Navigation – Plan du site
Dossier Méthodes et Paradigmes
Revues de livres
7

Jean-Jacques Petter. Primates

Bruno Simmen
Référence(s) :

Jean-Jacques Petter. Primates. Nathan, Paris (2010), 256 pages. ISBN 978-2-09-260543-1

Historique

Soumis novembre 2010. Accepté novembre 2010

Texte intégral

1Voici un magnifique ouvrage grand format sur les Primates dont l’auteur principal est le regretté Jean Jacques Petter, l’un des spécialistes historiques des prosimiens de Madagascar. Ce livre, publié à titre posthume, a une histoire que nous découvrons dans la préface d’Yves Coppens. A l’origine pensé et rédigé par Jean-Jacques Petter, qui a été professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, l’ouvrage interrompu à sa mort en 2002 a été remis en chantier sous l’impulsion de sa femme Arlette Petter. Elle a alors réuni les contributions de plusieurs spécialistes français ayant pour la plupart connu Jean-Jacques Petter et qui sont tous grands connaisseurs du terrain des primates. Le résultat est remarquable. Le corps du livre, qui affiche d’emblée son ambition esthétique, s’ouvre sur une présentation générale de l’évolution et des caractéristiques socio-écologiques des Primates non-humains et s’organise ensuite autour de la présentation taxonomique des familles et des espèces sur les différents continents. D’organisation simple et comportant des textes aisés à lire, la conception du livre s’appuie sur un double parti pris qui en fait toute l’attraction : d’une part, le descriptif de l’écologie et des comportements des espèces ou des genres sélectionnés est assorti, en miroir, d’une grande quantité de dessins d’une qualité assez extraordinaire représentant les primates « en action ». Et d’autre part, la présentation des espèces est ponctuée par de passionnants récits des expériences de chercheurs en mission sur leurs terrains de prédilection.

2Le descriptif taxonomique détaillé ne se veut nullement exhaustif, laissant une part belle à ces superbes planches en couleur qui constituent l’unité esthétique du livre. On découvre ainsi les dessins de l’artiste naturaliste François Desbordes qui a indéniablement capté les attitudes les plus typiques de ces espèces en les dotant d’une présence vitale étonnante. La présence éparse de photographies in situ au fil des textes ajoute à la forte impression visuelle du livre. Un tableau synthétique nous renseigne sur la classification complète actualisée et la diversité des Primates et l’on pourra y constater combien de nouvelles espèces ont été découvertes dans l’intervalle d’une ou deux décennies. Pour ne prendre qu’un exemple, à Madagascar, plus de 15 espèces de microcèbes sont actuellement décrites là où l’on n’en comptait que 3 il y a moins de 20 ans.

3Un atout indéniable du livre tient à l’insertion de courts récits, interviews et réflexions de chercheurs de différentes générations qui nous font partager leur mémoire de la brousse. Les textes retracent aussi bien l’expérience de la découverte d’espèces nouvelles que le quotidien des chercheurs au contact des groupes de primates dans leur environnement tropical ou la problématique de la conservation des espèces. En particulier, ces tranches de vie très instructives permettent au lecteur de constater l’intimité qui caractérise souvent la relation du primatologue avec son sujet d’étude, généralement connu individuellement. Place donc à l’anecdote et à l’émotion qui sont bien évidemment occultées lors du processus rigoureux de publication des résultats dans les revues spécialisées. C’est pourtant parfois à ce stade initial que naît l’intuition d’une découverte (le cas de la réconciliation chez les chimpanzés, la découverte de nouvelles espèces…). On perçoit dans ces chapitres à quel point le regard naturaliste, tant décrié de nos jours, est en fait bien complémentaire de la démarche hypothetico-déductive qui prévaut dans la recherche moderne.

4La réalisation de cet ouvrage s’étend sur environ une décennie et l’on relève quelques rares anachronismes ou inexactitudes comme la vision un peu idéalisée de forêts tropicales à production quasi-permanente alors que les fluctuations saisonnières ou annuelles des ressources alimentaires sont plutôt la règle. Ces défauts minimes sont pardonnables car on imagine sans mal le souci des concepteurs du livre de ne pas dénaturer les textes initiaux de Jean Jacques Petter. Je me joins à l’hommage qui lui est d’ailleurs rendu à travers la publication de cet ouvrage car, lorsque j’étais étudiant, j’admirais beaucoup le travail de cet homme chaleureux et sa volonté de promouvoir les recherches menées sur les primates, y compris sur les collections vivantes du Parc Zoologique de Vincennes qu’il dirigeait alors.

5Ce superbe ouvrage, à vocation tout public, mérite une place dans la collection des lecteurs férus de faune tropicale, de beaux livres, et curieux de partager l’aventure et l’intuition du chercheur sur le terrain.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Simmen, « Jean-Jacques Petter. Primates », Revue de primatologie [En ligne], 2 | 2010, document 7, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://primatologie.revues.org/577

Haut de page

Auteur

Bruno Simmen

Eco-anthropologie et ethnobiologie Muséum National d’Histoire Naturelle – CNRS. 4 avenue du Petit Château, 91800, Brunoy (France).
Auteur pour la correspondance : simmen@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Revues.org