Navigation – Plan du site
Communications courtes
51

Sensibilisation à l’environnement d’un collège alsacien et d’une école malgache1

Environmental awareness in a French secondary school and a Malagasy school
David Di Paolo

Résumés

Depuis 2010, le Parc zoologique et botanique de Mulhouse utilise une "malle" pour développer ses projets pédagogiques autour de la faune malgache. Elle sert de support aux enseignants pour entreprendre une correspondance entre leur classe et une classe malgache et mener en parallèle un travail de sensibilisation à la protection de la biodiversité tout au long de l’année. Nous présentons ici l’exemple d’un collège mulhousien avec qui le travail de sensibilisation est très approfondi. Ainsi, le Parc zoologique et botanique mène chaque année avec ce collège un projet pédagogique annuel qui se déroule à la fois en cours (sciences de la vie, géographie, arts plastiques) et au Parc. Les trois visites annuelles au Parc permettent (1) une meilleure connaissance de la faune et de la flore malgache, approfondie par les recherches documentaires des élèves; (2) l’établissement d’une classification phénotypique simplifiée des Primates, dont les lémuriens et l’homme, grâce à un tableau simple de critères de détermination; (3) une réflexion autour des problématiques environnementales concrètes et d’actualité dans les deux pays correspondants, telles que la déforestation à Madagascar ou l’introduction d’espèces invasives, à l’issue de laquelle les élèves proposent des solutions qui sont également discutées; (4) l’observation de différences comportementales interspécifiques et de la hiérarchie sexuelle des lémuriens, grâce à des observations éthologiques simples et guidées (all occurrences sampling) sur différents groupes de lémuriens du Parc.

Haut de page

Entrées d’index

Thématique :

Pédagogie
Haut de page

Historique

Soumis 20 juin. Accepté 20 septembre 2015.

Texte intégral

1 Introduction

1.1 Naissance du projet et principe général

  • 1  Nous remercions l'association Vozama pour son implication, ainsi que les élèves et les enseignants (...)

1Le Parc zoologique et botanique de Mulhouse est engagé dans la conservation de la faune in situ à Madagascar depuis 1983. De plus, le programme de conservation ex situ du lémur aux yeux turquoise (Eulemur macaco flavifrons) a été le premier des 9 EEP (European Endangered species Programme) et ESB (European StudBook) qu’il coordonne.

2L’éducation est la clef du succès de la protection du milieu naturel de ces espèces en danger critique. C’est pourquoi nous avons mis en place des projets annuels internationaux impliquant plusieurs classes de France et de Madagascar (Sahamalaza, Ambositra et Ambalavao). Les enfants et adolescents sont une cible privilégiée pour cette sensibilisation, étant un public plus réceptif aux changements d’habitude. De plus, une fois retournés dans le milieu familial, ils peuvent à leur tour sensibiliser leurs parents et les inciter, le cas échéant, à un comportement plus respectueux des ressources naturelles.

3C’est pourquoi en 2008, le service pédagogique du Parc zoologique et botanique de Mulhouse conçoit une "Malle Madagascar" guidant les enseignants lors d’échanges épistolaires entre leurs élèves et des élèves de Madagascar. Les enseignants sont volontaires et choisis par le Parc zoologique et botanique selon leur motivation et leur capacité présumée à mener un projet pédagogique d’envergure à son terme.

4Les échanges visent à développer les connaissances des élèves concernant leur faune et leur flore locales respectives, favoriser les échanges d’information et augmenter leur conscience écologique.

1.2 Les projets avec le collège Jean XXIII

5Dès 2011, le collège épiscopal Jean XXIII de Mulhouse (cf. lien Web dans les références) s’associe à ces projets et y participe depuis chaque année avec une de ses classes de 6e. Les projets avec ce collège sont complétés par une forte implication du documentaliste du collège, qui en tant que membre actif de l’association Vozama-France est en contact étroit avec les écoles malgaches. Il apporte ainsi au projet son propre vécu et ses connaissances. C’est pourquoi cet article s’intéresse au travail effectué chaque année avec le collège Jean XXIII par le service pédagogique du Parc zoologique et botanique de Mulhouse.

2 Matériel et méthodes

6Le Parc zoologique et botanique garde un contact permanent avec chacun des acteurs du projet pédagogique, qu’il coordonne.

2.1 Choix des établissements participants

2.1.1 Choix du collège Jean XXIII de Mulhouse

7Le collège (Collège Jean XXIII de Mulhouse, cf. lien Web dans les références) a été choisi pour sa volonté d’instaurer un projet pluridisciplinaire autour de Madagascar. Les enseignants sont tous impliqués et enthousiasmés par le projet, ce qui garantit chaque année une bonne participation des élèves et une cohérence globale. Le documentaliste, véritable moteur auprès des élèves et de ses collègues professeurs, a été à l’origine de la demande faite auprès du Parc zoologique et botanique de participer à ces projets.

2.1.2 Choix de l’école "Les bambins" d’Ambalavao

8L’école (Les bambins d'Ambalavao, cf. lien Web dans les références) se trouve dans une région francophone. Les élèves y étudient le français. Malgré un niveau rudimentaire, l’échange scolaire est donc une occasion pour eux de pratiquer le français. Elle se trouve dans une région d’action de l’association Vozama (cf. lien Web dans les références), ce qui facilite les contacts avec le collège. De plus, elle est située non loin du parc national de Ranomafana (cf. lien Web dans les références), que les élèves vont visiter les années où les conditions le permettent afin de créer un lien plus fort avec les écosystèmes forestiers qu’ils étudient durant le projet.

2.2 Les échanges épistolaires

9Dans leur première lettre, les élèves français se présentent, parlent de leur quotidien et posent quelques questions à leur correspondant, afin de créer un lien personnel entre eux. Au fil des lettres, les échanges se tournent vers des sujets tels que la nature rencontrée dans chacun des pays (faune et flore des forêts françaises et malgaches, animaux de la ferme française et malgache, etc.), sous l’impulsion des enseignants français. Trois à six lettres par an sont envoyées ainsi par chaque établissement. Elles visent à créer un lien entre chaque correspondant et les pousser à se renseigner sur les sujets à aborder dans leurs lettres.

2.3 Le travail au collège : prolongation dans les différents cours

10Les élèves élargissent leurs connaissances sur la faune et la flore malgache ainsi que l’histoire, la géographie et la culture du pays par des recherches bibliographiques durant les cours et leur temps personnel. Ils sont amenés, par ces recherches, à se rendre compte de l’importance de l’éducation dans la conservation de la nature. De la même manière, ils étudient la faune et la flore d’Europe, ce qui permet d’effectuer un parallèle entre les problématiques écologiques des différents pays. En fin d’année scolaire, chaque élève produit une bande-dessinée illustrant les aventures d’un lémurien à Madagascar, avec l’aide de l’enseignante en arts plastiques et du documentaliste. Ainsi, le travail est prolongé en cours de français, histoire-géographie et arts plastiques, en plus des recherches bibliographiques effectuées au CCC (Centre de Connaissances et de culture, anciennement CDI, Centre de documentation et d’information cf. lien Web sur les CCC dans les références) du collège et à la maison.

11A Ambalavao, des fiches de travail leur sont fournies en début de projet et présentent des exercices de biologie pure (distinction mammifère, oiseau, reptile, animal sauvage ou de la ferme, etc.), d’écologie (compréhension du rôle des forêts dans le cycle de l’eau, des chaînes alimentaires, etc.) et des activités plus ludiques (coloriages, puzzle). Régulièrement, des bénévoles de l’association Vozama se rendent dans l’école pour acheminer les lettres et observer les avancées du travail de l’instituteur.

2.4 Les sorties au Parc zoologique et botanique de Mulhouse

12Le projet est ponctué à trois reprises de visites thématiques au Parc zoologique et botanique de Mulhouse sur des thématiques complétant le travail des élèves. Cela leur permet de rencontrer les animaux malgaches qu’ils ont étudiés et de rendre plus concrètes leurs recherches bibliographiques.

13Les notions abordées lors de ces sorties s’intègrent parfaitement à plusieurs chapitres du programme scolaire de Sciences de la vie et de la terre, mais aussi de géographie (Bulletin officiel de l’éducation nationale, 2008).

2.4.1 Première visite guidée au Parc : la phylogénie des Primates

14La première sortie au Parc zoologique et botanique se fait en début d’année scolaire, afin de lancer le projet. Il s’agit d’une première rencontre avec des lémuriens, mais aussi d’autres Primates ne provenant pas de Madagascar. Par l’observation et la description des lémuriens et des singes, on aborde leur histoire évolutive. Les élèves, guidés par le service pédagogique du Parc et leur enseignant, observent les différents Primates du zoo et remplissent un tableau de caractères. En rapprochant les espèces qui ont des caractères similaires, ils dégagent des groupes phénétiques plus ou moins vastes tels que les simiens, prosimiens, lémuridés, indriidés, catarrhiniens ou encore strepsirrhiniens.

2.4.2 Deuxième visite guidée : l’écologie de la forêt

15Cette seconde intervention au Parc a lieu au printemps et se déroule sous la forme d’une discussion et d’une réflexion de groupe. Des exemples concrets et actuels sont utilisés pour aborder des notions d’écologie : nous interrogeons les élèves sur les causes économiques, sociologiques et culturelles qu’ils imaginent de la déforestation à Madagascar. A l’aide d’un grand visuel interactif, nous entamons une discussion favorisant autant que possible les éléments de réponses provenant directement des élèves. Sont ainsi décryptées certaines conséquences de la déforestation sur le cycle de l’eau et sur l’économie malgache.

16L’exemple de l’îlot Mbouzi, à Mayotte (cf. lien Web dans les références), est ensuite exposé : des makis (Eulemur fulvus fulvus) ont été introduits et nourris artificiellement sur une île devenue réserve naturelle (Gresse, et al., 2002). Aujourd’hui en surpopulation, ils menacent leur écosystème. Comment remédier à cela ? Là encore, différentes solutions sont proposées par les élèves eux-mêmes lors d’un débat et d’une réflexion commune. Cela permet de s’apercevoir de la complexité et la fragilité d’un écosystème tel que la forêt. Ils en apprennent plus sur les activités de Vozama (éducation des jeunes et des familles, construction d’écoles et autres infrastructures, reforestation, soutien à l’écotourisme, aide à une agriculture plus raisonnée) et en découvrent les nécessités et les bienfaits. Nous nous demandons ensuite si ces problématiques ne se rencontrent qu’à Madagascar, si elles ne concernent pas (ou ont concerné) également l’Europe.

2.4.3 Troisième visite guidée : l’éthologie des lémuriens

17La troisième visite au zoo donne aux élèves l’opportunité de se mettre dans l'esprit d’un chercheur-éthologue qui, pour mieux protéger les lémuriens, souhaite apprendre à les connaître.

18Ils réalisent alors une étude éthologique simplifiée de plusieurs groupes de lémuriens. Lors de nourrissages, ils réalisent sur de courtes périodes des "all occurrences sampling" (Lehner, 1998) en comptant le nombre de prises alimentaires de chaque individu. En prenant en compte plusieurs groupes, ils mettent ainsi en évidence des différences de comportement interspécifiques (par exemple, Eulemur catta est plus vif que Propithecus coronatus) et intraspécifiques (chez les espèces observées, les femelles sont généralement dominantes sur les mâles). Pour mettre en évidence plus facilement la hiérarchie basée sur le sexe, les espèces choisies présentent des dimorphismes sexuels évidents (Eulemur flavifrons et Eulemur coronatus).

3 Résultats et discussion

19Compte tenu de la nature du projet et de ses objectifs, les résultats présentés ici seront qualitatifs et non quantitatifs.

3.1 Les échanges épistolaires

20Lors des deux premières années du projet, nous avons pu constater que les lettres des élèves malgaches étaient toutes sensiblement les mêmes, dictées par l’enseignant, ce qui ne correspondait pas aux objectifs fixés. Depuis, les enseignants sont sensibilisés à l’importance de la personnalisation de la lettre, quitte à en réduire le contenu. Chaque élève, malgache ou français, a ainsi l’occasion de s’exprimer et d’échanger. Les échanges épistolaires sont le plus personnalisé possible. Ainsi, nous souhaitons que chaque élève se sente personnellement impliqué, pour un plus grand impact pédagogique.

21Le travail est facilité par des contacts associatifs à Madagascar permettant d’acheminer les courriers et de maintenir la motivation des enseignants des deux pays. L’expérience nous a montré en effet au fil des années que les contacts fréquents et surtout directs avec les acteurs pédagogiques de Madagascar (enseignants, etc.) sont primordiaux pour le bon déroulement de l’échange jusqu’à son terme.

3.2 Le travail en classe et au Parc zoologique et botanique

22Les élèves français montrent une réelle implication chaque année dans le projet. En fin d’année scolaire, ils démontrent une connaissance et un intérêt certain pour Madagascar, sa culture, sa faune et sa flore, ce qui permet des échanges très constructifs lors de la discussion sur l’écologie de la forêt. Nous observons également une nette évolution dans le comportement des élèves entre la première visite au zoo et la dernière : la première est souvent perçue comme récréative par les élèves, qui ne se rendent pas compte qu’ils peuvent apprendre beaucoup grâce à leur venue. Lors des visites suivantes, qui ont lieu vers la fin d’année scolaire (mai et/ou juin), les élèves sont demandeurs d’apprentissages et posent énormément de questions visant à compléter ce qu’ils ont déjà appris. Ils réagissent également plus souvent sur les informations que leur fournit le guide du zoo et instaurent un réel dialogue avec lui, ce qui n’est pas le cas au début du projet.

23Ainsi, tout au long de l’année, le travail au collège et au zoo permet une sensibilisation progressive à moyen et, nous en sommes persuadés, à long terme sur les problématiques écologiques et sociales à Madagascar et en Europe. Les élèves ont compris l’importance des écosystèmes naturels et certaines conséquences de leur dégradation.

3.3 Impact sur le long terme

24En 2015, des élèves de 3e ayant participé au projet lors de leur classe de 6e, trois années auparavant, et qui ont montré depuis un intérêt renouvelé pour Madagascar vont partir dans ce pays afin de soutenir les actions de Vozama sur place. Certains d’entre eux continuent d’entretenir des relations épistolaires avec leur correspondant malgache de l’époque. Ce sera donc l’occasion pour eux de les rencontrer enfin ! Ces élèves ont été sélectionnés en fonction de leur volonté et leur motivation à intervenir dans ce pays, en prenant garde au fait que la confrontation avec la pauvreté extrême de Madagascar pourrait devenir une épreuve pour certains élèves trop fragiles.

Haut de page

Bibliographie

Bulletin officiel de l’éducation nationale (2008). "Programmes de l’enseignement de sciences de la vie et de la Terre en classe de sixième" et "Programmes de l’enseignement d’histoire-géographie-éducation civique en classe de sixième". Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008.

CCC http://eduscol.education.fr/cdi/actualites/archives/2012/ccc-vademecum

Collège épiscopal Jean XXIII de Mulhouse http://college.ecj23.org/

Gresse M, Gandon B, Tarnaud L, Simmen B, J.-N. Labat JN, Hladik CM (2002). Conservation et introduction de lémuriens sur l'îlot Mbouzy (Mayotte). Revue d'écologie (Terre et Vie), 57, pp.75-82.

Ilot Mbouzi http://www.reserves-naturelles.org/ilot-mbouzi

Lehner PN (1998). Handbook of Ethological Methods. Cambridge: Cambridge University Press. pp. 197-198.

Les bambins d'Andalavao http://lesbambinsdambalavao.free.fr/

ONG Vozama http://www.vozama.org/

Parc national de Ranomafana http://www.parcs-madagascar.com/aire-protégée/parc-national-ranomafana

Haut de page

Notes

1  Nous remercions l'association Vozama pour son implication, ainsi que les élèves et les enseignants du collège Jean XXIII pour leur enthousiasme chaque année dans ces projets. Merci particulièrement à François Lirot, documentaliste du collège qui porte le projet avec ferveur auprès des élèves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Di Paolo, « Sensibilisation à l’environnement d’un collège alsacien et d’une école malgache », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 51, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2298 ; DOI : 10.4000/primatologie.2298

Haut de page

Auteur

David Di Paolo

Parc zoologique et botanique. 51, rue du Jardin zoologique. 68100 Mulhouse
Courriel :
David.dipaolo@mulhouse-alsace.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org