Navigation – Plan du site
Dossier Bilan 2016 de de la coopération Franco-Sud-Africaine en paléoanthropologie

Le renouveau de la « French connection » avec l’Afrique du Sud (1995-2015)

The revival of the “French connection” with South Africa (1995-2015)
Brigitte Senut

Résumés

La recherche française paléontologique en Afrique du Sud a pris un nouvel essor après la signature d’un protocole de collaboration entre des institutions partenaires. Ces échanges ont permis de fructueux travaux notamment en paléontologie du Miocène et du Plio-Pléistocène avec la découverte dans le Namaqualand de faunes du Miocène inférieur à Bosluis Pan, du premier hominoïde d’Afrique subéquatoriale près de Hondeklip Bay et de niveaux du Miocène supérieur à Areb Hills ; mais aussi de nouveaux sites ou de dépôts pliocènes dans les karsts du « Cradle of Humankind ». Cette dynamique de recherches est importante pour l’avenir de la primatologie fossile, y compris celui de la paléontologie humaine, car aujourd’hui les scénarios sur les origines de notre famille centrés sur l’Afrique orientale doivent être revus et l’Afrique du Sud comme toute la région de l’Afrique australe possède un fort potentiel paléontologique pour alimenter les débats.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 10/08/2016. Définitivement accepté le 8/11/2016.

Texte intégral

1 Introduction

1L’Afrique du Sud est un pays de grande richesse paléontologique et un terrain propice pour les recherches sur des terrains anciens qui ont livré des thérapsidés (appelés aussi reptiles mammaliens) et des dinosaures. Des noms comme ceux de James Kitching, Brett Hendey ou Robert Broom restent très étroitement associés à ces recherches. Mais c’est aussi un pays incontournable dans l’étude des origines et de l’évolution de l’homme et de ses restes archéologiques comme le montrent les très nombreux travaux sur les grottes du « Cradle of Humankind », où se sont illustrés des chercheurs comme Robert Broom, Bob Brain, Elisabeth Vrba, Raymond Dart ou encore Phillip Tobias (voir l’article de Francis Thackeray dans ce dossier (Thackeray, 2016)).

2Depuis les années 1920, de forts liens scientifiques existent avec la France, notamment dans l’étude des thérapsides, et en paléontologie humaine et préhistoire où le nom de l’Abbé Breuil ne peut pas être omis. Mais avec l’établissement de l’apartheid à la fin des années 1940, les échanges internationaux avec l’Afrique du Sud étaient mis en sommeil ; des chercheurs sud-africains étant même bannis de certains congrès internationaux comme l’a dénoncé Tobias en 1985 dans une chronique sur la préhistoire et la discrimination politique (Tobias, 1985). La situation s’améliora progressivement dans les années 1990 et pour relancer les échanges en paléontologie et les recherches en commun entre l’Afrique du Sud et la France, un accord de collaboration était signé en 1995 entre la Chaire de Paléoanthropologie et de Préhistoire du Collège de France et le Transvaal Museum à Pretoria. Il avait pour but de développer des recherches en commun et favoriser les échanges et formations de scientifiques au niveau académique, mais aussi technique. Parallèlement, un programme de recherches paléontologiques, le PESA (Palaeontology Expedition to South Africa), était financé par la commission des fouilles archéologiques à l’étranger du Ministère des Affaires Etrangères. Ces différents échanges ont façonné la coopération entre nos deux pays pour conduire à l’épanouissement qu’elle connaît aujourd’hui.

2 Un accord et 20 ans de recherches paléontologiques en Afrique du Sud

3Dès sa découverte en 1924, l’enfant de Taung, attribué à Australopithecus africanus en 1925 (Dart, 1925), a attiré de nombreux paléontologues et anthropologues en Afrique du Sud. Ce fossile fut très critiqué car il remettait en cause l’idée retenue par l’establishment de l’époque que les hominidés étaient nés en Asie du Sud-Est et ce sont les découvertes ultérieures d’Australopithèques dans les grottes du Transvaal, notamment celle de Mr Ples à Sterkfontein mais aussi celles faites à Swartkrans et Kromdraai à partir de la fin des années 1930 qui prouvaient que des ancêtres de l’homme avaient bien vécu en Afrique australe. Non seulement le pays renfermait de nombreux restes d’hominidés qui recoupent des périodes allant du Plio-Pléistocène à l’Holocène (comme en témoignent les restes fossiles découverts à Saldanha, Florisbad, par exemple), mais il recèle également d’abondants témoignages culturels (outillages, peintures et gravures rupestres). De nombreux travaux sur le comportement des hommes fossiles ont été entrepris et Dart décrivait en 1957 la fameuse industrie ostéodontokératique qui aurait été associée à des Australopithèques sur le site de Makapansgat. Dans la course aux origines de l’homme, l’accent a été mis sur l’Afrique orientale dès la fin des années 1950 avec les découvertes de l’Ethiopie, du Kenya et de la Tanzanie, mais l’intérêt scientifique du patrimoine sud-africain et plus largement de l’Afrique australe reste d’une importance majeure pour comprendre nos origines et notre évolution.

4De nombreux chercheurs français étudiaient le patrimoine sud-africain, mais il n’y avait pas de réel programme de coopération scientifique dans le domaine. Il s’agissait plutôt de travaux ponctuels. C’est à la suite de discussions avec des collègues sud-africains (notamment Francis Thackeray) qu’il est apparu la possibilité et aussi la nécessité de resserrer les liens avec les chercheurs locaux, idée fortement soutenue par le Prof. Yves Coppens. Un accord a été formalisé dans un protocole pour la coopération institutionnelle entre la Chaire de Paléoanthropologie et de Préhistoire du Collège de France, le Transvaal Museum à Pretoria et l’Ambassade de France à Pretoria qui était signé le 29 novembre 1995 à l’Ambassade de France à Pretoria (Fig. 1, 2). C’est la paléontologie dans son ensemble qui a été considérée à la demande de nos partenaires sud-africains et non pas seulement la paléontologie humaine. D’autres institutions sud-africaines étaient impliquées comme le South African Museum au Cap (aujourd’hui l’Iziko) et le Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris. La coopération a été coordonnée par Francis Thackeray (à l’époque au Transvaal Museum de Pretoria) pour le côté sud-africain et par Martin Pickford et Brigitte Senut du côté français en accord avec le service de coopération de l’Ambassade de France (représenté à l’origine par Jacques de Monès) qui a financé les échanges. Dans ce cadre, plus d’une trentaine de chercheurs, étudiants et techniciens ont pu poursuivre leurs recherches, obtenir des formations ; en outre, des aides partielles ont pu être dégagées pour des demandes exceptionnelles (Tableau 1). Les projets riches et variés ont concerné le Mésozoïque et le Cénozoïque et en particulier la paléobotanique, les oiseaux fossiles, les thérapsidés, les bovidés, les équidés, les rongeurs, les hominidés fossiles jusqu’aux cultures récentes. En outre, des aides exceptionnelles ont été accordées pour des fouilles ou la mise en valeur de collections. Enfin, plusieurs techniciens ont effectué des stages de formation au dégagement et moulage de fossiles au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Figure 1

Figure 1

Première page du protocole pour la coopération institutionnelle entre le Transvaal Museum à Pretoria, la Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France et l’Ambassade de France (en anglais et en français).
First page of the Memorandum of understanding between the Transvaal Museum, Pretoria, the Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire, Collège de France and the French Embassy (in French and in English).

Figure 2

Figure 2

A l’occasion de la signature de l’accord, de gauche à droite : Dr N Rautenbach (Directeur du Transvaal Museum, Pretoria), Dr I. Plug (Archéozoologue, Transvaal Museum, Pretoria), Mr T. d’Albis (Ambassadeur de France en Afrique du Sud) et Dr M. Pickford (représentant le Prof. Y. Coppens, Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France) (extrait du Star de Johannesburg du 26 novembre 1995).
After the signature of the accord, left to right: Dr N. Rautenbach (Director, Transvaal Museum, Pretoria), Dr I. Plug (Archaeozoologist, Transvaal Museum, Pretoria), Mr T. d’Albis (French Ambassador in South Africa), Dr M. Pickford (representative of Prof. Y. Coppens, Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire, Collège de France) (from the Star of Johannesburg, 26th November 1995).

Tableau I

Tableau I

Liste des échanges franco-sud-africains entre 1995 et 2002 (BPI : Bernard Price Institute à Johannesburg; DNHM : Durban Natural History Museum; ELM : East London Museum; GF : Collection Rubidge à Graaff-Reinet ; GS : Geological Survey à Pretoria; IM : Iziko Museum au Cap (anciennement South African Museum) ; MNB : Musée National de Bloomfontein ; MNHN : Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris ; SAM : South African Museum au Cap (aujourd’hui Iziko); TM : Transvaal Museum à Pretoria (aujourd’hui Ditsong Museum of Natural History) ; US: Université de Stellenbosch.
Table 1: List of franco-south-african exchanges between 1995 and 2002 (BPI: Bernard Price Institute, Johannesburg; DNHM: Durban Natural History Museum; ELM: East London Museum; GF: Rubidge Collection, Graaff-Reinet; GS: Geological Survey, Pretoria; IM : Iziko Museum, Cape Town (previously South African Museum) MNB: Musée National of Bloomfontein; MNHN: Muséum Nation d’Histoire Naturelle, Paris ; SAM: South African Museum, Cape Town (today Iziko Museum); TM : Transvaal Museum, Pretoria (today Ditsong Museum of Natural History) ; US: University of Stellenbosch.

5Depuis l’établissement des échanges, plusieurs programmes se sont développés avec des chercheurs sud-africains et sont encore actifs aujourd’hui dont les résultats sont importants. On peut notamment citer les travaux de Jean-Sébastien Steyer avec l’Iziko Museum au Cap dans une équipe internationale qui s’est focalisée sur la plus grande extinction connue au cours des temps géologiques (la crise Permo-Trias) il y a près de 250 millions d’années et au cours de laquelle près de 90 % de la biodiversité a disparu. Les travaux en Tanzanie, Zambie, Afrique du Sud et Antarctique montrent que l’origine des dinosaures pourrait y être intimement liée (Sidor et al., 2013).

6En archéologie, au cours des recherches réalisées à Border Cave dans le KwaZulu-Natal par Francisco d’Errico avec Lucinda Backwell, une culture de chasseurs-cueilleurs proche de celle des San actuels a été découverte dans des niveaux datés à 44 000 ans (d’Errico et al., 2012). En dehors du programme, d’autres travaux ont été développés à Diepklooff, par exemple ou à Blombos.

7Parmi les résultats exceptionnels liés à ces échanges, il faut signaler la découverte en 1997 au cours des fouilles dirigées par André Keyser sur le site plio-pléistocène de Drimolen de deux bébés d’hominidés, appartenant au genre Homo et Australopithecus par Dominique Gommery et José Braga (alors jeunes chercheurs) (Gommery et al., 1998 ; Schwartz et Tattersall, 2005) (Fig. 3) qui fut annoncée dans une conférence de presse au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris en décembre 1997 (Fig. 4).

Figure 3

Figure 3

Hominidés de Drimolen : frontal et maxillaire du bébé Paranthropus à gauche et mandibule fragmentaire et avant-bras d’un bébé Homo à droite.
Hominids from Drimolen: frontal bone and maxilla of the baby Paranthropus on the left and mandible and forelimb of the baby Homo on the right.

Figure 4

Figure 4

Annonce officielle au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris en décembre 1997 de la découverte des hominidés juvéniles à Drimolen. De gauche à droite : Dr Dominique Gommery, Dr. André Keyser, Dr José Braga.
Official announcement in December 1997 at the Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris of the discovery of the juvenile hominids at Drimolen. From left to right: Dr Dominique Gommery, Dr. André Keyser, Dr José Braga.

8En 2001 était créé HOPE (Human Origin and Past Environments), un regroupement virtuel de tous les chercheurs français et sud-africains associés au programme de coopération franco-sud-africaine dans les recherches menées dans le Cradle of Humankind et géré par Francis Thackeray. La première réunion s’est tenue à Paris à l’UPR 2147 du CNRS le 21 novembre 2008 (Fig. 5).

Figure 5

Figure 5

Réunion du groupement HOPE à l’UPR 2147 CNRS. De gauche à droite : M. Pickford, G. Subsol, Y. Coppens, F. Thackeray, S. Reynolds, R. Chaix, F. Duranthon, B. Senut, S. Potze, K. McRae, D. Gommery, J. Braga, V. Balter, F. Sénégas, S. Prat.
Round table of HOPE, UPR 2147 CNRS. From left to right: M. Pickford, G. Subsol, Y. Coppens, F. Thackeray, S. Reynolds, R Chaix, F. Duranthon, B. Senut, S. Potze, K. McRae, D. Gommery, J. Braga, V. Balter, F. Sénégas, S. Prat.

9En 2007, à l’occasion de l’anniversaire de la découverte de Mrs (ou Mr Ples), le fameux Australopithecus africanus découvert dans les grottes de Sterkfontein en 1937, une exposition (Mother Africa and Mrs Ples) réalisée par les partenaires du programme a été montée au Transvaal Museum (Fig. 6-7).

Figure 6

Figure 6

Le Transvaal Museum paré pour l’exposition.
The Transvaal Museum announcing the exhibition.

10Ce fut l’occasion de voir la première reconstitution de Mrs Ples réalisée par Elisabeth Daynès. Cette exposition a été très médiatisée localement et a reçu un grand succès.

Figure 7

Figure 7

Reconstitution de Mrs Ples par Elisabeth Daynès devant le crâne du fossile original avec Francis Thackeray dans l’exposition et un moment de convivialité entre les Professeurs Phillip Tobias et Yves Coppens.
Reconstruction of Mrs Ples by Elisabeth Daynès in front of the original skull with Francis Thackeray in the exhibition and an enjoyable moment between Professors Phillip Tobias and Yves Coppens.

3 La PESA (1995-2000)

11Créée en 1995, la PESA (Palaeontology Expedition to South Africa), programme financé par la Commission des Fouilles Archéologiques du Ministère des Affaires Etrangères avait pour but de rechercher des terrains néogènes qui pouvaient être propices à livrer des primates fossiles (y compris des hominidés) d’âge identique à ceux du Plio-Pléistocène du Cradle of Humankind dans d’autres régions de l’Afrique du Sud, mais aussi de prospecter des niveaux plus anciens pour voir s’il y avait des faunes du Pliocène inférieur ou Miocène supérieur. En effet, après les découvertes d’hominoïdes dans le Miocène moyen de la Namibie (Conroy et al., 1992), il s’avérait intéressant de voir si l’Afrique australe avait été aussi un lieu de diversification des primates dès le Miocène. Il fallait donc explorer des régions mal connues, mais surtout étendre les données chronologiques. Jusqu’alors le seul site mio-pliocène (5-6 Ma) à mammifères était Langebaanweg (Hendey, 1982) qui avait livré une dent de Parapapio (Grine et Hendey, 1981). Deux régions ont été ciblées : le Namaqualand et le Cradle of Humankind.

3.1 Le Namaqualand

12La découverte des fossiles dans le Namaqualand est intimement liée à celle des diamants dont les dépôts sont situés en bordure côtière et leur identification est cruciale pour établir la stratigraphie qui a été basée sur des invertébrés marins (Pether, 1986) et comprendre ainsi le timing de dépôts des diamants, dont l’intérêt économique n’est pas négligeable. Les premiers indices de mammifères fossiles (Lutrinae, Hyaenidae, Viverridae, rongeurs, artiodactyles) récoltés sur l’exploitation minière de Klein Zee par l’ingénieur W. Beetz en 1931 ont été annoncés la même année par Stromer et publiés en 1931 et 1932. Les âges avancés étaient mio-pliocènes ou pliocènes. D’où l’intérêt de reprendre les travaux paléontologiques dans cette province (Fig. 8). Nos premières prospections en 1995 dans le Namaqualand ont été facilitées grâce aux excellents rapports que nous avions avec la CDM (Pty) Ltd en Namibie et aux travaux de stratigraphie que nous avions effectués dans la Sperrgebiet.

Figure 8

Figure 8

Carte des gisements à mammifères mio-pliocènes du Namaqualand.
Map of the mammalian mio-pliocene sites in Namaqualand.

3.1.1 Bosluis Pan

13Au milieu des années 1980, lors de prospections pour les diamants (de Wit, 1990), quelques restes de mammifères fossiles dont des fragments d’émail dentaire de Gomphotheriidae avaient été découverts à Bosluis Pan sur la base desquels Hendey (1983) suggérait un âge miocène sans pouvoir être plus précis en raison du peu d’éléments conservés. En juin 1995, lors d’une courte visite sur l’exploitation (Fig. 9-10), trois sites fossilifères ont été reconnus : deux situés à la base de la succession datant du Miocène moyen et un au sommet Pléistocène à Récent (Senut et al., 1996).

14Les fossiles récoltés dans les niveaux fluviatiles à la base de la section, bien que modestes en nombre, sont variés : poissons, crocodiles, plaques de tortues terrestres, restes de bovidés, de giraffidés, de mastodontes de rhinocérotidés et de macroscélididés (Fig. 11). L’association de ces mammifères suggère un âge Miocène moyen (17,4 Ma) équivalent à celui d'Arrisdrift en Namibie.

Figure 9

Figure 9

Vue générale de l’exploitation à Bosluis Pan.
General view of the diamond mine at Bosluis Pan.

Figure 10

Figure 10

Niveaux de base qui ont livré les fossiles du Miocène moyen.
Basal levels which have yielded the Middle Miocene fossils.

15Nous n’avons pas trouvé de restes de primates dans ces gisements, mais l’intérêt de ces derniers est qu’ils montrent que des dépôts de même âge que ceux de l’Afrique orientale sont présents en Afrique australe. En outre, ils permettent de mieux comprendre les variations d’environnements à l’échelle du continent.

Figure 11

Figure 11

Mammifères fossiles de Bosluis Pan. a : molaire supérieure de macroscélididé (vue occlusale) ; b, c, d : fragment de mandibule droite de bovidé avec m3 (vues occlusale, linguale et buccale), échelles 5 mm.
Fossil mammals from Bosluis Pan. a: macroscelidid upper molar (occlusal view); b, c, d : fragment of a bovid right mandible with m3 (occlusal, lingual and buccal views) (scales = 5 mm).

3.1.2 Ryskop

16En Namibie dans la Sperrgebiet, nous avions trouvé des gisements fossilifères très riches qui nous avaient permis et nous permettent encore d’estimer l’âge des dépôts secondaires des diamants et nous avons pu établir une vraie biostratigraphie dès le Miocène inférieur (Pickford et Senut, 1999). A la suite de ces travaux, nous avons été invités par les Namaqualand Mines sur l’exploitation de Klein Zee afin de voir s’il était possible d’établir une échelle biochronologique à partir des mammifères car une grande partie des fossiles qui y avaient été récoltés ont été détruits pendant la Deuxième Guerre mondiale. Mais pour ce faire, il était essentiel d’avoir accès aux couches fossilifères sur le terrain, ce qui n’était malheureusement pas toujours possible en Afrique du Sud. En outre, le diamant étant le minéral le plus dur, lorsque les sédiments étaient recueillis, ils étaient passés dans un écraseur et, bien évidemment, les fossiles ne résistaient pas et il était bien difficile d’identifier les différents spécimens dans de telles conditions. Toutefois, dans la même zone, près de Hondeklip Bay, une nouvelle prospection s’ouvrait en 1996 et le Directeur de la Mine d’Avontuur à Ryskop, Mr Dudley Wessels (qui avait déjà récolté des fossiles) nous a donné accès aux coupes nouvellement dégagées. A la base de la coupe on trouve un niveau d’une trentaine de centimètres pétris de fossiles et de diamants (Fig. 12). Les fossiles sont en grande majorité des restes ichthyologiques (requins, raies, spares) dont l’intérêt stratigraphique est faible, mais quelques mammifères étaient conservés (Fig. 13). L'assemblage faunique est caractéristique de la fin du Miocène inférieur d'Afrique orientale. Il est composé des Suidae Kenyasus rusingensis, Nguruwe kijivium, du Carnivora Ysengrinia ginsburgi, des Proboscidea Deinotherium hobleyi et un Gomphotheriidae indet., de Rhinocerotidae (Brachypotherium), et d'un Bovidae indet, et d'un rongeur indet. En outre, un Amphicyonidae Ysengrinia ginsburgi était connu de dépôts à Hondklip Bay (Mine de Buffels Bank) tout proche. Cet assemblage est peu différent de celui d'Arrisdrift dans la vallée du fleuve Orange en Namibie, vieux de 17,5 millions d'années environ, mais la présence du Suidae Kenyasus rusingensis (absent dans le gisement namibien) suggère un âge un peu plus ancien de 18 millions d'années environ, proche de celui de Rusinga dans l’ouest Kenya (Senut et al, 1997 ; Pickford et Senut, 1997).

Figure 12

Figure 12

Vue du front de mine Avontuur à Ryskop. Le niveau fossilifère le plus riche épais de 30 cm environ, est situé à la base de la coupe.
View of the stratigraphic section at Avontuur Mine, Ryskop. The richest fossiliferous level, 30 cm of thickness, is located at the base of the section.

Figure 13

Figure 13

Après la séparation par tamisage entre les minéraux lourds (diamants, magnétite, grenat, etc.), les restes de fossiles restent à trier. Parmi les restes de poissons fossiles, on devine des fragments d’os (1) ou d’émail dentaire (2) roulés de mammifères.
After screening of the sediments heavy minerals (diamonds, magnetite, garnet, etc.) are isolated and the fossil specimens remain to be searched. Among the rich palaeoichtyofauna, we can see fragments of mammalian rolled bones (1) or tooth enamel (2).

17Le gisement de Ryskop a également livré la première évidence de la présence d’Hominoidea de grande taille en Afrique subéquatoriale au Miocène inférieur. Il s’agit d’une molaire supérieure fragmentaire gauche de la taille proche de celle d’un gorille (Fig. 14). Sa morphologie n’est pas compatible avec celle des molaires inférieures d’Otavipithecus namibiensis du Miocène moyen de Namibie. Il est difficile d’attribuer le spécimen à un taxon précis, car il est trop fragmentaire. Morphologiquement, il se rapproche de Samburupithecus et de Kenyapithecus, mais de taille intermédiaire. De taille proche d’Ugandapithecus, il s’en éloigne par ses cuspides très bunodontes.

Figure 14

Figure 14

L’hominoïde de Ryskop au milieu des diamants.
The hominoid from Ryskop in the middle of the diamonds.

18Cette découverte, qui reste la seule encore aujourd’hui pour un hominoïde de cet âge en Afrique australe, suggère que l’évolution des hominoïdes était probablement panafricaine dès le Miocène inférieur et que l’histoire de l’homme avait peut-être une autre dimension que celle que l’on admettait à l’époque. En outre, les faunes associées suggèrent un climat tropical à l’époque du dépôt, proche de ce que l’on connaît en Afrique orientale et contrastant avec le climat plus sec qui prévaut aujourd’hui dans la région.

3.1.3 Areb Hills

19Dans les Areb Hills, un Equidae fossile était découvert, dans les années 1930, dans des sables granitiques sous un dépôt de 15 m de calcrete lors du creusement d’un puits sur la ferme d’Areb (Fig. 15). Il fut attribué à Hipparion namaquense (Haughton, 1932). Nous avons relocalisé le gisement et précisé sa stratigraphie (Pickford et al., 1999). Les comparaisons effectuées avec les autres Hipparion africains suggèrent une ressemblance avec les pièces connues dans le rift occidental ougandais (Eisenmann, 1994), ce qui indiquerait un âge de 4 à 6 Ma environ.

Figure 15

Figure 15

Site d’Areb et vue du puits sur la ferme où furent trouvés les fossiles.
Areb site and view of the well on the farm where the fossils were found.

20Les dépôts de cet âge sont particulièrement intéressants car ils sont rares en Afrique du Sud.

3.2 Le Cradle of Humankind et les karsts du Transvaal

21La plupart des sites à hominidés anciens sud-africains sont situés dans le Transvaal, dans ce qui est connu aujourd’hui sous le nom de « Cradle of Humankind ». En effet, la plupart des recherches en paléontologie humaine étaient focalisées sur les sites célèbres, mais pour comprendre l’évolution, il était important de trouver des niveaux plus anciens. Forts des résultats obtenus dans les karsts de Namibie, du Botswana et d’Angola (Pickford et al., 1992, 1994 ; Pickford et Senut, 2010 ; Senut, 1996), où nous avions trouvé des restes de primates du Miocène moyen et du Plio-Pléistocène, nous avons décidé de prospecter pour de nouveaux affleurements. C’est ainsi qu’à l’automne 1996, nous avons découvert à Bolt’s Farm sur le site baptisé Waypoint 160 (Fig. 16) des brèches très riches en micromammifères qui se sont avérées être plus anciennes que celles où sont classiquement mis au jour les australopithèques. Ce matériel a été étudié par F. Sénégas qui a montré, sur la présence d’Euryotomys bolti, que les niveaux étaient vieux de 4 à 4,5 Ma (Sénégas et Avery, 1998).

Figure 16

Figure 16

Vue de Bolt’s Farm en 1995.
View of Bolt’s Farm in 1995.

22Depuis les travaux ont été étendus par l’équipe de D. Gommery et des primates fossiles y ont été découverts : un Parapapio qui est le plus ancien connu (Gommery et al., 2008).

3.3 La suite du programme PESA

23En 2000, j’ai transmis le programme PESA à D. Gommery et J. Braga, ce dernier en prenant la direction. Il fut alors dédié à Bolt’s Farm et Kromdraai B. Plus récemment, il a été focalisé sur Kromdraai où les fouilles ont été reprises par J. Braga et Francis Thackeray (Fig. 17) alors que Dominique Gommery développait ses travaux sur Bolt’s Farm avec ses collègues du Ditsong Museum of Natural History à Pretoria dans le cadre d’un LIA CNRS et un nouveau programme de la Commission des fouilles du Ministère des Affaires Etrangères (voir Thackeray, 2016 ; Gommery et al., 2016) (Fig. 18).

Figure 17

Figure 17

A gauche Kromdraai B en 1977 avec Elisabeth Vrba (à l’époque responsable de la section de paléontologie au Transvaal Museum), à droite lors des fouilles plus récentes.
On the left, Kromdraai B in 1977 with E. Vrba (at that time in charge of the palaeontology section at the Transvaal Museum).

Figure 18

Figure 18

Waypoint 160 sur Bolt’s Farm avec D. Gommery à l’arrière-plan, L. Kgasi et F. Sénégas au premier plan. A droite, une équipe jeune et dynamique !
Waypoint 160 at Bolt’s Farm with D. Gommery in the background, L. Kgasi and F. Sénégas in the foreground. On the right a young and dynamic team!

4 Quel avenir ?

24Les données obtenues depuis plus de vingt ans en Afrique du Sud et plus largement en Afrique australe montrent que la paléontologie a encore un bel avenir si les financements suivent. L’Afrique du Sud et plus largement l’Afrique australe sont le plus souvent marginalisées dans les scénarios concernant l’évolution des primates et les origines de l’homme. La grande majorité des chercheurs admettent que les hominidés sont nés plus au nord soit en Afrique orientale, soit en Afrique centrale et le débat est toujours d’actualité. Aujourd’hui, la grande majorité des chercheurs s’accorde à penser que l’origine des hominidés se situe aux confins du Miocène supérieur et du Pliocène. Ces niveaux existent en Afrique australe et ils méritent d’être mieux étudiés et mieux exploités. Moins médiatiques que les gisements à hominidés plio-pléistocènes, ils renferment cependant des informations cruciales pour comprendre l’évolution des primates au sens large et nos origines. Par ailleurs, les paléoenvironnements comme les savanes boisées de type miombos où les supports arborés sont principalement verticaux apparaissent comme des milieux intéressants pour comprendre l’origine de la bipédie chez les hominidés. En effet, un pied à l’hallux préhensile ne serait pas un avantage dans ce type d’environnement, et combiné à des saisies manuelles de précision, ce serait un avantage pour grimper sur des supports plus verticaux. Présents en Afrique subéquatoriale et en particulier en Afrique australe, les miombos offrent un potentiel nouveau de recherche de nos origines, sans oublier qu’aucun gisement mio-pliocène n’est aujourd’hui connu dans les miombos dans la région (Senut et al., sous presse).

Remerciements

25Je voudrais remercier chaleureusement Dominique Gommery pour son initiative dans l’organisation de la réunion au Sénat et pour avoir donné l’occasion aux différents acteurs de présenter des aspects variés de la « French Connection » en paléontologie avec l’Afrique du Sud. Ce programme de coopération n’aurait pu voir le jour sans l’aide du Ministère des Affaires Etrangères et en particulier de l’ambassade de France à Pretoria où notre conseiller de coopération scientifique et technique, Mr Jacques de Monès n’a pas ménagé ses efforts dans l’organisation des échanges. Le projet PESA a bénéficié de subventions de la Commission des Fouilles Archéologiques à l’étranger. L’IFAS à Johannesburg nous a permis de valoriser les découvertes de Ryskop lors d’une conférence en novembre 1996 au centre à Johannesburg. Les Namaqualands Mines, la De Beers, la Namdeb, Avontuur Mine nous ont apporté une aide précieuse dans les prospections fossilifères. A Koignaas Mr Dudley Wessels et son épouse nous ont offert gîte et couvert à chacun de nos passages et je les en remercie bien vivement. André Keyser a accueilli D. Gommery et J. Braga sur les fouilles de Drimolen. Lee Berger nous a donné accès aux coordonnées de certains dépôts fossilifères dans le Cradle of Humankind. Merci à F. Sénégas d’avoir relu le manuscrit. Enfin, un merci tout particulier pour l’équipe de terrain : M. Pickford qui a co-dirigé ce programme et la PESA, D. Gommery, F. Sénégas, J. Braga, P. Mein, J. Michaux. Merci à Guy Germain qui n'a pas ménagé ses efforts pour l'édition de ce texte. Et last but not least! Merci à Yves Coppens pour son soutien de tous les instants et à Francis Thackeray qui a été le pilier sud-africain de la gestion des échanges.

Haut de page

Bibliographie

Conroy GC, Pickford M, Senut B, Van Couvering J, Mein P (1992). Otavipithecus namibiensis, nov. gen., nov. sp., first Miocene hominoid from Southern Africa (Berg Aukas, Namibia). Nature 356, 144-148. doi: 10.1038/356144a0

Dart R (1925). Australopithecus africanus; the man-ape of South Africa. Nature 115, 195-199. doi: 10.1038/115195a0

Dart R (1957). The osteodontokeratic culture of Australopithecus prometheus. Memoir of the Transvaal Museum, 10, 105 p.

De Wit MCJ (1990). Palaeoenvironmental interpretation of Tertiary sediments at Bosluispan, Namaqualand. In Palaeoecology of Africa (Heine, K, editor) 21, 101-118.

d'Errico F, Backwell L, Villa P, Degano I, Lucejkog JJ, Bamford MK, Higham TFG, Colombini MP, Beaumont PB (2012). Early evidence of San material culture represented by organic artifacts from Border Cave, South Africa. PNAS 109, 13214-13219. doi: 10.1073/pnas.1204213109

Eisenmann V (1994). Equidae of the Albertine Rift Valley, Uganda. In Geology and Palaeobiology of the Albertine Rift Valley, Uganda-Zaire. Vol. 2 Palaeobiology (Senut B, Pickford M, editors), CIFEG Occas Publ 29, 289-308.

Gommery D, Sénégas F, Kgasi L, Vilakazi N, Kuhn B, Brink J, Pickford M, Hancox J, Herries AIR, Saos T, Ségalen L, Aufort J (2016). Bolt's Farm Cave System dans le Cradle of Humankind (Afrique du Sud): un exemple d'approche multidisciplinaire dans l'étude des sites à primates fossiles. Revue de primatologie 7. https://primatologie.revues.org/2725

Gommery D, Thackeray JF, Sénégas F, Potze S, Kgasi L (2008). The earliest primate (Parapapio sp.) from the Cradle of Humankind World Heritage Site (Waypoint 160, Bolt's Farm, South Africa). S Afr J Sci 104, 405-408.

Gommey D, Braga J, Keyser A (1998). Des bébés de 2 millions d'années. Archéologia 343, 20-27.

Grine FE, Hendey QB (1981). Earliest primate remains from South Africa. S Afr J Sci 77, 374-376.

Haughton SH (1932). The fossil Equidae of South Africa. Ann S Afr Mus 28, 407-427.

Hendey QB (1982). Langebaanweg: a Record of Past Life. Cape Town: South African Museum.

Hendey QB (1983). Southern African late Tertiary vertebrates. In Southern African Prehistory and Palaeoenvironments (Klein RG editor), pp. 81-106.

Pether J (1986). Late Tertiary and early Quaternary marine deposits of the Namaqualand coast, Cape Province: new perspectives. S Afr J Sci 94, 503-507.

Pickford M, Eisenmann V, Senut B (1999). Timing of landscape development and calcrete genesis in northern Namaqualand, South Africa. S Afr J Sci 82, 464-470.

Pickford M, Mein P, Senut B (1992). Primate bearing Plio-Pleistocene cave deposits of Humpata, Southern Angola. Hum Evol 7, 17-33. doi: 10.1007/BF02437475

Pickford M, Mein P, Senut B (1994). Fossiliferous Neogene karst fillings in Angola, Botswana and Namibia. S Afr J Sci 90, 4, 227-230.

Pickford M, Senut B (1997). Cainozoic mammals from coastal Namaqualand, South Africa. Paleont afr 34, 199-217.

Pickford M, Senut B (1999). Geology and Palaeobiology of the Namib Desert, Southwestern Africa. Mem Geol Surv Namibia 18, 155p.

Pickford M, Senut B (2010). Karst geology and palaeobiology of Northern Namibia. Mem Geol Surv Namibia 21, 74 p.

Schwartz JH, Tattersall I (2005). The Human Fossil Record. Volume 4. Craniodental Morphology of Early Hominids (Genera Australopithecus, Paranthropus, Orrorin), and overview. Hoboken: John Willey & Sons, Inc.

Sénégas F, Avery DM (1998). New evidence for the murine origins of the Otomyinae (Mammalia, Rodentia) and the age of Bolt's Farm (South Africa). S Afr J Sci 94, 503-507.

Sénégas F, Michaux J (2000). Boltimys broomi gen. nov. sp. (Rodentia, Mammalia), nouveau Muridae d'affinité incertaine du Pliocène inférieur d'Afrique du Sud. C R Acad Sci Paris sér IIa 330, 521-525.

Senut B (1996). Cercopithecoidea du Plio-Pléistocène des Koanaka Hills (Ngamiland, Botswana). C R Acad Sci Paris sér. II a 322, 423-428.

Senut B, Pickford M, Ward J, de Wit M, Spaggiari R, Morales J (1996). Biochronology of the Cainozoic sediments at Bosluis Pan, Northern Cape Province, South Africa. S Afr J Sci 92, 249-251.

Senut B, Pickford M, Wessels D (1997). Panafrican distribution of Lower Miocene Hominoidea. C R Acad Sci Paris sér. II a 325, 741-746. doi: 10.1016/s1251-8050 (97)89119-7

Senut B, Pickford M, Gommery D, Ségalen L (sous presse) Palaeoenvironments and the origin of hominid bipedalism. Hist Biol (sous presse).

Sidor CA, Vilhenaa DA, Angielczykc KD, Huttenlocker AK, Nesbitt SJ, Peecook BR, Steyer JS, Smith RMH, Tsuji LA (2013). Provincialization of terrestrial faunas following the end-Permian mass extinction PNAS 110, 8129-8133. doi: 10.1073/pnas.1302323110

Stromer E (1931). Reste Süsswasser und Land bewohnender Wirbeltiere aus dem Diamantfeldern Klein-Namaqualands (Südwestafrika). Sitzungsb d math-naturw 1931, 17-47.

Stromer E (1932). Palaeothentoides africanus, nov. gen., nov.sp., ein erstes Beuteltier aus Afrika. Sitzungsb d math-naturw 1932, 177-190.

Thackeray F (2016). A History of Research on Human Evolution in South Africa from 1924 to 2016. Revue de primatologie 7. https://primatologie.revues.org/2708

Tobias P (1985). La préhistoire et la discrimination politique. L'Anthropologie 89, 585-592.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Première page du protocole pour la coopération institutionnelle entre le Transvaal Museum à Pretoria, la Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France et l’Ambassade de France (en anglais et en français).First page of the Memorandum of understanding between the Transvaal Museum, Pretoria, the Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire, Collège de France and the French Embassy (in French and in English).
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 2
Légende A l’occasion de la signature de l’accord, de gauche à droite : Dr N Rautenbach (Directeur du Transvaal Museum, Pretoria), Dr I. Plug (Archéozoologue, Transvaal Museum, Pretoria), Mr T. d’Albis (Ambassadeur de France en Afrique du Sud) et Dr M. Pickford (représentant le Prof. Y. Coppens, Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du Collège de France) (extrait du Star de Johannesburg du 26 novembre 1995).After the signature of the accord, left to right: Dr N. Rautenbach (Director, Transvaal Museum, Pretoria), Dr I. Plug (Archaeozoologist, Transvaal Museum, Pretoria), Mr T. d’Albis (French Ambassador in South Africa), Dr M. Pickford (representative of Prof. Y. Coppens, Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire, Collège de France) (from the Star of Johannesburg, 26th November 1995).
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau I
Légende Liste des échanges franco-sud-africains entre 1995 et 2002 (BPI : Bernard Price Institute à Johannesburg; DNHM : Durban Natural History Museum; ELM : East London Museum; GF : Collection Rubidge à Graaff-Reinet ; GS : Geological Survey à Pretoria; IM : Iziko Museum au Cap (anciennement South African Museum) ; MNB : Musée National de Bloomfontein ; MNHN : Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris ; SAM : South African Museum au Cap (aujourd’hui Iziko); TM : Transvaal Museum à Pretoria (aujourd’hui Ditsong Museum of Natural History) ; US: Université de Stellenbosch.Table 1: List of franco-south-african exchanges between 1995 and 2002 (BPI: Bernard Price Institute, Johannesburg; DNHM: Durban Natural History Museum; ELM: East London Museum; GF: Rubidge Collection, Graaff-Reinet; GS: Geological Survey, Pretoria; IM : Iziko Museum, Cape Town (previously South African Museum) MNB: Musée National of Bloomfontein; MNHN: Muséum Nation d’Histoire Naturelle, Paris ; SAM: South African Museum, Cape Town (today Iziko Museum); TM : Transvaal Museum, Pretoria (today Ditsong Museum of Natural History) ; US: University of Stellenbosch.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-3.png
Fichier image/png, 141k
Titre Figure 3
Légende Hominidés de Drimolen : frontal et maxillaire du bébé Paranthropus à gauche et mandibule fragmentaire et avant-bras d’un bébé Homo à droite.Hominids from Drimolen: frontal bone and maxilla of the baby Paranthropus on the left and mandible and forelimb of the baby Homo on the right.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 4
Légende Annonce officielle au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris en décembre 1997 de la découverte des hominidés juvéniles à Drimolen. De gauche à droite : Dr Dominique Gommery, Dr. André Keyser, Dr José Braga.Official announcement in December 1997 at the Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris of the discovery of the juvenile hominids at Drimolen. From left to right: Dr Dominique Gommery, Dr. André Keyser, Dr José Braga.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 5
Légende Réunion du groupement HOPE à l’UPR 2147 CNRS. De gauche à droite : M. Pickford, G. Subsol, Y. Coppens, F. Thackeray, S. Reynolds, R. Chaix, F. Duranthon, B. Senut, S. Potze, K. McRae, D. Gommery, J. Braga, V. Balter, F. Sénégas, S. Prat.Round table of HOPE, UPR 2147 CNRS. From left to right: M. Pickford, G. Subsol, Y. Coppens, F. Thackeray, S. Reynolds, R Chaix, F. Duranthon, B. Senut, S. Potze, K. McRae, D. Gommery, J. Braga, V. Balter, F. Sénégas, S. Prat.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6
Légende Le Transvaal Museum paré pour l’exposition.The Transvaal Museum announcing the exhibition.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 7
Légende Reconstitution de Mrs Ples par Elisabeth Daynès devant le crâne du fossile original avec Francis Thackeray dans l’exposition et un moment de convivialité entre les Professeurs Phillip Tobias et Yves Coppens.Reconstruction of Mrs Ples by Elisabeth Daynès in front of the original skull with Francis Thackeray in the exhibition and an enjoyable moment between Professors Phillip Tobias and Yves Coppens.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 8
Légende Carte des gisements à mammifères mio-pliocènes du Namaqualand.Map of the mammalian mio-pliocene sites in Namaqualand.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 9
Légende Vue générale de l’exploitation à Bosluis Pan.General view of the diamond mine at Bosluis Pan.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 10
Légende Niveaux de base qui ont livré les fossiles du Miocène moyen.Basal levels which have yielded the Middle Miocene fossils.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 11
Légende Mammifères fossiles de Bosluis Pan. a : molaire supérieure de macroscélididé (vue occlusale) ; b, c, d : fragment de mandibule droite de bovidé avec m3 (vues occlusale, linguale et buccale), échelles 5 mm.Fossil mammals from Bosluis Pan. a: macroscelidid upper molar (occlusal view); b, c, d : fragment of a bovid right mandible with m3 (occlusal, lingual and buccal views) (scales = 5 mm).
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 12
Légende Vue du front de mine Avontuur à Ryskop. Le niveau fossilifère le plus riche épais de 30 cm environ, est situé à la base de la coupe.View of the stratigraphic section at Avontuur Mine, Ryskop. The richest fossiliferous level, 30 cm of thickness, is located at the base of the section.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 13
Légende Après la séparation par tamisage entre les minéraux lourds (diamants, magnétite, grenat, etc.), les restes de fossiles restent à trier. Parmi les restes de poissons fossiles, on devine des fragments d’os (1) ou d’émail dentaire (2) roulés de mammifères.After screening of the sediments heavy minerals (diamonds, magnetite, garnet, etc.) are isolated and the fossil specimens remain to be searched. Among the rich palaeoichtyofauna, we can see fragments of mammalian rolled bones (1) or tooth enamel (2).
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 14
Légende L’hominoïde de Ryskop au milieu des diamants.The hominoid from Ryskop in the middle of the diamonds.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 15
Légende Site d’Areb et vue du puits sur la ferme où furent trouvés les fossiles.Areb site and view of the well on the farm where the fossils were found.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 16
Légende Vue de Bolt’s Farm en 1995.View of Bolt’s Farm in 1995.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 17
Légende A gauche Kromdraai B en 1977 avec Elisabeth Vrba (à l’époque responsable de la section de paléontologie au Transvaal Museum), à droite lors des fouilles plus récentes.On the left, Kromdraai B in 1977 with E. Vrba (at that time in charge of the palaeontology section at the Transvaal Museum).
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 18
Légende Waypoint 160 sur Bolt’s Farm avec D. Gommery à l’arrière-plan, L. Kgasi et F. Sénégas au premier plan. A droite, une équipe jeune et dynamique !Waypoint 160 at Bolt’s Farm with D. Gommery in the background, L. Kgasi and F. Sénégas in the foreground. On the right a young and dynamic team!
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2715/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Senut, « Le renouveau de la « French connection » avec l’Afrique du Sud (1995-2015) », Revue de primatologie [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 02 février 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2715 ; DOI : 10.4000/primatologie.2715

Haut de page

Auteur

Brigitte Senut

Centre de Recherches sur la Paléobiodiversité et les Paléoenvironnements (CR2P, UMR 7207), Sorbonne Universités -MNHN, CNRS, UPMC-Paris 6, Muséum national d’histoire naturelle, 57 rue Cuvier, CP 38 F-75005, Paris, France.
Auteur pour la correspondance : brigitte.senut@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org