Navigation – Plan du site
Articles

Contribution à la ré-évaluation de l’aire de répartition du singe à queue de soleil (Cercopithecus solatus)1

Contribution to the reassessment of the the sun-tailed monkey (Cercopithecus solatus) distribution area
Peggy Motsch, Guillaume Le Flohic, Jeremy Leclercq et Jean-Paul Gonzalez

Résumés

Le Cercopithèque à queue de soleil (Cercopithecus solatus) est uneespèce endémique du Gabon, où il a été observé pour la première fois en 1984 par Mike Harrison et décrit en 1988. A ce jour, peu d'informations sont disponibles sur cette espècediscrète et rare. Pour pallier le manque d’études sur cette espèce, le projet ECOSOL (ECOlogie de C. SOLatus), projet de recherche multidisciplinaire, a été initié en janvier 2009 pour améliorer les connaissances sur cette espèce peu connue et pour encouragersa conservation. Depuis près de 2 ans, de nouvelles données ont été acquises, en particulier sur l’aire de répartition de l’espèce, dont nous avons ici étudié la limite sud-est. Notre étude s’est déroulée dans trois régions du Gabon où la présence de c. solatus était soit démontrée (zone historique), soit suspectée, soit n’avait jamais été étudiée. Des enquêtes dans des villages et des marches de reconnaissance sur le terrain ont ainsi été réalisées. Les résultats obtenus ont 1/ confirmé la présence de C solatus dans la zone historique, 2/ semblent soutenir les hypothèses de sa présence en dehors et 3/ suggèrent même que C. solatus serait plus au sud-est et plus près de la République du Congo que ce qui a été jusqu’alors affirmé. Cette étude a contribué à réexaminer la distribution des populations de C. solatus sur le territoire gabonais, fournissant ainsi des outils supplémentaires pour juger du statut de conservation de l’espèce.

Contribution to the reassessment of the the sun-tailed monkey (Cercopithecus solatus) distribution area

The sun-tailed monkeys (Cercopithecus solatus) is an endemic species of Gabon, where it was first observed in 1984 by Mike Harrison and described in 1988. To date, little information is available on this cryptic and rare species. To overcome the lack of studies on this species, the ECOSOL project (ECOlogy of C. SOLatus), a multidisciplinary research project, was initiated in January 2009 to improve knowledge on this poorly known species and to encourage conservation. For nearly two years, new data were acquired, in particular on the distribution area of the species. Here is the study of the southeastern limit. Thus, our study was conducted in three regions of Gabon, where the presence of C. solatus was either demonstrated (historic area), or suspected, or had never been studied before. Surveys in villages and recce walking in the field have been carried out. The results 1 / confirmed the presence of C. solatus in the historic area, 2 / seem to support the assumptions of its presence beyond the historic area, and 3 / even suggest that C. solatus would be further south-east and closer to the Republic of Congo that what was previously thought. This study contributed to reassess the distribution of populations of C. solatus within the Gabonese territory, and therefore provided additional tools to assess the conservation status of the species.

Haut de page

Historique

Soumis 11 mars 2011. Accepté après révision 27 avril 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Remerciements : Le projet ECOSOL remercie le personnel du Centre de Primatologie du CIRMF : les an (...)

1Au cœur du bassin du Congo, qui abrite l’une des plus grandes biodiversités du monde vivant, se cache un petit primate craintif, rarement observé : le Cercopithèque à queue de soleil (Cercopithecus solatus). C’est un singe semi-terrestre, discret, qui occupe essentiellement les forêts sempervirentes du Gabon en Afrique Centrale. Du fait de son comportement cryptique caractéristique, il n’a été observé pour la première fois qu’en 1984 par Mike Harrison (Harrison, 1988).

2Le Cercopithèque à queue de soleil est reconnaissable à son pelage brun-roux, son museau noir, sa gorge blanche et les larges toupets au dessus de ses oreilles (figure 1). Ce qui le caractérise le plus et qui lui vaut son nom est sa queue gris clair terminée par un orange-vif flamboyant. Le mâle adulte possède également des organes sexuels d’un bleu azur caractéristique de la super-espèce lhoesti auquel Cercopithecus solatus appartient (figure 2). Contrairement aux autres singes de la sous-famille des Cercopithecinae, le Cercopithèque à queue de soleil a une répartition géographique certainement très réduite : à ce jour, il n’a été observé que dans quelques régions du Gabon, au sud du fleuve Ogooué (Gautier et al., 1992 ; Brugière et al., 1998 ; Coad et al., 2010).

Figure 1

Agrandir

Face d’un mâle Cercopithecus solatus (crédit photographique : P. Motsch, 2009)

Face of a male Cercopithecus solatus (photographic credit : P. Motsch, 2009)

3A sa découverte en 1984, l’aire de répartition du Cercopithèque à queue de soleil a été confinée à la forêt des Abeilles, en plein centre du Gabon (Harrison, 1988). Au début des années 1990, Gautier et al. (1992) ont défini les rivières Offoué, Bouenguidi, Lolo et le fleuve Ogooué comme étant les limites naturelles de son aire de répartition (respectivement à l’ouest, au sud, à l’est et au nord) et ont estimé pour la première fois sa surface à 10 300 km². Peu après, en 1996, Brugière et al. (1998) ont retrouvé C. solatus dans le Parc National de la Lopé-Okanda, au-delà de toutes les limites naturelles jusqu’alors supposées, à l’exception du fleuve Ogooué au nord ; l’aire de répartition s’est donc vue agrandie, atteignant 12 000 km² (figure 3). C’est ensuite seulement dans les années 2000 que de nouvelles observations opportunistes d’individus et plusieurs témoignages de sa présence par les populations locales ont été rapportés. Le Cercopithèque à queue de soleil aurait ainsi été aperçu en dehors de la zone de répartition définie en 1998, dans les Parcs Nationaux de Waka et de Birougou, et à proximité de la ville de Bakoumba dans le parc de la Lékédi, parfois à plus de 150 km au sud de l’aire précédente (Coad et al., 2010). L’ensemble de ces informations, peu nombreuses et réparties de façon hétérogène dans le temps, illustre le manque de connaissances sur la biologie et l’écologie de l’espèce.

Figure 2

Agrandir

Les couleurs caractéristiques d’un mâle adulte Cercopithecus solatus (crédit photographique : P. Motsch, 2009).

Characteristic colours of an adult male Cercopithecus solatus (photographic credit : P. Motsch, 2009)

Le Projet ECOSOL

4Créé début 2009, le projet ECOSOL (ECOlogie de C. SOLatus) est un projet de recherche multidisciplinaire qui a pour objectif d’enrichir les savoirs autour de cette espèce, notamment sur son aire de répartition, et à encourager sa conservation. ECOSOL consiste en l’étude de C. solatus à l’échelle des individus, des groupes et des populations à travers des thématiques ayant trait aux domaines de la phylogénie (via des analyses génétiques et morphométriques), de la physiologie (via des analyses parasitologiques et biochimiques) et de l’écologie.

5A l’échelle populationnelle, le projet vise à étudier l’aire de répartition géographique et la génétique des populations (par collecte de fèces) de l’espèce au Gabon. Reliées ensemble, ces deux études permettront de mettre en évidence la présence ou non d’isolats, témoins du degré de fragmentation de la population. Dans un premier temps, nous nous sommes intéressés à mieux estimer les limites sud-est de la répartition géographique de C. solatus, jusqu’alors seulement supposées.

2 Matériels et Méthodes

2.1 Sites d’étude

6Trois missions de terrain ont ainsi été entreprises dans trois régions distinctes du Gabon. La première se situait au cœur de l’aire de répartition connue (forêt des Abeilles, région de Makandé), la seconde dans une zone où C. solatus était supposé présent dans les années 2000 (parc de la Lékédi, rég. Bakoumba) et enfin la dernière, plus au sud-est, dans une zone encore inexplorée (rég. Boumango) (figure 3). La première mission, menée dans la région de Makandé, zone historique de forte densité de C. solatus (Gautier et al., 1992), a servi de témoin pour l’étude des autres sites et a permis de mettre en place le protocole. Le contexte dans lequel chaque mission a été réalisée est présenté dans le tableau I.

Tableau I



Sites d’études



Makandé



Bakoumba



Boumango

Période de l’année

mars-avril 2010

octobre 2010

décembre 2010

Période de fructifications

Oui

Non

Non

Section enquêtée

Lastourville-La Lopé

Bakoumba-Lekoko-frontière Rép. Congo

Franceville-Boumango-frontière Rép. Congo

Nb villages visités

(nombre de jours)

18

(3)

9

(2)

12

(3)



Enquêtes

Nombre de chefs de village questionnés

18

9

12

Nombre de chasseurs questionnés

10

9

10

Nombre total de personnes questionnées

30

18

25

Historique d’enquête sur C. solatus

Oui

Jamais

Jamais



Marches de reconnaissance

Nombre de jours de terrain

10

5

1

Distances parcourues estimées

100-110 km

25-30 km

5 km

Présence de C.solatus dans la zone avant étude

Présence certifiée

Présence suspectée

Inconnue

Distance à l’aire connue

Au cœur

500 km au sud-est de Makandé

>750 km au sud-est de Makandé

Contexte d’étude des sites. Légende : Rép. Congo = République du Congo

Study context of the sites. Legend: Rep. Congo = Republic of Congo

2.2 Enquêtes

7D’abord, des enquêtes ont été menées dans des villages. Dans ces villages, les chefs et les chasseurs ont été sollicités pour répondre à un questionnaire accompagné de diverses photographies de primates africains et asiatiques, permettant de juger du niveau de connaissance de leur faune environnante. Lorsque C. solatus était identifié parmi les espèces locales, des caractères de son comportement étaient demandés.

Figure 3

Agrandir

Historique et nouveautés sur la répartition géographique de Cercopithecus solatus.

History and news about the distribution of Cercopithecus solatus

2.3 Prospections de terrain

8Ensuite, des prospections de terrain ont été effectuées pendant le jour, idéalement de 7h à 17h lorsque les conditions météorologiques et logistiques le permettaient, en suivant la méthode de la marche de reconnaissance ou « recce-walking » (Sutherland, 1996). Les zones prospectées ont été choisies en fonction des résultats des enquêtes. Les tracés journaliers ont été géoréférencés en continu et les points de visions directes et indirectes (fèces et traces au sol) ont été localisés grâce à un GPSMAP® 60CSx Garmin.

3 Résultats

9Dans la région de Makandé, dans la forêt des Abeilles, les chasseurs ont confirmé la présence de C. solatus, et des individus capturés y ont été observés. Au cours des marches de reconnaissance, plusieurs traces au sol et des fèces ont été identifiées, et surtout, quatre groupes monospécifiques ont été observés par vision directe, en lisière de forêt (figure 3) ; les individus C. solatus y consommaient les fruits du parasolier (Musanga cecropioides).

10Dans la région de Bakoumba, dans le parc de la Lékédi, aucune vision directe ou indirecte n’a été comptabilisée lors des marches de reconnaissance. En revanche, dans les villages de cette région, de nombreuses personnes interrogées ont affirmé qu’un « singe à queue orange, terrestre et discret » était souvent observé. La confusion avec C. cephus, fréquente sur la rive droite de l’Ogooué où C.cephus possède une queue rouge, a pu être écartée. En effet, la région de Bakoumba est située sur la rive gauche de l’Ogooué où la queue de C. cephus est grise ; et les villageois ont rapporté qu’il se déplaçait bruyamment dans les arbres, au contraire de C. solatus qui est reconnu pour ses mouvements silencieux au sol. Contre toute attente, la présence de C. solatus plus au sud, jusqu'à la frontière congolaise, a également été évoquée au cours des entretiens.

11Dans la région de Boumango, seuls les témoignages recueillis entre Boumango et la frontière de la République du Congo ont rejoint l’hypothèse de la présence de C. solatus dans le bloc forestier séparant Bakoumba et Boumango. En particulier, des chasseurs expérimentés d’une population Pygmée et des populations Bantous vivant non loin de la frontière congolaise ont désigné un singe à la queue orange et aux testicules bleus comme vivant dans cette forêt. Au cours de la seule journée de reconnaissance menée dans ce bloc forestier suspecté d’abriter C. solatus, aucune trace n’a pu être relevée. Par ailleurs, les capacités des pisteurs Pygmées à identifier les espèces de singes ont été excellentes, ce qui renforce l’idée que la confusion de C. solatus avec d’autres espèces de Cercopithèques lors des enquêtes était improbable.

12L’ensemble des visions directes et des villages où la présence de C. solatus a été évoquée est localisé dans la figure 3.

4 Discussion et conclusions

13Au sein du bloc forestier de la forêt des Abeilles (région de Makandé), l’espèce est toujours très présente, malgré les fortes pressions anthropiques telles que les exploitations forestières et la chasse existant dans cette région. De plus, en dehors des missions de terrain, plusieurs individus C. solatus ont été rencontrés de façon opportuniste sur l’axe routier entre Lastourville et La Lopé, essentiellement de février à mai, pour la plupart en alimentation dans des parasoliers en fruits (P. Motsch, observation personnelle), très appréciés des primates. Ces observations soulignent l’intérêt d’effectuer les prospections en forêt lorsque la disponibilité en fruits est élevée. En effet, les cercopithèques tendent à sélectionner les taches de ressources riches en fruits et s’y concentrent, augmentant ainsi les chances de visions par les observateurs une fois ces arbres repérés (Kaplin, 2001).

14En revanche, dans le Parc de la Lékédi (Bakoumba) et dans la région de Boumango, C.  solatus n’a pas été rencontré, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il en est absent. Nous avons en effet prospecté en fin de saison sèche, période où les fruits sont rares. De plus, les résultats des enquêtes semblent suggérer que C. solatus est présent plus au sud-est et plus près de la République du Congo que ce qui était jusqu’alors estimé.

15Ces missions ont contribué à réexaminer la distribution des populations de C. solatus sur le territoire gabonais et notamment jusqu'aux frontières de la République du Congo. Bien que les hypothèses n’ont pu être vérifiées sur le terrain, les témoignages recueillis dans les villages laissent supposer que l’espèce est présente dans les deux régions du sud-est du Gabon. L’évaluation des réponses aux questionnaires et l’estimation de la richesse des connaissances naturalistes des personnes interrogées ont permis de juger au mieux de la qualité des informations collectées. Malgré tout, plusieurs interrogations subsistent. Notamment, les périodes et secteurs exacts où des individus C. solatus ont effectivement été vus ne sont pas absolument garantis. Par conséquent, courant 2011, une nouvelle marche de reconnaissance dans le parc de la Lékédi et un transect à travers le bloc forestier reliant les villages de Voumou (région de Boumango) et Lékoko (région de Bakoumba) seront réalisés pendant la période de fructification de nombreux arbres, dont le parasolier.

16Cependant, bien que précieuses pour mieux juger du statut de conservation de l’espèce, ces nouvelles données n’apportent pas de connaissances supplémentaires sur l’état des populations de Cercopithèques à queue de soleil. Espèce endémique, ses populations sont vraisemblablement très restreintes, mais leur nombre et leur taille ainsi que leur niveau de fragmentation sur le territoire gabonais restent inconnus.

17Les principales menaces qui pèsent sur C. solatus sont connues : d’une part, la chasse de subsistance et la chasse commerciale ; d’autre part, la perte et les changements de son habitat naturel, résultats de la déforestation et de la pénétration de l’Homme dans la forêt. Cependant, les capacités de C. solatus à s’adapter aux changements de son environnement restent inconnues et nécessitent d’être évaluées.

18Ainsi, aussi bien dans la Liste Rouge des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) qu’au niveau de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), où C. solatus se trouve respectivement classé au rang d’espèce Vulnérable (VU) et dans l’Annexe II (IUCN, 2010 ; CITES, 2010), le statut de conservation du Cercopithèque à queue de soleil apparaît actuellement encore mal défini au vu des nombreuses questions qu’il reste à traiter.

Haut de page

Bibliographie

Brugière D, Gautier JP (1999). Status and conservation of the sun-tailed guenon Cercopithecus solatus, Gabon's endemic monkey. Oryx 33, 67-74.

Brugière D, Gautier JP, Lahm S (1998). Additional data on the distribution of Cercopithecus (lhoesti) solatus. Folia Primatol 69, 331-336.

Coad LM, Tanga JJ, Maisels F, Abernethy K, Bout N, Fay M, Henschel P, Lenglet G, Mihindou Y, Puit M, Starkey M, White L, Pauwels OSG (2011).  New Range Limits of the Sun-tailed Monkey, Cercopithecus solatus, in Central Gabon. Primate Conservation. sous presse.

Gautier JP, Moysan F, Feistner ATC, Loireau J.N, Cooper RW (1992). The distribution of Cercopithecus (lhoesti) solatus. An endemic guenon of Gabon. Rev Ecol - Terre & Vie 47, 367-381.

Harrison M (1988). New guenon from Gabon. Oryx 22, 190-191.

Kaplin BA (2001). Ranging Behavior of Two Species of Guenons (Cercopithecus lhoesti and C. mitis doggetti ) in the Nyungwe Forest Reserve, Rwanda. Int J Primatol 22, 521-548.

Sutherland WJ (1986). Ecological Census Techniques, A Hand Book. Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  Remerciements : Le projet ECOSOL remercie le personnel du Centre de Primatologie du CIRMF : les animaliers et tout particulièrement Dimitri Mboulou, Dieudonné Oloussou et Rodrigue Aléki, les vétérinaires du CDP, Delphine Verrier et Barthélémy Ngoubangoye ; les remerciements vont aussi à M. Eric Willaume directeur du Parc de la Lékédi à Bakoumba (SODEPAL) pour son accueil lors des prospections de terrain et enfin le projet remercie tous les pisteurs et Vanina Boué pour leur aide lors des missions de terrain. Les financements de ces travaux ont été assurés par le CIRMF et la SFDP. P.M., J-P.G sont soutenus par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peggy Motsch, Guillaume Le Flohic, Jeremy Leclercq et Jean-Paul Gonzalez, « Contribution à la ré-évaluation de l’aire de répartition du singe à queue de soleil (Cercopithecus solatus) », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 1, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 26 octobre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/604 ; DOI : 10.4000/primatologie.604

Haut de page

Auteurs

Peggy Motsch

Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) ; Unité de Recherche en Ecologie et Santé (URES) BP769 Franceville Gabon
Auteur pour la correspondance : p.motsch@yahoo.fr

Guillaume Le Flohic

CIRMF ; URES, BP769 Franceville Gabon. leflohg@yahoo.fr

Jeremy Leclercq

CIRMF ; URES, BP769 Franceville Gabon. jrmy.leclercq@gmail.com

Jean-Paul Gonzalez

CIRMF,URES, BP769 Franceville Gabon.jean-paul.gonzalez@ird.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page