Navigation – Plan du site
Dossier Bilan 2016 de de la coopération Franco-Sud-Africaine en paléoanthropologie

Préface au dossier 2016 sur la coopération Franco-Sud-Africaine en paléoanthropologie

Yves Coppens

Texte intégral

  • 1 J’ai personnellement communiqué dans ce colloque et le sujet que j’avais choisi de traiter était «  (...)

1Ce fut une commémoration savante et joyeuse, un brillant échange entre chercheurs sud-africains invités et présents et chercheurs français travaillant en Afrique du Sud1.

2C’est à Dominique Gommery que l’on doit cette idée de fêter par un colloque — comment mieux la fêter — la signature du premier contrat de recherche scientifique, plus précisément paléontologique, entre la France et l’Afrique du Sud, contrat dont il se trouve que je fus un des signataires, or avoir l’idée d’un colloque, c’est bien, mais le réaliser, c’et chercher des crédits, des lieux, faire en sorte que les invités soient disponibles, prêts à se déplacer, à y participer, à communiquer et à écrire leur communication pour la publier — et ce n’est pas le plus simple !

3L’Afrique du Sud est un pays magnifique, d’une grande richesse et d’un grand potentiel paléontologique, paléoanthropologique et préhistorique — entre autres —, d’ailleurs exploités depuis bien longtemps. Rappelons, s’il en est besoin, que le premier préhumain, Australopithecus africanus, y a été découvert en 1924 à Taung dans l’ancien Bechuanaland, et décrit par Raymond Dart, Professeur à l’Université du Witwatersrand de Johannesburg en 1925. Précisons aussi, mais un certain nombre de communications nous le rappellent, qu’au-delà de cette découverte pliocène fondamentale et de son interprétation maladroite mais géniale à la fois, s’alignent de multiples mises au jour de fossiles animaux, de primates, de préhumains ou d’humains de périodes géologiques antérieures (miocène), contemporaines ou postérieures (pléistocène et holocène). L’Afrique du Sud a toujours été généreuse dans ses révélations ainsi d’ailleurs que dans le partage des recherches de ces précieux restes et de leur étude.

4La France est très présente dans l’histoire de ces travaux, de manière active, sur le terrain, (le fameux Abbé Breuil, par exemple) et de manière plus « contemplative » mais du coup interprétative (le non moins fameux Père Pierre Teilhard de Chardin). Et elle n’a jamais interrompu son intérêt pour les sols et sous-sols de ce pays superbe et la collaboration que commémore évidemment ce colloque.

5J’ai eu le bonheur et l’honneur de bénéficier moi-même de la générosité et de la réactivité de cette communauté scientifique sud-africaine au moment de la découverte du premier fossile humain de ma carrière en 1961 au Tchad — pardon mais c’est l’exemple que je connais le mieux —. Raymond Dart, Phillip Tobias et Bob Brain m’ont immédiatement invité à leur rendre visite à Johannesburg et Prétoria, à l’Université, à la Medical School et au Bernard Price Institute dans la première et au Transvaal Museum dans la seconde. La contrainte d’un service militaire m’a obligé à différer ce voyage mais je l’ai entrepris dès ma « libération », en 1963. Et l’accueil fut celui que j’espérais, amical, enthousiaste et disponible.

6Les personnalités citées ont évidemment changé mais pas la qualité de bienvenue et de collaboration des successeurs, Francis Thackeray, par exemple, ou des chercheurs associés à des institutions, je pense à Ronald Clarke ou à Lee Burger, cet hommage ne s’arrête évidemment pas à ces collègues que je connais tout simplement mieux que les autres. Mais je sais qu’il y en a beaucoup d’autres, certainement cités dans les pages qui viennent. Le succès de cette collaboration se traduit sans peine dans les brillants résultats exposés ici, dus aux travaux en cours. L’Afrique du Sud qui a donc été depuis près d’un siècle d’une étonnante fécondité — étonnante est d’ailleurs souvent le mot juste — entretient sa réputation, livrant sans cesse de nouveaux gisements, de nouveaux fossiles, de nouvelles datations, nouvelles énigmes, mais aussi d’importantes conclusions.

7Merci à Dominique Gommery d’avoir eu l’initiative de cette rencontre et de la publication qui en illustre l’intérêt ; merci aux collègues, ses invités, qui, mieux que je ne saurais le faire, développent dans ces pages leurs propres recherches, leurs résultats et leurs interprétations comparées ; saluons ce berceau incontestable et incontesté d’une partie de l’Humanité et souhaitons que collaboration et recherche s’y poursuivent dans l’entente et le débat scientifique qui ont toujours présidé à leur manifestation.

8Une anecdote pour finir ; Brigitte Senut, fidèle élève puis collègue, souhaitant élégamment m’informer des résultats de ses travaux, là-bas, au bout de l’Afrique, m’avait faxé un jour, au Collège de France qui s’en souvient et s’en étonne encore : « Nous avons quelques résultats intéressants mais, dans l’ensemble, c’est épouvantable, il y a plus de diamants que de fossiles ! »

Affiche du colloque

Affiche du colloque

Affiche présentée à l'occasion du colloque Afrique du Sud, berceau de l'humanité.
Poster presented at the symposium : South Africa, the cradle of humankind.

Haut de page

Annexe

A l’occasion du 20e anniversaire de la signature du protocole de coopération entre la chaire de Paléoanthropologie et de Préhistoire du Collège de France à Paris, le Transvaal Museum (actuellement Ditsong National Museum of Natural History) à Prétoria et l’Ambassade de France en Afrique du Sud qui a eu lieu le 29 novembre 1995, un colloque ayant pour sujet « L’Afrique du Sud : Berceau de l’Humanité » a été organisé dans la Salle Monnerville au Palais du Luxembourg à Paris le 7 février 2015 par le Comité Français pour l’Afrique du Sud (CFAS) avec le soutien du CNRS-Institut écologie et environnement.

Ce protocole de coopération a été formalisé juste un an après l’investiture présidentielle de Nelson Mandela et la naissance de la nouvelle démocratie sud-africaine. Le but de ce protocole était de renforcer et d’officialiser les échanges scientifiques dans les disciplines de la paléontologie (y compris paléontologie humaine) et de la préhistoire. Pendant de nombreuses années, il a, via des financements de l’Ambassade de France en Afrique du Sud et donc du Ministère des Affaires Etrangères français, permis de nombreux échanges de chercheurs, d’étudiants et de techniciens entre nos pays mais a également financé des travaux de terrain et des projets en Afrique du Sud. Ces premiers échanges constituent les fondations de différents projets de coopérations franco-sud-africains actuels en paléontologie et préhistoire.

Le colloque du 7 février s’est déroulé en 3 sessions :

- Introduction et présentation des relations institutionnelles scientifiques entre la France et l’Afrique du Sud par Y. Laurin (CFAS), D. Gommery (CNRS), M. Franck (Inalco), S. Thiébault (CNRS-INEE), J. Albergel (bureau CNRS/IRD en Afrique du Sud) en association avec D. Du Toit (South African Department of Science and Technology).

- Historique des recherches françaises menées en Afrique et organisation des échanges dans le cadre du protocole de coopération par Y. Coppens (Collège de France), F. Thackeray (Université de Witwatersrand) et B. Senut (Muséum national d’Histoire naturelle).

- Quelques exemples de recherches franco-sud-africaines actuelles par d’anciens bénéficiaires du protocole par F. d’Errico (CNRS & Université de Bordeaux 1), J. Braga (Université Paul Sabatier-Toulouse 3) & D. Gommery (CNRS).

Haut de page

Notes

1 J’ai personnellement communiqué dans ce colloque et le sujet que j’avais choisi de traiter était « le rôle de la France dans la recherche paléoanthropologique et préhistorique en Afrique ». Mais lorsque Dominique Gommery m’a très courtoisement proposé de préfacer les Actes de sa réunion, mon « ego » n’y a pas résisté !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affiche du colloque
Légende Affiche présentée à l'occasion du colloque Afrique du Sud, berceau de l'humanité.Poster presented at the symposium : South Africa, the cradle of humankind.
URL http://primatologie.revues.org/docannexe/image/2722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Coppens, « Préface au dossier 2016 sur la coopération Franco-Sud-Africaine en paléoanthropologie », Revue de primatologie [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 29 janvier 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2722

Haut de page

Auteur

Yves Coppens

Professeur émérite au Collège de France,
Membre de l'Institut.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org