Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Utilisation des sécrétions de myriapodes chez les lémurs et les sapajous : fonction curative ou signalisation sociale ?1

Fur-rubbing with millipedes in lemurs and capuchin monkeys: social function or zoopharmacognosy?
Bruno Simmen et Laurent Tarnaud

Résumés

L’utilisation des myriapodes en friction sur le pelage et d’autres zones corporelles est documentée chez les primates en conditions naturelles, notamment à partir des observations récurrentes menées chez le genre Cebus. La typologie de ces comportements suggère différentes hypothèses, fonctionnelles (zoopharmacognosie, alimentaire, sociale) ou non (sensorielle, auto-stimulation). Nous présentons des observations qualitatives comparées de l’utilisation non alimentaire de myriapodes diplopodes chez une forme hybride du genre Eulemur au Sud de Madagascar (occurrences en janvier 2005) et chez le sapajou Cebus apella en Guyane Française (occurrences en mars-avril 1996). L’application des sécrétions à benzoquinones sur une large partie du pelage chez Cebus contraste avec la friction exclusive de la zone périgénitale faisant suite au flairage du diplopode chez Eulemur qui manifeste en outre une réponse stéréotypée analogue au flehmen. Dans notre étude, l’imprégnation de fluides à forte intensité olfactive potentialiserait la signalisation de l’identité individuelle chez Eulemur alors que le "fur-rubbing" chez Cebus est compatible avec l’hypothèse commune d’une forme d’appropriation des défenses antiparasitaires de ces invertébrés. La sécrétion de ces défenses chimiques n’est pas automatiquement déclenchée par la manipulation des diplopodes. Le stress induit par les morsures légères (Eulemur et Cebus) et l’arrachage des pattes sur plusieurs segments (Cebus) augmente la probabilité de sécrétion, ce qui témoignerait d’un apprentissage d’autant plus efficace des conditions d’émission de ces fluides que l’usage est spécifique et très opportuniste.

Fur-rubbing with millipedes in lemurs and capuchin monkeys: social function or zoopharmacognosy?

Body-rubbing with millipedes is repeatedly documented in primates living under natural conditions, mainly in capuchin monkeys (Cebus spp.). Various functional (zoopharmacognosy, ingestion, social) and non-functional hypotheses (sensory, auto stimulation) have been proposed to explain this behaviour based on the distinctive typology and context in which it occurs. We present here qualitative observations of non-feeding use of millipedes in a comparative perspective in two primate species. Opportunistic data were collected in a prosimian species (a hybrid form of Eulemur sp.) in a gallery forest South of Madagascar (occurrences in January 2005) and in capuchin monkeys (Cebus apella) in a tropical rainforest in French Guyana (occurrences in March-April 1996). Whereas capuchin monkeys anoint large parts of their fur with millipede secretions, lemurs only rub the circum-genital area, usually after smelling the millipedes, which appears to trigger a stereotyped response analogous to flehmen. Handling the millipedes in itself does not automatically result in millipedes secreting benzoquinones so that when lemurs and capuchin monkeys bite the arthropods (eventually blowing the legs off), they increase the probability of repulsive liquid being oozed. Associative learning of the handling conditions required to trigger millipedes’ secretions appears very efficient given the rare and opportunistic use of these arthropods by both primate species. We suggest that millipede use in our study is either a marginal form of social communication by which the individual odour is reinforced by anointment with strong smelling odours (Eulemur in which olfaction and scent marking are of paramount importance to social relationships) or, in agreement with self-protection hypotheses, a behaviour that contribute to eliminate or protect from external parasites (Cebus).

Haut de page

Historique

Soumis 2 juillet 2011. Accepté 25 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Remerciements : Nous remercions J.-P. Mauriès et J.-J. Geoffroy (Muséum National d’Histoire Nature (...)

1L’utilisation par les primates en conditions naturelles, de plantes ou d’invertébrés frictionnés sur différentes zones corporelles est documentée chez quelques espèces de prosimiens et de simiens, y compris certains grands singes. Les observations initiales détaillées et accumulées chez les sapajous (Cebus apella, C. olivaceus, C. capucinus ; Longino, 1985 ; Baker, 1996 Valderrama et al., 2000), et plus sporadiquement chez d’autres Plathyrrhiniens (singe-araignée : Ateles geoffroyi ; Campbell, 2000; douroucouli en captivité: Aotus spp. ; Zito et al., 2003), et chez des Anthropoödes (orang outan : Pongo pygmaeus ; Morrogh-Bernard, 2008 ; chimpanzé : Pan troglodytes ; Krief et al., 2006), ont été également enregistrées chez plusieurs lémuridés à Madagascar (lémur noir : Eulemur macaco ; Birkinshaw, 1999 ; autres lémurs : E. fulvus rufus et E. rubriventer ; Overdorf, 1993). Ces comportements de frottement sont manifestés par d’autres mammifères (e.g. le coati : usage de résine de Burseraceae au Panama ; Gompper & Hoylman, 1993). Certains oiseaux sont également connus pour insérer des arthropodes dans leur plumage (Potter & Hauser, 1974 ; Eisner et al., 2005 ; Eisner & Aneshansley, 2008).

2Une fonction souvent avancée pour expliquer ces comportements se réfère à une forme d’automédication définie dans le cadre du concept de la zoopharmacognosie (Rodriguez & Wrangham, 1993). Les primates qui se frictionnent avec certaines plantes ou des invertébrés bénéficieraient de l’activité antibactérienne et antiparasitaire des principes actifs de substances sélectionnées primairement au cours de l’évolution en fonction de la protection chimique qu’elles confèrent aux organismes qui les synthétisent (Baker, 1996 ; Morrogh-Bernard, 2008). Chez certains oiseaux, l’hypothèse d’un apaisement des irritations dermiques est évoquée (Whitaker, 1957 ; Longino, 1984). Des dermatites plus ou moins sévères ont été notées chez les lémurs rendant cette hypothèse plausible chez les primates (Sauther et al., 2006). Concernant les myriapodes, essentiellement des diplopodes Spirostreptida parmi lesquels se rangent les espèces citées dans les observations en Amérique du Sud et à Madagascar (Eisner et al., 1965 ; Valderrama et al., 2000), les molécules actives majoritaires exsudées par les ozopores sont des benzoquinones dont il a pu être montré expérimentalement qu’elles repoussaient les tiques et les moustiques (Weldon et al., 2003 ; Carroll et al., 2005). Les attaques de tiques et de différents diptères vecteurs de fièvre jaune, du paludisme et d’autres maladies plus ou moins délétères transmissibles par les insectes sont documentées chez les primates, dont les lémurs (e.g. Lemur catta : Koyama et al., 2008 ; Alouatta palliata : Milton, 1982).La confirmation de cette hypothèse thérapeutique, voire prophylactique, viendrait ainsi enrichir le corpus de données relatives à l’usage externe et interne de substances naturelles à bénéfice curatif par les primates non-humains, bien détaillé chez les singes anthropoïdes (Hufman & Seifu, 1989 ; Krief et al., 2006, 2007).

3Cependant, la typologie du comportement de friction et le contexte dans lequel il est produit sont suffisamment variables pour que d’autres hypothèses soient envisagées. Les comportements de friction suivis de l’ingestion de la proie ("anting") sont observés chez les lémuriens (Overdorff, 1993) mais aussi chez les geais et d’autres oiseaux. Ces comportements permettraient de détoxiquer l’aliment préalablement à l’ingestion, généralement des fourmis (acide formique) ou des myriapodes (quinones et autres catégories de produits répulsifs parmi les alcaloïdes, phénols, terpènes, l’acide cyanhydrique...). Une autre hypothèse dérivée de l’observation des oiseaux suggère la possibilité d’une auto-stimulation tactile associée à un plaisir sensoriel (Whitaker, 1957). Enfin, l’éventualité d’une forme de communication sociale via un auto-marquage olfactif a été proposée (Campbell, 2000). En captivité, les substrats utilisés par les sapajous pour se frotter le pelage ("fur-rubbing") génèrent une dynamique de groupe ainsi que des comportements sociaux variables selon les individus (Leca et al., 2007 ;  Meunier et al., 2008). Il semble que la composante sensorielle piquante et de forte intensité (pour l’homme) soit un dénominateur commun à l’attractivité de ces items (Baker, 1996 ; Meunier et al. 2008 ; Schilling, 1980).

4Nous présentons ici des données comparatives recueillies au cours de nos études menées en Guyane et à Madagascar sur l’usage de diplopodes par des sapajous et des lémuriens. Si les observations de Cebus exprimant ce comportement sont bien étayées, plus rares sont les observations chez Eulemur, un genre essentiellement frugivore/folivore dont l’alimentation inclut de la matière animale sous forme de petits vertébrés, d’œufs d’oiseaux et, rarement, d’arthropodes.

2 Observations qualitatives

2.1 Le cas d'Eulemur

Figure 1.

Agrandir

Localisation de la réserve de Berenty au sud de Madagascar dont la forêt galerie de Malaza dans laquelle les groupes de lémurs ont été suivis (image Spot-2009 en ligne Google Earth)
Location of Berenty Reserve, South of Madagascar, including the gallery forest of Malaza where lemur groups were observed (Spot image 2009 online Google Earth)

5Au sud de Madagascar, dans la forêt-galerie de Berenty (25°0.29’S, 46°19.37’E) sous climat subaride (Figure 1), nos études comparées de l’écologie de l’alimentation de quelques espèces sympatriques (Eulemur sp., Propithecus verreauxi et Lemur catta) se sont poursuivies de 1998 à 2005 à différentes saisons. Au cours de ces observations, seules 3 manipulations de diplopode, en janvier 2005 (saison des pluies), ont été enregistrées chez les différents groupes d’Eulemur sp. suivis, localisés dans la forêt à canopée fermée comme en lisière et dans les zones de forêt plus ouvertes. Aucune occurrence de ce comportement n’a été enregistrée chez les deux autres espèces étudiées parallèlement. Le lémurien ici considéré comme Eulemur sp. est une forme hybride Eulemur fulvus x collaris introduite vers 1975, que la taxonomie actuelle distingue comme Eulemur rufifrons x collaris (UICN 2010). Les deux premières observations ont été réalisées sur des Eulemur appartenant à un même groupe social. La troisième est intervenue dans un groupe différent. La distance séparant les observateurs des lémurs observés était inférieure à 2 mètres. Les diplopodes utilisés (Figure 2) sont des Spirostreptidae appartenant très probablement à l'espèce Sechelleptus cf seychellarum (Desjardins, 1835).

Figure 2

Agrandir

Un diplopode à benzoquinones de la forêt galerie dans laquelle Eulemur sp. cohabite avec d’autres lémuriens (sud de Madagascar) (photo L. Tarnaud)
A benzoquinone-producing millipede from the gallery forest South of Madagascar where lemurs (Eulemur sp.) were observed self-anointing (photo L. Tarnaud)

2.1.1 Observation 1

6Le 7 janvier, le groupe de lémurs (3 femelles allaitantes, 2 femelles non allaitantes et 5 mâles) fourrage au sol depuis 12h50. Les individus consomment des fruits de Crataeva sp et des champignons. A 13h05, une femelle se saisit d’un Sechelleptus d’une dizaine de centimètres de long qu’elle a trouvé dans la litière. L’invertébré se contorsionne et la femelle essaie de le mordre plusieurs fois en le tenant d’une seule main. Elle est en appui sur ses 3 autres membres. Chacune de ses tentatives de morsures est immédiatement suivie d’un flairage du Sechelleptus. Elle flaire aussi l’animal en le portant rapidement à son museau sans essayer de le mordre. Elle s’assied ensuite, saisit l'arthropode à 2 mains et lui porte 2 à 3 coups de dents très rapides, intercalés par un flairage, puis, de la main gauche, applique l’arthropode sur sa zone péri-génitale. Elle le mord et le flaire à nouveau et, relevant son arrière-train, continue de s’en frotter la zone génitale avant de rejeter le diplopode que nous ramassons et examinons. Il est recroquevillé en boule et aucune trace nette de morsure n’est visible. Aucune sécrétion ni odeur évidente n’est relevée par les observateurs. Le jeune lémur porté par cette femelle a léché le diplopode pendant cette séquence, lorsque l’arthropode était porté au museau et examiné.

2.1.2 Observation 2

7À 13h31, le même jour, une seconde femelle se saisit d’un diplopode de petite taille portant des œufs (environ 4 cm). Le contexte de la découverte, qui semble inopinée, est identique à celui décrit précédemment. Cette femelle mordille le diplopode, le flaire, puis s’en frotte la zone péri-génitale. Les séquences de "morsure-flairage-frottement" se succèdent très rapidement. Lors des frottements, les gestes de va-et-vient sont rapides. L’observation se termine lorsque cette femelle le rejette après avoir sectionné l’animal et utilisé le segment inférieur pour s’en frotter la même zone corporelle avec la main gauche. La femelle s’est frottée 5 à 6 fois la zone péri-génitale avec ce diplopode. Elle continue ensuite à fourrager et consommer des fruits de Crataeva et des champignons au sol comme les autres individus du groupe qui n’ont pas semblé porter un intérêt particulier à leur congénère, ni au diplopode, une fois celui-ci abandonné. Les observateurs n’ont pas relevé d’odeur ou de sécrétion particulière sur le diplopode.

2.1.3 Observation 3

8Le 11 janvier, à 17h30, dans un groupe constitué d'au moins 4 femelles allaitantes et d'un mâle fourrageant au sol, un mâle manipule pendant 6 minutes un Sechelleptus de grande taille trouvé dans la litière (Figure 3). Les comportements sont en tous points similaires à ceux des deux observations précédentes.

Figure 3.

Agrandir

Séquence de morsure et de flairage associée à l’application d’un diplopode Sechelleptus sur la zone péri-génitale chez un male Eulemur (photo L. Tarnaud)
Behavioral sequence (biting and sniffing) associated with anointment of the circum-genital area with a Sechelleptus millipede in a male Eulemur (photo L. Tarnaud)

9Dans les trois cas, le flairage est associé à un mouvement de la tête tendue vers le haut, les lèvres retroussées et les yeux mi-clos, une réponse reproductible et apparemment stéréotypée. La séquence comportementale suit globalement celle observée par Overdorff (1993) chez deux autres espèces de lémurs étudiées dans une forêt sempervirente humide de l’est de Madagascar et celles enregistrées à deux occasions pas Birkinshaw (1999 chez le lémur noir, Eulemur macaco). Dans notre cas, cependant, elle n’est pas suivie d’ingestion de la proie (voir aussi Birkinshaw, 1999), et reste une activité solitaire. Aucun comportement de manipulation de diplopode et de frottage n’a été enregistré pendant la longue saison sèche, probablement en raison de la disponibilité transitoirement réduite en myriapodes - nombre d’insectes entrent en diapause et les vertébrés ectothermes deviennent peu visibles aux températures fraîches de l’hiver austral.

2.2 Comparaison avec Cebus

10En Guyane, en forêt tropicale humide sempervirente à la Station des Nouragues (4°05’N, 52°41’W), les sapajous (Cebus apella) ont été observés dans le cadre d’une étude comparative des stratégies alimentaires des primates Cebidae sur différentes saisons entre 1988 et 1996. Compte tenu de la taille du domaine vital supérieur à 300 ha et des difficultés d’habituation des individus à la présence d’un observateur, un seul groupe résident de 12 à 17 sapajous a été régulièrement suivi. Les 10 occurrences de manipulation de diplopodes survenues dans ce groupe ont été enregistrées en saison humide (entre mars et avril 1996). Les invertébrés utilisés appartiennent à la famille des Spirostreptidae (Orthoporus lomonti Broleman, 1932).

11Les observations d’utilisation de diplopodes interviennent au cours des déplacements arboricoles du groupe de Cebus, les arthropodes semblant être découverts fortuitement. Dans pratiquement toutes les observations, les sapajous mutilent les diplopodes qu’ils capturent à la main en les mordillant et en arrachant les pattes sur plusieurs segments. L’exception est celle d’un Orthoporus dont l’exsudation est immédiate et non précédée de morsures. Dans tous les cas, la séquence est une alternance entre ce comportement préparatoire et une friction "frénétique" du pelage en tous sens. Un seul individu manipule l’arthropode, mais le contexte est parfois collectif : un congénère attiré s’approche du possesseur et ré-exploite la même proie si celle-ci ne tombe pas au sol après manipulation. Au cours d’une demi-journée, plusieurs séquences similaires sont enregistrées impliquant au moins deux sapajous différents.

12Les tests de stimulation de la réaction de défense chimique réalisés sur des Orthoporus lomonti intacts collectés in situ et conservant leur intégrité corporelle, montrent que l’exsudation du liquide jaunâtre à puissante composante olfactive recueilli sur du papier absorbant, n’est pas systématique lorsque l’on manipule brusquement l’animal pendant une minute.

3 Discussion

13D’un point de vue évolutif, l’utilisation de diplopodes et de leur exsudat défensif en friction sur différentes parties corporelles semble dériver de comportements ingestifs. On observe cette séquence comportementale impliquant des mordillements chez des primates dont le régime inclut partiellement de la matière animale. Overdorff (1993) décrit de tels comportements suivis de l’absorption des diplopodes chez deux espèces de lémurs (Eulemur fulvus rufus et E. rubriventer), qui pourraient être analogues au comportement d’"anting" de certains oiseaux permettant de détoxiquer la proie avant de la consommer (Eisner et al., 2005 ; Eisner & Aneshansley, 2008). Dans le cas des Eulemur hybrides de Berenty, dont la consommation de matière animale et d’arthropodes est très limitée (< 2% de la matière ingérée ; Simmen et al., 2003), la manipulation des diplopodes n’est au contraire pas suivie d’ingestion. Il en va de même pour les Cebus de la station des Nouragues en Guyane, alors que ceux-ci incluent une fraction significative d’arthropodes dans leur régime alimentaire (Simmen et al., 2001).

14Nous avançons l’idée que le frottement corporel à l’aide d'arthropodes diffère dans sa fonction entre les lémuriens et les sapajous observés ici et que la succession des comportements liés à la manipulation des diplopodes chez Eulemur peut correspondre à une forme particulière et opportuniste de communication sociale. Nos observations sur les Cebus sont similaires à celles rapportées chez cette espèce ou d’autres espèces de même genre, et sont cohérentes avec l’hypothèse souvent privilégiée d’une activité antiparasitaire ou antiseptique (Baker, 1996 ; Valderrama et al., 2000 ; Carroll et al., 2005). En revanche, chez Eulemur, l’hypothèse alternative proposée dérive de la particularité du comportement, la zone de friction étant localisée à la zone péri-génitale alors qu’elle concerne toutes les parties de la fourrure chez Cebus apella.

15Quelques éléments d’analyse permettent d’étayer cette interprétation sans toutefois présenter un caractère définitif : la face et le museau des lémurs comme des sapajous présentent des aires de peau à faible pilosité, vulnérable aux insectes diptères piqueurs et à d’autres parasites. Chez les lémurs, les ectoparasites comme les tiques sont particulièrement abondants sur ces zones corporelles et il n’y a pas d’évidence que la zone génitale en soit infestée (Koyama et al., 2008 ; observation personnelle). Or, à l’exception du rhinarium auquel les diplopodes sont présentés, l’exsudat n’est pas appliqué sur la face, ni directement ni par l’intermédiaire de la paume imprégnée pendant la manipulation. Ni le "fur rubbing" ni la friction péri-génitale n’est par ailleurs pas observé chez Lemur catta, une forme sympatrique d’Eulemur à Berenty, en dépit d’une charge parasitaire externe avérée, notamment sur la face et les conduits auditifs (Koyama et al., 2008). Cette espèce fourrage aussi au sol (Simmen et al., 2003) et, bien qu’elle soit étudiée depuis plus de 40 ans à Berenty, aucun élément d’observation ne permet de documenter l’existence de ce comportement. Les aires de peau nue sont certes présentes sur la face des sapajous comme celle de nombreux autres primates, et la gorge du singe hurleur est parasitée par des larves de mouches diptères (Milton, 1982). Mais, à la différence des lémuriens qui n’appliquent les diplopodes que sur la zone génitale, la friction par les sapajous sur de larges parties de leur fourrure induit potentiellement une protection antiparasitaire ou antiseptique globale : les tiques, avant de se fixer, migrent de leur point d’entrée depuis n’importe quelle partie du corps et les oeufs de diptères parasites sont déposés sur la fourrure (ou directement sur la peau) par un intermédiaire (Milton, 1982).

16N’ayant pas examiné la zone génitale des Eulemur, on ne peut pas exclure la possibilité d’un apaisement d’irritations dermiques spécifiquement localisées à cette partie corporelle. La recherche d’un plaisir sensoriel associé à la stimulation de la peau ou à une sensation d’apaisement dans le cas d’irritation est l’interprétation privilégiée par Longino (1985) pour les observations qu’il a effectuées au Costa Rica (Cebus capucinus). Les individus appliquent sur la zone génitale et axillaire des fourmis (Camponotus sp., formicinae non piqueuses) secrétant de l’acide formique et d’autres fluides (Longino, 1984) mais ne les ingurgitent pas. Toutefois, les dermatites observées chez des lémurs en conditions naturelles (Lemur catta) sont réparties sur le corps et concernent significativement plus les mâles (de même que les ectoparasites ; Sauther et al., 2006). Si ces caractéristiques s’appliquaient à Eulemur, elles s’accorderaient mal avec l’hypothèse d’une fonction curative, la friction observée à la fois chez des mâles et des femelles étant délimitée à la zone génitale. La restriction du frottement à une zone corporelle précise se retrouve chez le singe-araignée à Barro Colorado (Ateles geoffroyi) dont les comportements sont interprétés comme une forme de communication sociale : l’auto-application de salive et d’extraits végétaux sur le sternum est suivie d’un frottement de cette partie corporelle (qui contient des glandes apocrines) sur des troncs d’arbre (Campbell, 2000). L’utilisation analogue des résines de Trattinickia par les coatis (genre Nasua) au Panama, (Gompper & Hoylman, 1993) est également supposée liée à la communication sociale, car le comportement se manifeste sous forme d’allo-marquage en plus de l’auto-toilettage vigoureux sur toutes les parties de la fourrure. A Berenty, le frottement de la zone péri-génitale par Eulemur n’est pas suivi du marquage immédiat de l’environnement, ni d’un allomarquage ano-génital typique de ce genre de Lémuriforme. Mais chez ces prosimiens,la diffusion passive des traces olfactives intervient autant que la transmission active dans les processus de communication sociale (Schilling, 1990). Nos observations, réalisées hors période de reproduction, sont ainsi compatibles avec l’hypothèse selon laquelle l’imprégnation de fluides à forte intensité olfactive potentialise la signalisation de l’identité individuelle. Si tel est le cas, il ne peut s’agir que d’une forme marginale de communication sociale, tributaire de la découverte fortuite et peu fréquente de diplopodes.

17D’un point de vue mécaniste, l’examen des réponses faciales induites par le flairage de Sechelleptus chez les Eulemur mâles et femelles suggère une séquence comportementale de type comportement-stimulus suivi d’une réponse réflexe. Le comportement de la tête et les mimiques faciales observés invariablement chez ces lémurs, mais aussi chez le lémur noir (Birkinshaw , 1999), paraissent stéréotypés et évoquent des éléments de la réponse de "flehmen" (Bailey, 1978; Schilling, 1980). Les sécrétions, qui sont normalement répulsives pour la plupart des prédateurs, pourraient ainsi présenter fortuitement des propriétés sensorielles analogues à celles de phéromones attractives pour les lémurs, via par exemple des substances non-volatiles détectées par l’organe voméronasal. Les prosimiens sont en ce sens largement tributaires de la chémoréception dans leur rapport social par rapport aux simiens et, même si des variations anatomiques interspécifiques sont notables, les structures olfactives et voméronasales sont bien développées (Schilling, 1980). Il n’est pas exclu que l’auto-stimulation ou la surstimulation olfactive s’accompagne d’une réponse hédonique plaisante (Whitaker, 1957).

18Sur le plan cognitif, l’imprégnation des sécrétions de diplopodes peut résulter d’un conditionnement opérant dont l’origine est liée à la nature partiellement faunivore du régime alimentaire. Toutefois, contrairement à d’autres études, les sapajous comme les lémurs que nous avons observés ne consomment pas les diplopodes. Le comportement consistant à pincer et mutiler l’arthropode "pour" augmenter la probabilité de déclencher les sécrétions reflète un apprentissage associatif d’autant plus efficace qu’il survient rarement et de façon très opportuniste.

Haut de page

Bibliographie

Bailey K (1978). Flehmen in the ring-tailed lemur (Lemur catta). Behaviour 65 (3/4), 309-319.

Baker M (1996). Fur rubbing: use of medicinal plants by capuchin monkeys (Cebus capucinus). Am J Primatol 38, 263-270.

Birkinshaw CR (1999). 1999. Use of millipedes by black lemurs to anoint their bodies. Folia Primatol 70, 170–171.

Campbell C (2000). Fur rubbing behavior in free-ranging Black-Handed Spider Monkeys (Ateles geoffroyi) in Panama. Am J Primatol 51, 205-208.

Carroll JF, Kramer M, Weldon PJ, Robbins RG (2005). Anointing chemicals and ectoparasites: effects of benzoquinones from millipedes on the lone star tick, Amblyomma americanum. J Chem Ecol 31, 63-75.

Eisner T, Aneshansley D (2008). "Anting" in Blue Jays: evidence in support of a food-preparatory function. Chemoecology 18, 197-203.

Eisner T, Eisner M, Aneshansley D (2005). Pre-ingestive treatment of bombardier beetles by jays: food preparation by "anting" and "sand-wiping". Chemoecology 15, 227-233.

Gompper ME, Hoylman AM (1993). Grooming with Trattinnickia resin: possible pharmaceutical plant use by coatis in Panama. J Trop Ecol 9, 533-540.

Huffman M A, Seifu M (1989). Observation on the illness and consumption of a possibly medicinal plant Vernonia amygdalina (Del.), by a wild chimpanzee in the Mahale Mountains National Park, Tanzania. Primates 30, 51-63.

Koyama N, Aimi M, Kawamoto Y, Hirai H, Go Y, Ichino S, Takahata Y (2008). Body mass of wild Ring-Tailed Lemurs in Berenty Reserve, Madagascar, with reference to tick infestation: a preliminary analysis. Primates 49, 9-15.

Krief S, Wrangham RW, Lestel D (2006). Diversity of items of low nutritional value ingested by chimpanzees from Kanyawara, Kibale National Park, Uganda : an exemple of the etho-ethnology of chimpanzees. Soc Sci Inf 45, 227-263.

Krief S (2007). Consumption of materials with low nutritional value and bioactive properties: non human primates vs humans. In Consuming the inedible: cross-disciplinary approaches (MacClancy J, Henry J, Macbeth H, editors), Oxford : Berghahn. pp 99-111.

Leca JB, Gunst N, Petit O (2007). Social aspects of fur-rubbing in Cebus capucinus and C. apella. Int J Primatol 28, 801-817.

Longino JT (1984). True anting by the capuchin, Cebus capucinus. Primates 25, 243-245.

Meunier H, Petit O, Deneubourg JL 2008. Resource influence on the form of fur rubbing behaviour in white-faced capuchins. Behav Process 77, 320-326.

Milton K (1982). Dietary quality and demographic regulation in a howler monkey population. In The ecology of a tropical forest. Seasonal rythms and long-term changes (Leigh EGJr, Rand AS, Windsor DM, editors). Washington DC : Smithsonian Institution Press. pp 273-289

Morrogh-Bernard HC (2008). Fur-rubbing as a form of self-medication in Pongo pygmaeus. Int J Primatol 29, 1059-1064.

Overdorff DJ (1993). Similarities, differences, and seasonal patterns in the diets of Eulemur rubriventer and Eulemur fulvus rufus in the Ranomafana National Park, Madagascar. Int J Primatol 14, 721-753.

Potter AF, Hauser DC (1974). Relationship of anting and sunbathing to molting in wild birds. The Auk 91, 537-563.

Sauther ML, Kish KD, Cuozzo FP, Miller DS, Hunter-Ishikawa M, Culbertson H (2006). Patterns of health, disease, and behavior among wild Ring-Tailed Lemurs, Lemur catta: effects of habitat and sex. In Ring-Tailed Lemur biology. Lemur catta in Madagascar (Jolly A, Sussman RW, Koyama N, Rasamimanana H, editors). Chicago : Springer. pp 313-331.

Schilling A (1980). Bases morphologiques et comportementales de la communication olfactive chez les prosimiens, non publié. Thèse de d'Etat : Muséum National d'Histoire Naturelle et Université Paris 6. pp 1-211

Schilling A (1990). Communications par signaux chimiques chez les prosimiens. In Primates, recherches actuelles (Roeder JJ , Anderson JR, editors). Paris : Masson. pp 121-143.

Simmen B, Hladik A, Ramasiarisoa PL (2003). Food intake and dietary overlap in native Lemur catta and Propithecus verreauxi and introduced Eulemur fulvus at Berenty, Southern Madagascar. Int J Primatol 24, 949-968.

Simmen B, Julliot C, Bayart F, Pagès E (2001). Diet and population densities of the primate community in relation to fruit supplies. In Nouragues. Dynamics and plant-animal interactions in a neotropical rainforest (Bongers F, Charles-Dominique P, Forget PM, Théry M, editors). Dordrecht : Kluwer Academic Publishers. pp 89-101.

Valderrama X, Robinson JG, Attygale AB, Eisner T (2000). Seasonal anointment with millipedes in a wild primate: a chemical defense against insects? J Chem Ecol 26, 2781-2790.

Weldon PJ, Aldrich JR, Klun JA, Oliver JE, Debboun M (2003). Benzoquinones from millipedes deter mosquitoes and elicit self-anointing in capuchin monkeys (Cebus spp.). Naturwissenschaften 90, 301-304.

Whitaker LM (1957). A résumé of anting, with particular reference to a captive orchard oriole. Wilson Bull 69, 195-262.

Zito M, Evans S, Weldon PJ (2003). Owl monkeys (Aotus spp.) self-anoint with plants and millipedes. Folia Primatol 74, 159–161.

Haut de page

Notes

1  Remerciements : Nous remercions J.-P. Mauriès et J.-J. Geoffroy (Muséum National d’Histoire Naturelle) pour l’identification taxonomique des spécimens de myriapodes et les discussions autour de la fonction répugnatoire ainsi que C.-M. Hladik et deux relecteurs pour leurs commentaires constructifs. Nous sommes reconnaissants à la fondation Fyssen pour le financement des recherches de L. Tarnaud et à la famille de Heaulme pour l'ensemble des autorisations ayant permis la poursuite de nos recherches dans la réserve de Berenty

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Simmen et Laurent Tarnaud, « Utilisation des sécrétions de myriapodes chez les lémurs et les sapajous : fonction curative ou signalisation sociale ? », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 3, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 15 septembre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/644 ; DOI : 10.4000/primatologie.644

Haut de page

Auteurs

Laurent Tarnaud

CNRS/MNHN, UMR 7206, Département Hommes, Natures, Sociétés, 1 avenue du Petit Château, 91800, Brunoy, France

Articles du même auteur

Bruno Simmen

CNRS/MNHN, UMR 7206, Département Hommes, Natures, Sociétés, 1 avenue du Petit Château, 91800, Brunoy, France
Auteur pour la correspondance :
simmen@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page