Navigation – Plan du site
Résumés du 28e colloque de la SFDP (Strasbourg, 14-16 octobre 2015)
56

Etude du suivi du regard chez le babouin (Papio anubis) : Mesure des effets d’un changement d’orientation de la tête d’un expérimentateur sur le comportement des babouins

Carole Parron, Thérèse Bonnefon et Adrien Meguerditchian

Résumé

Chez l’enfant, de nombreuses études ont montré que l’émergence de la capacité à utiliser la direction du regard d’autrui pour diriger son attention vers un objet externe, aussi appelée attention conjointe, est considérée comme un précurseur du langage humain. Bien que des études réalisées sur une variété de primates non-humains soulignent qu’ils sont aussi capables de suivre la direction du regard de conspécifiques pour diriger leur attention vers une cible, la question reste encore très débattue, notamment en ce qui concerne la nature des indices utilisés (direction du regard et/ou de la tête). L’expérience que nous avons menée avait pour objectif de tester deux questions : les primates non-humains sont-ils en mesure de mettre en place une attention conjointe lorsque l’individu avec lequel ils interagissent n’est pas un conspécifique? Et peuvent-ils utiliser l’orientation de la tête de ce dernier (et non pas le seul regard) pour diriger leur attention vers ladite cible? Pour cela, nous avons mesuré l’effet des changements de l’orientation de la tête d’un expérimentateur humain sur le comportement (mouvement de la tête et déplacement dans l’espace) de 31 babouins Olive (Papio anubis). Suite à une condition basale (l’expérimentateur avec tête en position neutre), une phase de test constituée de quatre conditions (tête vers le haut au centre, vers le haut à droite, vers le haut à gauche ou vers le bas) était réalisée de manière aléatoire sur les 12 enclos concernés. Cette première série d’expériences était renouvelée une deuxième fois après une semaine de délai. Pour analyser la réponse comportementale des babouins, nous avons virtuellement découpé la loge dans la longueur en deux parties égales : la partie haute et la partie basse. Pour la première série de tests, les résultats montrent que les singes suivent de manière congruente la direction de la tête de l’expérimentateur lors du changement d’orientation «tête basse» vers «tête haute» en se déplaçant vers la partie haute de la loge, et demeurent dans la partie basse pour la condition «tête vers le bas». Des analyses supplémentaires montrent que cet effet concerne très majoritairement les singes juvéniles, les adultes ne se déplaçant que très rarement en réaction au changement d’orientation de la tête de l’expérimentateur. De plus, l’analyse de l’orientation de la tête des singes lorsqu’ils sont exposés pour la toute première fois à un changement de direction de la tête de l’expérimentateur vers le haut, montre que 100 % des juvéniles regardent vers le haut, contre seulement 50 % des adultes. L’ensemble de ces effets disparaît lors de la deuxième série d’expérimentations. Nos résultats nous permettent de conclure que les babouins sont capables de suivre l’orientation de la tête d’un individu autre qu’un conspécifique, en l’occurrence l’homme, pour diriger leur comportement. Notre approche s’est révélée intéressante puisqu’elle a permis de capturer un comportement spontané, non-conditionné, chez les individus juvéniles. Ils se sont montrés capables non seulement de suivre du regard la direction indiquée par la tête de l’expérimentateur, mais ils ont aussi adapté leur position dans l’espace pour rester en contact avec le regard de l’expérimentateur, et donc en mesure de traiter l’information potentielle. Cependant ces réponses s’éteignent très rapidement au fil des répétitions. Ce phénomène d’habituation semble lié à l’absence de bénéfice direct à traiter l’information transmise par l’expérimentateur. Bien qu’il soit prématuré de conclure à partir de nos résultats à une véritable capacité d’attention conjointe, nos données montrent que l’absence de ce comportement chez les babouins adultes, dans ces conditions particulières de test, ne signifie pas qu’ils en sont incapables, en témoigne le comportement des juvéniles. Ce paradoxe démontre une fois de plus en quoi l’élaboration d’un paradigme visant à tester l’attention conjointe chez les primates non-humains reste une gageure.
Nous tenons à remercier la Sation de primatologie de Rousset, CNRS, sans laquelle toute expérimentation avec les babouins aurait été impossible. Financements : ANR-12-PDOC-0014-01 (LangPrimate Project, P.I. Adrien Meguerditchian).

Haut de page

Historique

Présenté le 14/10/2015

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Parron, Thérèse Bonnefon et Adrien Meguerditchian, « Etude du suivi du regard chez le babouin (Papio anubis) : Mesure des effets d’un changement d’orientation de la tête d’un expérimentateur sur le comportement des babouins », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 56, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2341 ; DOI : 10.4000/primatologie.2341

Haut de page

Auteurs

Carole Parron

Université Aix-Marseille, Laboratoire de Psychologie Cognitive, 3 Place Victor Hugo, 13331 Marseille, France.
Auteure pour la correspondance :
carole.parron@univ-amu.fr

Thérèse Bonnefon

Université Aix-Marseille, Laboratoire de Psychologie Cognitive, 3 Place Victor Hugo, 13331 Marseille, France et Station de Primatologie CNRS UPS846, Rousset-sur-Arc, France.

Adrien Meguerditchian

Université Aix-Marseille, 3 Place Victor Hugo, 13331 Marseille, Laboratoire de Psychologie Cognitive, et Station de Primatologie CNRS UPS846, Rousset-sur-Arc, France.
Courriel :
adrien.meguerditchian@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org