Navigation – Plan du site
Résumés du 28e colloque de la SFDP (Strasbourg, 14-16 octobre 2015)
59

Les capucins discriminent-ils les intentions d’autrui dans un contexte d’interactions interspécifiques?

Elsa Llerena, Charlotte Canteloup et Helene Meunier

Résumé

Comprendre l’intention des actions des autres est une part fondamentale de la cognition sociale humaine. La sensibilité aux intentions est un développement nécessaire et crucial chez l’enfant. Nous savons que les chimpanzés, espèce proche phylogénétiquement de l’Homme, sont capables de discriminer les intentions d’autrui. Cette capacité a-t-elle émergé chez un ancêtre plus ancien et est-elle partagée avec d’autres primates non humains, dont les singes du Nouveau Monde? Dans cette étude, nous avons testé si les capucins bruns (Sapajus apella) et les capucins moines (Cebus capucinus) sont capables de percevoir les intentions d’un expérimentateur humain. Plus spécifiquement, nous avons étudié les comportements naturellement émis par les capucins dans trois conditions expérimentales durant lesquelles l’intention de l’expérimentateur varie. Le sujet est face à l’expérimentateur lui donnant une récompense alimentaire à travers un trou dans une plaque de plexiglas. Dans une première condition, dite «unwilling», l’expérimentateur peut donner la récompense, mais ne le fait pas volontairement, c.-à-d. il est mal intentionné. Dans une deuxième condition, appelée «unable», l’expérimentateur n’est pas capable de donner la récompense à travers le trou, celui-ci étant obturé par une petite plaque de plexiglas, c.-à-d. il en est incapable. Enfin, dans une dernière condition «distracted», l’expérimentateur est capable de donner la récompense à travers le trou, mais au lieu de prendre la récompense en main, il manipule un caillou, c.-à-d. il est distrait. Les résultats sont en cours d’analyses. Nous cherchons à observer la sensibilité des capucins moines et des capucins bruns aux intentions d’autrui et savoir s’ils sont capables de discriminer un expérimentateur mal intentionné versus un expérimentateur bien intentionné mais incapable. Nous supposons que lorsque l’expérimentateur agit de manière mal intentionnée (condition unwilling), les capucins quitteront plus rapidement le dispositif expérimental, que lorsque l’expérimentateur est incapable de donner la récompense (condition unable) ou qu’il est distrait par un caillou (condition distracted). Nous nous attentons également à une émission plus importante de comportements de quémande ou d’agression envers un expérimentateur mal intentionné, que bien intentionné mais incapable. Finalement, nous supposons que notre capacité à discriminer les intentions d’autrui n’est pas unique à l’Homme et aux grands singes, mais serait partagée avec d’autres espèces de primates non humains plus éloignés phylogénétiquement, comme les capucins.
Nous remercions le Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg pour le financement de ce projet, toute l’équipe technique du Centre de Primatologie pour la conception des dispositifs expérimentaux, les animaliers pour les soins apportés quotidiennement aux singes et les trois stagiaires qui ont participé à l’acquisition des données.

Haut de page

Historique

Présenté le 14/10/2015

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Llerena, Charlotte Canteloup et Helene Meunier, « Les capucins discriminent-ils les intentions d’autrui dans un contexte d’interactions interspécifiques? », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 59, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2362 ; DOI : 10.4000/primatologie.2362

Haut de page

Auteurs

Elsa Llerena

Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen, France.
Courriel :
e.llerena_10@envt.fr

Charlotte Canteloup

Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen, France, Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, UMR 7364, CNRS et Université de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France et University of Strasbourg Institute for Advanced Study, 67000 Strasbourg, France.
Courriel :
charlotte.canteloup@gmail.com

Articles du même auteur

Helene Meunier

Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen, France, Laboratoire de Neurosciences Cognitives Adaptatives, UMR 7364, CNRS et Université de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France et University of Strasbourg Institute for Advanced Study, 67000 Strasbourg, France.
Auteure pour la correspondance :
hmeunier@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org