oxford University Press: 251–269.

Gilbert AN, Wysocki CJ (1992). Hand preference and age in the United States. Neuropsychologia 30, 601-608.  

Gómez-Robles A, William D. Hopkins, Chet C. Sherwood (2013). Increased morphological asymmetry, evolvability and plasticity in human brain evolution Proc. R. Soc. B 280, 1471-2954.

Goren-Inbar N, Alperson N, Kislev ME, Simchoni O, Melamed Y, Ben-Nun A, Werker E, (2004).  Evidence of hominin control of fire at Gesher Benot Ya`aqov, Israel.  Science 304, 725-727.

Gowlett JAJ (1999). ‘Lower and Middle Pleistocene archaeology of the Baringo Basin’. In  Late Cenozoic environments and hominid evolution: a tribute to Bill Bishop (Andrews P,  Banham P, editors). London: Geological Society. pp. 123-141.  

Gowlett JAJ (2006a). The elements of design form in Acheulian bifaces: modes, modalities, rules and language.  In Axe Age: Acheulian Tool-making from Quarry to Discard (Goren-Inbar N, Sharon G, editors). London: Phoenix Press. pp.203-221.

Gowlett JAJ (2006b).  The early settlement of northern Europe: Fire history in the context of climate change and the social brain. Comptes Rendus Palevol 5(1-2), 299-310.

Gowlett JAJ  (2009).  Artefacts of apes, humans and others: towards comparative assessment.  J Hum Evol 57: 401-410.  

Gowlett JAJ  (2010). Firing Up the Social Brain. In Social Brain, Distributed Mind. (Dunbar R, Gamble C, Gowlett J, editors).  Proceedings of the British Academy 158. pp. 341–366.

Gowlett JAJ, Harris JWK, Walton D., Wood BA (1981). Early archaeological sites, hominid remains and traces of fire from Chesowanja, Kenya, Nature 294, 125-129.

Gowlett JAJ, Hallos J, Hounsell S, Brant V, Debenham, NC (2005). Beeches Pit – archaeology, assemblage dynamics and early fire history of a Middle Pleistocene site in East Anglia, UK.  Eurasian Prehistory 3, 3-38.

Guiard Y (1987). Asymmetric division of labor in human skilled bimanual action: The kinematic chain as a model. Journal of Motor Behavior 19, 486-517.

Hallegouet B, Hinguant S, Gebhardt A,  Monnier J-L (1992).  Le gisement paléolithique inférieur de Menez-Dregan 1 (Plouhinec, Finistère), premiers résultats des fouilles. Bull Soc Préhist Franç 89, 77-81.

Haddad JM, Rietdyk S, Joong Hyun Ryu, Seaman JM, Silver TA, Kalish JA, Hughes CML (2011). Postural asymmetries in response to holding evenly and unevenly distributed loads during self-selected stance. Journal of Motor Behavior 43, 345-355.

Haslam  M, Hernandez-Aguilar A, Ling V, Carvalho S, de la Torre I, DeStefano A, Du A, Hardy B, Harris J, Marchant L, Matsuzawa T, McGrew W, Mercader J, Mora R, Petraglia M, Roche H, Visalberghi E, Warren R (2009). Primate archaeology. Nature 460, 339-344.

Harris JWK, Isaac G Ll (1997). Sites in the Upper KBS, Okote, and Chari Members: Reports.  In Koobi Fora Research project Volume 5: Plio-Pleistocene Archaeology (Isaac GLl, Isaac B, editors).  Oxford: Clarendon Press. pp. 115-223.

Henderson Z (2001).  The integrity of the Middle Stone Age horizon at Florisbad, South Africa.  Navorsinge van die nasionale Museum Bloemfontein 17, 26-52.

Hewlett BS, Fouts HN, Boyette AH, Hewlett BL (2011). Social learning among Congo Basin hunter-gatherers. Phil Trans Royal Soc B 366, 1168-1178.

Holloway RL(1969). Culture: a human domain. Curr Anth 10, 395-412.

Hopkins WD (2006). Comparative and familial analysis of handedness in great apes. Psychological Bulletin 132, 538-559.

Jia L, Huang W (1990). The Story of Peking Man.  Beijing: Foreign Languages Press; Hong Kong: Oxford University Press.

Karkanas P, Shahack-Gross R, Ayalon A, Bar-Matthews M, Barkai R, Frumkin A, Gopher, A, Stiner MC (2007). Evidence for habitual use of fire at the end of the Lower Paleolithic: site-formation processes at Qesem Cave, Israel. J Hum Evol 53, 197-212.

Koller J, Baumer U,  Mania D (2001).  High-tech in the Middle Palaeolithic: Neandertal-manufactured pitch identified.  European J Archaeol 4, 385-397.

Leask S J, Beaton AA (2007). Handedness in Great Britain. Laterality 12, 559–72.

Lepre CJ, Roche H, Kent DV, Harnand S, Quinn RL, Brugal J-P, Texier P-J, Feibel  CS (2011). An earlier origin for the Acheulian. Nature 477, 82-85.

Llorente M, Fabré M,  Mosquera M (2008).  Lateralización cerebral en chimpancés: una aproximación filogenética al estudio del cerebro humano. Estudios de Psicología 29, 147-161.

Llorente M, Mosquera M, Fabré M (2009). Manual laterality for simple reaching and bimanual coordinated task in naturalistic housed chimpanzees (Pan troglodytes). Int J Primatol 30, 183-197.

Longo L, Skakun N (eds.) (2008). "Prehistoric Technology" 40 years later: functional studies and the Russian legacy. B.A.R. International Series 1783. Oxford: Archaeopress.

Lumley H. de (2006).  ‘Il y a 400,000 ans: la domestication du feu, un formidable moteur d’hominisation’. Comptes Rendus Palevol 5(1-2), 149-154.

Lumley H de  (2009).  Terra Amata, Nice, Alpes-Maritimes, France. Tome 1: Cadre géographique, historique, contexte géologique, stratigraphie, sédimentologie, datation. Paris: Editions CNRS.

McGrew WC, Marchant LF (1997). On the other hand: current issues in and meta-analysis of the behavioral laterality of hand function in nonhuman primates. Yearbook Phys Anth 40, 201-232.

McManus IC (1999). Handedness, cerebral lateralization and the evolution of language. In The descent of mind: Psychological perspectives on hominid evolution (Corballis MC, Lea SEG, editors). Oxford: Oxford University Press. pp. 194-217

McManus IC, Porac C, Bryden M P, Boucher R (1999). Eye dominance, writing hand and throwing hand. Laterality 4, 173-192.

McManus IC (2009). The history and geography of human handedness.  In Language lateralization and psychosis (Sommer, IEC, Kahn, RS, editors). Cambridge: Cambridge University Press. pp 37-57.

McPherron SP, Alemseged Z, Marean CW, Wynn JG, Reed D, Geraads D, Bobe R, Béarat HA (2010). Evidence for stone-tool-assisted consumption of animal tissues before 3.39 million years ago at Dikika, Ethiopia. Nature 466, 857-860.

Mania D, Mania U (2005). The natural and socio-cultural environment of Homo erectus at Bilzingsleben, Germany.  In The hominid individual in context: archaeological investigations of Lower and Middle Palaeolithic landscapes, locales and artefacts (Gamble CS, Porr M, editors). London: Routledge. pp. 98-114.

Marchant LF, McGrew WC, Eibl-Eibesfeldt I (1995). Is human handedness universal? Ethological analyses from three traditional cultures. Ethology 101, 239–258.

Marchant LF, McGrew WC (2007). Ant fishing by wild chimpanzees is not lateralised. Primates 48, 22-26.

Martin WLB, Porac C (2007). Patterns of handedness and footedness in switched and non-switched Brazilian left-handers: cultural effects on the development of lateral preferences. Developmental Neuropsychology 31, 159-179.

Martínez-Moreno J., Mora R.,de la Torre I. (2004). Methodological Approach for Understanding Middle Palaeolithic Settlement Dynamics at La Roca dels Bous (Noguera, Catalunya, Northeast Spain). In Settlement Dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age. Volume II (Conard NJ, editor). Tübingen: Kerns Verlag. pp. 393-413.

Mazza PPA, Martini F, Sala B, Magi M, Colombini MP, Giachi G, Landucci F, Lemorini C, Modugno F, Ribechini E (2006). A new Palaeolithic discovery: tar-hafted stone tools in a European Mid-Pleistocene bone-bearing bed. J Arch Sci 33, 1310-1318.

Meguerditchian A, Vauclair J (2009). Contrast of hand preferences between communicative gestures and non communicative actions in baboons: implications for the origins of hemispheric specialization for language. Brain and Language 108, 167–174.

Meguerditchian A, Vauclair J,, Hopkins WD (2013). On the origins of human handedness and language: A comparative review of hand preferences for bimanual coordinated actions and gestural communication in nonhuman primates. Developmental Psychobiology 55, 637-650.

Michel GF, Harkins DA (1985). Concordance of handedness between teacher and student facilitates learning manual skills. Journal of Human Evolution 14, 597-601.

Pelegrin J (1991). Les savoir-faire : une très longue histoire. Terrain n° 16 pp. 106-113. DOI : 10.4000/terrain.3001

Pelegrin J (1993). A framework for analysing prehistoric stone tool manufacture and a tentative application to some early stone industries. In The use of tools by human and non-human primates. (Berthelet A, Chavaillon J, editors). Oxford: Clarendon Press. pp.303-317.

Pelegrin J (2005). Remarks about archaeological techniques and methods of knapping: elements of a cognitive approach to stone knapping. In Stone knapping: the necessary conditions for a uniquely hominid behaviour (Roux V, Bril B, editors). Cambridge, UK: McDonald Institute for Archaeological Research. pp. 23-33.

Pelegrin J, Roche H (2000). Évolution et cognition: le témoignage des pierres taillées. Journée Scientifique de l'Association pour la Recherche Cognitive. Paris : École Nationale Supérieure des Télécommunicatons. (previously available on http://confs.infres.enst.fr/evolang/ARCo/).

Perelle IB, Ehrman L. (1994). An international study of human handedness: the data. Behavior Genetics, 24, 217–27.

Papademetriou E, Sheu CF, Michel GF (2005). A meta-analysis of primate hand preferences, particularly for reaching. J Comp Psychol 119, 33–48.

PerlèsC (1977).  La préhistoire du feu. Paris: Masson.

Preece RC, Gowlett JAJ, Parfitt SA, Bridgland DR, Lewis SG, (2006). Humans in the Hoxnian: habitat, context and fire use at Beeches Pit, West Stow, Suffolk, UK., J Quat Sci 21, 485–496.

Pruetz JD, Bertolani P (2009). Chimpanzee (Pan troglodytes verus) behavioral responses to stresses associated with living in a savanna-mosaic environment: implications for hominin adaptations to open habitats. PaleoAnthropology 2009, 252-262.

Pruetz JD, LaDuke, TC (2010). Reaction to fire by savanna chimpanzees (Pan troglodytes verus) at Fongoli, Senegal: conceptualization of “fire behavior” and the case for a chimpanzee model. Am J Phys Anth 141, 646-650.

Raymond, M., Pontier, D.,, Dufour, A. (1996). Frequency-dependent maintenance of left handedness in humans. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 263, 1627–1633.

Raymond M, Pontier D (2004). Is there geographical variation in human handedness? Laterality 9, 35-51.

Roche H, Delagnes A, Brugal J-P, Feibel C, Kibunjia M, Mourre V, Texier J-P (1999).  Early hominid stone tool production and technical skill 2.34Myr ago in West Turkana, Kenya.  Nature 399, 57-60.

Roche H (2005). From simpe flaking to shaping: stone-knapping evolution among early hominins. In Stone knapping: the necessary conditions for a uniquely hominid behaviour (Roux V, Bril B, editors). Cambridge, UK: McDonald Institute for Archaeological Research. pp.35-48.

Rogers LJ, Andrew RJ (2002). Comparative vertebrate lateralization. Cambridge: Cambridge University press.

Rogers LJ, Vallortigara G, Andrew RJ (2013). Divided brains: the biology and behaviour of brain asymmetries. Cambridge: Cambridge University Press.

Rolland N (2004). Was the emergence of home bases and domestic fire a punctuated event? A review of the Middle Pleistocene record in Eurasia. Asian Perspectives 43,248-280.

Ronen A  (1998). Domestic fire as evidence for language. In T.Akazawa (ed.), Neanderthals and Moderns in Asia (pp. 439-445).  New York: Plenum Press.

Roux,V, Bril B, Dietrich G. (1995). Skills and learning difficulties involved in stone knapping. World Archaeology 27, 63-87.

Schaller GB (1963). The Mountain Gorilla: Ecology and Behavior. Chicago: University of Chicago Press.

Schmidt C, Collette F, Cajochen C, Peigneux P (2007). A time to think: Circadian rhythms in human cognition.  Cognitive Neuropsychology 24, 755–789.

Semaw S, Renne PR, Harris JWK, Feibel CS, Bernor RL, Fesseha N, Mowbray K (1997). 2.5 million-year-old stone tools from Gona, Ethiopia. Nature 385, 333-336.

Semenov SA (1964). Prehistoric technology. London: Cory, Adams, Mackay.

Steele J (1997). “Traditional crafts: learning by doing”. Cam Arch J 7, 314-316.

Steele J, Uomini N (2005). Humans, tools and handedness. In Stone knapping: the necessary conditions for a uniquely hominid behaviour (Roux V, Bril B, editors). Cambridge, UK: McDonald Institute for Archaeological Research. pp. 217-239.

Steele J, Uomini N (2009). Can the archaeology of manual specialization tell us anything about language evolution? A survey of the state of play. Cambr Arch J 19, 97-110.

Stout D, Chaminade T (2007)Neuropsychologia 45, 1091-1100.

 Teng EL, Lee PH, Yang KS, Chang PC (1976). Handedness in a Chinese population: biological, social, and pathological factors. Science 193, 1148-1150.

Thieme H (2005). The Lower Palaeolithic art of hunting: the case of Schöningen 13 II-4, Lower Saxony, Germany’. In The hominid individual in context: archaeological investigations of Lower and Middle Palaeolithic landscapes, locales and artefacts (Gamble CS, Porr M, editors). London: Routledge. pp. 115-132

Trinkaus E, Churchill SE, Ruff CB (1994). Postcranial robusticity in Homo II: Humeral bilateral asymmetry and bone plasticity. Am J Phys Anth 93, 1-34.

Uomini NT (2008). In the knapper's hands: identifying handedness from lithic production and use. In "Prehistoric Technology" 40 years later: functional studies and the Russian legacy (Longo L, Skakun N, editors). B.A.R. International Series 1783. Oxford: Archaeopress. pp. 51-62.

Uomini NT (2009a). The prehistory of handedness: archaeological data and comparative ethology. J Hum Evol 57, 411-419.

Uomini N (2009 b). Les gestes des droitiers et gauchers préhistoriques. In Langage de Pierre: La restitution du geste en archéologie préhistorique (Dumas C, Roussel B, Texier P-J, editors). Les Baux-de-Provence: Musée des Baux de Provence. pp. 66-69.

Uomini NT (2011). Handedness in Neanderthals. In Neanderthal lifeways, subsistence and technology (Conard NJ, Richter J, editors). Heidelberg: Springer. pp. 139-154.

Uomini, N., Meyer, G. (2013). Shared cerebral blood flow lateralization patterns in language and stone tool production. PLoS ONE 8(8): e72693. DOI 0.1371/journal.pone.0072693

Van Dongen H P, Dinges D F (2005). Sleep, circadian rhythms, and psychomotor vigilance. Clinics in Sports Medicine 24, 237–249.

Wadley L, Hodgskiss T, Grant M (2009). Implications for complex cognition from the hafting of tools with compound adhesives in the Middle Stone Age, South Africa.  PNAS 106 (24) 9590–9594.

Walker AC, Leakey, RE (1993). The Nariokotome Homo erectus skeleton. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Weiner S, Xu Q, Goldberg P, Lui J, Bar-Yosef O (1998).  Evidence for the use of fire at Zhoukoudian, China.  Science 281, 251-253.

Wrangham RW (2007). The cooking enigma. In Evolution of the human diet: the known, the unknown and the unknowable (Ungar PS, editor). Oxford: Oxford University Press. pp. 308–323.

Wrangham, R. (2009). Catching fire: how cooking made us human. New York : Basic Books.

Wrangham RW, Jones JH, Laden G, Pilbeam D, Conklin-Brittain N (1999). The raw and the stolen: cooking and the ecology of human origins. Curr Anthropol 40, 567–594.

Haut de page

Notes

1  Remerciements. Les auteurs souhaitent remercier les sources de financement suivants : British Academy Lucy to Language Project ; Leverhulme Trust ; ainsi que les personnes suivantes : Adrien Meguerditchian, Amandine Chapelain, Tinaig Clodoré-Tissot (pour son Dictionnaire des Termes Archéologiques, 2009, Archaeopress) et deux relecteurs anonymes pour leurs commentaires qui ont beaucoup aidé à améliorer le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Technique des “deux tubes” pour pulvériser le pigment avec deux pailles et une coquille d’oeuf. "Two-tube" technique for spraying pigment with two straws and an eggshell.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1810/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2
Légende Mains négatives expérimentales. Experimental hand Stencils.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3
Légende Le jour du gorille  de l’aube jusqu’au coucher du soleil.The gorilla day.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1810/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 4
Légende Le jour humain : les hommes chassent, un groupe ramasse le bois, un autre groupe reste au camp, et tous se retrouvent le soir pour socialiser.The human day.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1810/img-4.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 5
Légende Résumé des témoins indirects du langage : encéphalisation, réseaux sociaux, technologie en pierre, feu.Summary of indirect indicators of language.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/1810/img-5.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalie Uomini et John Gowlett, « La latéralité manuelle préhistorique, les outils et le langage », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 57, mis en ligne le 31 mars 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1810 ; DOI : 10.4000/primatologie.1810

Haut de page

Auteurs

Natalie Uomini

Lucy to Language, School of Archaeology, Classics & Egyptology, Hartley Building, Brownlow Street, University of Liverpool, L69 3GS, UK
Auteure pour la correspondance : nuomini@liverpool.ac.uk

John Gowlett

Lucy to Language, School of Archaeology, Classics & Egyptology, Hartley Building, Brownlow Street, University of Liverpool, L69 3GS, UK
Email: gowlett@liverpool.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org