Skip to navigation – Site map
Actes du 29e colloque de la Société Francophone de Primatologie

Résumés du 29e colloque de la SFDP : La socialité chez les primates (Rennes-Paimpont, France, 18-20 octobre, 2016)

Abstracts of the 29th conference of the SFDP: Sociality in primates (Rennes-Paimpont, France, 18-20 October, 2016)

Editor's notes

Les résumés sélectionnés ont été soumis à relecture critique et sont publiés avec l'accord de leurs auteurs. Les résumés sont classés selon les thèmes abordés pendant le colloque et dans l'ordre de leur présentation en communications orales.

Full text

1 Paléo-anthropologie

1Abstract #11: Les Strepsirhiniens et les rongeurs du Miocène du Karamoja (Ouganda) : apports aux reconstitutions paléoenvironnementales
Strepsirrhine primates and rodents from the Miocene of Karamoja (Uganda): a palaeoenvironmental contribution
Auteur : Laura Bento Da Costa.
Affiliation : CR2P-UMR 7207 MNHN-CNRS-UPMC, Sorbonne Universités, Université Pierre et Marie Curie T.46-56, E.5, case 104, 4 Place Jussieu, 75252 Paris cedex 05, France.
Auteur pour la correspondance : bentodacosta.laura@yahoo.fr
Résumé : De nombreux restes fossiles ont été retrouvés dans les niveaux volcano-sédimentaires miocènes du Karamoja (Ouganda) dans le cadre de l’Uganda Palaeontology Expedition (UPE-programme de l’UMR 7207), notamment dans les gisements de Napak (Miocène inférieur) et de Moroto (Miocène moyen). Témoignant d’une grande diversité taxonomique, cette faune présente des restes d’hominoïdes non-humains variés dont la taille, la morphologie et les adaptations suggèrent une diversité de niches écologiques, d’où l’importance de ces gisements. Associés à ces hominoïdes, on retrouve des petits primates Strepsirhiniens appartenant aux Lorisiformes (Galagidae et Lorisidae), mais aussi une grande diversité de rongeurs dont certains sont considérés comme arboricoles. Mal connus pour le Miocène inférieur et moyen d’Ouganda, ces deux groupes peuvent désormais faire l’objet d’une étude plus poussée grâce à un échantillonnage suffisant (matériel crânien et post-crânien). Les Lorisiformes du Miocène inférieur et moyen semblent assez diversifiés en Afrique de l’Est, sans que l’on puisse les relier à des taxons modernes. Il persiste des incertitudes sur leur écologie et sur leurs comportements alimentaires et locomoteurs, d’où l’importance du matériel post-crânien récemment découvert. L’occupation de différents niveaux dans le milieu arboricole induit des adaptations à une locomotion et une alimentation variées chez les Lorisidae et les Galagidae, qui seront mises en évidence par l’étude du matériel inédit. Parmi les rongeurs arboricoles, certains sont largement présents dans les gisements miocènes de Napak et Moroto, comme les Nonanomaluridae et les Anomaluridae. Des squelettes partiels ayant été découverts, il sera aussi possible de préciser leurs adaptations à l’arboricolie. Dans le passé, il y a eu des confusions entre les os postcrâniens de Lorisiformes et ceux de certains rongeurs en raison de leurs adaptations arboricoles ; mais la découverte récente de restes squelettiques associés à des éléments craniodentaires permet aujourd’hui d’identifier avec plus de certitude les différents taxons. Des études comparatives sont nécessaires afin de préciser la systématique à la fois des primates Lorisidae et Galagidae, mais aussi des rongeurs du Miocène du Karamoja. Il s’agira donc de mettre en évidence les parallèles ou les divergences adaptatives permettant de préciser les niches probables des groupes considérés. L’abondance des restes fossiles de rongeurs permettra de caractériser les différentes niches écologiques, complétant les informations sur le milieu de vie des Strepsirhiniens présents dans les mêmes gisements. L’identification systématique et l’étude des adaptations alimentaires et locomotrices des Lorisiformes et des rongeurs du Karamoja devraient livrer de nouvelles données sur les paléoenvironnements, complétant les autres travaux paléontologiques et géochimiques sur les grands mammifères. Ainsi, on précisera mieux les conditions environnementales favorables à la diversification des hominoïdes non-humains.
Mots clés : Strepsirhiniens, Lorisiformes, Miocène, Karamoja, paléoenvironnement, rongeurs.

2Abstract #12: Un primate strepsirhinien dans l'Eocène supérieur de Namibie
A Strepsirhine Primate in the Upper Eocene of Namibia
Auteurs : Brigitte Senut [1], Martin Pickford [1], Helke Mocke [2].
Affiliations : [1] Sorbonne Université, MNHN, UPMC Université Paris 06, CNRS, UMR 7207 CR2P, F-75005 Paris, France ; [2] Geological Survey of Namibia, Aviation Road, Windhoek, Namibie.
Auteur pour la correspondance : bsenut@mnhn.fr
Résumé : Lors des prospections menées dans la zone diamantifère de Namibie (Sperrgebiet), des niveaux fossilifères du Paléogène et en particulier de l’Eocène ont été signalés en 2008 au nord de Bogenfels (Pickford et al., 2009 ; Senut et Pickford, 2011). Ces gisements ont déjà livré des restes de Simiiformes dans des niveaux lutétiens à Black Crow (44 Ma environ) et bartonien à Silica South (38 Ma environ). En 2012, étaient découverts à Eocliff et à Eoridge dans les Klinghardt Hills à l’est de Bogenfels des niveaux de calcaire partiellement silicifiés bartoniens, très riches (en nombre et en diversité) en restes fossiles de micromammifères parmi lesquels une M1 supérieure droite de primate a été reconnue à Eocliff. Le gisement d’Eocliff, un peu plus ancien que le gisement classique L 42 du Fayoum en Egypte, a livré un primate strepsirhinien, un Lorisidae, Namaloris rupestris (Pickford, 2015). Cette dent a été comparée à celles de taxons connus d’âge proche comme Saharagalago misrensis et Karanisia clarki du Fayoum en Egypte (Seiffert et al., 2003) et comme Omanodon minor du Sultanat d’Oman (Gheerbrant et al., 1993). Il diffère de Saharagalago par la morphologie de l’hypocône et l’absence de protoconule ; de Karanisia notamment par la forme générale de la dent plus triangulaire, un cingulum distal plus réduit et l’absence de crête linguale au protocône ; et d’Omanodon par la forme plus triangulaire de la couronne et un bassin au rebord mésial marqué. Cette découverte est importante car c’est la première fois qu’un Lorisidae aussi ancien est signalé en dehors de l’Afrique septentrionale. Les différences morphologiques marquées avec ceux des autres régions suggèrent une évolution plus endémique en Afrique australe du groupe à l’Eocène moyen. Cependant, la présence de Simiiformes particuliers au Lutétien moyen suggère que cet endémisme est probablement plus ancien, mais aussi que l’Afrique australe ne peut plus être ignorée pour comprendre l’évolution des primates paléogènes.
Mots clés : Lorisidae, Eocène supérieur, Namibie, Afrique.

3Abstract #13: Développement posturo-locomoteur du babouin olive - Approche intégrative longitudinale et implications évolutives chez les primates
Longitudinal and integrative approaches of the posturo-locomotor development in olive baboon. Evolutionary implications in primates
Auteurs : François Druelle [1-2], Peter Aerts [1,3], Gilles Berillon [2,4].
Affiliations : [1] Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle, Université d'Anvers, Campus Drie Eiken, Universiteitsplein 1, 2610 Antwerp, Belgium ; [2] Station de primatologie du CNRS, Rousset sur Arc, France ; [3] Biomechanics and Motor Control of Human Movement, Department of Movement and Sport Sciences, University of Ghent, Ghent, Belgium ; [4] UMR 7194 du CNRS, Département de Préhistoire, Muséum National d’Histoire Naturelle, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France.
Auteur pour la correspondance : francois.druelle@yahoo.fr
Résumé : Au regard de la distribution et la densité des populations de babouins en Afrique, de la diversité des milieux qu’ils occupent, ces animaux possèdent un haut degré d’adaptabilité. Leurs capacités posturo-locomotrices et la mise en place de ces capacités sont des éléments importants pour leur survie. L’objectif de cette présentation sera d’exposer une étude longitudinale menée pendant un an et demi en captivité, à la Station de Primatologie du CNRS, sur le babouin olive, Papio anubis. Grâce à une approche intégrant morphologie, biomécanique et comportement, nous avons quantifié le développement posturo-locomoteur du babouin au cours des premiers stades de sa croissance (de 6 mois à 2 ans). La période sur laquelle nous avons travaillé concerne la transition locomotrice depuis des individus dépendant de leur mère à des individus sevrés et autonomes sur le plan locomoteur. Cette période est fondamentale pour leur survie en milieu naturel. Nos résultats montrent que le babouin olive se spécialise graduellement pour la quadrupédie. Alors que sa morphologie reflète initialement de bonnes capacités d’agrippement (les masses musculaires sont concentrées de manière distale dans les membres), elle change et répond aux nouvelles exigences mécaniques liées à la quadrupédie (les masses migrent dans les membres et sont concentrées de manière proximale). La proportion des comportements quadrupèdes augmente parallèlement dans le répertoire du jeune babouin et remplace petit à petit les comportements impliquant des agrippements podaux et manuels. De plus, au regard des propriétés d’inertie des membres antérieurs et postérieurs, une très bonne convergence des périodes pendulaires naturelles (PPN) est présente dès la naissance. Cette caractéristique morphologique est validée expérimentalement par des observations de temporalité et de coordination lors de la marche quadrupède. Une telle convergence des PPN reflète donc une optimisation précoce des membres pour la quadrupédie en permettant au jeune d’initier très précocement les comportements quadrupèdes. Replacer ces éléments morphologiques et les changements liés au développement dans le contexte socio — écologique du babouin permet de décrire des processus adaptatifs importants liés à la croissance. Par ailleurs, cette espèce développe parallèlement la capacité d’utiliser occasionnellement la bipédie. En effet, la coordination lors de la marche bipède augmente avec le développement de la coordination en quadrupédie. L’acquisition de la marche quadrupède n’est donc pas exclusive du développement d’autres modes, ici la marche bipède occasionnelle. Ce processus, qui semble également être observé chez le chimpanzé, questionne dans une perspective évolutive les modalités d’apparition de nouveaux modes locomoteurs au cours de l’évolution des primates dont l’homme.
Mots clés
 : développement, quadrupédie, bipédie, modèle primate, évolution.

4Abstract #14: Les Théropithèques Plio-Pléistocènes d'Afrique Australe
Plio-Pleistocene species of the genus "Theropithecus" from Southern Africa
Auteur : Laura Bento Da Costa.
Affiliation : CR2P-UMR 7207 MNHN-CNRS-UPMC, Sorbonne Universités, Université Pierre et Marie CurieT.46-56, E.5, case 104, 4 Place Jussieu, 75252 Paris cedex 05, France.
Auteur pour la correspondance : bentodacosta.laura@yahoo.fr
Résumé : Actuellement, le genre Theropithecus est représenté par une seule espèce : Theropithecus gelada. Adaptée aux environnements saisonniers alternant des périodes humides et des périodes sèches, cette espèce vit sur les hauts plateaux éthiopiens, entre 1700 et 4200 mètres d’altitude. Durant le Plio-Pléistocène, ce genre était représenté par six espèces : T. brumpti, T. darti, T. oswaldi, T. gelada, T. baringensis et T. quadratirostris, différant par leurs adaptations à des environnements et régimes alimentaires variés, reflétées par leurs caractères anatomiques. Durant cette période, seules trois espèces sont présentes en Afrique australe : T. baringensis à Cangalongue Cave (Angola), datée entre 2 et 3 millions d’années environ, T. darti, dont l’occurrence la plus ancienne est à Makapansgat Limeworks (Afrique du Sud, 2,7 à 3,3 Ma) et T. oswaldi, la plus répandue, retrouvée dans plusieurs localités sud-africaines comme Sterkfontein (2,6 à 2,0 Ma) ou même Hopefield (0,6 Ma). Durant le passé, deux hypothèses phylogénétiques du genre Theropithecus ont été débattues selon la place du T. gelada moderne. Pour Jablonski (1993), le T. gelada représente une lignée distincte des autres espèces du genre, contrairement à Delson (1993), qui positionne le T. gelada dans la même lignée que T. oswaldi et T. darti. Cette dernière hypothèse met en évidence deux lignées représentées par deux sous genres : T. (Omopithecus), à laquelle appartient T. baringensis, et T. (Theropithecus) qui regroupe T. darti, T. oswaldi et T. gelada. Celle-ci est désormais soutenue par la synthèse la plus récente de Jablonski et Frost (2010). Présentes dans cette région dès 3,3 millions d’années, ces lignées auraient probablement émergé en Afrique de l’Est, au Pliocène inférieur. Une tendance globale à une aridification des milieux ainsi qu’à une ouverture des espaces en Afrique induit des changements environnementaux sur le continent, remplaçant la végétation constituée de plantes C3 par une végétation en C4. Adaptées à des environnements différents, les espèces du genre Theropithecus possèdent des régimes alimentaires variés, depuis des régimes composés majoritairement de plantes C3 pour T. baringensis et T. darti jusqu’à une alimentation exclusive en plantes C4 pour l’espèce T. oswaldi adaptée aux milieux secs plus ouverts. La modification de ces environnements au cours du Plio-Pléistocène va ainsi induire une expansion des espèces de Théropithèques vers l’Afrique australe, mise en évidence par la présence de ces espèces en Afrique de l’Est, du Sud (T. oswaldi et T. darti), et en Afrique du Sud-Ouest (T. baringensis), avec notamment une expansion plus étendue de T. oswaldi allant jusqu’en Afrique du Nord.
Mots clés : Théropithèques, Afrique Australe, paléontologie, anatomie, paléoenvironnement.

2 Socialité

5Abstract #21: Facteurs influençant la dispersion des femelles de Gorilles des plaines de l’ouest
Factors influencing female dispersal patterns in Western lowland gorillas
Auteur : Alice Baudouin [1], Céline Genton [1], Romane Cristescu [1-2], Florence Lévréro [3], Sylvain Gatti [1], Nelly Ménard [1], Pascaline Le Gouar [1].
Affiliations: [1] UMR 6553, ECOBIO: Ecosystems, Biodiversity, Evolution, CNRS/University of Rennes 1, Station Biologique de Paimpont 35380 Paimpont, France ; [2] School of Biological, Earth and Environmental Sciences, University of New South Wales, Kensington, NSW 2052, Australia ; [3] ENES/CNPS CNRS UMR 8195, Université de Saint-Etienne, Equipe Neuro-Ethologie Sensorielle, 42023, Saint-Etienne, France.
Auteur pour la correspondance : alice.baudouin@univ-rennes1.fr
Résumé : Parmi les espèces sociales, la dispersion des individus entre les groupes agit sur la dynamique des unités sociales. Chez les espèces structurées en harems avec dispersion des femelles, leurs modèles de dispersion conditionnent le succès reproducteur de la population. Notre étude vise à comprendre les facteurs influençant les décisions de dispersion des femelles. Ces décisions étant fortement conditionnées par la stratégie de choix du partenaire ainsi que l’environnement social. Chez les Gorilles de plaine de l’Ouest, les groupes reproducteurs sont composés d’un unique mâle reproducteur (dos argenté) et de plusieurs femelles adultes accompagnées de leurs petits. Après avoir quitté leur groupe, les femelles rejoignent un autre groupe reproducteur ou s’associent à un dos argenté solitaire pour former un nouveau groupe reproducteur. Nous avons étudié l’influence de la taille du groupe reproducteur, du nombre de femelles dans le groupe, de la structure d’âge, de l’occurrence d’une maladie de peau (telle que le pian) affectant les individus (particulièrement les mâles à dos argenté) sur la décision des femelles de rejoindre ou quitter une unité sociale. Nous avons utilisé des données de surveillance à long terme sur deux populations de gorilles distantes de 20 km au cœur d’une même forêt en République du Congo, mais de tailles différentes. La première population localisée à Romani a été suivie pendant 10 ans, elle abrite 13 groupes et nous avons identifié 43 femelles dans le cadre de cette étude. La seconde population localisée à Lokoué comprenait 41 groupes avec 143 femelles identifiées sur une période de 3 ans. Les résultats préliminaires de cette étude nous permettent de dire que les femelles des deux populations ne sont pas sensibles aux mêmes facteurs pour leur prise de décision lors d’une émigration. En effet, dans la population de Lokoué, les femelles quittent leur groupe quand il atteint une taille trop importante, et la probabilité de quitter un groupe est plus forte pour les femelles qui ne se sont jamais reproduites. Ceci est en accord avec les résultats d’autres études sur les gorilles de plaine de l’Ouest. A Romani, les femelles tendent à émigrer quand la proportion d’immatures dans leur groupe est élevée. Dans cette deuxième population, les femelles émigrent d’autant plus que le mâle à dos argenté et les autres individus du groupe sont contaminés par le pian. Ces premiers résultats nous amènent à conclure que la dispersion des femelles de gorilles des plaines de l’Ouest ne se fait pas au hasard, mais résulte d’un choix multifactoriel dépendant de la dynamique des groupes. Nos résultats seront discutés au regard de la structure et de la taille des deux populations.
Mots clés : espèce sociale, dispersion des femelles, prise de décision, Gorilla gorilla gorilla, surveillance à long terme.

6Abstract #22: Une forme particulière de vie sociale : les groupes sociaux polyspécifiques – différentes formes et structures - Avantages et désavantages de la polyspécifité
A particular mode of social groups: polyspecific associations - Forms and structures-Advantages of the polyspecificity
Auteur : Jean¬Pierre Gautier [1-2].
Affiliations : [1] Institut Jean Nicod, ENS 29 rue d'Ulm, 75005 Paris, France  ; [2] 41 Mail François Mitterrand, 35000 Rennes, France.
Auteur pour la correspondance : gautierjp35@orange.fr
Résumé : La majorité des primates vivent en groupes sociaux monospécifiques de tailles et de structures variables, allant du couple et leurs immatures, jusqu’aux groupes multi mâles multi femelles. On observe toutefois des groupes hybrides aux marges de distribution de deux espèces. S’il existe des associations temporaires d’espèces différentes sur une même ressource, des associations plus stables regroupent des espèces différentes dans un même groupe social, que l’on nomme groupes mixtes ou associations polyspécifiques. Ce ne sont pas des exceptions puisque ce phénomène a été observé en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud chez des espèces forestières arboricoles. Il en existe différentes formes. Au minimum, un ou quelques individus d’une espèce vivent au sein du groupe social d’une autre espèce. Au maximum, plusieurs groupes sociaux d’espèces différentes de mêmes effectifs s’associent de façon quasi permanente. Ils possèdent une organisation sociale supra-spécifique, comme en témoignent les déplacements relatifs des groupes monospécifiques gérés par les échanges sonores des mâles leaders. Nous mettrons l’accent sur les groupes polyspécifiques de Cercopithecinae que nous avons observés en Afrique Centrale en les comparant aux observations effectuées dans d’autres pays africains. Fort de ces comparaisons nous présenterons nos résultats en montrant que : 1) l’interattraction sociale fait que les individus isolés tendent à rejoindre des groupes sociaux quelle que soit son espèce ; 2) la vie en groupes polyspécifiques constitue un avantage pour une plus grande efficacité dans la recherche des ressources alimentaires, et dans une meilleure défense anti-prédateur ; 3) elle constitue un désavantage quant à la pérennité des espèces, en augmentant les risques de mettre en faillite l’isolement reproducteur spécifique.
Mots clés : troupes polyspécifiques, structures, compositions, avantages, désavantages.

7Abstract #23: Etude de l’impact d’une fission au sein d’un groupe de macaques de Barbarie (Macaca sylvanus) en parc zoologique : comparaison entre les hypothèses à l’origine du choix des individus et l'impact réel
Study of the impact of fission within a group of Barbary macaques (Macaca sylvanus) in a zoological park: comparison between the assumptions behind the choice of individuals and the actual impact
Auteur : Laetitia Latorre, Carole Rosière, Antoine Leclerc, Baptiste Mulot, Anne Sophie Lezé.
Affiliation : ZooParc de Beauval et Beauval Nature, 41110 Saint-Aignan, France.
Auteur pour la correspondance : laetitia.latorre@vetagro-sup.fr
Résumé : Les organisations sociales sont plus ou moins complexes selon des degrés allant de solitaire à eusocial. Vivre en groupes sociaux apporte des avantages comme l’augmentation du succès reproducteur et de la vigilance face aux prédateurs. Des conflits d’intérêts peuvent également en découler, notamment pour l’accès aux ressources alimentaires. Dans les groupes sociaux, une hiérarchie se met donc en place. Ce comportement est observé dans la nature et est conservé en parc zoologique. Le macaque de Barbarie est une espèce possédant une structure sociale complexe. Les groupes sont multimâles-multifemelles avec un mâle dominant, un sous-groupe de femelles dominantes ainsi que leurs descendants, des mâles sub-adultes et des femelles de rang inférieur dans la hiérarchie. Les femelles sont philopatriques et transmettent leur rang à leur progéniture. La particularité de cette espèce est la grande tolérance entre les mâles et leurs forts liens avec les petits (stratégie d’accouplement pour l’année suivante). De plus, cette espèce se reproduit facilement en parc animalier. La taille du groupe devient rapidement trop importante pour l’espace disponible. Une gestion fine entre les parcs zoologiques permet de préserver la diversité génétique de l’espèce grâce à la sélection d’individus et aux transferts entre institutions. Dans les populations sauvages, une fission du groupe serait naturellement observée. L’analyse de la structure sociale en parcs animaliers devient donc un outil de gestion indispensable. Une première étude a été réalisée en 2015, au ZooParc de Beauval, afin de proposer les individus à transférer. Le choix a été réalisé suivant un modèle basé sur les relations affiliatives. Celle qui suit a pour but de comprendre la structure sociale du groupe de macaques de Barbarie du ZooParc de Beauval avant le transfert au Parc des Félins, de vérifier qu’elle n’a pas évolué par rapport à l’étude de 2015 et de suivre l’impact du transfert sur les individus du groupe restés à Beauval. L’étude se compose de deux phases avant (1) et après (2) le transfert. Lors de la phase 1, le groupe est composé de 43 individus dont 24 mâles et 19 femelles. Sept mâles et sept femelles sont ensuite retirés. Quatre protocoles sont mis en place. Les deux premiers consistent à relever tous les comportements et la position dans l’enclos par des observations focalisées de 20 minutes. L’analyse des comportements affiliatifs permet la construction des réseaux sociaux et celle des comportements agonistiques de la hiérarchie. Les distances interindividuelles sont relevées de manière à identifier les sous-groupes. Enfin, la position lors du nourrissage est notée suivant trois zones plus ou moins éloignées de la porte d’accès des soigneurs. Les résultats montrent, pour la phase 1, la présence de deux clusters d’individus dominants, deux clusters d’individus dominés et trois clusters d’individus en situation hiérarchique intermédiaire. En phase 2, deux clusters d’individus dominants, deux clusters d’individus de rang hiérarchique intermédiaire et un cluster d’individus dominés ont été identifiés. Une corrélation a été mise en évidence entre les deux phases. Ceci montre qu’il y a eu peu de changement après le transfert. En revanche, une différence a été relevée pour les comportements agonistiques. Ces derniers ont diminué et ne sont plus réalisés par les mêmes individus. Ils sont, de plus, unidirectionnels ce qui témoigne d’une hiérarchie au sein de ce groupe. Concernant le territoire, les dominants utilisent davantage les zones d’intérêts à plus de 2 mètres de hauteur et les dominés sont principalement au sol. Lors du nourrissage, les individus dominants sont près de la porte d’accès alors que les individus de rang intermédiaire et les individus dominés sont plus en retrait. Aucune différence significative n’a été relevée entre 2015 et 2016 en termes de comportements et de distances interindividuelles. L’analyse de la structure sociale de 2015 a donc été un bon outil de sélection des individus en minimisant l’impact du transfert sur le groupe et en diminuant les conflits.
Mots clés : Macaca sylvanus, structure sociale, transfert, hiérarchie, sous-groupe.

8Abstract #24: Coopération chez le macaque de Barbarie sauvage (Macaca sylvanus) : performance et choix du partenaire
Cooperation in wild Barbary macaques (Macaca sylvanus): performance and free partner choice
Auteur : Sandra Molesti [1-2], Bonaventura Majolo [1].
Affiliations: [1] School of Psychology, University of Lincoln, Brayford Pool, Lincoln LN6 7TS, UK ; [2] Laboratoire CLLE – LTC, Université Toulouse Jean Jaurès, Toulouse 31058, France.
Auteur pour la correspondance : sandra.molesti@outlook.com
Résumé : Une des étapes clés de la coopération est le choix du partenaire : choisir le meilleur partenaire disponible permet d’améliorer les chances d’une coopération réussie et de diminuer les chances de se faire exploiter. Cependant, dans les études évaluant la coopération chez les animaux, les sujets ont rarement l’opportunité de choisir leur partenaire librement. Pourtant, les animaux vivant en groupes sociaux évoluent dans un environnement social complexe où le choix se pose entre des partenaires potentiels très variés (e.g. différence d’âge, de sexe ou de statut social). Dans cette étude, nous avons présenté pour la première fois une tâche de coopération à des macaques de Barbarie sauvages (Moyen Atlas, Maroc), en leur laissant le choix d’interagir ou non avec le dispositif, et en leur laissant le choix de choisir leur partenaire librement. L’objectif de cette étude était d’évaluer si les magots sont capables de coopérer pour résoudre cette tâche, et d’évaluer si des facteurs individuels ou sociaux affectent leur choix de partenaire et leur performance. Pour cela, nous avons utilisé une tâche de coopération classiquement utilisée pour étudier la coopération chez de nombreuses espèces animales, et nous l’avons adaptée pour pouvoir la présenter à des singes sauvages. Pour résoudre cette tâche, deux individus doivent tirer simultanément sur une corde pour faire avancer un plateau et récupérer une récompense alimentaire. Les résultats montrent que les magots sont capables de coopérer avec un partenaire pour résoudre cette tâche. De plus, des facteurs individuels et sociaux affectent leur choix de partenaire et leur performance. En effet, un niveau élevé de tolérance entre les partenaires était nécessaire pour l’initiation de la coopération, alors que des liens sociaux forts ont permis le maintien de la coopération dans le temps. Ces facteurs doivent donc être pris en considération lorsque les capacités coopératives des animaux sont évaluées. Des relations sociales tolérantes auraient été un prérequis pour l’évolution de capacités coopératives complexes.
Mots clés : coopération, lien social, tolérance, macaque, choix de partenaire, cognition.

9Abstract #25: Décentrer la comparaison entre langage humain et communications animales
Comparing human language to animal communications in a different way
Auteur : Marie Montant, Raphaëlle Malassis, Tiphaine Medam, Joël Fagot.
Affiliation : Laboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS, Aix-Marseille Université, France.
Auteur pour la correspondance : marie.montant@univ-amu.fr
Résumé : Pour déterminer ce qui fait précisément la spécificité du langage humain, l’approche classique consiste à comparer l’architecture cognitive de cette fonction à l’architecture des autres systèmes de communication animaux. Cette comparaison s’opère à différents niveaux : linguistique, anatomique, physiologique, comportemental. Dans tous les cas, il s’agit de chercher chez les animaux non humains - et les primates en particulier - la présence ou l’absence des composantes du langage humain. Cette approche se doit logiquement d’aboutir à un constat d’échec : aucun primate non-humain ne possède un système de communication comparable à celui des humains parce qu’aucun primate non humain ne maîtrise parfaitement l’ensemble des composantes du langage humain. Au cours de cette présentation, nous tenterons de montrer qu’aucun système de communication – pas même le nôtre - ne peut être considéré comme l’étalon, l’unique point de référence auquel comparer les autres systèmes de communication. Chaque système de communication est le produit d’une trajectoire spécifique et se construit en réponse à un ensemble contraintes biologiques/environnementales et de contingences. Les composantes de ces systèmes elles aussi répondent à un ensemble de contraintes, elles ne peuvent donc pas se retrouver à l’identique chez les diverses espèces. Par exemple, si la parole humaine est organisée séquentiellement suivant des règles syntaxiques, une telle organisation des vocalisations n’a probablement pas de sens ou d’utilité pour un singe écureuil ; pas plus qu’il y en aurait pour nous à utiliser en priorité l’odorat pour identifier nos congénères. Plutôt que de mener ces comparaisons inter-spécifiques en prenant les composantes du langage humain comme cadre de référence, une alternative serait peut-être de comparer entre espèces des fonctions cognitives dites domain-general, qui ne sont pas dédiées à la fonction de communication bien qu’aussi utilisées pour cet usage, comme par exemple, l’apprentissage statistique, le fast mapping, la catégorisation… Cette approche alternative permettrait d’expliquer les différences entre espèces non plus sur une échelle linéaire de valeurs au sommet de laquelle se trouve explicitement ou implicitement Homo sapiens mais plutôt en termes de configurations divergentes et non hiérarchisées entre elles. Sous cet angle, chaque système de communication correspond à un assemblage spécifique de composantes dont certaines sont partagées par Homo sapiens, en particulier les composantes domain-general lesquelles –selon ce scénario- auraient été co-optées ou exaptées au cours de l’évolution pour remplir la fonction de communication.
Mots clés : composantes du langage, domain-general, exaptation, trajectoire évolutive.

10Abstract #26: Duperie chez les macaques de Tonkean (Macaca tonkeana) : tromperie intentionnelle ou inhibition comportementale ?
Tactical deception in Tonkean macaques (Macaca tonkeana): intentional deception or behavioural inhibition ?
Auteur : Isis Poitrasson [1], Charlotte Canteloup [1-4], Nicolas Poulin [5], James R. Anderson [6], Hélène Meunier [1-4].
Affiliations : [1] Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen, France ; [2] Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, 12 rue Goethe, 67000 Strasbourg, France ; [3] Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Centre National de la Recherche Scientifique, UMR 7364, 12 rue Goethe, 67000 Strasbourg, France ; [4] Université de Strasbourg Institut d’Etudes Avancées (USIAS), 5 allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg, France ; [5] Centre Statistique de Strasbourg, IRMA, UMR 7501, 7, rue René Descartes, 67084 Strasbourg Cedex, France ; [6] Département de Psychologie, Université de Kyoto. Ecole de lettres, Yoshida-honmachi, Sakyo, Kyoto 606-8501, Japan.
Auteur pour la correspondance : isispoitrasson@hotmail.com
Résumé : Décrite chez de nombreuses espèces, et particulièrement chez les primates dont l’organisation sociale complexe représente un substrat propice à son développement, la tromperie apparaît comme l’une des stratégies sociales les plus spectaculaires. Différents types de tromperie allant de la tromperie comportementale comme le mimétisme à la tromperie intentionnelle consistant à créer une fausse croyance chez autrui ont été décrits, mais les mécanismes cognitifs sous-jacents à ces comportements restent non explorés. Le terme de tromperie tactique a été défini comme une forme de tromperie dans laquelle un individu utilise des actes de son répertoire normal de telle sorte qu'un autre individu est susceptible de mal interpréter leur signification, et ce, à l'avantage de l'acteur (Byrne et Whiten, 1992). Depuis sa première description (Byrne et Whiten, 1985), la tromperie tactique chez les primates a cependant été précisée et plusieurs catégories de comportements ont été décrites chez les macaques, comme la dissimulation qui permet de cacher quelque chose à un autre individu et la distraction dans laquelle un sujet tente de détourner l’attention d’un congénère. Néanmoins, malgré une étude rapportant de la rétention d’information chez les macaques de Tonkean (Macaca tonkeana, Ducoing et Thierry, 2003), aucune mention de tromperie tactique n’apparaît pour cette espèce dans la littérature actuelle. Dans la présente étude, nous avons analysé certains de leurs comportements, enregistrés lors d’une précédente expérience portant sur la capacité à prendre la perspective visuelle de leurs congénères (Canteloup et al., 2016). Les sujets y étaient testés par dyades formées d’un dominant et d’un subordonné dans un test de compétition alimentaire dans lequel deux morceaux de nourriture étaient visibles par le subordonné, le dominant n’ayant accès visuellement qu’à un seul de ces deux morceaux de banane. Dans une première partie de l’étude, nos objectifs étaient i) de déterminer si les macaques de Tonkean étaient capables d’avoir recours à de la tromperie tactique selon la définition de Byrne et Whiten (1992), ii) de classer les stratégies mises en place par les subordonnés selon les catégories de Byrne et Whiten (1992), et enfin iii) de savoir quels facteurs influençaient l’utilisation de tromperie tactique. Nos résultats révèlent que les macaques de Tonkean adoptaient des comportements pouvant potentiellement duper leur compétiteur dans un tiers des essais analysés. Ces comportements apparaissent sous différentes formes, et ce, davantage lorsque les subordonnés étaient en compétition avec un dominant éloigné d’eux hiérarchiquement que face à un dominant plus proche dans la hiérarchie. En outre, nous n’avons pas montré d’influence de l’apprentissage au cours de l’expérience. Dans une seconde partie de l’étude, nous avons exploré plus finement les mécanismes sous-jacents à ces comportements afin de déterminer si cette tromperie tactique est un acte intentionnel ou peut s’expliquer par des processus cognitifs de plus bas niveau telle que l’inhibition comportementale des subordonnés face aux dominants. Pour cela, quatre comportements des subordonnés pouvant être considérés comme marqueurs de tromperie ont été sélectionnés et analysés en regard des comportements des dominants. Nous faisons l’hypothèse que si les subordonnés émettent ces comportements en fonction de ceux des dominants, les deux explications - tromperie intentionnelle ou inhibition comportementale - peuvent être proposées. En revanche, si les subordonnés émettent ces comportements indépendamment de ceux des dominants, l’hypothèse d’une intentionnalité de la tromperie observée se retrouve étayée. Les résultats, actuellement en cours d’analyse, seront présentés et discutés dans le cadre de ces deux hypothèses.
Mots clés : cognition sociale, singe, compétition, intention, rétention d’information, tromperie tactique.

3 Conservation

11Abstract #31: L’impact d’un programme d’éducation à la conservation à Sulawesi du Nord, Indonésie, sur les participants (enfants, parents, enseignants) et leur environnement local
The impact of a conservation education programme in North Sulawesi, Indonesia, on the participants (children, parents, teachers) and their local environment
Auteurs: Mathilde Chanvin [1,2], Sherria Hoskins [1], Muhammad Agil [3,4], Nona Diko [2], Dwi Yandhi Febrianti [4], Jérôme Micheletta [1], Antje Engelhardt [4.5], Bridget M. Waller [1].
Affiliations : [1] Département de Psychologie, Centre de Psychologie Comparative et Evolutive, Université de Portsmouth, Royaume-Uni ; [2] Tangkoko Conservation Education, Sulawesi, Indonésie ; [3] Faculté de Médecine Vétérinaire, Université Agricole de Bogor, Indonésie ; [4] Macaca Nigra Project, Sulawesi, Indonésie ; [5] Ecole de Sciences Naturelles et de Psychologie, Liverpool, Royaume-Uni.
Auteur pour la correspondance : mathilde.chanvin@port.ac.uk
Résumé : L'éducation à la conservation dans les zones où les primates sont menacés par l'activité humaine est une des voies à encourager afin d’améliorer les connaissances et développer des attitudes et comportements positifs des populations locales à l'égard de leur environnement. Toutefois, afin de veiller à ce que ces programmes d’éducation aient un impact positif, ils doivent être évalués. Nous avons évalué ici l’impact de Tangkoko Conservation Education (TCE), un programme d’éducation à la conservation créé en 2011 et destiné aux écoliers de Sulawesi du Nord en Indonésie. L'objectif de TCE est d'accroître leurs connaissances, et d’améliorer leurs attitudes et habitudes à l'égard de leur environnement local, spécialement le macaque à crête (Macaca nigra), un primate endémique, protégé, et en danger critique d’extinction. Tout d’abord, la première étude mesure l'efficacité à court terme (un mois après avoir participé au programme – T1), moyen terme (six mois après avoir participé au programme – T2) et à long terme (un an après avoir participé au programme – T3) de TCE sur les élèves à travers des questionnaires d’évaluation concernant leurs connaissances, habitudes et attitudes par rapport à leur environnement local. Les résultats de cette étude montrent que les connaissances des participants augmentent de façon significative entre T0 et T1, et restent stables entre T1 et T3. Ensuite, nous avons évalué l’impact de TCE sur les parents et enseignants d’élèves impliqués dans le programme. Les résultats montrent qu'à T1, les parents dont les enfants ont déjà participé au programme TCE ont de meilleures connaissances que les parents dont les enfants n’ont pas encore participé. De même, les connaissances des parents ont augmenté de façon significative après la participation de leurs enfants. Les enseignants qui ont répondu aux questionnaires à T2 ont montré une plus grande connaissance de leur environnement local par rapport aux enseignants ayant répondu à T1. Enfin, nous avons mesuré la relation entre la durée du programme TCE et le niveau des activités illégales dans la forêt de Tangkoko, en utilisant les données des chercheurs du Macaca Nigra Project. Les résultats préliminaires montrent une tendance à la baisse du niveau des pièges à oiseaux, rats et cochons sauvages, sans que cela soit significatif. Ces résultats indiquent que les interventions de TCE ont un impact positif sur les participants, ainsi que ceux indirectement impliqués comme les parents et les enseignants. Cette constatation est importante car elle démontre que les programmes d'éducation à la conservation peuvent avoir un impact au-delà des cibles directement visées (ici les enfants). Enfin, ces résultats montrent qu'il est encore difficile de prédire si la mise en œuvre d'un programme d'éducation à la conservation peut avoir un impact concret sur le niveau d’activités illégales sur le court terme. Ainsi, il est nécessaire d’obtenir plus de données sur le long terme.
Mots clés : éducation, conservation, primates, évaluation, Sulawesi, Indonésie.

12Abstract #32: Naturalisation de la culture et patrimonialisation de la nature : figures équivoques du chimpanzé en Occident et en Guinée-Bissau/Guinée
On naturalization of culture and natural heritage building: equivocal chimpanzee figures in the West and in Guinea-Bissau/Guinea
Auteur: Vincent Leblan
Affiliation : UMR 208 "Patrimoines Locaux et Gouvernance" (IRD-MNHN), département Hommes, Natures, Sociétés, Muséum national d’Histoire Naturelle, Paris, France.
Auteur pour la correspondance : vincent.leblan@gmail.com
Résumé : L’imputation de qualités culturelles à des primates non humains constitue un argument fréquemment avancé en primatologie pour justifier leur protection : les grands singes sont menacés non seulement en tant que patrimoine biologique mais aussi en tant que générateurs de traditions, conçues comme relevant d’un patrimoine culturel en danger. Cette rhétorique proche de celle de Cultural Survival, ONG se donnant pour objectif de défendre les droits et le patrimoine des minorités ethniques de par le monde, patrimonialise ainsi les traditions des primates non humains en deux sens différents : en tant que ressource pour enquêter sur les "origines de la culture" que l’on se doit de transmettre aux générations futures, et en tant qu’héritage commun à notre espèce et à d’autres primates censé permettre une identification des humains aux non humains et justifier moralement des politiques de conservation. Cette conception de la frontière homme-singe contraste fortement avec celle des Nalou de Guinée-Bissau et de Guinée. Les récits des origines y distribuent des catégories d’êtres (humains, chimpanzés) au sein d’espaces et de milieux auxquels sont attachés des significations territoriales différentes selon que l’on adopte la perspective d’un agriculteur ou d’un agent de la conservation. Parallèlement, les modalités locales et occidentales d’identification aux chimpanzés divergent par des narrations inscrivant l’espèce dans des temporalités irréconciliables : celle des origines de l’humanité pour les acteurs de la conservation et celle de la chute de l’Homme pour les habitants. En d’autres termes, les Nalou établissent eux aussi une forte proximité ontologique entre humains et chimpanzés sans pour autant permettre aux acteurs institutionnels d’y greffer leurs politiques de conservation.
Mots clés : ethnologie, chimpanzé, culture, patrimonialisation, conservation.

13Abstract #33: Clémurs : Une clé d’identification mobile pour les Lémuriens de Madagascar
Clémurs: A mobile identification key for the Lemurs of Madagascar
Auteurs : Gaëtan Deltour [1], Rohan Mansuit [1], Megann Texereau [1], Antoine Heurtel [2], Margot Michaud [3], Régine Vignes-Lebbe [4].
Affiliations : [1] Etudiant au Muséum national d’Histoire naturelle - Sorbonne Universités, Paris, France, [2] Etudiant à l’Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 - Sorbonne Universités, Paris, France, [3] Doctorante au Muséum national d’Histoire naturelle, Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité., ISYEB - UMR 7205 CNRS MNHN UPMC EPHE, Sorbonne Universités, Biogéographie, Phylogéographie, Systématique et Conservation, 57 Rue Cuvier - CP 51, F-75005 Paris, France, [4] Professeure à l’Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 ; ISYEB, UMR 7205 CNRS MNHN UPMC EPHE, Sorbonne Universités, Laboratoire Informatique et Systématique, Bâtiment de Géologie, CP48, 57 rue Buffon, F-75005 Paris.
Auteur pour la correspondance : gaetan.deltour@edu.mnhn.fr
Résumé : Les lémuriens, emblématiques de Madagascar forment le groupe le plus menacé d’extinction au sein des mammifères et apparaissent dans la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN). Le déclin de ces espèces est en partie dû à la destruction de leurs habitats ainsi qu’au braconnage. Pour réaliser au mieux un suivi des populations et mettre en place des plans de conservation, il convient avant tout de savoir les identifier rapidement et sans ambiguïté. C’est dans ce but que cinq étudiants du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’Université Pierre et Marie Curie - Paris Sorbonne Universités, mettent en place une clé d’identification informatisée facile d’usage, nommée CLEMURS. La clé se base sur l’utilisation de descripteurs morphologiques, comportementaux et géographiques permettant une identification précise sans capture des animaux. Une telle clé n’existait pas jusqu’à présent. Pour la générer, la plate-forme collaborative de gestion de données Xper3 (conçue par le laboratoire LIS - CNRS/MNHN/UPMC, http://www.xper3.fr/​) ainsi que le logiciel Biodiversiclés (développé par le Service du patrimoine naturel - MNHN) sont utilisés. Ce nouvel outil accessible avec ou sans connexion internet sur ordinateur ou sur appareil mobile, couvre les 102 espèces de lémuriens recensées à Madagascar. Il sera disponible en accès libre et en trois langues (anglais, français et malgache). Avant de diffuser la clé et de promouvoir son utilisation dans un programme de type "sciences participatives" sur les lémuriens, une expédition sera mise en place en juillet - août 2017 dans le massif du Makay à Madagascar afin de tester cette clé dans le milieu de vie des lémuriens. Ce travail est réalisé en collaboration avec l’association Naturevolution (ONG), les chercheurs et les populations malgaches ainsi que des éco-volontaires. Un relevé GPS du lieu où se trouve l’animal identifié viendra compléter l’identification de l’animal. Un protocole sera également mis en place pour un suivi des populations sur plusieurs années avec l’aide de l’association Naturevolution et des populations locales. Les données acquises sur le terrain permettront de compléter les bases de données du Global Biodiversity Information Facility (GBIF) ainsi que les cartes de répartitions de l’IUCN.
Mots clés : lémuriens, primates, clé d’identification, conservation.

14Abstract #34: Suivi des populations des Gorilles de plaine de l’ouest et petits singes dans les clairières forestières de Lokoué et Romani, Parc National d’Odzala-Kokoua, République du Congo
Monitoring of Western Lowland Gorilla Polulations and Small Monkeys in Forest Clearings from Lokoué and Romani, Odzala-Kokoua National Park, Republic of Congo
Auteurs : Ulrich Maloueki [1,2], Nelly Ménard [3], Pascaline Le Gouar [3], Pascal Ngoma [2,4], Patrick Darcis [2], Torsten Bohm [2].
Affiliations : [1] Université de Kinshasa, Faculté des Sciences, Département de Biologie, B.P. 190 Kinshasa XI, République Démocratique du Congo ; [2] Parc National d’Odzala-Kokoua, African Parks Network-Programme Congo, Mbomo, Brazzaville, République du Congo ; [3] CNRS/Université de Rennes 1, Station Biologique de Paimpont, UMR 6553, ECOBIO : Ecosystèmes, Biodiversité, Evolution, 35380 Paimpont, France ; [4] Ministère de l’Economie Forestière et Développement Durable, République du Congo.
Auteur pour la correspondance : maloueki.ulrich@gmail.com
Résumé : Le suivi des populations de la faune mammalienne visiteuses des clairières forestières permet d’implémenter sur le long terme des données détaillées de structure démographique et de cycle de vie de plusieurs groupes d’animaux. Ces données sont un complément aux recensements de densités, indispensables pour la gestion de la faune sauvage car elles permettent des projections sur le devenir des populations. Notre étude s’est focalisée sur les populations de gorilles de plaine de l’ouest (Gorilla gorilla gorilla), espèce placée sur la liste Rouge des espèces en danger d’extinction de l’IUCN (Walsh et al., 2008), et espèce phare du Parc National d’Odzala-Kokoua au nord du Congo hautement protégée par les lois de protection et de conservation de la faune Congolaise de l’Arrêté n° 6075 du 9 avril 2011. Notre étude s’inscrit dans un suivi à long terme de la démographie et de la dynamique de deux populations de gorilles visiteuses des clairières de Lokoué et de Romani dans le parc d’Odzala-Kokoua, celle de Lokoué ayant subi une épidémie à virus Ebola en 2003 tandis que celle de Romani ne semble pas avoir été affectée. L'étude a également contribué à connaître la fréquentation des salines ou leurs abords par les petits singes. Elle a été menée d’avril à juin 2016 et totalise 122,2 heures d’observation à Lokoué et 246,98 h à Romani. Elle a permis d’identifier 3 unités sociales (dont un mâle solitaire) à Lokoué et 14 unités sociales (dont 6 mâles solitaires) à Romani. La taille des groupes reproducteurs de gorilles était en moyenne de 9,0 individus (7 à 11) à Lokoué, et de 9,3 individus (3 à 16) à Romani, et ne diffère pas entre les deux populations. Quatre espèces (Colobus guereza, Lophocebus albigena, Cercocebus agilis, Cercopithecus nictitans) de petits singes ont fréquenté les clairières avec des taux qui varient entre 3,69 et 12,21 % du temps d’observation. Compte tenu des menaces, notamment épidémiques, qui pèsent sur le gorille de plaine, et en raison de la lenteur de maturation de l’espèce, nous recommandons vivement la poursuite des observations des populations étudiées depuis plus de 10 ans. Ces populations représentent les rares populations de références de l’espèce dont la démographie et la dynamique sont connues sur le long terme. Les données recueillies apporteront des éléments utiles lors de l’élaboration de modèles prédictifs du devenir des populations et pourront constituer une aide à la gestion.
Mots clés : Gorilla gorilla gorilla, petits singes, structure de population, Parc National d’Ozala-Kokoua, République du Congo.

4 Ethologie

15Abstract #41: La valence émotionnelle des stimuli influence la latéralisation visuelle chez les singes de Brazza (Cercopithecus neglectus)
Emotional value of stimuli alters visual lateralization of de Brazza’s monkeys (Cercopithecus neglectus)
Auteurs : Morgane Chrétien [1], Christelle Jozet-Alves [2], Catherine Blois-Heulin [1].
Affiliations : [1] EthoS UMR6552/Université de Rennes 1, Station Biologique de Paimpont France ; [2] GMPc EA4259/Université de Caen Normandie, Caen, France.
Auteur pour la correspondance : morgane.chretien@univ-rennes1.fr
Résumé : La spécialisation hémisphérique du traitement des émotions est expliquée par deux théories. La théorie de l’hémisphère droit stipule que toutes les émotions sont traitées par l’hémisphère droit. La théorie de la valence stipule que les émotions négatives sont traitées par l’hémisphère droit et que les émotions positives sont traitées par l’hémisphère gauche. Sachant que les informations perçues dans un champ visuel sont principalement traitées par l’hémisphère controlatéral, étudier l’œil préférentiellement utilisé pour regarder un stimulus donné indique l’hémisphère principalement impliqué. Le but de notre étude est de déterminer l’œil préférentiellement utilisé par huit singes de Brazza (Cercopithecus neglectus) en fonction de la valence émotionnelle de différents stimuli visuels. L’animal doit regarder dans une boite à travers un trou, ne permettant qu’une vision monoculaire, des stimuli positifs (i.e. banane, pomme), des stimuli négatifs (i.e. cochon en plastique, renard en peluche) ou la boite vide. L’expérience est achevée lorsque chaque stimulus a été regardé 60 fois en vision monoculaire. Nos résultats montrent une variabilité inter-individuelle dans la direction du biais de latéralisation. De plus, la valence émotionnelle des stimuli influence l’utilisation préférentielle d’un œil sur l’autre. Un même gradient de latéralisation est retrouvé chez tous les individus. L’œil gauche est plus utilisé pour regarder les stimuli négatifs, alors que l’œil droit est plus utilisé pour regarder les stimuli positifs. L’hémisphère droit serait donc plus amplement impliqué dans le traitement des émotions négatives, alors que l’hémisphère gauche serait donc plus amplement impliqué dans le traitement des émotions positives. Nos résultats semblent cohérents avec la théorie de la valence.
Mots clés : latéralisation hémisphérique, émotions, cercopithèques, stimuli visuels.

16Abstract #42: Effets de la présence d'une plate-forme sur les comportements affiliatifs et agonistiques dans un groupe de macaques cynomolgus
Effects of the presence of an aerial platform on affiliative and agonistic behaviours among a group of long-tailed macaques
Auteurs : Daniel Dausch-Ibañez [1], Helen Beyer [2], Fanélie Wanert [1].
Affiliations: [1] Silabe, 67207 Niederhausbergen, France ; [2] Unistra, Université de Strasbourg, 67207, Niederhausbergen, France.
Auteur pour la correspondance : dauschibanez.daniel@gmail.com
Résumé : Dans le milieu de la recherche biomédicale, un grand nombre de primates non-humains (PNH) chez les fournisseurs et chez les utilisateurs sont hébergés en groupes sociaux dans des volières avec accès à l'extérieur, si leur état sanitaire et leur rôle ponctuel (reproduction, en étude) le permettent. Ces volières sont aménagées de sorte que les PNH puissent exprimer leurs comportements naturels, qu'ils soient alimentaires ou sociaux. Toutes ces volières sont équipées de structures tridimensionnelles permettant une utilisation de tout le volume de l’espace. De nombreuses volières sont aussi équipées de balançoires et/ou d'autres surfaces mobiles dont les PNH se servent la plupart du temps dans un contexte social de jeux. Dans l'une de ces volières, l’entreprise Silabe (SImian LABoratory Europe) a récemment installé une plate-forme fixe à barreaux, à environ 2 mètres du sol En supposant que l’attroupement observé sur la plate-forme soit la conséquence de contacts sociaux rapprochés avec ou sans épouillage, nous avons souhaité vérifier si la présence de la plate-forme pouvait avoir un effet positif sur les contacts sociaux au sein d’un groupe et par la même occasion diminuer les comportements agonistiques. L'efficacité de cette plate-forme en tant qu'enrichissement a donc été l'objet d'une étude. Deux groupes de macaques cynomolgus femelles ont été les sujets d'étude. L'un des groupes était hébergé dans la volière équipée d'une plate-forme et l'autre dans une volière adjacente sans plate-forme. Le nombre et la taille des sous-groupes en contacts sociaux et en épouillage ont été relevés selon une méthode d'échantillonnage instantané, en faisant un scan des deux volières toutes les 5 minutes pendant une heure. Durant ces mêmes heures d'observation, le nombre de comportements d'énervements (lorsqu’un individu cogne bruyamment contre une paroi) et de conflits (reconnus au cri de conflits "bark", "pan-threat" et "screech" dans la volière) dans les deux volières ont été relevés en ad libitum. Au total, 28 heures d'observations ont été réalisées et ce de manière à couvrir des horaires aussi variés que possible (entre 8 h et 17 h). Les résultats montrent une proportion d'individus moyenne en contact social de 28,4 % ± 1,5 % en absence de plate-forme et de 42,0 % ± 1,3 % en présence de plate-forme. Les proportions moyennes d'individus en épouillage sont de 7,1 % ± 0,42 % et de 20,7 % ± 0,82 % respectivement. Les énervements et conflits par heure et par individu sont de 2,6 et 2,4 sans plate-forme, et de 0,6 et 1,2 avec plate-forme. Ces différences sont toutes significatives. La présence d'une plate-forme augmente donc la quantité de comportements sociaux affiliatifs et diminue le nombre de comportements agonistiques. Les contacts sociaux et les épouillages ayant pour effet de réduire la tension et la détresse au sein de PNH la diminution du nombre de conflits et d'énervements est probablement liée à l'augmentation de la quantité de comportements affiliatifs. Les résultats indiquent en effet que la quantité de contacts sociaux et le nombre de conflits observés sont négativement corrélés. La plate-forme mise en place semble donc être un très bon enrichissement pour des groupes sociaux de primates non-humains, dans la mesure où elle augmente l'expression des comportements sociaux affiliatifs et diminue le nombre de comportements sociaux agonistiques.
Mots clés : efficacité d'un enrichissement, comportements sociaux, plate-forme, Macaca fascicularis.

17Abstract #43: Evaluation par des outils endocriniens et comportementaux des effets d’enrichissements sur le stress d’un groupe de trois mâles babouins au Parc Zoologique de Paris : une étude préliminaire
Assesment of the influence of enrichments on stress using endocrine and behavioural measurements in a group of three male baboons in the Zoological Park of Paris: a preliminar study
Auteurs : Claire Durimel [1,2], Quentin Boillot [1], Kevin Chantoiseau [1], Delphine Roullet [1], Alexis Lécu [1], Sabrina Krief [3], Michel Saint-Jalme [2,4], Audrey Maille [2,3].
Affiliations : [1] Parc Zoologique de Paris, Département des Jardins botaniques et zoologiques, avenue Daumesnil, 75012 Paris, France ; [2]Ménagerie du Jardin des plantes, 57 rue Cuvier, 75005 Paris, France ; [3] UMR 7206 "Eco-anthropologie et ethnobiologie", Département Hommes, Natures, Sociétés, site du Musée de l’Homme, 17 place du trocadéro,, Muséum National d’Histoire Naturelle, 75016 Paris, France ; [4] UMR 7204 "Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation", Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité, 43 rue Buffon, CP 135 75005 Paris, France.
Auteur pour la correspondance : audrey.maille@mnhn.fr
Résumé : Les primates non humains hébergés dans les parcs zoologiques sont quotidiennement exposés à des facteurs anxiogènes, différents de ceux rencontrés dans leur milieu naturel et susceptibles d’affecter leur bien-être. L’espace restreint et les interventions dans les enclos, la présence humaine (visiteurs, soigneurs), la faible diversité alimentaire, les conflits avec les congénères ou encore les translocations d’individus entre groupes (gestion des studbooks) peuvent entrainer une augmentation de la sécrétion des hormones de stress circulantes et influencer budget-temps d’activités, occupation de l’espace et relations sociales. Pour pallier les conditions de captivité, des techniques d'enrichissements sont utilisées dans le but d'occuper les animaux et de leur proposer des stimulations motrices et cognitives, pour in fine diversifier leur répertoire comportemental et éviter l'installation d'une routine potentiellement source de stress. Au cours de cette étude, nous avons mis au point un protocole visant à vérifier si l’utilisation quotidienne d’enrichissements alimentaires pouvait entrainer une réduction du stress dans un petit groupe de trois mâles babouins de Guinée (Papio papio). Ces trois individus étaient hébergés en permanence dans les enclos intérieurs du parc zoologique de Paris depuis deux ans (en attente d’un transfert vers un autre parc zoologique) et séparés visuellement, mais pas olfactivement et acoustiquement, des femelles vivant dans un groupe voisin constitué de 42 individus (i.e. groupe présenté au public). Ces conditions d’hébergement, bien que très contraignantes, représentaient un atout pour notre étude préliminaire puisqu'il était plus aisé d'effectuer des observations comportementales et des prélèvements d’échantillons biologiques sur un faible nombre d’individus maintenus dans un espace restreint. Pour évaluer l’effet des enrichissements sur le stress de ces 3 babouins, nous avons dosé leurs niveaux de cortisol fécal et salivaire et observé leurs comportements en présence ou en absence d’enrichissements. Le cortisol est généralement utilisé comme hormone indicatrice du stress car, contrairement aux catécholamines, il est détectable dans d’autres sécrétions biologiques que le sang permettant ainsi l'utilisation d'un large choix de techniques non-invasives de dosage (i.e. cette hormone atteint par diffusion les sécrétions biologiques telles que la salive, les urines et les fèces). Chez les primates non-humains captifs certaines manifestations comportementales sont en outre des indicateurs du stress chronique comme l'agressivité, l'hyperactivité ou au contraire l’apathie, la non-alimentation ou encore les comportements stéréotypés et autocentrés de type auto-épouillage, -grattage ou encore -léchage. Nous avons également analysé la localisation dans l’espace, afin de vérifier si les enrichissements pouvaient modifier la façon dont l’espace restreint était occupé par les babouins. Cette étude nous a permis de concevoir et de tester de nouveaux dispositifs permettant la récolte d’échantillons salivaires par une méthode non invasive et sans interactions directes avec les babouins (condition imposée en parc zoologique en ce qui concerne les primates classés comme animaux dangereux). Nous avons montré que, le matin, les taux salivaires de cortisol tendaient à être plus faibles lorsque des enrichissements étaient proposés aux babouins. De plus, nous avons mis en évidence une augmentation des comportements alimentaires et une diminution des comportements auto-centrés après les sessions d’enrichissements. Enfin, il apparaissait que les comportements auto-centrés étaient répartis de façon plus homogène sur l’ensemble du corps après les sessions d’enrichissement. Bien que ces résultats restent à confirmer par une réplication chez d’autres individus et dans d’autres contextes, cette étude préliminaire propose ainsi un protocole efficace et facilement applicable en parc zoologique pour évaluer l’effet des enrichissements sur le stress des primates cercopithécidés.
Mots clés : Bien-être, cortisol, comportements auto-centrés, singes cercopithécidés, Papio papio.

5 Cognition

18Abstract #51: Les macaques de Tonkean discriminent-ils les actions intentionnelles d’un humain ?
Do Tonkean macaques discriminate human intentional actions ?
Auteurs : Charlotte Canteloup [1-4], Hélène Meunier [1-4].
Affiliations : [1] Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Fort Foch, 67207 Niederhausbergen, France ; [2] Université de Strasbourg - Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, 12, rue Goethe, 67000 Strasbourg, France ; [3] CNRS - Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, UMR 7364, 12, rue Goethe, 67000 Strasbourg, France ; [4] L’Université de Strasbourg Institut d’Etudes avancées, 5, allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg, France.
Auteur pour la correspondance : charlotte.canteloup@gmail.com
Résumé : La présente recherche porte sur la compréhension des intentions chez les macaques de Tonkean (Macaca tonkeana) en utilisant le paradigme expérimental "réticent versus incapable" précédemment utilisé chez plusieurs espèces. Les sujets ont été testés dans trois conditions expérimentales : réticente, incapable, distraite. Dans les trois conditions, l’expérimentatrice effectuait exactement les mêmes mouvements. Cependant, dans la condition "réticente", l’expérimentatrice pouvait donner de la nourriture au sujet mais ne le faisait pas ; dans la condition "incapable", elle était incapable de lui donner de la nourriture à cause d’une barrière physique ; dans la condition "distraite", elle manipulait un caillou au lieu de la nourriture. Cette étude est la première à mettre en évidence que les macaques de Tonkean, comme les capucins, les chimpanzés et les enfants humains, se comportaient différemment selon les intentions de l’expérimentatrice. Les sujets tentaient d’attraper significativement plus souvent la nourriture dans la main de l’expérimentatrice, émettaient plus de menaces et étaient plus attentifs en présence d’une partenaire réticente qu’incapable ou distraite. Ces résultats peuvent être interprétés selon deux hypothèses distinctes : une hypothèse de bas-niveau de complexité cognitive basée sur des mécanismes de type conditionnement et une hypothèse de haut niveau de complexité mentale basée sur des processus de mentalisation. Selon l’explication de bas-niveau, les macaques seraient capables de discriminer les situations présentées en se basant principalement sur leur expérience passée, une simple lecture des mouvements et indices comportementaux de la partenaire humaine et/ou une compréhension des contraintes physiques de l’environnement tandis qu’une explication de haut-niveau propose qu’ils aient une réelle compréhension des intentions de la partenaire. Les résultats seront discutés à la lumière de ces deux interprétations controversées.
Mots clés : intentions, Théorie de l’Esprit, mentalisation, conditionnement, singe, Macaca tonkeana.

19Abstract #52: Effet des comportements spontanés de supplantation sur les performances cognitives chez le babouin de Guinée (Papio papio)
Effect of supplanting behaviours on baboons' cognitive performances
Auteurs : Julie Gullstrand, Nicolas Claidière, Joël Fagot.
Affiliation : Laboratoire de Psychologie Comparée, CNRS et Université Aix-Marseille, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille, France.
Auteur pour la correspondance : julie.gullstrand@gmail.com
Résumé : Dans notre laboratoire, une colonie captive de babouins de Guinée (Papio papio) accède volontairement à une batterie de systèmes de conditionnement opérant (ALDM) permettant de tester leurs fonctions cognitives. Lorsqu’ils entrent dans les systèmes de test, les babouins peuvent prendre la place d’un autre individu, ce qui correspond à un comportement de supplantation. Ces supplantations peuvent être identifiées à partir de l’analyse des données collectées dans les tâches cognitives, car ils se caractérisent par un laps de temps très court entre l’utilisation d’une même boxe de test par deux individus différents. Au cours de cette étude, nous avons relevé les comportements de supplantation sur une période d’un mois, pour (1) reconstruire la hiérarchie de dominance du groupe, et (2) tester les effets des supplantations sur les performances cognitives des singes. Le groupe de sujets (N= 20) était testé sur une tâche de recherche visuelle. Nous avons extrait les performances (temps de réponses) des babouins à chaque nouvelle série d’essais effectuée suite à ces comportements de supplantation, et les avons comparés aux performances obtenues sans supplantation. Les résultats montrent des améliorations dans les performances des individus qui ont accédé aux systèmes ALDM par une supplantation, avec une accélération significative de leurs temps de réponse dans la tâche de recherche visuelle. Cet effet est de plus forte amplitude lors des tout premiers essais qui suivent la supplantation, et s’estompe avec le temps. Cette accélération des temps de réponse est modulée par la différence de rang hiérarchique entre l’émetteur et le receveur de la supplantation.
Mots clés : supplantation, dominance, cognition, performances, Papio papio.

20Abstract #53: Le visage : un stimulus comme les autres ? Traitement des informations configurales de photographies de visages et de greebles chez les babouins (Papio papio)
The face : a generic stimulus ? Processing of configural informations in pictures of face and in greebles by baboons (Papio papio)
Auteurs : Carole Parron [1-2], Joël Fagot [1-2].
Affiliation : [1] Laboratoire de Psychologie Cognitive ; [2] Aix-Marseille Université, UMR7290 - FR3C, Marseille, France.
Auteur pour la correspondance : carole.parron@univ-amu.fr
Résumé
 : Les mécanismes à la base de la reconnaissance des visages font depuis longtemps l’objet de travaux intensifs, d’abord chez l’humain puis chez l’animal. Cependant, une analyse de la littérature sur les primates non-humains ne permet pas de faire émerger un consensus ni sur le degré d’équivalence qu’ils peuvent établir entre une photographie de visage représentée en 2D et un vrai visage en 3D ; ni sur les processus sous-tendant les tâches de reconnaissance de visage. En effet, les visages représentent des stimuli complexes qu’on peut discriminer d’une part en traitant des informations relatives aux éléments isolés (yeux, bouche) en dehors de tout contexte ; et d’autre part, en traitant les relations spatiales existant entre les différents éléments d’un visage (distance entre les yeux et la bouche variable d’un individu à l’autre). Ces propriétés relationnelles sont appelées informations configurales et sont de deux types : celles de premier-ordre (relations spatiales globales qualitatives entre les éléments du visage) et celles de second-ordre (relations spatiales précises et quantitatives entre les éléments). De nombreuses études ont montré que l’humain s’appuie prioritairement sur ces deux types d’informations configurales pour reconnaître les visages. L’objectif de notre première expérience était d’identifier les informations utilisées par les babouins lors d’une tâche de reconnaissance de visage. Pour ce faire, nous avons mesuré les performances de reconnaissance de photographies de visage lorsque les éléments et les relations entre éléments du type " premier-ordre " et " second-ordre " de ces stimuli avaient été manipulés. Les babouins n’étaient pas capables de faire la différence entre un visage normal et un visage dont on a modifié les propriétés de second-ordre alors qu’ils discriminent parfaitement un visage normal d’un visage avec un changement des relations de premier-ordre. Nos résultats n’apportent cependant qu’un élément de réponse quant à la question de la reconnaissance des visages en tant que tels chez les primates non-humains. En effet, pour l’humain, le visage est un stimulus complexe, pour la reconnaissance duquel nous avons développé une grande expertise, et qui pourrait impliquer le traitement de propriétés autres que les informations configurales, telles que la familiarité, l’émotion…Ainsi la prévalence du traitement des informations de premier-ordre sur celles de second-ordre que nous avons observée chez les babouins reflète-t-elle un mécanisme général de traitement des relations spatiales ou bien est-elle liée intrinsèquement aux propriétés du stimulus " visage " ? Afin de s’affranchir de cette ambiguïté, nous avons réalisé une deuxième expérience testant la reconnaissance d’objets qui ne sont pas des visages : des "greebles". Ces greebles sont des stimuli artificiels en pseudo-3D dont on peut également manipuler les relations configurales existant entre les différents éléments qui les constituent. Les travaux réalisés chez l’humain montrent que, suite à une phase d’exposition répétée à des greebles, nous utilisons les informations configurales de ces stimuli pour les différencier, de la même façon que nous le faisons avec des visages. Nous avons donc entrainé des babouins à reconnaître des greebles puis nous les avons testés dans la reconnaissance de ces mêmes greebles ayant subi des modifications de premier-ordre ou de second-ordre. Les résultats montrent qu’après un entraînement intensif, les sujets étaient capables de traiter les deux types d’informations (premier-ordre et second-ordre), avec ici encore une certaine prévalence pour le traitement des relations spatiales qualitatives entre des éléments (premier-ordre). Il semblerait donc, d’une part que le traitement des informations configurales de second-ordre (relations spatiales quantitatives entre différents éléments) soit sensible à l’effet d’exposition et donc d’expertise avec un stimulus. Les données chez l’enfant montrent d’ailleurs une composante développementale dans l’acquisition du traitement des informations configurales puisque l’enfant traite de manière précoce les informations configurales de premier-ordre d’un visage, et seulement plus tard celles de second-ordre. Nos résultats suggèrent, d’autre part, que la sensibilité aux informations configurales ne serait pas propre à la reconnaissance des visages mais ferait plutôt partie d’un mécanisme commun plus général qui supporte la reconnaissance d’objets élaborés selon des propriétés spatiales spécifiques.
Mots clés : reconnaissance des visages, greebles, équivalence 2D-3D, babouins, cognition comparée.

21Abstract #54: Les macaques de Tonkean se représentent-ils mentalement la distribution de la nourriture disponible lors du fourragement ?
Planning of foraging strategies in Tonkeana macaques
Auteurs : Cinzia Trapanese [1,5], Sébastien Bouret [2], Marie Bourjade [3], Hélène Meunier [4], Shelly Masi [5]
Affiliations : [1] Ecole Doctorale Frontières du Vivant (CRI) – Université Paris Descartes, Paris, France ; [2] Institut du Cerveau et de la Moelle Paris, France ; [3] Université Toulouse Jean Jaurès, Toulouse, France ; [4] Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, France ; [5] Muséum National d'Histoire Naturelle Paris, France.
Auteur pour la correspondance : cinzia.trapanese@gmail.com
Résumé : La présente étude se place dans un large projet visant à évaluer les capacités cognitives permettant aux primates non humains de mettre en place des stratégies de fourragement optimal à travers une planification de l’activité, dirigée vers un but, la nourriture. Ces stratégies impliquent une planification de l’action dirigée vers cette nourriture, qui requiert l’utilisation d’une représentation épisodique du but, définie par une localisation précise dans l’espace et dans le temps. Nous présenterons ici les premiers résultats issus de tests réalisés sur des macaques de Tonkean vivant en semi-liberté au Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg. Nous avons conduit cette étude grâce à la bourse SFDP 2015 qui nous a permis de construire notamment des boites en bois ouvrables à distance, via une télécommande, placées stratégiquement sur certains arbres du parc. Ces dispositifs télécommandés nous ont permis de tester les sujets individuellement tout en les gardant dans leur groupe social. Une cartographie du parc a préalablement été établie afin de positionner toutes les boites dans le parc et de suivre avec précision les déplacements des animaux lors des tests. Le nombre de boites, leur position et les fruits que nous y avons placés, variaient selon quatre saisons de fruits différents, d’une durée d’une semaine chacun. Nos buts étaient d’étudier si les primates étaient capables d’optimiser leurs trajectoires en recherchant la nourriture par rapport à sa disponibilité spatio-temporelle, et dans quelle mesure leurs choix étaient influencés par i) la densité de la nourriture disponible, ii) leurs préférences alimentaires et iii) la compétition intragroupe. Pour cela, un test de préférence alimentaire a tout d’abord été mené afin d’évaluer l’ordre de préférence des sujets testés (N=5) pour les cinq fruits qui ont été utilisés dans le test. Une phase d’habituation a été conduite et ensuite les sujets ont été testés dans les conditions de semi-liberté. Chaque sujet a été testé entre six et huit fois par semaine et au maximum deux fois par jour. Lors de chaque test, le trajet utilisé par le sujet était reporté sur une carte et chronométré. Les différentes boites visitées étaient également enregistrées dans l’ordre chronologique des visites. Nos résultats préliminaires indiquent que les macaques de Tonkean testés ont mémorisé la position de la nourriture dans le parc pour chaque saison et semblent planifier leur trajet, et ce avec, mais aussi sans l’aide d’indices alimentaires non-appétants. Leur parcours est principalement influencé par la distribution (vers les boites les plus proches) et la qualité de la nourriture (vers les fruits préférés). La compétition intragroupe joue un rôle très important dans le choix du trajet, surtout pour les individus les plus subordonnés. Cette étude offre des perspectives pour mieux comprendre la façon dont les contraintes de l’environnement physique et social ont conduit à la sélection de solutions spécifiques au niveau des stratégies comportementales et des processus cognitifs associés à la planification du fourragement optimal chez les primates. Développement d’un design expérimental autonome permettant aux singes d’apprendre et de travailler sur plusieurs tâches cognitives complexes en parallèle, au moyen de modules portables et automatisés.
Mots clés : stratégies de fourragement, planification de l’action, cognition spatiale, mémoire spatiale, cartes mentales, macaque de Tonkean.

22Abstract #55: Développement d’un design expérimental autonome permettant aux singes d’apprendre et de travailler sur plusieurs tâches cognitives complexes en parallèle, au moyen de modules portables et automatisés
Development of an autonomous experimental design allowing monkeys to learn and work concurrently on several complex cognitive tasks, using portable and automated devices
Auteurs : Jonas Fizet [1,3], Adam Rimele [1], Thierry Pebayle [2], Jean-Christophe Cassel [3], Christian Kelche [3], Fanélie Wanert [4], Helene Meunier [1,3].
Affiliations : [1] Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Chemin du fort, 67207, Niederhausbergen, France ; [2] Centre d’Investigation Neurocognitive et Neurophysiologique (UMS 3489), 21 rue Becquerel, 67087, Strasbourg, France ; [3] Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives (UMR 7364) ; Université de Strasbourg, France ; [4] Plateforme Silabe ADUEIS, Chemin du fort, 67207, Niederhausbergen, France.
Auteur pour la correspondance : jonas.fizet@gmail.com
Résumé
 : Les avancées scientifiques sont de plus en plus liées au développement de nouvelles technologies. En neurosciences, les études comportementales apparaissent essentielles car elles permettent de mesurer la partie visible des processus cognitifs. Nous présentons ici une étude basée sur l’utilisation de dispositifs expérimentaux entièrement automatisés, équipés d’interface tactile, visant à étudier les performances cognitives de singes vivant en groupes sociaux. Cette approche récemment mise au point par Fagot et collaborateurs (e.g. Fagot et Bonte, 2010) pourrait, comme le "Wisconsin General Test Apparatus" de Harlow au milieu du XXe siècle, révolutionner les méthodes d’investigation sur le modèle primate non humain. En outre, cette approche présente un caractère particulièrement éthique. Elle est basée sur un principe de conditionnement opérant, ce qui permet d’exclure toute déprivation alimentaire ou hydrique. De plus, les modules de test disponibles ad libitum intègrent un système automatique d’identification des sujets permettant aux singes de venir travailler de manière totalement volontaire, 24h/24 et 7j/7, sans aucune contrainte physique. Une particularité de notre approche consiste en l’implémentation dans le programme d’un processus d’apprentissage totalement informatisé et autonome, permettant aux sujets d’apprendre et de réaliser en parallèle plusieurs tâches cognitives complexes. Basé sur un système d’algorithmes intelligents, le programme adapte, en temps réel et de manière individuelle, le type et la difficulté des tâches proposées, à l’évolution des performances. Les différents paradigmes mis en place dans cette étude ciblent l’attention et le contrôle inhibiteur (5-Choice Serial Reaction Time), ainsi que plusieurs aspects de la mémoire (Delayed Matching to Sample, Self Order Spatial Search et Paired Associates Learning). Ce design expérimental ne nécessitant aucune intervention de l’expérimentateur tout au long de l’étude avait récemment été testé dans le cadre d’une étude pilote réalisée sur un petit groupe social mixte de quatre macaques rhésus travaillant sur un module prototype (Fizet et al., 2015). Cette seconde étude avait pour objectifs de généraliser et de valider (1) ce design expérimental sur un groupe homogène de neuf jeunes macaques fascicularis naïfs, ayant accès à deux nouveaux modules automatisés, et (2) la capacité des sujets à performer sur plusieurs tâches cognitives proposées en parallèle. Tout d’abord, cette étude a permis de valider les statuts fonctionnel et opérationnel de nouveaux modules portables, adaptés à une utilisation dans des milieux confinés et contrôlés. Les résultats préliminaires ont confirmé l’intérêt d’une telle approche avec plusieurs centaines de milliers d’essais enregistrés sur une période inférieure à six mois. Par ailleurs, le processus d’apprentissage autonome a pu être validé pour l’ensemble des tâches cognitives complexes, avec des temps d’apprentissage moyens particulièrement courts (généralement quelques jours et quelques centaines ou milliers d’essais par type de tâches) et sans qu’aucune intervention manuelle ne soit nécessaire. En outre, on note des performances au moins aussi élevées que celles observées dans la littérature, obtenues dans le cadre d’études adoptant une approche plus classique sur des singes isolés. Il apparaît que les taux de réussite sont largement sensibles à la variation des paramètres de difficultés pour l’ensemble des tâches. Enfin, les sujets affichent des performances stables même lorsqu’ils travaillent simultanément sur l’ensemble des tâches cognitives. En conclusion, l’utilisation d’un tel design expérimental i) éthique et performant, ii) visant à automatiser au maximum les processus d’apprentissage et de test, et iii) permettant d’étudier l’évolution simultanée des performances relatives à plusieurs fonctions cognitives spécifiques, devrait fournir de nouvelles possibilités d’investigation relatives aux problématiques fondamentales et appliquées des neurosciences cognitives.
Mots clés : primate non humain, cognition, tâches cognitives, écran tactile, modules automatisés.

23Abstract #56: La prise de décision sous risque de gain chez les mangabeys à collier (Cercocebus torquatus torquatus)
Decision-making under risk of gain in red-capped mangabeys (Cercocebus torquatus torquatus)
Auteurs : James Rivière [1], Mathilde Stomp [2], Alban Lemasson [2], Catherine Blois-Heulin [2].
Affiliation : [1] Laboratoire Psychologie et Neurosciences de la Cognition et de l’Affectivité, Normandie Université, 76000 Rouen, France ; [2] UMR 6552 Ethos " Ethologie Animale et Humaine ", Université de Rennes 1 – CNRS Station biologique, 35380 Paimpont, France.
Auteur pour la correspondance : mathilde.stomp@hotmail.fr
Résumé
 : La prise de décision sous risque de gain chez les primates est actuellement sujette à débat au sein de la communauté scientifique. Contrairement aux humains adultes, une appétence au risque dans le domaine du gain est généralement observée chez les macaques rhésus et les grands singes. Nous avons étudié le comportement de 17 mangabeys à collier (Cercocebus torquatus torquatus) dans une situation de pari impliquant une récompense alimentaire. Dans cette tâche les sujets devaient choisir entre deux options : l’une sure et l’autre risquée. Dans la nature, les mangabeys ont une alimentation frugivore qui exploite des ressources incertaines. Supposant chez eux une plus grande tolérance au risque en ce qui concerne la nourriture, notre hypothèse était que les mangabeys montreraient une tendance à la prise de risque dans notre tâche expérimentale. Dans l’expérience 1, les individus ont montré une préférence pour l’option risquée par rapport à l’option sure. Afin de tester l’hypothèse selon laquelle les choix risqués des mangabeys reflètent des difficultés dans le contrôle inhibiteur, les sujets ont été exposés dans l’expérience 2 à un dispositif expérimental similaire excepté que le cache opaque sous lequel était placée l’option sure a été remplacée par un cache transparent. Dans cette seconde expérience, les mangabeys ont montré une préférence pour l’option sure par rapport à l’option risquée à l’essai 1 mais ont changé leur préférence économique à l’essai 2. Ces résultats permettent d’écarter l’hypothèse selon laquelle les choix risqués des mangabeys reflètent uniquement un faible contrôle comportemental. Nous suggérons que (i) les mangabeys présentent une appétence au risque dans le domaine du gain, et (ii) les préférences économiques chez cette espèce résultent de stratégies de prise de décision liées à leur histoire évolutive.
Mots clés : choix économique, risque, prise de décision, primates.

6 Diffusion scientifique

24Abstract #61: La Revue de primatologie, aujourd'hui et demain… un avenir incertain ?
The Revue de primatologie, today and tomorrow ... an uncertain future ?
Auteur : Guy Germain.
Affiliation : Secrétaire de rédaction de la Revue de primatologie. 7 allée des vergers 91210 Draveil, France.
Auteur pour la correspondance : primatologie@revues.org
Résumé : La "Revue de primatologie" lancée en 2009 est une revue scientifique électronique. Elle fait suite à la version papier de "Primatologie" dont la publication avait été lancée en 1998 à l’initiative de Joël Fagot et Françoise Joubaud, avec le soutien fort de la SFDP. "Primatologie", version papier (6 volumes publiés de 1998 à 2004) a cessé de paraître en 2005. Elle a été remplacée en 2009 par la "Revue de primatologie" qui en a repris l'état d'esprit et la raison d'être. La nouvelle "Revue de primatologie" en version uniquement électronique est d’accès entièrement gratuit (Open Access). Elle publie des articles en français (langue préférée) ou en anglais (au choix des auteurs). Tous les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition en ligne selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. A ce jour, la Revue de primatologie a publié 6 volumes. Le nombre de textes publiés (tout confondu, articles originaux et de synthèse, notes de lectures, conférences publiques, etc.) était respectivement pour 2009 (11), 2010 (7), 2011 (21), 2012 (17), 2013 (18), 2014 (0), 2015 (6 + abstracts des colloques SFDP 2014 et 2015). Le volume pour 2016 au nouveau format "à numéro ouvert" prévoit la publication d'au moins 8 articles + abstracts du colloque SFDP 2016. La force de la Revue de primatologie est d'être intégrée parmi les 420 revues en ligne de Revues.org au sein de la structure OpenEdition, une infrastructure complète d’édition électronique au service de la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales (les données suivantes ont été présentées à l’assemblée annuelle des revues en 2016). Selon les derniers recensements, Revues.org a été une plate-forme consultée par plus de 43 millions de visites en 2015. Dans le classement "Webometrics", Revues.org est classée 5e plate-forme mondiale, 4e pour la visibilité et 10e pour la visibilité dans Google Scholar. Au sein de Revues.org, la Revue de primatologie satisfait jusqu'à présent aux critères requis pour le référencement DOAJ (procédure en cours de réexamen pour les 123 revues agréées de la plate-forme Revues.org, dont la Revue de primatologie). Fin 2015, l’outil "Bilbo" implémenté sur Revues.org (et depuis 2016, notamment pour la Revue de primatologie) avait détecté 1 400 000 références dans les bibliographies des articles publiés sur Revues.org et trouvé 140 000 correspondances de DOI. Une référence sur 10 est aujourd’hui cliquable et renvoie vers l’article en ligne cité. Dans les projets à venir d'OpenEdition, la fonctionnalité "Cité par" sur Revues.org proposera le nombre de citations d’un article avec des liens cliquables et permettra de réaliser une bibliographie inversée ou rétro-bibliographie. A ce jour, plus de 125 établissements et bibliothèques universitaires nationales et extranationales sont abonnés aux 145 revues incluses dans le bouquet de Revues.org (dont la Revue de primatologie). Parmi les faiblesses de la Revue de primatologie, inhérentes à son projet éditorial, on peut identifier plusieurs facteurs explicatifs. La communauté scientifique à laquelle s'adresse la Revue de primatologie, celle des primatologues pris au sens large du terme, est numériquement faible. Il s'agit d'une communauté hétérogène composée de biologistes, psychologues, anthropologues, philosophes, paléontologues, pédagogues, acteurs de la conservation des primates, etc. Tous ont leurs propres options de publications dans de nombreux journaux scientifiques, souvent à petit tirage ou impact de visibilité réduit, mais ces journaux sont avantageux à la communication spécifique dans les disciplines respectives précitées. Certaines communautés de primatologues, telle celle des acteurs de la conservation des primates n'ont pas de culture forte de la communication par la publication scientifique, au moins dans sa version francophone. Egalement, le carcan de la course au facteur d'impact, imposé notamment dans les sciences biologiques, aux jeunes étudiants (Master et Thèses) par leurs encadrants et le système universitaire les dissuade de publier dans des revues peu, mal ou non cotées par les entreprises commerciales bien établies du référencement scientifique (telles que ISI Web of Science ‐ Thomson Reuters ou Scimago Journal Rank ou SJR indicator - Scopus – Elsevier). La Revue de primatologie, peut-être hormis dans quelques champs des SHS, peine à relever ce challenge compétiteur. Pour conclure, les primatologues francophones et non francophones disposent d'un outil technique exceptionnel et gratuit pour la communication scientifique dans chacun de leurs domaines et sous domaines. Cet outil est notoirement sous-exploité par ceux et celles à qui il est destiné. Le travail de l’équipe réduite des éditeurs de la Revue ne peut pas à terme et à lui seul parvenir à faire décoller un projet de revue autant soit-il généreux et dépourvu d'intention mercantile. L'utopie fédératrice de la Revue de primatologie et de son mandataire SFDP de vouloir rassembler sur un même support la diversité des approches utiles à la connaissance des primates est-elle à reconsidérer ? Des exemples récents, facilement identifiables sur le site de la Revue de primatologie, montrent que c'est peut-être au travers de l'encouragement renouvelé des jeunes auteurs à publier et à savoir habilement s'affranchir de leurs tutelles réductrices qu'on pourra entrevoir un sursaut salutaire au bénéfice de toutes les disciplines "primatologiques" évoquées plus avant.
Mots clés : primatologie, publication scientifique, journal électronique.

7 Biologie médicale

25Abstract #71: Description et analyse d’une série de cas d’amibiase dans un groupe de colobes guéréza (Colobus guereza kikuyuensis)
Description and case report of amibiasis in a colobus monkey group (Colobus guereza kikuyuensis)
Auteurs : Mélanie Berthet [1], Alexandrine Vesz [1], Karin Lemberger [2].
Affiliations : [1] Muséum- Parc zoologique de Besançon- La Citadelle- 25000 Besançon, France ; [2] Vetdiagnostics- 14 Avenue Rockefeller, 69008 Lyon 08, France.
Auteur pour la correspondance : melanie.berthet@citadelle.besancon.fr
Résumé : L’amibiase occupe le 3e rang des maladies parasitaires les plus meurtrières pour l’Homme. Elle est provoquée par un parasite protiste du genre Entamoeba, dont le plus pathogène est Entamoeba histolytica (Institut Pasteur, 2012). Deux autres espèces d’amibes sont morphologiquement similaires mais génétiquement distinctes, E. disparu, non pathogène et E. moshkovskii, au pouvoir pathogène décrit, mais mal cerné (Leder et al., 2016). En dépit du caractère zoonotique de l’amibiase, et malgré la susceptibilité connue des Primates Non Humains (PNH) à cette infection, la prévalence des infections à Entamoeba est peu documentée (Regan et al, 2014). Il semble qu’environ 80 % des PNH en captivité (dont une majorité de Colobinés) soient porteurs d’amibes, dont 16 à 36 % porteurs d’E. histolytica. Quatre cas d’amibiase ont été décrits à Besançon, touchant un groupe de 6 colobes guéréza (Colobus guereza kikuyuensis) en été 2014. Après une semaine de diarrhée associée à de l’hyper salivation, deux individus sous traitement intensif sont décédés des suites de lésions digestives sévères. Le diagnostic différentiel met en parallèle une origine toxique, bactérienne, parasitaire ou virale. L’analyse histologique des muqueuses gastriques ulcérées a conduit à la mise en évidence d’éléments protozoaires compatibles avec des amibes. L’analyse par PCR a permis de confirmer le diagnostic. Un traitement anti-protozoaire a été mis en place pour les 4 colobes survivants, associé à une thérapeutique protégeant la muqueuse gastrique. Les individus les plus apathiques ont subi une gastroscopie pour évaluer l’étendue des lésions ainsi qu’un test humain pour le dépistage d’hélicobacter, bactérie souvent associée aux ulcères gastriques. La prise en charge médicale du groupe de 4 colobes s’est soldée par un succès, aucune perte ni rechute n’ayant été notée 2 ans plus tard. L’expression clinique de l’amibiase ainsi que l’intensité des lésions dépendent du statut immunitaire de l’animal. Le groupe de colobe ayant visiblement subi un stress alimentaire, des mesures environnementales et nutritionnelles ont été prises. Leur enclos extérieur a été totalement réaménagé, accueillant plus d’agrès et de caches. La qualité et la fréquence de distribution de leur alimentation ont été révisés : la distribution plus régulière de nourriture sur la journée ainsi que l’augmentation conséquente de la quantité de feuillages dans leur ration ont été d’un bénéfice certain sur ces primates folivores au tractus digestif sensible.
Mots clés : amibiase, colobe, diarrhée, ulcère gastrique.

26Abstract #72: Suivi de contraception chimique chez le Babouin olive mâle (Papio anubis) : quels enseignements en tirer ?
Follow-up of male olive baboons (Papio anubis) chemical contraception: which lessons could be learnt ?
Auteurs : Romain Lacoste [1], Guillaume Martinez [2], François Druelle [1, 3, 4], Sandrine Melot [1], Slaveia Garbit [1], Marie Dumasy [1], Pau Molina Vila [1].
Affiliations : [1] Station de Primatologie, UPS 846 - CNRS, 13790 Rousset sur Arc, France ; [2] Equipe GETI "Génétique, Epigénétique et Thérapies de l'Infertilité", Institut pour l'Avancée des Biosciences [IAB], INSERM 1209, CNRS UMR 5309, Université Grenoble Alpes, 38700 La Tronche, France ; [3] Functional Morphology Laboratory, Biology Department, University of Antwerp, Antwerpen, Belgium ; [4] UPR 2147 CNRS, Dynamique de l'Evolution Humaine, Paris, France.
Auteur pour la correspondance : romain.lacoste@primato.cnrs.fr
Résumé : La maîtrise de la reproduction des primates non-humains en captivité est un des facteurs de réussite de la bonne gestion des colonies. La contraception chimique peut s'avérer variable voire inefficace chez certains taxons de primates non-humains. L'objectif de ce projet a été de déterminer à la fois l'efficacité d'implants contraceptifs sous-cutanés (Desloreline/Suprelorin®) et d'évaluer les modifications de plusieurs paramètres physiologiques et comportementaux chez le babouin olive (Papio anubis) tels que le comportement sexuel et agressif. Quatre babouins olive hébergés en binôme ont été entrainés au prélèvement salivaire coopératif. Un individu au sein de chaque binôme a été implanté. Des observations comportementales systématiques ont été réalisées avant et après implantation. Des mesures de volumes testiculaires et de masses musculaires, la réalisation de spermogramme et le suivi de la concentration sanguine et salivaire en testostérone des deux individus implantés ont été réalisés à plusieurs reprises au cours de l'année qui a suivi la pose des implants. Les différentes méthodologies mises en place seront présentées ainsi que les résultats obtenus permettant ainsi de définir des lignes directrices quant à l'utilisation de ces implants, leur efficacité et les différents moyens de mesure (plus ou moins invasifs) objectivant leur activité. En addition de la présentation de ce projet, les autres activités du groupe de travail reproduction seront évoquées très brièvement, notamment le volet collecte et stockage de spermatozoïdes de primates, le développement des techniques de reproduction assistée ainsi qu'un guide de suivi éthologique et endocrinologique adapté à ce type d'étude.
Mots clés : contraception, endocrinologie, comportement, spermogramme, morphologie, Babouin.

27Abstract #73: Traitement d’une hernie inguinale étranglée chez un macaque cynomolgus (Macaca fascicularis)
Surgical resolution of a strangulated inguinal hernia in a cynomolgus monkey
Auteurs : Baptiste Sadoughi [1], Manon Dirheimer [2], Pierrick Regnard [2], Fanélie Wanert [2].
Affiliations : [1] Oniris, Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes, La Chantrerie CS 40307, Nantes cedex 3, France ; [2] Platerforme Silabe, Fort Foch 67207 Niederhausbergen, France.
Auteur pour la correspondance : baptiste.sadoughi@oniris-nantes.fr
Résumé : La hernie inguinale se définit comme la protrusion d’un organe abdominal hors de sa cavité à travers l’anneau inguinal (hernie indirecte) ou dans une faiblesse de la paroi musculaire (hernie directe). Elle se rencontre plus fréquemment chez le mâle en raison de la grande laxité de l’anneau inguinal favorisant le passage des organes depuis la cavité abdominale vers le scrotum. Les hernies inguinales sont fréquentes chez le macaque et le plus souvent sans conséquence, le tissu adipeux ou l’épiploon étant souvent les seules structures herniées. En revanche lorsque l’intestin est hernié, les anses peuvent s’étrangler et risquent une nécrose en quelques heures. Ces hernies étranglées constituent donc toujours de véritables urgences chirurgicales en raison des risques de mort subite par hémorragie et sepsis. Bien que la hernie inguinale soit fréquemment rencontrée chez le macaque, la documentation la concernant demeure rare, la majorité des cas étant sans gravité. Nous présentons ici un cas de hernie inguinale indirecte étranglée chez un macaque cynomolgus mâle de 14 ans résolue chirurgicalement par une herniorraphie associée à une hémi-castration. Suite à l’intervention, l’animal a retrouvé un bon état général et son comportement usuel. En médecine humaine plusieurs techniques chirurgicales sont proposées avec néanmoins des taux de récidive non négligeables. Chez le primate, contrairement aux animaux domestiques, l’anatomie et les contraintes mécaniques entrainant des hernies inguinales sont semblables à ce que l’on peut observer chez l’homme. Nous discuterons des facteurs ayant une valeur pronostique pour la réussite de ce type d’intervention tels que la rapidité de l’intervention, la viabilité des anses intestinales engagées, l’intégrité de la paroi de l’intestin, l’absence d’œdème et d’inflammation dans le sac herniaire et la bonne gestion post-opératoire de l’animal.
Mots clés : Macaca fascicularis, hernie inguinale, herniorraphie, facteurs pronostiques.

28Abstract #74: Comparaison de deux méthodes de diagnostic par sédimentation des parasitoses digestives chez le vervet (Chlorocebus pygerythrus)
Comparison between two sedimentation techniques for diagnosis of gastrointestinal parasites of vervet monkey (Chlorocebus pygerythrus)
Auteurs : Ana Navarro-Serra [1,2], Héctor Sanz-Cabañes [1,2], Marilena Garijo-Toledo [2], Jesús Cardells-Peris [2].
Affiliations : [1] Vervet Monkey Foundation, Plot 35 California Tarentaalrand 0850 Tzaneen, Afrique du Sud ; [2] Universidad CEU Cardenal Herrera- Facultad de Veterinaria, 46115 Alfara del Patriarca, Espagne.
Auteur pour la correspondance : navarro_serra@yahoo.es
Résumé : Sur le terrain ou en laboratoire, l’examen parasitologique des selles porte sur la mise en évidence de parasites présents dans l’appareil digestif. La majorité des techniques sont testées et standardisées en laboratoire avec le contrôle rigoureux de certaines variables. La réplication des mêmes procédés sur le terrain devient souvent impossible et les chercheurs sont obligés à réaliser quelques modifications et créent de nouvelles méthodes. Mais, déterminer si les différentes méthodes de diagnostic utilisées entre scientifiques sont équivalentes est devenu un enjeu majeur pour l’étude des parasitoses intestinales. Un certain nombre de travaux ont déjà présenté des comparaisons entre certaines méthodes parasitologiques et ont mis en évidence des sensibilités différentes entre ces techniques. Les possibilités de reproduire l’analyse des selles sur le terrain sont aussi limitées par (1) la compétence du personnel, il faut au moins une personne avec des connaissances théoriques et techniques pour pouvoir réaliser et identifier les parasites. (2) l’équipement et les réactifs disponibles. Il est donc possible et même nécessaire de sortir les expérimentations du laboratoire et de les tester sur le terrain avant de généraliser les résultats obtenus. L’objectif de ce travail est de comparer les sensibilités de deux méthodes de diagnostic coproparasitologique de concentration par sédimentation et de contribuer à l’amélioration du diagnostic sur le terrain. Pour cela, nous avons choisi une méthode de référence, la sédimentation formol-acétate d’éthyle et le kit commercial Uranotest copro®. La technique de référence nécessite un accès à l’électricité, d’une centrifugeuse et de réactifs toxiques. Pour la deuxième technique le matériel fourni avec le kit commercial et un microscope suffisent mais, elle n’a pas été utilisée pour le diagnostic des parasites chez les primates. Nous proposons d’étudier cette question grâce à des expériences sur le terrain qui devraient apporter la rigueur du laboratoire dans le milieu naturel. Tous les échantillons de selles recueillis ont été examinés par les deux méthodes à comparer. De plus, nous avons conservé Uranotest copro® à température ambiante et reproduit l’expérience 10 jours et 20 jours d’intervalle. Nous avons utilisé un microscope avec un micromètre oculaire pour mesurer les éléments parasitaires observés et réalisé un examen systématique de la préparation avec l’objectif 10X et 40X pour dépistage et identification des organismes. Nos résultats montrent d’une part que la sédimentation Uranotest copro® révèle une sensibilité égale ou supérieure que la sédimentation de référence pour la détection des infections par Balantidium coli, Entamoeba sp., Strongyloïdes sp. et Protospirura muricola et inférieur pour "Oesophagostomum" sp.. Sa valeur prédictive négative est très bonne pour Entamoeba sp. (100 %), Strongyloïdes sp. (78 %) et Protospirura muricola (100 %) et elle est moyenne pour Balantidium coli (56 %) et Oesophagostomum sp. (50 %) D’autre part, ils démontrent que l’efficacité de Uranotest copro® est la même si nous réalisons l’examen le jour 0 (jour de défécation) ou sur des selles conservées 10 ou 20 jours à température ambiante.
Mots clés : sédimentation, parasites digestifs, coprologie, Chlorocebus pygerythrus, Uranotest copro®.

29Abstract #75: Parasites digestifs transmissibles à l'homme dans les sanctuaires de primates, le cas de Vervet Monkey Foundation
Zoonotic gastrointestinal parasites in a primate sanctuarie, the Vervet Monkey Foundation example
Auteurs : Hector Sanz-Cabañes [1,2], Ana Navarro-Serra [1,2], Jesús Cardells-Peris [2], Marilena Garijo-Toledo [2].
Affiliations : [1] Vervet Monkey Foundation, Plot 35 California Tarentaalrand 0850 Tzaneen, Afrique du Sud ; [2] Universidad CEU Cardenal Herrera- Facultad de Veterinaria, 46115 Alfara del Patriarca, Espagne.
Auteur pour la correspondance : hesaca@hotmail.com
Résumé : Les zoonoses sont aujourd’hui un champ de recherche très étudié, par leur importance pour le concept "Une seule santé". Nous devons contrôler les agents pathogènes au niveau des populations animales et de l’environnement pour une meilleure protection de la santé publique et vice-versa. Les personnes qui sont en contact régulier avec la faune et l’environnement, les échanges internationaux d’animaux et les hommes qui voyagent à travers les continents sont des facteurs de risque pour la transmission de certaines zoonoses. L’Organisation mondiale de la Santé animale, avec l’Organisation mondiale de la Santé, a élaboré des normes sanitaires visant à sécuriser les échanges internationaux ainsi que des normes pour contrôler les agents pathogènes à leur source animale ou environnementale. Ces normes cherchent à mettre en place des procédés pour éviter les transmissions de pathogènes et conserver la biodiversité en bonne santé. Mais la majorité des pays où vivent les primates non humains sont en voie de développement et ont des moyens économiques et techniques limités, malgré l’amélioration du niveau de vie et des conditions sanitaires. La grande quantité de primates en situation d’urgence est à l’origine de la création de la plupart des sanctuaires africains. Travailler dans ces sites présente pourtant des risques pour la santé et la sécurité des personnes et des animaux. Notre étude s’intéresse aux parasitoses digestives qui représentent un impact majeur sur la santé dans le monde, surtout dans les régions tropicales et subtropicales, car ils sont fréquemment associés à des troubles digestifs persistants. Nous visons à déterminer l’existence des parasites digestifs zoonotiques chez le singe vervet (Chlorocebus pygerythrus) dans un sanctuaire en Afrique du Sud. Nous avons réalisé un examen macroscopique des selles fraîches, avant le recueil, pour observer la consistance, la couleur, la présence de sang, mucus ou d’éléments parasitaires. Ensuite, nous avons effectué huit des principales techniques de coprologie parasitaire : examens directs (avec et sans colorant), et six techniques d’enrichissement par des méthodes physiques : quatre techniques de flottation, les combinaisons possibles avec deux solutions de flottation différentes et deux équipements (Mini-flotac® et Ovatector®). Pour les méthodes de sédimentation, nous avons utilisé la sédimentation formol-acétate d’éthyle et la sédimentation avec Uranotest copro®. Les examens copro-parasitologiques ont permis l’identification de protozoaires digestifs transmissibles à l’homme tels que Balantidium coli (37,61 %), Entamoeba sp. (12,82 %) et Giardia sp. (0,85 %), ainsi que des helminthes comme Strongyloïdes sp. (23,93 %) et Oesophagostomum sp. (5,98 %). Pour éviter la transmission de B.coli et Entamoeba sp., une bonne hygiène est essentielle. L’infection est généralement acquise après l’ingestion, par inadvertance, de matières fécales contenant des œufs d’helminthes ou des kystes de protozoaires. Par exemple, lors du nettoyage des enclos ou du matériel, la personne touche des selles infectées et met ses mains à la bouche. Par contre, la larve strongyloïde présente dans les selles peut être infectante par pénétration cutanée par exemple si une personne marche sur une selle contaminée. Nous devons vérifier et actualiser les protocoles de prévention sanitaire pour éviter la transmission des parasites. Il serait d’intérêt d’étendre cette étude à d’autres types de zoonoses et à d’autres sanctuaires.
Mots clés : zoonose, parasite intestinal, Chlorocebus pygerythrus, prévention.

8 Ecologie

30Abstract #81: Statut de conservation du chimpanzé, Pan troglodytes verus (Schwarz, 1934) dans la zone non protégée de savane boisée à Diaguiri (Kédougou, Sénégal) : implication pour sa conservation
Conservation status of the Chimpanzee, Pan troglodytes verus (Schwarz, 1934) in the non protected area of Diaguiri (Kedougou, Senegal): Implication for conservation
Auteurs : Papa Ibnou Ndiaye [1], Landing Badji [1], Stacy Marie Lindshield [2], Cheikh Tidiane Bâ [1], Jill Pruetz [3].
Affiliations : [1] Département de Biologie animale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal ; [2] Ecology and Evolutionary Biology, Iowa State University, Ames, IA 50011, USA ; [3] Department of Anthropology, Iowa State University, 324 Curtiss Hall, Ames, IA 50011, USA.
Auteur pour la correspondance : ibnou.ndiaye@ucad.edu.sn
Résumé : Le Sénégal se situe sur la limite Nord-Ouest de l’aire de répartition du Chimpanzé. Les recensements effectués dans les années 1998-1999, 2003 et 2014-2015 ont montré que la majeure partie de la population de chimpanzés au Sénégal (environ 80 % de l’effectif total) se trouve en dehors des aires protégées, dans la région de Kédougou. Cependant, il existe un manque cruel d’informations sur les effectifs des populations dans les différents sites et les couloirs de migration entre les habitats. La présence du chimpanzé à Diaguiri a été signalée pour la première fois en 1999, mais on ne connaît pas encore l’effectif total de la population ni l’étendue réelle du domaine vital. Pour cette raison, nous nous sommes intéressés à nouveau à l’étude de ce groupe pour pouvoir disposer de données scientifiques qui nous permettront d’apprécier l’état de conservation de l’espèce et de son habitat et d’identifier les menaces potentielles pour sa survie. Pour cela, nous avons effectué plusieurs expéditions dans la zone de Diaguiri et ses environs entre mars 2015 et avril 2016 pour collecter des indices de présence (directes et indirectes) du Chimpanzé dans cette zone par la méthode de reconnaissance couplée à l’utilisation de pièges photographiques. Ceci nous a permis de disposer d’une vingtaine d’observations directes et de plusieurs images photographiques qui nous ont permis de différencier pour le moment au moins onze individus, dont deux juvéniles. Nous avons recensé par ailleurs 894 nids de chimpanzé (dont 131 frais et 131 récents) que nous avons cartographié. Pour pouvoir apprécier la vitesse de désintégration des nids de chimpanzé, nous avons 110 nids frais en décembre 2015 que nous avons suivi régulièrement jusqu’à leur état de squelette. L’identification des arbres supports de nids de chimpanzé a montré que les chimpanzés utilisent environ une trentaine d’espèces végétales dans la zone de Diaguiri pour la construction de leurs nids de repos. Mais, la moitié des nids se trouvent sur Pterocarpus erinaceus (23 %), Anogeissus leiocarpus (17 %) et Khaya senegalensis (10 %). Pour cette raison, nous pensons que l’état de protection de ces espèces dans la zone de Diaguiri doit être renforcé. En sus des conditions climatiques de savane, inhabituelles pour ce primate non humain, nous avons identifié des facteurs anthropiques tels que l’orpaillage, l’agriculture, le pâturage, le braconnage, et l’exploitation de miel qui peuvent compromettre la survie du chimpanzé dans cette région.
Mots clés : chimpanzé, Pan troglodytes verus, conservation, écologie, Sénégal.

31Abstract #82: Méthodologie de recensement et d’estimation de la vitesse de dégradation des nids chez les bonobos (Pan paniscus) en mosaïques forets savanes à l’ouest de république démocratique du Congo
Methods for census and estimation of nest decay rates of Bonobos (Pan paniscus) in savannah forest mosaic in western Democratic Republic of Congo
Auteurs : Angèle Velghe, Charles-Albert Petre.
Affiliation : WWF-RDC, Picbou Project, RDC.
Auteur pour la correspondance : velgheangele@gmail.com
Résumé : Le Bonobo (Pan Paniscus) est le dernier des grands singes à avoir été décrit (Schwartz, 1929), il est cité comme très vulnérable par le plan d’action pour la conservation des grands primates (Aveling et al. 2012). Son aire de répartition s’est vue être changée par une découverte de populations faite lors d’un large recensement forestier par le "World Wide Funds" (WWF) dans un environnement de types mosaïques forêts savanes, à l’ouest de la répartition des bonobos dans la région du Maï Ndombe (Inogwabini et al. 2008). Cette étude présente donc la méthodologie utilisée concernant le recensement des populations dans cette région. Un axe majeur de cette étude concerne la détermination de la vitesse de dégradation des nids, variable importante dans la détermination de la densité des populations. Cette méthode se base sur l’article de Laing et al. (2003), elle consiste à réaliser un monitoring de nids en effectuant une seule revisite afin d’utiliser un modèle de régression logistique. Aussi, la méthodologie et les moyens mis en place pour effectuer les recensements des bonobos du site d’étude seront également expliqués. La méthode des transects linéaires a été utilisée sur 3 zones forestières différentes, permettant une détermination de la densité des bonobos et ainsi un suivi des populations locales. Au terme de cette analyse il sera montré l’efficacité de l’utilisation de la régression logistique dans la détermination de la vitesse de dégradation des nids pour cette espèce. Il sera envisagé d’intégrer des variables environnementales à l’analyse, et ainsi de permettre de trouver une densité fiable des populations sur ce site. La méthode décrite et les résultats de cette étude peuvent être appliqués à un large spectre d’espèces qualifiées de discrètes où l’observation de signes indirects (nids, fèces...) est possible.
Mots clés : Pan paniscus, vitesse de dégradation des nids, régression logistique, recensements, transects linéaires, densité des populations.

Top of page

References

Electronic reference

« Résumés du 29e colloque de la SFDP : La socialité chez les primates (Rennes-Paimpont, France, 18-20 octobre, 2016) », Revue de primatologie [Online], 7 | 2016, Online since 08 March 2017, connection on 25 April 2017. URL : http://primatologie.revues.org/2756

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org