Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Rôles des populations captives dans la conservation des lémuriens1

Roles of the captive populations in the conservation of lemurs
Delphine Roullet

Résumés

Les parcs zoologiques Européens abritent de nombreuses espèces de lémuriens. Certains parcs français, très impliqués dans la conservation de ces espèces, sont à l’origine de plusieurs programmes d’élevage. Si les exemples de réintroductions de lémuriens nés en captivité sont rares, les populations captives restent un réservoir potentiel d’individus pour les populations sauvages, en particulier dans les projets de conservation incluant une gestion en métapopulation de populations isolées, conséquence de la fragmentation de leur habitat. Les populations captives de lémuriens constituent de puissants "ambassadeurs" des populations sauvages : elles permettent de sensibiliser un large public à leur disparition et à la situation de Madagascar et de favoriser la récolte de fonds pour les actions in-situ en faveur de la conservation de ces espèces. En effet aujourd’hui, la présence de ces lémuriens en captivité est la seule source de financement pour certains projets de conservation. De plus, la recherche sur les populations captives contribue, de façon complémentaire aux études réalisées sur les populations sauvages, à une meilleure connaissance des espèces, indispensable à la mise en place de stratégies de conservation adaptées.

Roles of the captive populations in the conservation of lemurs

Many species of lemurs can be found in European Zoos. Some French zoos, which are very implicated in the conservation of the lemurs, are the founders of several captive populations of lemurs. If the examples of reintroductions of captive-born lemurs are rare, the captive populations are nevertheless a potential reservoir of individuals for wild populations, particularly in conservation projects including a metapopulation management of isolated populations due to fragmentation of their habitat. The captive populations of lemurs are powerful "ambassadors" of wild populations that allow to alert the public on their disappearance and to the situation of Madagascar and to promote fundraising in favour of in-situ conservation of these species. Indeed today, the presence of these lemurs in captivity is the only source of funding for some conservation projects. Moreover, the captive populations contribute to research and allow, like wild populations and in a complementary way, a better understanding of species for implementing appropriate conservation strategies.

Haut de page

Historique

Soumis 30 juin. Accepté 25 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Un grand merci à la Société Francophone De Primatologie d’avoir permis la publication de cet artic (...)

1Les Parcs Zoologiques Européens abritent 23 espèces et sous-espèces de lémuriens dont 5 espèces nocturnes (Johann, 2010). Certaines espèces ne sont représentées que par quelques individus (grand hapalémur) d’autres plus abondantes comptent plusieurs centaines d’individus (lémur vari) voire plus d’un millier (lémur catta) (Tableau I).

Tableau I 

Espèce

Inventaire

Nom commun

Nom scientifique

Nombre d’individus

Nombre d’institutions (Europe/EAZA)

Petit microcèbe

Microcebus (ssp.)

165 (2009)

29 (2009)

Microcèbe de Goodmann

Microcebus lehilahytsara

62 (2009)

2 (2009)

Petit cheirogale

Cheirogaleus medius

23 (2009)

5 (2009)

Grand cheirogale

Cheirogaleus major ( ?)

1 (2009)

1 (2009)

Petit hapalémur gris

Hapalemur griseus (ssp.)

1 (2009)

1(2009)

Petit hapalémur de l’ouest

Hapalémur occidentalis

17 (2010)

6 (2010)

Hapalémur du lac Alaotra

Hapalemur alaotrensis

76 (2009)

24 (2009)

Lémur catta

Lemur catta

1479 (2009)

136 (2009)

Lémur brun

Eulemur fulvus

61 (2009)

17 (2009)

Lémur à front blanc

Eulemur albifrons

125 (2009)

34 (2009)

Lemur à collier roux

Eulemur collaris

15 (2009)

3 (2009)

Lémur à collier blanc

Eulemur cinereiceps

12 (2009)

2 (2009)

Lémur à front roux

Eulemur rufus

53 (2009)

17 (2009)

Lémur mongoz

Eulemur mongoz

50 (2009)

20 (2009)

Lémur couronné

Eulemur coronatus

48 (2009)

14 (2009)

Lémur à ventre roux

Eulemur rubriventer

129 (2009)

33 (2009)

Lémur noir

Eulemur macaco macaco

147 (2009)

50 (2009)

Lémur aux yeux turquoises

Eulemur macaco falvifrons

29 (2009)

13 (2009)

Lemur vari noir et blanc

Varecia variegata variegata

> 650 (2009)

170 (2009)

Lémur vari à ceinture blanche

V. v. subcincta

44 (2011)

14 (2011)

Lémur vari roux

Varecia rubra

378

103 (2010)

Propithèque couronné

Propithecus coronatus

17 (2011)

6 (2011)

Aye-aye

Daubentonia madagascariensis

15 (2011)

6 (2011)

Inventaire des espèces de lémuriens en Europe (Johann, 2010 ; Roullet, 2010, 2011 ; Wright, communication personnelle ; Rey, communication personnelle)
Inventory of the lemurs’ species in Europe

2Dans les parcs zoologiques français, on trouve la plupart des espèces de lémuriens vivant en captivité du fait de la forte implication de certains parcs dans l’élevage de ces espèces : Parc Zoologique de Paris (Muséum national d’Histoire naturelle) et Parc Zoologique et Botanique de Mulhouse. En effet, ces deux parcs, aujourd’hui experts dans l’élevage des espèces les plus rares, ont été à l’origine, dans les années 80 notamment, de plusieurs populations captives de lémuriens. Ainsi dans les années 90, le Parc Zoologique de Paris a signé, avec le Gouvernement malgache, un accord d’assistance et de collaboration pour l’établissement de populations captives d’espèces menacées de lémuriens dans un but de conservation et de recherche (à destination de la conservation). Plusieurs de ces populations participent à des Programmes d’Elevage Européen (EEP) (voir la Définition dans la section 2, Fonctionnement des Programmes d’Elevage) dont certains on été créés à l’initiative de ces deux parcs qui en ont donc la gestion : exemple l’EEP des grands hapalémurs coordonné par le Parc Zoologique de Paris.

3Aujourd’hui, la plupart des populations captives de lémuriens en Europe sont incluses dans un Programme d’Elevage Européen (EEP) ou font l’objet d’un Studbook Européen (ESB). On compte ainsi 11 EEPs et 5 ESBs pour les lémuriens (Tableau II). 6 EEPs, soit plus de la moitié, et 1 ESB sont gérés par des parcs zoologiques français (Tableau II).

Tableau II 

Espèce

Type de Programme

Institution en charge du programme (en bleu les parcs français)

Nom commun

Nom scientifique

Petit cheirogale

Cheirogaleus medius

ESB

PLZEN

Microcèbe

Microcebus (sp.)

ESB

PLZEN

Lémur à front roux

Eulemur fulvus rufus

ESB

BLACKPOOL

Lémur couronné

Eulemur coronatus

ESB

MULHOUSE

Lémur mongoz

Eulemur mongoz

EEP

LINTON

Lémur noir

Eulemur macaco macaco

EEP

DUDLEY

Lémur aux yeux turquoise

Eulemur macaco flavifrons

EEP

MULHOUSE

Lémur à ventre roux

Eulemur rubriventer

EEP

MULHOUSE

Hapalémur du Lac Alaotra

Hapalemur alaotrensis

EEP

JERSEY

Grand hapalémur

Hapalemur simus

EEP

PARIS

Lémur catta

Lemur catta

ESB

BUSSOLENGO

Lémur vari roux

Varecia rubra

EEP

PARIS

Lémur vari noir et blanc

Varecia variegata

EEP

BANDHOLM

Lémur vari à ceinture blanche

Varecia variegata subcincta

EEP

PARIS

Propithèque couronné

Propithecus coronatus

EEP

PARIS

Aye Aye

Daubentonia madagascariensis

EEP

JERSEY

Liste des programmes d’élevage de l’EAZA (en bleu, ceux coordonnés par des parcs français)
List of EAZA breeding programs (in blue, those coordinated by French zoos)

4De plus, le poste de vice-président du Taxon Advisory Group (TAG) Prosimiens dont dépendent les EEPs et les ESBs, est occupé par une française en charge en particulier d’établir un lien avec la conservation in-situ des lémuriens. Ainsi près de la moitié des programmes sont gérés par des parcs français.

5De nombreux parcs en Europe, notamment dans les pays francophones, sont aujourd’hui impliqués dans la conservation ex-situ des espèces de lémuriens à travers leur participation aux programmes d’élevage. L’objectif annoncé est la réintroduction à terme des individus captifs dans leur milieu naturel. Pourtant, les exemples de réintroduction sont rares. On peut alors s’interroger sur le rôle effectif de ces populations captives dans la conservation des espèces.

2 Les programmes d’élevage

6Les Programmes d’Elevage Européens (EEP) ont été créés en 1985 à l’initiative de 7 parcs Européens dont 2 parcs francophones : les Zoo d’Anvers et le Parc Zoologique et Botanique de Mulhouse. L’objectif est alors de favoriser la reproduction des espèces en captivité et d’établir des populations captives autosuffisantes et donc durables permettant ainsi aux parcs de s’affranchir des importations d’animaux sauvages, surtout après la signature en 1975 de la "Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction" ou CITES (Nogge, 2003).

7L’Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA), a été crée en 1988 (jusqu’en 1992 elle se nomme ECAZA=Association des Zoos et Aquariums de la Communauté Européenne) (Nogge, 2003). Elle compte aujourd’hui 322 membres dans 36 pays (Henke, 2011), parfois hors d’Europe par exemple Israël. Parmi eux 59 membres francophones originaires de France (49), Belgique (9) et du Luxembourg (1). (EAZA, 2011)

8Les missions de cette organisation sont :
— Faciliter la coopération entre les zoos et aquariums Européens.
— Promouvoir leur savoir-faire en terme de bien-être animal.
— Contribuer à l’éducation du public, à la recherche et à la conservation de la biodiversité à travers des programmes internationaux d’élevage en captivité.
— Soutenir des actions de conservation in- situ (Henke, 2011).

9Les Programmes d’Elevage Européens (EEP), créés antérieurement, ont rapidement été pris en charge par l’EAZA (Nogge, 2003).

10Les EEPs sont gérés par un coordinateur qui est aidé dans sa tâche par un comité d’espèce composé de membres de l’EEP et de divers conseillers (vétérinaires, chercheurs, agents de conservation…). L’objectif du coordinateur qui possède une vision globale de la population captive dont il a la charge, est de maintenir la diversité génétique de la population, de s’assurer de la bonne représentation des fondateurs, enfin de développer la population ou de la maintenir, voire de la diminuer selon les recommandations du Plan de Collection Régional (RCP). Ce Plan de Collection Européen est établi par le Taxon Advisory Group (TAG) dont le rôle principal est de fixer les objectifs des programmes d’Elevage et de déterminer les priorités en fonction du statut de conservation des espèces, des besoins en recherche et du potentiel éducatif. Ainsi, le TAG Prosimiens fixe les objectifs des EEPs des lémuriens. De plus, les EEPs et plus globalement le TAG, sont des référents dans divers domaines : techniques d’élevage à travers notamment l’élaboration d’un "guide d’élevage" (Husbandry guidelines), conservation in-situ, recherche…

11A un niveau de gestion moindre, les Studbooks Européens (ESB) sont des livres généalogiques répertoriant tous les individus captifs d’une même espèce. Ils sont gérés par un gardien (keeper) du studbook dont la fonction est de suivre l’évolution de la population captive qui fait l’objet de ce programme et d’éventuellement assister les parcs si nécessaire (placement des surplus, recherches d’animaux, bien-être, techniques d’élevage,…) et à l’instar des EEPs, d’analyser la population et de faire des recommandations de base.

12Enfin, il existe également de simples suivis de populations (ou "monitoring") dont l’objectif est de suivre l’évolution du taxon concerné et son potentiel dans le cadre ex-situ.

3 les populations captives comme "réservoir" des populations sauvages

13Les populations sauvages, soumises à la fragmentation de leur habitat et les populations captives, autre exemple admis de fragmentation (Kaumanns et al. 2008), constituent un ensemble de populations appartenant à la même espèce, défini sous le terme de métapopulation (Hanski et Gilpin, 1991). Les populations captives forment ainsi un réservoir permettant si nécessaire le renforcement des populations sauvages. C’est l’objectif premier des populations captives et des programmes d’élevage. Le développement de ces populations captives et les actions de protection des populations sauvages contribuent ainsi à augmenter les chances de sauvegarde des espèces (IUCN, 1987).

Figure 1

image

Grand hapalémur
Great bamboo lemur (F-G Grandin)

14Dans la stratégie de conservation de plusieurs espèces de lémuriens, le développement des populations captives est ainsi clairement identifié comme une priorité de conservation : c’est le cas notamment pour le grand hapalémur, Prolemur simus (Figure 1), et le propithèque couronné, Propithecus coronatus (Figure 2). En 2010, il est décidé par le "Prolemur simus conservation working group" (formé par les participants du 1er atelier technique international pour la conservation du grand hapalémur) que le développement de la population de l’EEP du grand hapalémur doit permettre à terme le renforcement de populations sauvages isolées et soumises à de fortes pressions anthropiques. (Madagascar Fauna Group, 2010).

Figure 2

image

Propithèque couronné
Crowned sifaka (F-G Grandin)

15Dans cet objectif, une gestion internationale de la population captive (incluant les quelques individus du Parc Zoologique d’Ivoloina, Madagascar) est mise en place qui aboutit quelques semaines plus tard au premier échange de grands hapalémurs nés en captivité entre l’Europe (France) et Madagascar permettant ainsi d’augmenter la diversité génétique globale de la population captive. Il s’agit également du premier retour d’un grand hapalémur né en captivité sur la terre de ses origines (Figure 3).

Figure 3

Agrandir

Arrivée à Madagascar de la femelle grand hapalémur née en Europe
Arrival at Madagascar of the female great bamboo lemur born in Europe (F-G Grandin)

16En 2011, un projet de conservation en métapopulation est adopté pour le propithèque couronné lors du 1er atelier pour la conservation de cette espèce, incluant la population de l’EEP (GERP et al., 2011). En 2009, un groupe de propithèques couronnés est découvert au Centre de Madagascar, à 450 km au sud de Mahajanga et de la zone de répartition connue de l’espèce (Razafindramanana et Rasamimanana, 2010).

17Cette découverte a conduit à la création du projet de conservation de Dabolava du nom de la commune dans laquelle a été trouvé ce groupe. Le Groupe d’Etude et de Recherche des Primates de Madagascar (GERP) à l’origine de cette découverte a fait appel au soutien de l’EEP dont plusieurs membres se sont impliqués activement. La découverte de ce groupe remettait en effet en question la répartition de l’espèce et probablement son statut de protection.

18Depuis, plusieurs prospections ont été organisées alentour de la zone ce qui a permis de découvrir d’autres groupes de propithèques couronnés et de préciser la limite sud-ouest de l’espèce (GERP et al., 2011). Si le nord-ouest de Madagascar abrite encore une population de propithèque couronné relativement importante, les groupes récemment identifiés sont très isolés, subissent de fortes pressions anthropiques et pour la plupart condamnés à terme à disparaitre. C’est cette constatation qui est à l’origine du projet de conservation en métapopulation de l’espèce qu’a initié le comité d’espèce de l’EEP en 2010 pendant une réunion concernant l’implication de ses membres dans les projets in-situ de l’espèce et de l’atelier qui s’en est suivi au cours duquel le projet a été approuvé. L’idée de ce projet est de recréer artificiellement dans un premier temps les mouvements d’animaux entre les différents fragments de forêts en s’appuyant sur l’expertise et l’expérience des parcs zoologiques et en particulier de l’EEP des propithèques couronnés. La population de l’EEP est de ce fait incluse dans la métapopulation que forme l’ensemble des groupes isolés ainsi que les groupes captifs répartis dans plusieurs institutions Européennes. Un tel projet nécessite de nombreuses études : habitat, alimentation, dynamique des groupes, protection…afin de recréer le plus naturellement possible les mouvements d’animaux (dispersion des sexes, âge…) dans un contexte où l’espèce et son habitat sont protégés (protection, reboisement, projets de développement incluant les populations locales, éducation…). En attendant le résultat de ces études et les premières translocations d’animaux dans des forêts intactes et préservées, l’EEP pourra gérer les groupes en situation d’extrême urgence en les incluant dans un premier temps dans le programme d’Elevage. Les descendants pourront le moment venu être réintroduits dans leur milieu. Une collaboration est d’ailleurs en train de se mettre en place avec un parc zoologique malgache (Lemurs Park) pour la mise en place d’une structure d’accueil d’urgence et l’établissement d’une population captive à Madagascar.

19Les exemples de réintroduction/renforcement de populations sauvages sont rares en ce qui concerne les lémuriens. Dans les années 90, alors que la réserve de Betampona (près de Tamatave) n’abrite plus que 35 lémurs vari noirs et blancs (Welch and Katz, 1992) (Figure 4), le Madagascar Fauna Group (ONG internationale gestionnaire de la réserve) décide de renforcer les effectifs avec des animaux nés en captivité issus du programme d’élevage qui connaît une croissance importante depuis l’arrivée des premiers animaux dans les années 60.

Figure 4

Agrandir

Lémur vari noir et blanc
Black and white ruffed lemur (F-G Grandin)

2013 individus sont ainsi relâchés, l’objectif est d’assurer à long terme la survie de l’espèce dans la réserve mais également d’encourager la conservation de la réserve et des autres espèces l’occupant. L’opération est globalement un succès : certains individus (2) ont intégré des groupes sauvages et se sont reproduits avec succès avec des individus sauvages. Toutefois, de nombreuses interrogations persistent : le nombre d’individus ayant "échoué" (8), problème de réadaptation des animaux captifs par rapport aux prédateurs, adaptation incomplète à l’habitat, évidente en périodes d’hiver où la nourriture est plus difficile à trouver ; choix des individus relâchés en fonction du système social et de la dispersion des sexes, conséquence génétique pour une espèce où de nombreux débats et controverses existent, enfin complexité et coût de l’opération. (Britt et al., 2003). Si une translocation était possible (et ce n’est pas toujours le cas en fonction de l’état des populations sauvages), plus simple à organiser, moins coûteuse et permettant une meilleure adaptation des animaux au changement d’environnement, l’impact d’une réintroduction d’animaux captifs dans leur milieu naturel est évidemment beaucoup plus important dans la communauté internationale (Britt et al., 2003). De plus, il apparaît que le suivi scientifique engendré par une opération de ce type entraîne une protection plus conséquente de l’espèce mais également de son habitat et des autres espèces y vivant. La publicité afférente à un projet comme celui-ci permet paradoxalement d’obtenir plus de capitaux pour la conservation. Enfin, il est clair que ce type de projet est attractif pour les parcs zoologiques et les programmes d’élevage qui peuvent agir directement dans la conservation des lémuriens à Madagascar (Britt et al., 2003).

4 Les populations captives comme "moteur" pour la conservation

21Si le rôle de "réservoir" des populations captives de lémuriens pour la conservation des populations sauvages (réintroduction/renforcement de populations) est discutable, leur impact est incontestable dans la sauvegarde des espèces.

22L’exemple du grand hapalémur montre le rôle essentiel qu’a joué l’EEP, via l’engagement de ses membres, parcs zoologiques, dans la conservation de ce lémurien. En 2008, le grand hapalémur est au bord de l’extinction avec moins de 100 individus à l’état sauvage répartis en petites sous-populations isolées les unes des autres et soumises à de fortes pressions anthropiques (Wright et al., 2008) et moins de 20 en captivité (Roullet, 2008 rapport non publié). La mobilisation des membres de l’EEP avec en tête le Parc Zoologique de Paris, le premier parc zoologique à avoir reproduit l’espèce en captivité (1995) et qui est en charge de l’EEP, a abouti à la découverte et à la protection d’une nouvelle population au sud-est de Madagascar à la périphérie du Parc National de Ranomafana (Feistner et Rakotoarijaona, 2010).

23C’est le financement d’un des membres de l’EEP, le Costwold Wildlife Park, qui a permis l’organisation d’une prospection à l’origine de la découverte de cette population. De là est né le projet "bamboo lemur" soutenu par plusieurs membres de l’EEP et associations amies. Un an plus tard, l’Association Française pour la Sauvegarde du Grand Hapalémur (AFSGH- http://helpsimus.org/blog/) est créée par Delphine Roullet, coordinatrice de l’EEP. Les objectifs sont la recherche de fonds pour le soutien aux actions in-situ en faveur de la conservation de ce lémurien (projet "bamboo lemur" en particulier) et la sensibilisation en Europe mais aussi à Madagascar (Figure 5). C’est ainsi la présence d’une poignée d’individus en captivité qui a abouti à la création d’une association entièrement dévolue à la conservation de cette espèce à Madagascar. Si certains membres de l’EEP se sont engagés pour le projet "bamboo lemur", d’autres comme "The Aspinall Foundation" ont participé à la découverte, la protection et l’étude de plusieurs autres nouvelles populations de grand hapalémur (Ravaloharimanitra et al., 2010 ; Rajaonson et al., 2010).

Figure 5

image

Poster sur le grand hapalémur
Poster on the great bamboo lemur (E. Goix, AFSGH)

24De plus, l’EEP fait partie du Prolemur simus Conservation Working Group et à ce titre participe à l’élaboration de la stratégie globale de conservation de l’espèce dans laquelle est incluse, comme souligné précédemment, la population de l’EEP, pour d’éventuels projets de renforcement des populations sauvages. Ce qui signifie que des individus nés en captivité pourraient être réintroduits dans leur milieu naturel pour renforcer les populations sauvages menacées de grand hapalémur. Et c’est évidemment le rôle que l’on attend de voir jouer par les populations captives de lémuriens. Pourtant même si l’on fait abstraction des contraintes techniques inhérentes à ce type de projet et si l’objectif est séduisant, l’état de la population de l’EEP (20 individus, Roullet, 2011) ne permet pas d’envisager un tel scénario à moyen terme. De plus, la découverte récente de nouvelles populations sauvages, si elle ne remet pas complètement en cause le rôle de "bouée de sauvetage" de la population captive, amène à l’élaboration de nouvelles priorités : l’étude et la protection de ces populations situées pour la plupart en dehors des aires protégées. Alors, si l’EEP n’envoie pas dans l’immédiat des individus pour la réintroduction (et qu’il est possible qu’il ne soit jamais capable de le faire), son rôle et en particulier celui de ses membres, reste primordial dans la conservation de l’espèce dans son milieu.

25En effet, les animaux captifs sont de puissants "ambassadeurs" permettant de lever des fonds pour la conservation de l’espèce : actions de sensibilisation auprès du grand public et dans les écoles, mise en place de tirelires dans les parcs, campagnes de communication, diverses animations ou organisations d’évènements particuliers pour la conservation de ce lémurien, création d’associations (AFSGH), recherche de mécénats, parrainage, vente de produits dérivés (la peluche "Fitia", Figure 6), etc.

Figure 6

image

Peluche de grand hapalémur "Fitia"
Soft toy "Fitia" (J-Y Robert)

26La proximité engendrée par la captivité et les échanges avec les visiteurs que celle-ci permet (observations privilégiées, participation à la vie des animaux, les naissances… etc.) créent un lien entre les animaux et les visiteurs qui favorise leur implication dans la conservation de l’espèce et leur soutien aux parcs zoologiques et associations dont ils sont souvent proches (appropriation des parcs par des générations successives de visiteurs). Peu de grands hapalémurs vivent en captivité mais leur présence et les actions entreprises par les parcs qui les hébergent, a permis de réunir suffisamment de fonds qui ont eu un réel impact sur la conservation et l’avenir de cette espèce dont la population sauvage est estimée aujourd’hui à environ 400 individus (MFG, 2011, rapport non publié) soit 4 fois plus qu’il y a trois ans au début de l’implication des membres de l’EEP dans des projets de conservation in-situ.

5 Les populations captives "ambassadrices" pour la conservation

27A travers leur rôle d’ambassadeurs des lémuriens sauvages, les lémuriens des parcs sont de puissants "outils" éducatifs qui permettent de sensibiliser les visiteurs à la conservation des lémuriens à Madagascar, et de la biodiversité d’une façon plus générale. De nombreux parcs zoologiques ne se contentent pas de panneaux pédagogiques disposés devant les enclos mais organisent des ateliers pédagogiques pour les scolaires, et des animations ou manifestations ponctuelles : week-end lémuriens en péril au Muséum de Besançon en 2010 pour le grand public (Figure 7).

Figure 7

Agrandir

Week-end "Lémuriens en peril" au Muséum de Besançon
Week-end for the conservation of the lemurs at Muséum de Besançon (F-G Grandin)

28En 2007, l’EAZA a choisi Madagascar pour sa campagne annuelle qui a mobilisé de nombreuses institutions à travers toute l’Europe en faveur de la conservation à Madagascar. Si l’objectif premier de certaines de ces manifestations est la récolte de fonds pour la conservation de ces espèces, elles contribuent toutes à informer sur la situation des espèces dans leur milieu, sur celle de Madagascar et sur les enjeux liés à leur conservation.

29Les actions de certains parcs zoologiques aidés d’associations ou fondations amies dont ils sont bien souvent à l’origine, dépassent les "murs" du zoo (conférence, participation à des évènements hors des parcs et parfois à Madagascar) et sont relayées dans les médias ou sur internet (e.g. page Facebook de l’AFSGH : http://www.facebook.com/helpsimus) ce qui contribue à diffuser largement l’information (Figures 8-9).

Figure 8

Agrandir

Conférence de l’AFSGH à Verderonne
Conference by the AFSGH at Verderonne (F-G Grandin)

Figure 9

Agrandir

Stand de l’AFSGH à la coupe "Sokake" Madagascar
Stand of the AFSGH at " Sokake " cup, Madagascar (N Randrianarijaona)

30Il est évident que la présentation de lémuriens vivants donne du poids au message que l’on souhaite faire passer. Elle permet d’impliquer le visiteur et de créer un lien affectif entre lui et l’animal qui aidera à ce qu’il se sente concerné par la situation des lémuriens et de Madagascar. Ce lien affectif est parfois entretenu avec les parrainages des animaux à travers lesquels les parrains se sentant responsables des individus parrainés et plus globalement de l’espèce et de sa situation dans le milieu naturel (ex : l’AFSGH et le parrainage de grands hapalémurs dans plusieurs parcs zoologiques).

31Certains parcs permettent à leurs visiteurs de "s’immerger" dans l’environnement des lémuriens en leur donnant accès à leur enclos. Cette immersion, si elle est accompagnée convenablement, donne aux visiteurs la possibilité d’observer les lémuriens comme ils pourraient éventuellement le faire dans leur milieu naturel, induit une proximité également favorable à l’éducation et à la conservation de ces espèces.

32Le mixage de plusieurs espèces dans un même enclos favorise les discussions sur la diversité des lémuriens et évidemment la nécessité de les préserver. Certaines espèces, plus actives, moins timides, acceptant la cohabitation avec d’autres espèces, moins exigeantes en termes de zootechnie, et souvent moins menacées sont des porte-paroles efficaces des espèces plus sensibles et plus rares en captivité et à Madagascar (Figures 10-11).

Figure 10

Agrandir

Enclos lémuriens à Costwold
Lemurs enclosure at Costwold (J Craig)

Figure 11

Agrandir

Enclos lémuriens à Costwold
Lemurs enclosure at Costwold (J Craig)

33Enfin, on peut citer l’initiative de l’EEP des propithèques couronnés et de sa coordinatrice Delphine Roullet, qui en 2010 lance un projet pédagogique lié à ses actions in-situ dont l’objectif est de fédérer ses membres autour d’un projet commun qui s’articule autour de 3 volets :
— La collecte de matériel scolaire et le jumelage d’écoles Européennes et Malgaches : un premier envoi de livres scolaires a été réalisé en 2010, un blog http://www.sifaka-conservation.org est créé en 2011 pour permettre aux enfants d’Europe et de Madagascar d’échanger grâce notamment au financement d’une clé 3G et d’un abonnement internet pour les écoles malgaches.
— Le parrainage de propithèques couronnés sauvages dont les bénéfices sont utilisés pour la création et l’édition d’une bande-dessinée pour l’éducation environnementale avec l’aide de la SECAS.
— La création d’une mallette pédagogique.

6 Les populations captives comme "support" à la Recherche

34Le maintien d’animaux en captivité induit une proximité favorable à l’étude des espèces. De nombreuses observations qu’il aurait été difficile, voire impossible de réaliser en milieu naturel, ont permis de mieux connaitre les lémuriens mais aussi d’améliorer les techniques d’élevage de ces espèces. Si les contraintes liées à la captivité ne permettent pas d’appréhender la complexité de certains aspects de la biologie des espèces comme le système social, les conditions d’observations en captivité et l’identification individuelle des animaux sont favorables à des études longitudinales et détaillées de certains comportements. C’est particulièrement vrai pour l’étude de la reproduction chez plusieurs espèces de lémuriens. Le suivi des animaux a permis de décrire pour certaines espèces (ex. : le grand hapalémur, le aye-aye, le propithèque couronné) le cycle reproducteur, de déterminer avec précision le temps de gestation, l’âge du sevrage des jeunes, de décrire le développement du jeune, les comportements de reproduction… etc.

35Inversement, les études en milieu naturel contribuent à améliorer la gestion des populations captives, le bien-être des animaux mais également les résultats de reproduction. Ces études concernent l’alimentation, la description de l’habitat et la dynamique des groupes, etc. Beaucoup de lémuriens, de quelques individus à tous les individus d’une même espèce, dont l’alimentation n’est pas adaptée souffrent de problèmes d’obésité ce qui a un impact négatif sur la reproduction et à terme sur la conservation des espèces (ex. : le lémur noir aux yeux turquoises ou le lémur mongoz). Il est évident qu’une meilleure connaissance du régime et des habitudes alimentaires de ces espèces en milieu naturel doit aider à améliorer la gestion de ces espèces. De la même façon, les études en captivité peuvent également contribuer à l’établissement d’une stratégie de conservation pour une population sauvage de lémuriens, en aidant à évaluer les capacités d’accueil d’une forêt, d’autant plus si celle-ci est isolée et soumise à des pressions anthropiques.

36Ainsi les études en milieu naturel et en captivité sont complémentaires et contribuent à une meilleure connaissance des espèces et à leur conservation.

7 Les limites de la conservation ex-situ

37Maintenir la diversité génétique des populations captives est l’objectif des programmes d’élevage, encore faut-il avoir suffisamment de fondateurs. Or le problème rencontré dans la plupart de ces populations captives de lémuriens et en particulier les petites populations qui concernent aussi, bien souvent, les espèces les plus menacées et les plus difficiles à élever en captivité, est le faible nombre de fondateurs. Cela aboutit très rapidement à un appauvrissement génétique de la population, d’autant plus important quand il a été impossible d’obtenir une représentation équilibrée de tous les fondateurs. Ce qui est malheureusement le cas pour beaucoup d’espèces. On peut citer en exemple les populations captives des grands hapalémurs et des lémurs vari à ceinture blanche qui comptent chacune seulement 4 fondateurs et dont la plupart des descendants sont issus de seulement deux d’entre eux (90 % pour le grand hapalémur et plus de 95 % pour le lémur vari à ceinture blanche).

38De plus entre la publication de la première édition de Lemurs of Madagascar (Mittermeier et al., 1994) et la 3ème (Mittermeier et al., 2010), le nombre d’espèces et sous-espèces décrites a été pratiquement multiplié par 3, 46 en 94 et 101 en 2010 (71 dans la seconde édition de 2006). Ce "species-subspecies boom" a été favorisé en grande partie par l’utilisation de la génétique dans la description des espèces et sous-espèces et suscite aujourd’hui de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. La multiplication des espèces et sous-espèces de lémuriens n’est évidemment pas sans conséquence sur la gestion des populations captives : des individus autrefois "pures" sont devenus "hybrides", ce qui remet en cause le rôle de ces animaux dans la conservation de l’espèce (ex. : microcèbes).

Figure 12

Agrandir

Lémur vari à ceinture blanche (V.v. subcincta)
White-belted ruffed lemur (V.v. subcincta) (F-G Grandin)

39L’absence de consensus complique d’autant plus la gestion de certaines populations captives : la population captive des lémurs vari à ceinture blanche, Varecia variegata subcincta (Figure 12 ) est un exemple flagrant. Les premiers individus (identifiés comme V. v. subcincta), ont été importés en Europe dans les années 90. S’il n’est pas à l’origine de toutes les importations (2 sur les 4 fondateurs), le Parc Zoologique de Paris, en regroupant tous les individus, a fondé la population captive de lémurs vari à ceinture blanche. Même si les individus sont inclus dans l’EEP des lémurs vari noirs et blancs, la population captive de lémur vari à ceinture blanche a été gérée officieusement par Paris et séparément des autres lémurs vari noirs et blancs, Varecia v. variegata. Les lémurs vari à ceinture blanche ont été officiellement séparés des autres noirs et blancs dans les années 2000 après les analyses génétiques du Dr Roos (non publiées) dont les résultats ont validé une gestion indépendante de ces individus. Aujourd’hui, la population de l’EEP des lémurs vari à ceinture blanche est composée de 44 individus, pour la plupart descendants d’un unique couple fondateur. Si depuis l’arrivée des premiers animaux, la population captive croit régulièrement, le taux important de consanguinité a conduit à recommander de limiter cette croissance jusqu’à l’obtention de nouveaux fondateurs. Malgré l’identification de nouveaux fondateurs potentiels, l’absence de consensus sur la taxonomie des lémurs vari noirs et blancs (sous-espèces ou pas) entre les scientifiques et, en conséquence suivant la classification adoptée, entre l’EEP et le Species Survival Plan (SSP), équivalent des EEPs aux Etats-Unis et le Studbook International (ISB) des lémurs vari noirs et blancs, responsable de ces individus n’a pas permis de les inclure dans l’EEP. Cette divergence entre l’EEP, qui pratique le principe de précaution et le SSP et plus globalement l’ISB qui considèrent que tant que l’on n’a pas un consensus, la gestion reste au niveau de l’espèce (Porton, communication personnelle) a pour conséquence de précipiter la population de l’EEP dans une impasse à très court terme. Ce qui est d’autant plus grave qu’il s’agit d’une espèce en danger critique d’extinction (IUCN) qui figure depuis fin 2010 sur la liste des 25 Primates les plus menacés au monde. On peut espérer qu’il existe un jour un consensus dans un sens ou dans un autre, même si au-delà des questions d’espèces/sous-espèces le concept d’"unité de conservation" présentant la même origine géographique reste valide (Johann, 2011). Mais alors il est certain qu’il sera trop tard pour les lémurs vari à ceinture blanche en captivité et peut-être pour l’ensemble des lémurs vari noirs et blancs : hybridation, disparition ou non-viabilité de la population captive des lémurs vari à ceinture blanche.

40Notons que même s’il est parfois impossible de connaître le lieu de capture de certains fondateurs de populations captives de lémuriens, ces populations contribuent aux recherches sur la taxonomie des lémuriens : par exemple les carcasses de grands hapalémurs décédés, et qui ont été conservées au Parc Zoologique de Paris, participent à l’étude génétique globale réalisée sur l’ensemble des populations sauvages. Les résultats permettront d’évaluer le niveau de spéciation de l’espèce et d’ajuster la stratégie globale de conservation.

8 Conclusion

41Si la participation directe des populations captives dans la conservation in-situ des lémuriens, c’est-à-dire la réintroduction d’animaux nés en captivité dans leur milieu naturel, est compliquée et rare, ces populations, qui restent malgré tout des réservoirs potentiels pour les populations sauvages, ont un rôle indéniable dans la sauvegarde des espèces de lémuriens à Madagascar. Ces populations contribuent ainsi :

42— A mieux connaître les espèces à travers les activités de recherches développées dans les parcs zoologiques ; études complémentaires de celles réalisées en milieu naturel, contributives à la mise en place de stratégies de conservation adaptées. Elles participent aussi aux débats actuels sur la taxonomie des lémuriens.

43— A sensibiliser un large public à la conservation des lémuriens : la présence des lémuriens en captivité, véritables ambassadeurs des populations sauvages, favorise une meilleure compréhension des enjeux liés à la disparition de la biodiversité et en particulier à la situation des lémuriens et de Madagascar.

44— A soutenir des actions in-situ à travers les collectes de fonds réalisés par les parcs zoologiques et associations amies, pour la conservation des lémuriens à Madagascar ;

45Aujourd’hui, la mobilisation de certains parcs zoologiques et EEPs, place les populations captives au cœur de la conservation des lémuriens à Madagascar : parfois à l’origine des stratégies de conservation, elles sont des outils efficaces à leur mise en place et à la sauvegarde des lémuriens.

Haut de page

Bibliographie

Britt A, Welch C, Katz A (2003). Can small, isolated primate populations be effectively reinforced through the release of individuals from a captive population ? Biological Conservation 115, 319-327.

EAZA (2011). www.eaza.net

Feistner ATC, Rakotoarijaona,(2010). Discovery and conservation of greater bamboo lemurs Prolemur simus in the Rural Commune of Tsaratanana. Conservation of the critically endangered greater bamboo lemur Prolemur simus. What we know now, what we need to know and potential conservation strategies. International Technical Meeting Proceedings, 26-28 January 2010, Antananarivo, Madagascar.

GERP, The Aspinall Foundation, MEF (2011). Proceedings of Atelier technique sur Propithecus coronatus : plan de conservation et évaluation du statut de conservation, 22-23 Février 2011, Antananarivo, Madagascar.

Hanski I, Gilpin M (1991). Metapopulation dynamics : brief history and conceptual domain. Biol J Linn Soc 42, 3-16.

Henke C(2001). An overview of EAZA’s history structure and activities (Christina.Henke@eaza.net).

IUCN (1987). Policy Statement on Captive Breeding, approved by the 22nd Meeting of the IUCN Council, Gland, Switzerland,http://www.iucn.org/fr/

Johann A (2010). EAZA Prosimian TAG annual report 2009. http://www.eaza.net

Johann A (2010). The EAZA Prosimian TAG regional Collection Plan (RCP). http://www.eaza.net

Johann A (2011). EAZA Nocturnal Prosimian workshop report. http://www.eaza.net

Kaumanns W, Singh M, Krebs E, Schwitzer C (2008). Primate populations in zoos : a case of fragmentation. Primate Report 76, 41-54.

Madagascar Fauna Grroup (2010). Conservation of the critically endangered greater bamboo lemur Prolemur simus: What we know now, what we need to know and potential conservation strategies, International Technical Meeting Proceedings, 26-28 January 2010, Antananarivo, Madagascar.

Mittermeier RA , Konstant WR , Hawkins F , Louis EE , Langrand O , Ratsimbazafy J, Rasoloarison R , Ganzhorn JU, Rajaobelina S, Tattersall I, Meyers DM (2006). Lemurs of Madagascar, Second edition. Conservation International. Library of Congress Cataloguing-in-Publication, Washington DC.

Mittermeier RA, Louis EE, Richardson M, Schwitzer C, Langrand O, Rylands AB, Hawkins F, Rajaobelina S, Ratsimbazafy J, Rasoloarison R, Roos C, Kappeler PM, Mackinnon J (2010). Lemurs of Madagascar, Third edition. Conservation International. Library of Congress Cataloguing-in-Publication, Washington DC.

Mittermeier RA, Tattersall I, Konstant WR, Meyers DM, Mast B (1994). Lemurs of Madagascar. Conservation International. Library of Congress Cataloguing-in-Publication, Washington DC.

Nogge G (2003). Fifteen years E(C)AZA. EAZA News 44, 5-8.

Rajaonson A (2010). Enquête préliminaire de la distribution des lémuriens de bambou dans et autour du Corridor forestier Fandriana-Vondrozo, Madagascar. Lemur News 15, 35-38.

Ravaloharimanitra M, Ratolojanahary T, Rafalimandimby J, Rajaonson A, Rakotonirina L, Rasolofoharivelo T, Ndriamiary J-N, Andriambololona J, Nasoavina C, Fanomezantsoa P, Rakotoarisoa J-C, Youssouf, Ratsimbazafy J, Dolch R, King T(2011). Gathering Local Knowledge in Madagascar results in a major increase in the known range and number of sites for critically endangered Greater Bamboo Lemurs (Prolemur simus).Int J Primatol 32, 776-792.

Razafindramanana J, Rasamimanana R (2010). Discovery of crowned sifaka (Propithecus coronatus) in Dabolava, Miandrivazo, Menabe Region. Lemur News 15, 23-24.

Roullet D(2010). International Studbook for the western bamboo lemur, Hapalemur occidentalis, second edition. http://www.eaza.net

Roullet D(2011). European Studbook for the crowned sifaka, Propithecus coronatus. http://www.eaza.net

Roullet D(2011). European Studbook for the white-belted ruffed lemur, Varecia variegata subcinctahttp://www.eaza.net

Welch C, Katz A (1992). Survey and census work on lemurs in the natural reserve of Betampona in Eastern Madagascar with a view to restocking. Dodo, Jersey Wildlife Preservation Trust 28, 45-58.

Wright PC, Johnson SE, Irwin MT, Jacobs R, Schlichting P, Lehman S, Louis EE, Arrigo-Nelson SJ, Raharison J-L, Rafalirarison RR, Razafindratsita V, Ratsimbazafy, J, Ratelolahy FJ, Dolch R, Tan C(2008). The crisis of the critically endangered greater bamboo lemur (Prolemur simus). Primate Conservation 23, 1-13.

Haut de page

Notes

1  Un grand merci à la Société Francophone De Primatologie d’avoir permis la publication de cet article. Un grand merci aussi à mes partenaires pour leur soutien : EEPs, TAG, EAZA et en particulier le Muséum de Besançon, le Costwold Wildlife Park, le Zoo de Belfast, The Aspinall Foundation, la Société d’Encouragement pour la Conservation des Animaux Sauvages, Le Groupe d’Etudes et de Recherche des Primates de Madagascar, Le Madagascar Fauna Group, CapWest, l’Association Zoologique d’Asson, Achim Johann et François-Gilles Grandin. Enfin merci à Dominique Gommery, Florence Perroux, Jean-Luc Berthier et Jean-Marc Lernould pour leurs conseils dans l’écriture de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Roullet, « Rôles des populations captives dans la conservation des lémuriens », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 4, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 21 août 2014. URL : http://primatologie.revues.org/692 ; DOI : 10.4000/primatologie.692

Haut de page

Auteur

Delphine Roullet

Parc Zoologique de Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 53 avenue de Saint-Maurice, 75012 Paris.
Vice-présidente du TAG Prosimiens. Coordinatrice des Programmes d’Elevage Européens pour le grand hapalémur, le propithèque couronné, le lémur vari à ceinture blanche et le lémur vari roux.
Auteure pour la correspondance :
roullet@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page