Navigation – Plan du site
Résumés du 27e colloque de la SFDP (Poitiers, 4-7 Novembre, 2014)
26

A propos de l'extension complète des doigts longs et des 4 derniers orteils des primates

J Norbert Kuhlmann

Résumé

L'extenseur commun des doigts des mains et des pieds des Primates agit sur l'aponévrose digitale dorsale, mais ne peut à lui seul en assurer l'extension complète. D'autres muscles, des extenseurs complémentaires, lui viennent en aide. Rappel de la morphologie de l'ensemble de ces muscles et exposé des mécanismes qui permettent une action combinée réalisant l'extension complète des phalanges grâce à la mise en tension des bandelettes collatérales. Le tendon du muscle long extenseur commun ou extenseur principal des mains et des pieds, aborde l'aponévrose dorsale des doigts dans sa partie centrale et se prolonge par la bandelette centrale et deux expansions pour les bandelettes collatérales chez tous les primates. Deux dispositifs d'extension complémentaires peuvent être mis- en évidence : L'un concerne spécifiquement la main des Hominoïdes, y compris l'Homme : le tendon de l'extenseur propre du deuxième doigt se confond dès la région métacarpienne avec le tendon correspondant du long extenseur commun. Ils se prolongent au niveau de l'aponévrose dorsale par la bandelette centrale. Il en va de même pour le tendon de l'extenseur propre du cinquième doigt. Les tendons du composant superficiel, le plus palmaire, des muscles interosseux palmaires ou du faisceau palmaire des interosseux dorsaux, placés de part et d'autre des tendons de l'extenseur commun, gagnent l'aponévrose dorsale par le biais des bandelettes collatérales. Le tendon des muscles lombricaux s'insère un peu en aval sur les bandelettes collatérales latérales. Le second dispositif concerne la main de tous les autres Primates et les pieds de tous les Primates non humains : il n'y a pas d'extenseurs propres. Au niveau du membre antérieur, deux extenseurs complémentaires extrinsèques, l'un latéral pour le deuxième et le troisième doigt, l'autre médial pour le quatrième et le cinquième croisent la face profonde des tendons du long extenseur et se prolongent au niveau de l'aponévrose dorsale par la bandelette médiale. Au niveau du membre postérieur, les tendons des muscles complémentaires : le muscle court extenseur (pédieux) et l'extenseur fibulaire (ulnaire) réalisent un dispositif analogue pour rejoindre la bandelette collatérale latérale. Les muscles lombricaux s'insèrent sur la bandelette collatérale latérale de la main et la collatérale médiale du pied. Les tendons des muscles interosseux s'insèrent directement à la base des phalanges proximales et n'ont de ce fait aucune connexion avec l'aponévrose dorsale des orteils. Un dernier tableau est celui du pied de l'homme. Il représente la seule exception à la règle précédente. Tous les tendons de ces muscles courts extenseurs et fibulaires fusionnent avec ceux du long extenseur commun. Ses interosseux dorsaux s'organisent autour du deuxième orteil. Aucun de ces muscles complémentaires n'atteint l'aponévrose dorsale. Ces dispositions anatomiques ont des conséquences fonctionnelles. Les expansions fibreuses des tendons de l'extenseur commun font un détour au contact des tubercules épiphysaires lors de la flexion des articulations métacarpo- et métatarso- phalangiennes. Ce détour, en s'estompant au dos de la métaphyse lors de l'extension, permet au tendon, puis à l'aponévrose dorsale, d'agir sur l'ensemble de la chaîne articulaire, mais s'épuise avant d'avoir étendu complètement les articulations inter-phalangiennes. L'éloignement du tendon de la surface osseuse et le raccourci, qui en résulte lors de l'hyper-extension métacarpo- ou métarso-phalangienne, diminue d'autant les possibilités d'extension en aval. Les muscles interosseux, à l'exception de ceux des Hominoïdes, ne sont ni palmaires, ni dorsaux, mais indifférenciés puisqu'ils ne possèdent qu'un seul tendon terminal. La transformation des extenseurs profonds en extenseurs propres de la main accroît chez les Hominoïdes l'autonomie du deuxième et du cinquième doigt. L'apparition du composant superficiel du faisceau profond de leurs interosseux permet l'autonomie d'une extension complète inter-phalangienne de tous les doigts. La flexion de l'articulation métacarpo- phalangienne qui en résulte est contrecarrée par les faisceaux interosseux dorsaux. Comme ce faisceau n'atteint pas l'aponévrose dorsale chez l'homme, l'extension des orteils reste incomplète.

Haut de page

Historique

Présenté le 6/11/2014

Pour citer cet article

Référence électronique

J Norbert Kuhlmann, « A propos de l'extension complète des doigts longs et des 4 derniers orteils des primates », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 26, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2119 ; DOI : 10.4000/primatologie.2119

Haut de page

Auteur

J Norbert Kuhlmann

11 rue de la Franche Couture. Fourneuil, 60112 Verderel Les Sauqueuse, France
Auteur pour la correspondance :
norbert.kuhlmann@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org