Navigation – Plan du site
Conférence
54

La primatologie actuelle et future, perspectives pluridisciplinaires1

Current and future primatology, multidisciplinary perspectives
Jérôme Grenèche

Résumés

Plus que jamais, la primatologie s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire, de l’éthologie à la recherche médicale en passant par la biologie de la conservation. A l’heure où de plus en plus d’espèces de primates sont en voie d’extinction, il apparaît crucial d’approcher au mieux leur comportement social et cognitif, la dynamique de leurs populations ainsi que leur écologie, notamment de façon transversale pour optimiser les mesures de conservation animale. Avec la communication, la cognition sociale ou encore la métacognition, plusieurs de ces aptitudes font désormais l’objet de travaux de recherche de plus en plus intégrés en primatologie. Tout d’abord dans une perspective de recherche fondamentale d’abord destinée à mieux comprendre l’univers subjectif de nos plus proches cousins, mais également à des fins de bien-être animal et de conservation pour les individus captifs. Car ce ne sont pas seulement des disciplines scientifiques comme la psychologie cognitive, l’éthologie et les neurosciences, qui interagissent et collaborent pour mieux comprendre les primates, mais ce sont aussi des collaborations fructueuses entre des domaines complémentaires qui participent à l’effort de conservation à une échelle globale, à l’image de la biologie et de la conservation. Grâce aux nombreuses innovations technologiques et à l’influence réduite des expérimentateurs sur l’animal, l’univers subjectif, émotionnel et mental des primates est aujourd’hui mieux appréhendé en primatologie, à travers le prisme d’une pluridisciplinarité qui s’inscrit dans un souci d’harmonisation des concepts propres à chaque discipline. Pourtant, la représentation des primates dans les médias, notamment sur le plan comportemental, apparaît parfois quelque peu erronée, ce qui pose la question de nouvelles formes de médiation scientifique destinées à éclairer plus fidèlement l’opinion publique. Pour s’assurer du respect du statut légal de ces espèces et de l’efficacité à long-terme des stratégies de conservation, il convient d’intégrer plus directement les recherches en primatologie dans une approche bien évidemment écologique et pluridisciplinaire, mais qui doit également tenir compte des échos qu’elles génèrent à l’échelle de nos sociétés.

Haut de page

Historique

Soumis 23 novembre. Accepté 15 décembre 2015.

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Un grand merci à Hélène Meunier et Fanélie Wanert pour avoir accueilli cette communication au 28e (...)

1A l'heure où 50 % des primates sont menacés d'extinction, plus que jamais la primatologie doit être à la hauteur des enjeux actuels. Les approches pluridisciplinaires actuelles s'avèrent être un recours intéressant pour relever de nombreux défis, notamment dans le domaine de la conservation des primates. En constante progression, la primatologie connaît aujourd’hui un nouveau souffle, grâce notamment à la diversité des disciplines qui gravitent autour de ce passionnant domaine de recherche. La large place accordée à la pluridisciplinarité et au décloisonnement des différentes thématiques, avec un mélange des genres d’une grande richesse avec de la paléoanthropologie, éthologie, écologie, psychologie, anatomie, médecine, neurosciences et conservation, les primates sont partout et leurs comportements fascinent autant qu’ils questionnent. En effet, nul ne peut croire que la véracité d’une observation, d’un phénomène en général ou d’un comportement en particulier peut être approchée sans recourir à des approches complémentaires pour multiplier de façon approfondie les angles et les différents niveaux d’analyse.

2D’où l’intérêt de privilégier les échanges entre spécialistes de chaque discipline, à travers leurs regards propres, parmi plusieurs générations de primatologues francophones qui peuvent débattre ensemble autour de questions de fond sur l’évolution des primates, leur statut actuel et les principales mesures de conservation.

3Les primatologues ont la chance unique de travailler sur des espèces proches de l’espèce humaine tant du point de vue génétique que comportemental, ce qui amène plusieurs recommandations et responsabilités à la fois du point de vue méthodologique, éthique et sanitaire. Bien évidemment, une grande rigueur scientifique est de mise, notamment dans les méthodes d’analyse et d’interprétation des données qui héritent aujourd’hui de modèles statistiques plus performants (Whittingham et al., 2006), avec un plus grand contrôle des variables et de l’influence de l’expérimentateur, de la prise en compte des personnalités individuelles et également du bien-être animal (Dingemanse et al., 2010, 2013). La priorité sur les protocoles intégrant de plus en plus des disciplines complémentaires est aujourd’hui requise, à l’image des travaux de recherche interdisciplinaire proposés lors de l’édition 2015 du colloque de la SFDP, notamment entre neurosciences et psychologie cognitive sur les babouins olive (Papio anubis) (Meguerditchian et al., 2015). Pour ainsi dévoiler les fondements des origines du langage humain, il convient d’harmoniser certains paradigmes permettant d‘intégrer plus largement des concepts communs à différentes disciplines complémentaires. La communication des primates, qui requiert divers processus cognitifs sous-jacents, en est un parfait exemple, avec de nombreuses études menées sur ce thème en biologie, en psychologie cognitive et développementale, mais également en linguistique (Van Dijk, 2011 ; Lenneberg, 2014). Si on s’attache à explorer les modes de communication des primates, il semble donc primordial de privilégier une collaboration transversale entre les différents chercheurs, dans leurs disciplines respectives, adjacentes à la primatologie. L’enjeu est de taille : allier différentes approches de recherche fondamentale entre l’éthologie et les neurosciences, pour mieux comprendre comment le cerveau module certains comportements des primates selon le contexte socio-écologique (Brothers, 2002).

2 Thème du colloque : la communication des primates

4Le thème de la communication des primates est crucial à l’heure de la communication effrénée qui caractérise nos sociétés modernes toujours plus saturées de signaux en tous genres, à en croire la diversité des canaux de transmission des informations et des modalités de leur déploiement permis par l’innovation technologique (Hiltz et Turoff, 1993). D’où vient la nécessité de déployer autant d’outils de communication chez l’humain ? Peut-on imaginer revenir à une communication originelle, sans le moindre recours aux technologies actuelles qui font la part belle aux réseaux sociaux et à la communication de masse ? Dans ce contexte particulier, les primates non humains nous font revenir à nos fondamentaux : ceux inhérents à une communication par des canaux naturels que sont nos sens. Précieuses sont donc les études menées en ce sens sur les primates pour tenter de mieux décrypter leur univers mental, notamment à travers le prisme de la communication pour ainsi expliquer comment ont évolué nos capacités à communiquer des informations sur notre environnement social ou physique. On entend en effet par communication la capacité à émettre et recevoir des informations transmises par des signaux spécifiques : au-delà des indices fournis sur l’état émotionnel et motivationnel des primates, on oublie trop souvent que la communication peut être de différentes natures : vocale ou gestuelle bien évidemment mais également visuelle notamment à travers les mimiques faciales, et olfactive (Heymann, 2006). Intimement liée à la représentation mentale qu’elles génèrent, les vocalisations s’avèrent par ailleurs indispensables à la survie des primates sociaux, que ce soit pour localiser des congénères et assurer la cohésion sociale, pour se reproduire, pour se prémunir d’éventuels dangers et prédateurs, se déplacer, se repérer, et évidemment pour se comprendre (Seyfarth et al., 1980 ; Waser et Brown, 1986 ; Cheney et Seyfarth, 1990 ; Brothers, 2002).

5Plutôt que de se focaliser sur un type de signal, nombreuses sont les études récentes qui portent sur l’interaction entre divers modes de signalisation et de communication chez les primates non humains. De la communication multimodale de plus en plus étudiée (Rigaill et al., 2013 ; Genty et al., 2014), aux bases du langage avec son origine gestuelle (Vauclair, 2011 ; Vauclair et Cochet, 2013), la primatologie s’attache ainsi à comprendre comment les primates modulent différents modes de communication largement complémentaires pour préciser l’information, selon leurs liens de parenté, leur état motivationnel, leurs intentions, et l’ajuster selon le contexte socio-écologique. Grâce à la pluralité des disciplines scientifiques qu’elles intègrent, les études actuelles tendent ainsi à retranscrire le plus fidèlement possible la réalité des comportements naturellement observés chez les primates. On peut toutefois souhaiter une recrudescence d’études interdisciplinaires intégrant notamment les derniers outils de pointe en matière de bioacoustique et de linguistique afin de mener des analyses plus fines, et ainsi permettre un décodage optimal des propriétés acoustiques des signaux qui sous-tendent la communication des primates sociaux.

6Du point de vue de la communication intentionnelle, via des gestes ou des vocalisations, l’essentiel réside dans la flexibilité du mode de communication utilisé, quel que soit le contexte socio-écologique. C’est ce que révèlent des études récentes menées auprès des bonobos, dont la gestuelle s’avère indispensable pour préciser l’information transmise par la vocalisation, selon le contexte d’émission mais également selon l’identité de l’individu destinataire de la vocalise (Genty et al., 2014 ; 2015). Sans oublier que la communication dite référentielle permet également aux primates de se représenter mentalement des objets de leur environnement physique et social, plus particulièrement chez les vervets dont les cris d’alarme sont émis spécifiquement selon le type de prédateur détecté (Seyfarth et al., 1980). Cette capacité d’abstraction de ces primates sociaux, qui parviennent à se représenter mentalement différents types de prédateurs selon le type de vocalisation entendu s’inscrit tout à fait dans le cadre de la théorie de l’esprit développée en psychologie cognitive (Premack et Woodruff, 1978 ; Premack, 1999) : cette théorie révolutionnaire stipule en effet que les primates, et plus particulièrement les grands singes, sont capables d’attribuer des états mentaux à leurs congénères. A travers la communication, un primate peut tout à fait décoder les intentions de ses congénères, ou la fonction de leurs vocalisations et ainsi mettre en place des stratégies comportementales, notamment pour lutter contre d’éventuels prédateurs à partir des cris d’alarme.

3 Enjeux et intérêts d’une primatologie transdisciplinaire

7Du point de vue des sciences cognitives, les retombées d’une recherche scientifique intégrée en primatologie s’inscrivent dans ce que révèlent et mettent au jour des approches complémentaires autour d’un même phénomène, processus ou comportement tantôt observable, tantôt insoupçonnable : à savoir de poser de nouvelles questions et élargir les cadres de pensée actuels à toutes les échelles d’analyse.

8Au sein des nombreux comportements observés chez les primates captifs et sauvages, la communication, tout comme le langage humain, requiert de nombreuses capacités cognitives, voire même métacognitives (Carruthers, 2008). C’est notamment le cas des fonctions mentales supérieures, dites exécutives - comme la mémoire de travail, la planification, la flexibilité comportementale et la prise de décisions - qui permettent d’adapter les comportements à des situations données. Nul ne peut douter aujourd’hui que l’étude plus directe de ces capacités mentales hautement indispensables notamment chez les primates sociaux devrait également permettre de mieux comprendre l’origine et l’évolution des racines du langage humain. Et c’est notamment dans la cognition sociale que réside l’un des enjeux de l’étude de la communication et du langage.

3.1 Elargir les perspectives des cadres de recherche

9Dans la lignée de l’éthologie moderne, l’émergence encore récente de l’écologie comportementale montre bien l’importance de prendre en compte le contexte écologique qui influence la dynamique des comportements sociaux des primates : dans les années 90, certains chercheurs en psychologie avaient déjà intégré dans leurs recherches des travaux menés en éthologie, en écologie comportementale et également en anthropologie pour pleinement les inscrire dans une perspective évolutive. C’est notamment le cas de l’anthropologue britannique Robin Dunbar, également biologiste de l'évolution, spécialisé dans le comportement des primates, qui proposa en 1992 l’hypothèse du cerveau social qui suggère que le volume du néocortex – le siège des activités cognitives supérieures - conditionne la taille du groupe chez les primates sociaux. Ces travaux ont ainsi fait l’objet d’une approche de psychologie évolutionniste qui a permis de reconsidérer la fonction limitante - d’un point de vue essentiellement quantitatif – de cette partie du cortex dans la cognition sociale mais également dans d’autres capacités cognitives.

10Depuis, l’hypothèse du cerveau social a été étendue aux oiseaux (Massen et al., 2014) et plus particulièrement chez certains corvidés, comme les corbeaux, réputés pour leur intelligence et leur capacité à utiliser des outils comparable à celle des grands singes (Lefebvre et al., 1997 ; Emery et Clayton, 2004). En étant aptes à comprendre leur rang social par rapport à d’autres individus dans un groupe, les corvidés montrent une aptitude cognitive qui semble jouer un rôle prépondérant dans l’évolution de l’intelligence animale. Mais les oiseaux étant dépourvus de néocortex, pour répondre à la question du rôle réel de cette partie du cerveau dans l’émergence de capacités cognitives supérieures des primates, il apparaît nécessaire de mettre l’accent sur les études comparatives en sciences cognitives, entre primates et corvidés.

11En sciences cognitives, les processus qui sous-tendent la communication animale sont souvent étroitement liés aux systèmes mnésiques indispensables à l’apprentissage. Indépendamment du langage, la mémoire constitue en effet l’un des processus cognitifs les plus étudiés chez les primates, notamment la mémoire immédiate visuelle (Kawaï et Matsuzawa, 2000). Parmi les nombreux types de mémoire connus à ce jour, l’étude de la mémoire autobiographique demeure chez les primates l’un des thèmes d’étude les plus propices à une recherche transdisciplinaire. La capacité à voyager mentalement dans le temps (conscience autonoétique) inhérente à cette mémoire du quoi, du quand et du où, désigne une mémoire indispensable à la construction de l’identité de l’individu, ce qui en fait une capacité cognitive incontournable chez les primates. Pourtant, la mémoire épisodique - qui fait appel à des processus cognitifs et émotionnels immensément complexes pour enregistrer à la fois une information et son contexte d’encodage - reste encore insuffisamment étudiée aujourd’hui chez les primates (Schwartz et Evans, 2001 ; Atance et al., 2001). L’exploration de cette mémoire singulière, qui participe à la construction de l’identité et de la personnalité individuelles, s’avère primordiale pour comprendre comment interagissent la capacité de représentation mentale et les processus exécutifs chez les primates. Dans les protocoles expérimentaux à venir, notamment dans le domaine de la psychologie cognitive, mieux considérer les traits de personnalité propres à chaque individu devrait aussi permettre de mieux appréhender leur réalité subjective, d’un point de vue tant émotionnel que cognitif.

12Au regard des récentes études en éthologie, psychologie et neurosciences cognitives, de plus en plus d’études sont susceptibles d’explorer les capacités métacognitives des primates, comme la confiance en leur jugement et l’anticipation que ces derniers utilisent notamment pour s’affranchir des contraintes structurelles fixées par l’expérimentateur (Beran et al., 2015). Toutefois, la métacognition reste, à ce jour, insuffisamment explorée chez nos plus proches cousins ; s’intéresser plus en avant aux fonctions exécutives des primates devrait non seulement permettre de mieux comprendre leur motivation et l’influence qu’elle peut exercer sur leurs intentions (Demuru et al., 2015) ; et de mieux remonter le fil de leur évolution notamment sur les modalités de construction d’une hiérarchie sociale commune à tous les primates sociaux.

13De nombreux comportements, comme l’empathie observée notamment chez les chimpanzés et les bonobos, sont souvent associés à la fois à un versant cognitif et à un versant émotionnel. La gestion des émotions apparaît même cruciale dans le déploiement de nombreuses stratégies cognitives et il semble primordial de multiplier les recherches en éthologie couplées aux neurosciences cognitives pour examiner plus précisément le lien étroit entre émotion et cognition (Ladygina-Kohts et al., 2002 ; De Waal, 2008, 2009), notamment grâce aux outils d’imagerie de pointe et aux dispositifs automatisés d’évaluation cognitive. En identifiant plus précisément, grâce aux récents outils d’imagerie, les corrélats neuronaux de comportements cognitifs spécifiques chez les primates, il est désormais possible d'envisager une nouvelle compréhension des interactions complexes entre émotions et processus cognitifs de haut niveau comme la reconnaissance de soi (Gallup, 1970 ; Anderson, 1992, 2003) ou encore l’empathie (De Waal, 2008). La découverte récente de neurones en fuseau (neurones Von Economo) dans l’insula et le cortex cingulaire antérieur impliqués notamment dans la prise de décision, l'empathie et l'émotion, lève ainsi le voile sur l’univers cognitivo-émotionnel des primates, les seuls animaux avec l’homme, les éléphants et les cétacés, tous réputés pour leur organisation sociale complexe à disposer de tels neurones (Evrard et al., 2012). Mais à ce jour aucune étude en primatologie n’a comparé la capacité d’empathie selon la distribution de ces neurones en fuseaux dont l’étude apparaît d’ores et déjà prometteuse.

14Face à la richesse des observations qui attestent de capacités émotionnelles et cognitives de haut niveau tant chez les primates captifs que sauvages, notamment grâce aux derniers travaux en éthologie et en écologie comportementale, il est temps de privilégier une approche plus transversale en primatologie, notamment sur l’apport de l’éthologie à la pratique de la recherche médicale menée sur certaines espèces captives de primates. L’occasion est en effet donnée à la primatologie dans son ensemble de bien prendre en compte des méthodes pleinement conformes au statut éthique et légal des primates aujourd’hui. Bien que les chimpanzés ne semblent plus faire l’objet de recherches médicales à l’échelle européenne aujourd’hui, sans être pour autant considérés comme des "personnes légales" bénéficiant des mêmes droits fondamentaux que les humains, il convient de penser que la loi est censée évoluer notamment à la lumière des découvertes scientifiques. C’est ce qui pourrait par ailleurs avoir pesé dans la décision récente des autorités de santé américaine d’interdire l’usage des 50 derniers chimpanzés des laboratoires publics américains pour la recherche gouvernementale aux Etats-Unis.

15Le recours à de nouvelles méthodes d’évaluation des comportements - avec les dispositifs informatiques automatisés où l’influence de l’expérimentateur est réduite au minimum – qui permettent d’étudier plus objectivement les capacités cognitives des primates s’annonce prometteur. Du point de vue de l’évolution de la relation homme/animal, certes les dispositifs automatisés montrent que l’on commence à sérieusement reconsidérer le rôle du chercheur et son influence au sein de dispositifs expérimentaux qui impliquent nos semblables. Ce nouvel élan expérimental reflète ainsi les efforts mobilisés pour se placer de plus en plus du côté de l’animal et ainsi explorer ses comportements réels et authentiques. En outre, il importe de continuer à mener à plus long terme des études de terrain auprès de populations sauvages de primates pour mieux comprendre leurs dynamiques comportementales et socio-écologiques et ainsi décrypter dans quelles mesures certaines traditions animales ont pu émerger, que ce soit pour la recherche alimentaire ou l’utilisation d’outils par exemple (Lestel, 2001).

16Par ailleurs, l’enrichissement de nos connaissances quant aux capacités métacognitives des primates peut s’avérer incontournable pour limiter le conflit homme/animal et améliorer la gestion des populations sauvages, si l’on en juge, par exemple, à l’étude récente de Sabrina Krief qui montre que des chimpanzés sauvages peuvent modifier leur comportement en se rendant la nuit dans les cultures pour subtiliser du maïs en toute discrétion (Krief et al., 2014). Une étude scientifique interdisciplinaire centrée sur les interactions entre bonobos (Pan paniscus), humains et habitats récemment menée par une équipe du Muséum national d’Histoire naturelle à des fins de conservation (Narat et al., 2015) a par ailleurs permis d’élargir les pistes de réflexion autour des changements de statut des bonobos, ces chimpanzés nains qui partagent plus de 99 % de leurs gènes avec l’humain. Car les bonobos, en tant qu’ "animal de normes, support de développement économique et objet de savoirs locaux et scientifiques", voient leur statut évoluer au fil des observations scientifiques et des collaborations mises en place avec les populations locales du territoire de Bolobo en République Démocratique du Congo.

3.2 Progresser dans les méthodes de conservation in- et ex-situ

17Au-delà de leur caractère fondamental, les recherches menées en éthologie apparaissent de plus en plus souvent appliquées à la conservation des populations sauvages de primates. Dans ce contexte de polyvalence de la primatologie telle qu’elle évolue aujourd’hui, et malgré les imposantes contraintes financières inhérentes à ce type d’étude longitudinale, il convient donc de fédérer de grands projets de recherche en primatologie et de privilégier les projets viables sur le long-terme. Une approche écosystémique devrait ainsi permettre d’identifier la dynamique des comportements sociaux, et d’optimiser en conséquence les mesures de préservation des primates menacés d’extinction. Par ailleurs, la récente création du groupe de travail "Reproduction" affilié à la SFDP et qui fédère aussi bien des éthologues, endocrinologues, vétérinaires et médecins gynécologues, est un parfait exemple d’approche multidisciplinaire privilégiant le recours aux dernières techniques de cryo-préservation pour optimiser la conservation des primates. L’alliance entre les méthodes de reproduction assistée, l’endocrinologie, ou encore l’étude du comportement reproducteur des primates met ainsi en évidence la volonté des acteurs de la conservation, vétérinaires, biologistes et généticiens de s’inscrire dans une nouvelle forme d’élan de collaborations pérennes pour assurer la préservation du nombre grandissant d’espèces en danger critique d’extinction.

18Depuis plusieurs années, la SFDP, notamment dans le souci d’harmoniser les approches dédiées au bien-être animal, privilégie la pluridisciplinarité sur de nombreux thèmes explorés en primatologie à travers des collaborations interdisciplinaires toujours plus nombreuses. Les efforts en faveur de la conservation des primates sont par ailleurs destinés à être appuyés à différents niveaux, notamment en améliorant les outils pédagogiques pour sensibiliser et informer un plus large public. Ainsi, l’implantation de médiateurs scientifiques collaborant étroitement avec les chercheurs au sein des parcs zoologiques ne peut qu’améliorer leur image auprès du grand public qui peine parfois à comprendre que ces structures sont indispensables pour rendre viables les programmes d’élevage et de reproduction d’espèces menacées. En alliant recherches en éthologie et approche vétérinaire, tout en tenant compte des résultats des travaux scientifiques consacrés notamment au bien-être animal, les infrastructures abritant des primates peuvent aussi être optimisées grâce à une recherche intégrée.

19Certaines problématiques liées à la conservation des grands singes, comme la réhabilitation et la réintroduction des grands singes ne font pas toujours l’objet d’un réel consensus. Encore une fois, seule une approche interdisciplinaire mêlant la recherche en éthologie, en écologie, en virologie ainsi qu’en sociologie, en étroite collaboration avec des acteurs locaux et internationaux de la conservation des primates, peut permettre de dégager des axes constructifs de préservation à long terme de l’habitat de grands singes et de leurs populations.

4 Implications philosophiques et sociétales

20"Le chemin des peuples de singes n’est pas le nôtre. Ils n’ont pas de chefs. Ils n’ont pas de mémoire. Ils se vantent et jacassent, et se donnent pour un grand peuple prêt à faire de grandes choses dans la jungle ; mais la chute d’une noix suffit à détourner leurs idées, ils rient et tout est oublié". Ce bref extrait du livre de la jungle sur les primates (Kipling, 1894) en dit long sur les considérations et projections discriminantes dont ont pu faire preuve à cette époque certains auteurs. Fort heureusement depuis la publication de ce best-seller, notre perception des primates a considérablement évolué du fait de l’enrichissement de nos connaissances en primatologie et des techniques modernes d’observation des individus (Denton, 1993). Sur l’évolution de leur statut éthique, notre relation avec les primates est également en pleine mutation. Désormais, la synergie qui a progressivement émergé entre l’évolution des connaissances en primatologie et la prise en compte du bien-être animal, atteste des potentialités et répercutions sociétales de la recherche en primatologie. Mais que nous révèle notre manière actuelle de faire la recherche aujourd’hui auprès des primates ? Du fait de notre proximité phylogénétique particulière, comment notre empathie et notre subjectivité individuelle à l’égard des primates non humains influencent-elles notre façon d’étudier des individus aux tempéraments et personnalités parfois bien marqués ? Que reste-t-il à découvrir chez nos cousins ? Une approche pluridisciplinaire parvenant à harmoniser les paradigmes et outils de pointe dédiés à la recherche en psychologie, en éthologie et en neurosciences cognitives, rendrait-elle possible d’approcher la réalité subjective propre à chaque individu ? Voire même de mieux comprendre ce que peuvent penser les primates de nos pérégrinations, nos questionnements, nos tentatives d’évaluation expérimentale ou scientifique, de savoir comment ils nous perçoivent. En tout état de cause, les nombreuses questions qui restent encore en suspens ne doivent pas nous mener à conclure trop vite que l’absence de preuves est la preuve de l’absence, surtout avec les outils statistiques de pointe mis à disposition des chercheurs aujourd’hui.

21La prépondérance de la question éthique liée à l’étude en tant que telle de nos semblables se doit à mon sens d’être présente au premier plan. Les récentes découvertes scientifiques sur le rôle des neurones Von Economo, au même titre que la mise au jour de l’empathie et des neurones miroir, à défaut de susciter de facto des controverses, doivent aussi nous responsabiliser, non seulement auprès de nos cousins primates, mais aussi vis-à-vis du grand public. Grâce à la recherche pluridisciplinaire, le statut des primates a été sans cesse remis en question : leur place a ainsi pu évoluer et laisse même entrevoir dans certains cas un nouvel élan dans la relation homme/animal, loin des conflits si souvent répertoriés. En parallèle, la communauté de primatologie se doit également d’être responsable face à l’image des primates encore trop souvent véhiculée de façon trompeuse dans les médias, et plus particulièrement à l’égard des grands singes. Afin d’éviter que les primates et les grands singes ne continuent d’être présentés comme le simple miroir de nos propres projections anthropocentriques, loin du prisme réducteur de la sphère médiatique, seules des études interdisciplinaires visant à explorer plus en avant leur réalité subjective pourraient à mon sens permettre d’élargir notre vision actuelle des primates. Au-delà de la vulgarisation scientifique dont la place est prépondérante pour retranscrire fidèlement la réalité des travaux de recherche, la médiation scientifique déclinée sous une forme artistique est largement susceptible d’offrir un regard complémentaire sur les primates, comme le dernier colloque de la SFDP a pu le mettre en évidence en octobre dernier. Nul doute que ce regard éclairant devrait ouvrir de nouvelles perspectives pour mieux comprendre l’univers cognitif et émotionnel des primates.

Haut de page

Bibliographie

Anderson JR (1992). L’outil et le miroir : leur rôle dans l’étude des processus cognitifs chez les primates non humains. Psychologie française 37, 81-90.

Anderson JR (2003). De l’autre côté du miroir. A la recherche de la reconnaissance de soi chez les singes. In Aux Origines de l’humanité (2). Le propre de l’homme (Picq P, Coppens Y, éditeurs). Paris : Fayard.

Atance CM, O'Neill DK (2001). Episodic future thinking. Trends Cogn Sci 5, 533-539.

Beran MJ, Perdue B M, Futch SE, Smith JD, Evans TA, Parrish AE (2015). Go when you know: Chimpanzees’ confidence movements reflect their responses in a computerized memory task. Cognition142, 236-246.

Brothers L (2002). The social brain: a project for integrating primate behavior and neurophysiology in a new domain. In Foundations in social neuroscience (Cacioppo JT, Berntson GG, Adolphs R, Carter CS, Davidson RJ, McClintock M, McEwen BS, Meaney M, Schacter DL, Sternberg EM, Suomi S, Taylor SE, editors). Cambridge (USA): Mit Press. pp 367-384.

Carruthers P (2008). Metacognition in animals: a skeptical look. Mind Lang 23, 58-89.

Cheney D, Seyfarth R (1990). How Monkeys See the World. Chicago: University of Chicago Press. 

De Waal F (2009). Primates and philosophers: How morality evolved. Princeton: Princeton University Press.

De Waal FB (2008). Putting the altruism back into altruism: the evolution of empathy. Annu Rev Psychol 59, 279-300.

Demuru E, Ferrari PF, Palagi E (2015). Emotionality and intentionality in bonobo playful communication. Anim Cogn 18, 333-344.

Denton D (1993). L’émergence de la conscience de l’animal à l’homme, traduction de Jean-Paul Morlon. Paris: Champs-Flammarion, 1995, pp. 154-159

Dingemanse NJ, Dochtermann NA (2013). Quantifying individual variation in behaviour: mixedeffect modelling approaches. J Anim Ecol82(1), 39-54.

Dingemanse NJ, Kazem AJ, Réale D, Wright J (2010). Behavioural reaction norms: animal personality meets individual plasticity. Trends Ecol Evol 25, 81-89.

Dunbar R (1992).Neocortex size as a constraint on group size in primates. J Hum Evol 22,469–493.

Emery NJ, Clayton NS (2004). The mentality of crows: convergent evolution of intelligence in corvids and apes. Science, 306, 1903-1907.

Evrard HC, Forro T, Logothetis NK (2012). Von Economo Neurons in the Anterior Insula of the Macaque Monkey. Neuron 74. doi:10.1016

Gallup GG (1970). Chimpanzees: self-recognition. Science 167, 86-87.

Dunbar R(1998). Grooming, Gossip, and the Evolution of Language. Cambridge (USA): Harvard University Press. ISBN 0-674-36336-1.

Genty E, Clay Z, Hobaiter C, Zuberbühler K (2014). Multi-modal use of a socially directed call in bonobos. PloS one 2014 Jan 15;9(1):e84738. doi: 10.1371/journal.pone.0084738. eCollection 2014.

Genty E, Neumann C, Zuberbühler K (2015). Complex patterns of signalling to convey different social goals of sex in bonobos, Pan paniscus. Sci Rep 5, 16135; 10.1038/srep16135.

Heymann EW (2006). The neglected sense–olfaction in primate behavior, ecology, and evolution. Am J Primatol 68, 519-524.

Hiltz SR, Turoff M (1993). The network nation: Human communication via computer. Cambridge (USA): Mit Press.

Kawaï N, Matsuzawa T (2000). Cognition: numerical memory span in a chimpanzee. Nature 403, 39-40.

Kipling R (1894). Le Livre de la jungle, traduit par Louis Fabulet et Robert d’Humières. Paris : Mercure de France, "Collection d'auteurs étrangers".

Krief S, Cibot M, Bortolamiol S, Seguya A, Krief JM, Masi S (2014). Wild chimpanzees on the edge: nocturnal activities in croplands. PLoS One 22;9:e109925. doi: 10.1371/journal.pone.0109925.

Ladygina-Kohts NN, de Waal F, Wekker BT (2002). Infant chimpanzee and human child: A classic 1935 comparative study of ape emotions and intelligence. Oxford: Oxford University Press.

Lefebvre L, Whittle P, Lascaris E, Finkelstein A (1997). Feeding innovations and forebrain size in birds. Anim Behav53, 549-560.

Lenneberg EH, Lenneberg E (Editors). (2014). Foundations of language development: a multidisciplinary approach (Vol. 1). New York: Academic Press Inc.

Lestel D (2001). Les Origines animales de la culture. Paris: Flammarion.

Massen JJ, Pašukonis, A, Schmidt J, Bugnyar T (2014). Ravens notice dominance reversals among conspecifics within and outside their social group. Nature communications 5:3679 ; DOI: 10.1038/ncomms4679.

Meguerditchian A, Bourjade M, Marie D, Love S, Plouvier M, Roth M, Lacoste R, Nazarian B, Bertello A, Anton JL (2015). De la main à la bouche au cerveau chez le babouin (Papio anubis) : implications sur les origines du langage. Communication orale. 28e colloque de la SFDP. 14-16 octobre 2015. Strasbourg, France.

Narat V, Pennec F, Krief S, Ngawolo JCB, Dumez R (2015). Conservation communautaire et changement de statuts du bonobo dans le Territoire de Bolobo. Animal juridique, économique et écologique. [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 29 novembre 2015. URL : http://ethnoecologie.revues.org/2206 ; DOI : 10.4000/ethnoecologie.2206

Premack D (1999). Ce que nous apprennent les chimpanzés (entretien). In Le Cerveau et la pensée. La révolution des sciences cognitives (Dortier JF, editor.). Paris: Sciences humaines.

Premack D, Woodruff G (1978). Does the chimpanzee have a theory of mind?. Behav Brain Sci 1, 515-526.

Rigaill L, Higham JP, Lee PC, Blin A, Garcia C (2013). Multimodal sexual signaling and mating behavior in olive baboons (Papio anubis). Am J Primatol 75, 774-787.

Schwartz BL, Evans S (2001). Episodic memory in primates. Am J Primatol 55, 71-85.

Seyfarth RM, Cheney DL, Marler P (1980). Monkey responses to three different alarm calls: evidence of predator classification and semantic communication. Science 210, 801-803.

Seyfarth RM, Cheney DL, Marler P (1980). Vervet monkey alarm calls: semantic communication in a free-ranging primate. Anim Behav 28, 1070-1094.

Van Dijk TA (Editor). (2011). Discourse studies: A multidisciplinary introduction. London: Sage Publication Ltd.

Vauclair J (2011). Du geste à la parole. De la communication des primates au langage humain. Faits de Langue 37, 85-96.

Vauclair J, Cochet H (2013). Ontogeny and phylogeny of communicative gestures, speech-gestures relationships and left hemisphere specialization for language. In R. Botha and M Everaert (Eds.) Oxford Studies in the Evolution of Language: The Evolutionary Emergence of Human Language (pp. 160-180). Oxford: Oxford University Press.

Waser PM, Brown CH (1986). Habitat acoustics and primate communication. Am J Primatol 10, 135-154.

Whittingham MJ, Stephens PA, Bradbury RB, Freckleton RP (2006). Why do we still use stepwise modelling in ecology and behaviour?. J Anim Ecol 75, 1182-1189.

Haut de page

Notes

1  Un grand merci à Hélène Meunier et Fanélie Wanert pour avoir accueilli cette communication au 28e colloque de la SFDP (Strasbourg, 14-16 octobre 2015), et pour la place accordée aux perspectives sociétales et philosophiques de la primatologie. En tant que grand témoin de la 28e édition du colloque SFDP qui s’est tenue à l’université de Strasbourg du 14 au 16 octobre 2015, j’ai eu le plaisir d’assister à des présentations d’une grande qualité scientifique et pédagogique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Grenèche, « La primatologie actuelle et future, perspectives pluridisciplinaires », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 54, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2301 ; DOI : 10.4000/primatologie.2301

Haut de page

Auteur

Jérôme Grenèche

JNE (Association des Journalistes-écrivains pour la Nature et l'Écologie).
7 ter rue du colonel Oudot 75012 Paris, France.
Courriel :
jeromegreneche@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org