Navigation – Plan du site
Résumés du 28e colloque de la SFDP (Strasbourg, 14-16 octobre 2015)
80

Giardiose et oesophagostomose nodulaire au parc national de Taï : risque zoonotique?

Roland Wa Yao Kouassi, William Scott McGraw, Bassirou Bonfoh, Julie Brunet, Sylvie Perroteye, Ermanno Candofi et Eliezer Kouakou N’goran

Résumé

L’homme est sensible à des parasites qui trouvent des réservoirs naturels chez les singes. En Côte d’Ivoire, les risques de zoonoses auxquels sont exposées les populations rurales constituent un enjeu majeur de santé publique. Le Parc National de Taï (PNT) abrite plusieurs espèces de primates arboricoles qui bénéficient d’un suivi depuis 1991. Afin de mieux comprendre les interactions entre les communautés d’hôtes, humains et simiens, et d’évaluer les risques sanitaires liés à la transmission des parasites intestinaux, nous avons recueilli les selles de sept espèces de singes, de 385 personnes dans 3 villages situés à 1 km du PNT et des assistants de recherche. Un examen coprologique a été réalisé afin de dresser un inventaire faunistique des parasites intestinaux. La technique PCR nichée a été retenue pour amplifier et séquencer les gènes de la TPI et de la Gdh à partir d’extraits d’ADN d’origine humaine et simienne de Giardia duodenalis. De même, la technique PCR-RFLP a été appliquée à l’amplification d’un fragment d’ADN ribosomique ITS2 destiné à différencier deux espèces d’Oesophagostomum : O. bifurcum et O. stephanostomum. L’examen microscopique des selles a permis de mettre en évidence des kystes de Giardia sp. dans 9 % des échantillons humains et dans 16 % des prélèvements de singes. Parallèlement, le gène de la TPI a été identifié dans 63 % des selles humaines et 43 % des selles de singes et le gène de la Gdh détecté dans 37 % des selles humaines et 87 % de celles des singes. Par ailleurs, des œufs d’Oesophagostomum ont été observés au microscope dans 10 % des selles humaines et 32 % des prélèvements simiens. La différenciation moléculaire a permis de détecter 7 % de selles humaines positives à la fois à O. bifurcum età O. stephanostomum, 13 % à O. stephanostomum et 33 % à O. bifurcum. Chez les singes, 20 % étaient positifs à O. stephanostomum, 73 % à O. bifurcum et 13 % à la fois à O. bifurcum et O. stephanostomum. Ces résultats mettent en évidence une prévalence relativement élevée de ces parasites connus pour leur potentiel zoonotique et posent la question des modalités et du risque de transmission interspécifique dans cette réserve protégée. Les analyses phylogénétiques en cours nous permettront d’évaluer le risque zoonotique réel lié à la cohabitation entre les populations humaines locales et les populations simiennes dans cette région tropicale.
Travail soutenu par le Programme d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique (PASRES, Project No. 48) et US National Science Foundation (NSF) 0921770 and 0922429.

Haut de page

Historique

Présenté le 15/10/2015

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Wa Yao Kouassi, William Scott McGraw, Bassirou Bonfoh, Julie Brunet, Sylvie Perroteye, Ermanno Candofi et Eliezer Kouakou N’goran, « Giardiose et oesophagostomose nodulaire au parc national de Taï : risque zoonotique? », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 80, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2515 ; DOI : 10.4000/primatologie.2515

Haut de page

Auteurs

Roland Wa Yao Kouassi

Unité de Formation et de Recherche Biosciences, Université FHB Abidjan, 22 BP 770 Abidjan 22, Côte d’Ivoire, et Institut de Parasitologie et Pathologie Tropicale, Fédération de Médecine Translationnelle, Université de Strasbourg, 3 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France, et Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, 01 BP 1303 Abidjan 01, Côte d’Ivoire, et Laboratoire de Parasitologie et de Mycologie Médicale, Plateau Technique de Microbiologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France.
Auteur pour la correspondance :
kwaroland@yahoo.fr

William Scott McGraw

Department of Anthropology, 064 Smith Laboratories, The Ohio State University, 174 West 18th Avenue, OH 43210 Colombus, USA.

Bassirou Bonfoh

Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, 01 BP 1303 Abidjan 01, Côte d’Ivoire.

Julie Brunet

Institut de Parasitologie et Pathologie Tropicale, Fédération de Médecine Translationnelle, Université de Strasbourg, 3 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France; et Laboratoire de Parasitologie et de Mycologie Médicale, Plateau Technique de Microbiologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France, et Laboratoire de Parasitologie, Faculté de Pharmacie, Université de Strasbourg, 74 route du Rhin 67401 Illkirch cedex, France.

Sylvie Perroteye

Laboratoire de Parasitologie, Faculté de Pharmacie, Université de Strasbourg, 74 route du Rhin 67401 Illkirch cedex, France.

Ermanno Candofi

Institut de Parasitologie et Pathologie Tropicale, Fédération de Médecine Translationnelle, Université de Strasbourg, 3 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France et Laboratoire de Parasitologie et de Mycologie Médicale, Plateau Technique de Microbiologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France

Eliezer Kouakou N’goran

Unité de Formation et de Recherche Biosciences, Université FHB Abidjan, 22 BP 770 Abidjan 22, Côte d’Ivoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org