Navigation – Plan du site
Résumés du 27e colloque de la SFDP (Poitiers, 4-7 Novembre, 2014)
6

Projet Sphinx : réhabilitation d'un groupe de mandrills en milieu naturel

Lucille Martin‑Klimoczko, Anaïs Herbert, Anne Meyer et Mélanie Harté

Résumé

Les mandrills sont des primates de l'Ancien Monde présents dans les forêts équatoriales d'Afrique centrale. Victimes du braconnage et de la déforestation, ils sont aujourd'hui classés parmi les espèces vulnérables sur la liste rouge de l'IUCN. D'autre part, ils ont longtemps été utilisés pour la recherche biomédicale. Le Centre de Primatologie du Centre International de Recherches Médicales de Franceville, au Gabon, héberge encore aujourd'hui un grand nombre de mandrills. Grâce à une collaboration avec la Société d'exploitation du Parc de la Lékédi, le projet Sphinx a été mis en place dans le but de réhabiliter un groupe de 31 mandrills sains issus du CIRMF.Les 31 individus ont été choisis en fonction de leurs liens de parenté au sein d’un enclos hébergeant 90 individus sains. Le groupe formé a été placé dans une volière d’habituation durant une période d’un mois et demi, puis des colliers radio-émetteurs ont été placés sur 4 femelles.Au terme de cette période, les mandrills ont été transférés au Parc de la Lékédi et relâchés au sein d’un module vaste de 11 000 hectares de forêt et de savanes.Un suivi quotidien des mandrills avec un maintien du nourrissage a été réalisé durant les trois premiers mois suivant le relâché. Au terme de ces trois mois de suivi, nous avons enregistré une perte de 22.5 % des individus, dont deux mâles périphériques qui ont quitté le groupe dès le premier jour du relâché, et un bébé de 6 mois qui est mort au cours du premier mois. Les mandrills sont restés 90 % du temps dans une zone réduite de 2.8 ha et se sont déplacés au total dans une zone de 200 hectares. Un mâle sauvage a rejoint le groupe 1 mois après le relâché et a rapidement pris la dominance du groupe. Aujourd’hui les mandrills sont toujours suivis quotidiennement, le groupe est stable et semble bien adapté à son nouvel environnement, ils se nourrissent de façon autonome des fruits, graines, racines et insectes de la forêt et découvrent peu à peu la vaste étendue de forêt qui s’offre à eux.

Haut de page

Entrées d’index

Thématique :

conservation, écologie
Haut de page

Historique

Présenté le 5/11/2014

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucille Martin‑Klimoczko, Anaïs Herbert, Anne Meyer et Mélanie Harté, « Projet Sphinx : réhabilitation d'un groupe de mandrills en milieu naturel », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 6, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 19 février 2017. URL : http://primatologie.revues.org/1950 ; DOI : 10.4000/primatologie.1950

Haut de page

Auteurs

Lucille Martin‑Klimoczko

Centre de Primatologie de l'Université de Strasbourg, Fort Foch 67207 Niederhausbergen France et Centre International de Recherche Médicale de Franceville Gabon
Auteure pour la correspondance :
lucillemartinklimo@gmail.com

Articles du même auteur

Anaïs Herbert

Centre International de Recherche Médicale de Franceville Gabon
Courriel :
anaisherbert@hotmail.com

Anne Meyer

Société d’Exploitation du Parc de la Lékédi Bakoumba Gabon
Courriel :
sodepal.faune@gmail.com

Mélanie Harté

Centre International de Recherche Médicale de Franceville Gabon
Courriel :
melanie.harte@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org