Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Programme Sahamalaza-Iles Radama de l’AEECL : étude et conservation des espèces menacées d’extinction de lémuriens dans le nord-ouest de Madagascar1

AEECL’s Sahamalaza-Iles Radama Program: study and conservation of threatened species of lemurs in north-west of Madagascar.
Alice Dumoulin, Guy Randriatahina et Christoph Schwitzer

Résumés

L’AEECL, Association Européenne pour l’Etude et la Conservation des Lémuriens, est un consortium de parcs zoologiques et d’universités européennes mettant en commun leurs connaissances et leurs efforts en faveur de projets de recherche et de protection des lémuriens menacés d’extinction de Madagascar depuis plus de trente ans. Pour ce faire, l’AEECL mène ou finance des études afin d’améliorer les connaissances scientifiques concernant les lémuriens. Ces informations sont indispensables pour mettre en place les mesures concrètes adaptées pour protéger ces animaux. Ses travaux ont notamment aidé à la reconnaissance de la péninsule de Sahamalaza en tant que réserve de biosphère de l’UNESCO, en 2001 et à la création du parc national Sahamalaza-Iles Radama, en 2007, principal site de recherches menées par l’association. De plus l’AEECL met un point d’honneur à impliquer la population locale. Des associations communautaires locales ont été créées dans les villages de quatre communes. Elles ont le pouvoir de gérer les ressources naturelles de leur juridiction de façon durable.

AEECL’s Sahamalaza-Iles Radama Program: study and conservation of threatened species of lemurs in north-west of Madagascar.

The European Association for the Study and Conservation of Lemurs (Association Européenne pour l’Etude et la Conservation des Lémuriens, AEECL) is a consortium of European zoological gardens and universities who have joined forces to carry out conservation and research projects for Madagascar’s highly endangered lemurs since more than 30 years. AEECL implements or finances various different research projects to improve the scientific knowledge of lemurs. Information is essential to be able to develop comprehensive conservation and management plans to protect these animals. The work of AEECL has led to the implementation of a UNESCO Biosphere Reserve in Sahamalaza in 2001 and to the creation of the Sahamalaza-Iles Radama National Park in 2007. In addition to the research, AEECL is carrying out a community-based natural resource management plan in Sahamalaza. The Association has helped create local community associations in the villages of the four communes in the periphery of the protected area. Responsibility for the sustainable management of the natural resources is gradually handed over to the local communities.

Haut de page

Historique

Soumis 29 juin 2011. Accepté 30 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Nous aimerions remercier le Madagascar National Parks (MNP) et spécialement le directeur du parc n (...)

1Grâce à une combinaison de particularités liées au relief, à la géologie, à l’isolement et au climat, Madagascar, île-continent, possède une biodiversité endémique spécifique dont les lémuriens sont les principaux représentants (Thalmann, 2007). De plus, ils offrent un sujet d’étude permanent à cause de leur évolution particulière, due à leur isolement géographique, permettant de mieux comprendre les mécanismes de l’évolution. Depuis la fin des années 1980, l’AEECL (Association Européenne pour l’Etude et le Conservation des Lémuriens) œuvre pour la protection et l’étude des lémuriens très menacés de Madagascar, en coopération avec le peuple malgache, dans la région de Sahamalaza, dans le quart Nord-Ouest de Madagascar (Figure 1). Cette organisation non gouvernementale fut fondée en 2001 par le parc zoologique de Mulhouse, celui de Cologne, de Saarbrücken et par l’Université Louis-Pasteur de Strasbourg. Aujourd’hui, les 34 membres sont français, anglais, allemands, espagnols, tchèques, polonais, hollandais, suisses, suédois et italiens. Chaque membre soutient financièrement les projets de l’AEECL et héberge des populations de lémuriens soumis à un programme d’élevage ou EEP (European Endangered Species Programmes).  Ainsi tous participent, au travers de l’AEECL, à l’amélioration de la connaissance scientifique des lémuriens qui permet de leur assigner un statut de protection par l’intermédiaire de l’UICN (Union Internationale de la Conservation de la Nature) et de mettre en œuvre des mesures de conservation efficaces sur le terrain.

Figure 1

Agrandir

Limites maritimes et terrestres du parc national Sahalamaza-Iles Radama
Maritime and ground boundaries of in the Sahamalaza-Iles Radama National Park

2 Programme Sahamalaza

2.1 Présentation de la région et de son contexte

Figure 2

Agrandir

Fragment de forêt semi-humide, prairie et arbuste du parc national Sahamalaza-Iles Ramada
Fragment of semi-humide evergreen forest, meadow and shrub of Sahamalaza-Iles Radama national park (credit F. Ruperti)

2La péninsule de Sahamalaza se situe dans une zone de transition, entre la région forestière humide de Sambirano dans le Nord et la région forestière sèche à feuilles caduques dite de l’ouest, dans le Sud. Cette zone, appelée Sambirano du Sud, abrite une forêt semi-humide dont les fragments sont séparés par des prairies et arbustes (Schwitzer et Randriatahina, 2009 ; Figure 2). Des arbres de plus de 30 mètres prennent racine dans une terre alcaline et ferrugineuse basée sur des sols de grès, de basalte ou d’argile (IRNT, 1991a). Les précipitations annuelles, principalement durant la saison des pluies, de novembre à mars, sont d’environ 1600 mm par an (IRNT, 1991b ; Schwitzer 2006). La température moyenne durant l’année est de 28 °C, avec un maximum aux alentours de 32 °C en novembre et un minimum de 20,6 °C en août.Cette zone abrite, notamment, le lémurien aux yeux turquoise (Eulemur macaco flavifrons,Gray 1867 dans Koenders et al., 1985), emblème de l’AEECL (Figure 3). Cette sous-espèce, une des plus menacées de Madagascar, est inscrite sur la liste rouge de l'UICN, dans la catégorie " en danger critique d’extinction ", ceci étant justifié par une diminution de 80 % de sa population sauvage durant les 25 dernières années (Schwitzer et al., 2006 ; édition 2008, UICN, 2010). Sans chiffre précis, on estime la population d’Eulemur macaco flavifrons entre 3000 et 7000 individus.

Figure 3

Agrandir

Eulemur macaco flavifrons, emblème de l’AEECL
Eulemur macaco flavifrons, AEECL’s logo

3Presque partout sur l’Ile de Madagascar, les forêts sont brûlées dans des proportions élevées, aussi bien pour pratiquer l’agriculture sur brûlis que pour gagner de l’espace pour le bétail ou produire du charbon. Les espèces de lémuriens habitant Sahamalaza sont menacées par cette destruction de leur habitat  ainsi que par la coupe de bois précieux, l’exploitation minière et la chasse.

2.2 Création d'une réserve de biosphère

4Le travail de l’AEECL a permis la reconnaissance d’une réserve de biosphère de l’UNESCO à Sahamalaza en septembre 2001 (Schwitzer et al., 2006). De plus, en juillet 2007, le gouvernement malgache a crée le parc national Sahamalaza-Iles Radama, comprenant 260 km2 de forêts, coraux et mangroves (Figure 1). Ce parc est la première aire protégée qui a été créée dans le Programme Environnement 3, programme gouvernemental de conservation de la nature. Ce programme a pour objectifs tout d’abord de faire participer les communautés locales à la gestion des ressources naturelles et à la protection de la biodiversité et d’autre part d’intégrer une dimension environnementale aux prises de décisions concernant les investissements pour le développement (PNUD, 2010). La Banque Mondiale a fait un don ponctuel d’environ cinquante millions de dollars afin de soutenir ce programme, et une partie de cet argent servira au plan de gestion de Sahamalaza (AEECL, 2009).

2.3 Les relations de l'AEECL avec les communautés locales de Sahamalaza

5L’AEECL et ses partenaires américains de la Wildlife Conservation Society (WCS), avec l’implication des représentants de communautés locales de la Péninsule de Sahamalaza et de plusieurs institutions environnementales, ont mis en œuvre un programme de gestion communautaire des ressources naturelles (CBNRM) en décembre 2000. Ce programme comprend deux objectifs principaux : d'une part, maintenir et renforcer les processus naturels et les conditions d'existence des écosystèmes marins et terrestres, d’autre part améliorer les techniques d’utilisation des ressources naturelles afin d’augmenter le niveau de vie des populations humaines locales (Schwitzer et Randriatahina, 2009). Un plan d’action (Natural Ressources Community-Management Plan) a été proposé et est en train de se concrétiser. Ce plan sert, de plus, de référence aux interventions du consortium de l’AEECL dans la région de Sahamalaza. Vingt-cinq communautés locales de base (CLB ou Local Community Association, LCA, en anglais) ont vu le jour dans quatre communes ainsi que plusieurs associations professionnelles et sociales regroupant des jeunes gens, des femmes, des fermiers, des instituteurs, des chefs locaux, des pêcheurs et des manutentionnaires. Une CLB est définie comme une association villageoise, composée d’un président, un vice-président, un trésorier et des membres. La loi leur accorde le pouvoir de gérer des ressources naturelles sur leur territoire, dans l’aire protégée du parc national de Sahamalaza-Iles Radama. Ces associations prennent partiellement en charge cette gestion dans leurs communautés et s’engagent à les administrer de façon durable. Ensuite, un accord local, "dina", concernant la conservation de l’environnement est développé et formalisé pour chaque CLB fondée. Toutes les décisions sont prises en assemblée générale, à laquelle assistent tous les membres. De plus, dans chaque village "fokontany" un Comité de Protection de la Forêt a été créé. Il dépend du Service des forêts (représenté par le représentant départemental de la forêt d’Analalava) et gère la protection de la forêt en dehors de l’aire protégée du parc national Sahamalaza-Iles Radama, en contrôlant et autorisant un nombre limité d’abattages forestiers. L’AEECL aide les associations locales en leur fournissant une assistance pour les procédures bureaucratiques et en leur proposant des cours notamment dans la culture durable du riz ou la production d’objets d’artisanat à vendre aux touristes. Etant partie prenante du CBNRM de Sahamalaza, l’AEECL finance depuis 2005 un stage de culture irriguée de riz, effectué en partenariat avec l’organisation non gouvernementale Voahary Salama, spécialisée dans la formation des fermiers. Les rendements obtenus ont atteint entre 13.55t/ha et 17.14t/ha, contre 3t/ha dans des champs de riz locaux où des techniques traditionnelles avaient été utilisées.

6Afin de sensibiliser les populations à l’environnement et à la nécessité de sa conservation, l’AEECL participe également à l’organisation de festivals locaux tels que les "vitrines de Sofia", ou le festival du maki aux yeux turquoise, qui s’est tenu pour la première fois en septembre 2005 (Figure 4). Un programme annuel de reforestation est aussi mis en place.

7Le Programme Sahamalaza de l’AEECL inclut également un travail de recherche intensif sur la conservation des espèces de lémuriens menacées dans cette région (AEECL, 2009).

Figure 4

Agrandir

Festival du maki aux yeux turquoise, en 2005
Blue-eyed lemurs festival, in 2005. (credit C. Schwitzer)

3 Les activités de recherche menées par l'AEECL

8Depuis la fin des années 1980, l’AEECL a mis en œuvre ou financé un certain nombre de projets de recherches ex situ et in situ.

9Les projets ex situ sont des programmes d’élevage ou EEP (European Endangered Species Programm).  Il s’agit de créer des populations de lémuriens, dans des parcs zoologiques membres de l’AEECL, " auto-suffisantes " (avec une intervention humaine minimale). Elles forment des modèles proches des situations in situ et permettent des recherches sur la biologie des espèces mais aussi constituent des réserves d’individus pour de potentiels futurs projets de réintroduction en milieu sauvage (Moisson et Prieur, 2008). L’AEECL coordonne les EEP de trois populations de lémuriens : le lémurien aux yeux turquoise (Eulemur macaco flavifrons), le lémurien couronné (Eulemur coronatus) et le lémurien à ventre roux (Eulemur rubriventer).

10D’autre part, des recherches sont menées in situ, avec en particulier le projet Sahamalaza, dans le parc national Sahamalaza-Iles Radama, dans le quart nord ouest de Madagascar. Ces études permettent de définir la nutrition, l’écologie et l’éthologie des espèces afin d’optimiser les conditions de vie des populations en captivité. Les travaux portent aussi sur la cytogénétique, la taxinomie et la distribution de genres de lémuriens tels que Hapalemur, Lepilemur, Eulemur et Propithecus (Fausser et al., 2002 ; Rumpler et al., 2002 ; Ravaoarimanana et al., 2001 par exemple). La région de Sahamalaza a été choisie par l’AEECL pour son intérêt scientifique et de conservation depuis 1988.

3.1 Inventaire et état des lieux des populations de lémuriens

11Durant l’année 2004, une station d’observation et un groupe de recherche scientifique ont été établis par des scientifiques et les universités d’Antananarivo et de Mahajanga dans la forêt d’Ankarafa, située dans le parc national des Iles Radama - Sahamalaza (Schwitzer et al., 2009). Les zoos unis au sein de l’AEECL travaillent ensemble afin de combler les lacunes existantes dans les connaissances sur l’Eulemur macaco flavifrons en matière de dynamique sociale, d’utilisation de l’habitat, d’écologie alimentaire, de l’état sanitaire. Chaque année, environ 4 projets scientifiques sont organisés dans la région de Sahamalaza. Ils sont menés par des binômes composés d’un étudiant étranger accompagné d’un étudiant malgache. Chaque mission scientifique fait l’objet d’un rapport soumis au Madagascar National Park (MNP). Des travaux sont régulièrement publiés dans des journaux scientifiques. En dehors des périodes des missions (souvent en saison sèche) des assistants occupent en permanence la station scientifique d’Ankarafa. Les informations recueillies lors de chaque projet permettront de développer des plans de gestion et de conservation adaptés à cette espèce ainsi qu'à d’autres lémuriens hautement menacés. Après avoir redécouvert le lémurien aux yeux turquoise en 1983, les premiers projets de recherche à long terme, portant sur l’écologie alimentaire, la socio-écologie et le statut parasitaire du Eulemur macaco flavifrons ont été menés à Ankarafa dans le cadre du Programme Sahamalaza de l’AEECL (Schwitzer, 2003 ; Schwitzer et al., 2009). Ces études ont permis de déterminer, entre autres, que cette sous-espèce est cathémérale et qu’elle s’alimente et évolue dans son milieu de façon moins opportuniste que supposé. Grâce aux travaux de l’AEECL, d'autres espèces et genres ont été étudiées et/ou recensées à Ankarafa lors de ces dernières années : le Lépilemur de Sahamalaza (Lepilemur sahamalazensis) découvert récemment (Andriaholinirina et al., 2006 ; première étude sur son écologie menée par l’AEECL), le genre Hapalemur(Fausser et al., 2002; Rumpler et al., 2002). Ces recensements ont complété les données existantes sur les différentes espèces de lémuriens vivant dans le parc national Sahamalaza-Iles Radama : Eulemur macaco flavifrons, Eulemur macaco macaco, Lepilemur sahamalazensis, Mirza zaza, Cheirogaleus medius, Daubentonia madagascariensis et Hapalemur occidentalis.

3.2 Le cas d'une population intermédiaire d' Eulemur macaco

12Plus récemment, en 2003, les nombreuses études menées sur les Eulemur macaco flavifrons permirent l’observation d’une population de lémuriens présentant une morphologie intermédiaire entre cette sous-espèce et Eulemur macaco macaco (Linnaeus 1766 ; Schwitzer et al., 2006).

13Comme leur nom vernaculaire l’indique, les lémuriens aux yeux turquoise ont des yeux bleus, cas unique chez les primates non-humains. Le mâle E. m. flavifrons est noir, il ne présente ni toupets aux oreilles, ni barbe, contrairement au E. m. macaco (Koenders et al., 1985 ; Meyers et al., 1989 ; Schwitzer et al., 2006). La femelle est de couleur orangée avec une gradation de plus en plus claire vers le ventre qui est blanc, le museau est foncé encadré de blanc par une ligne suborbitale continuant sur les joues (Koenders et al., 1985 ; Meyers et al., 1989 ; Schwitzer et al., 2006 ; Figure 5).

Figure 5

image

Femelle (à gauche) et mâle (à droite) E. m. flavifrons
Female (left) and male (right) of E. m. flavifrons (credit P. Moisson)

14E. m. macaco se caractérise par des yeux marron, des toupets aux oreilles et une barbe très fournie. Le mâle est noir tandis que la femelle possède un pelage majoritairement marron éclairé par une barbe, des toupets auriculaires et un ventre blancs, une face noire et un front noir ou gris (Meyers et al., 1989 ; Schwitzer et al., 2006 ; Figure 6).

Figure 6

Agrandir

Femelle (à gauche) et mâle (à droite) Eulemur macaco macaco
Female (left) and male (right) of Eulemur macaco macaco (credit E. Genty)

15Les individus de morphologie intermédiaire aux deux sous-espèces d’Eulemur macaco possèdent des yeux jaunes, des toupets auriculaires et une barbe mais ces éléments sont moins prononcés que chez les E. m. macaco. Les mâles présentent un pelage entièrement noir et les femelles diffèrent des femelles E. m. macaco par un pelage dorsal plus orangé et un front pouvant être blanc, gris ou marron (Figure 7 et Tableau I).

Tableau I

Femelle

Male

Critères morphologiques

E. m. flavifrons

Lémurien de morphologie intermédiaire

E. m. macaco

E. m. flavifrons

Lémurien de morphologie intermédiaire

E. m. macaco

Yeux

bleu

jaune

marron

bleu

jaune

marron

Pelage

orange

marron-orangé

marron

noir

noir

noir

Ventre

blanc

blanc

blanc

noir

noir

noir

Face

noire

noire

noire

noire

noire

noire

Barbe et toupets auriculaires

absents

blancs, peu fournis

blancs, très fournis

absents

noirs, peu fournis

noirs, très fournis

Front/Ligne suborbitale

front orange et ligne suborbitale blanche

front blanc, gris ou marron

front noir ou gris

noir

noir

noir

Comparaison des morphologies d’E. m. flavifrons, des lémuriens de morphologie intermédiaire et d’E. m. macaco

Table I

Female

Male

Morphological criterion

E. m. flavifrons

Lemurs with intermediate morphology

E. m. macaco

E. m. flavifrons

Lemurs with intermediate morphology

E. m. macaco

Eye

blue

yellow

brown

blue

yellow

brown

Fur

orange

brown -orange

brown

black

black

black

Belly

white

white

white

black

black

black

Face

black

black

black

black

black

black

Beard and eartufts

non-existent

white, less important

white, très fournis

non-existent

black, less important

black, très fournis

Forehead/ Suborbital line

orange forehead and white suborbital line

white, grey or brown forehead

black or grey forehead

black

black

black

Comparaison of morphology of E. m. flavifrons, lemurs with intermediate morphology and E. m. macaco

Figure 7

Agrandir

Femelle (à gauche) et mâle (à droite) Eulemur macaco macaco
Female (left) and male (right) of Eulemur macaco macaco (credit A. Dumoulin)

16Afin de déterminer leur statut phylogénique exact, un projet de recherche fut organisé durant le printemps 2010, dans la région de Maromandia, lieu des premières observations. Cette population intermédiaire évolue à la limite des aires de répartitions des deux sous espèces connues d’Eulemur macaco. D’après les observations morphologiques, cette population intermédiaire pouvait se composer d’hybrides Eulemur macaco macaco x Eulemur macaco flavifrons, de variants phénotypiques d’une des deux sous-espèces ou d'une nouvelle sous-espèce à part entière, hypothèse la moins probable (Dumoulin, 2011). 27 individus de la population intermédiaire et 13 Eulemur macaco flavifrons furent capturés afin de procéder à des prélèvements d’ADN (échantillon de peau de 2*3mm, prélevé au niveau du pavillon auriculaire). Les anesthésies furent optimisées au maximum en photographiant les animaux sous six angles différents et en mesurant vingt-trois critères morphométriques, définis en se basant sur les travaux de Baden et al. (2008), de Craul et al. (2007) et d’Olivieri et al. (2007). Ces informations favorisèrent la création d'une première base de données morphométrique de cette population. Enfin les analyses génétiques (étude de la Displacement Loop, acide désoxyribonucléique mitochondrial) réalisées par le Dr Jean-Luc Fausser du laboratoire de médecine légale de l’Université de Strasbourg permirent d’établir le statut phylogénique de la population intermédiaire : cette population est constituée de variants phénotypiques d’Eulemur macaco macaco. Ce résultat, comparés à ceux d’études antérieures qui avaient découvert des formes hybrides entre les sous-espèces d’Eulemur macaco (Rabarivola et al., 1991 ; Meyers et al., 1989 ; Goodman et Schütz, 2000), montre une diminution du brassage génétique entre Eulemur macaco macaco et Eulemur macaco flavifrons (Dumoulin, 2011). D’après les observations sur le terrain, la chasse (unique source de protéine pour une partie de la population) et la déforestation (zone facile d’accès et densité de population importante aux abords de la ville de Maromandia) paraissent être les principaux responsables.

17L’évolution de cette diminution d’échange génétique entre les deux sous-espèces d’Eulemur macaco est difficilement prévisible. Les deux populations peuvent évoluer séparément jusqu’à ne plus être interféconde (spéciation). Le manque d’échange génétique peut aussi affaiblir une population ou l’autre par diminution des hétérozygotes et éventuellement une augmentation de la sensibilité à certaines affections. De futures études sur ces populations répondront à ces suppositions.

4 Discussion et perspectives

18Le travail de recherche, outil indispensable d’amélioration de nos connaissances sur les lémuriens menacés, favorise la sensibilisation des populations humaines locales à la protection et à la connaissance de l'écosystème forestier dans la région, facilitant ainsi la conservation à long terme des lémuriens et de leur milieu de vie.

19Ainsi, nous pouvons affirmer que les observations au sein du parc Sahamalaza-Iles Radama et dans d’autres lieux de Madagascar améliorent la connaissance scientifique des lémuriens menacés grâce à des études d’impact, des recherches sur la protection des habitats, sur l’écologie et le comportement de ces primates. Enfin, l'étude de la spéciation et des régions de distribution des différents taxons de lémuriens permet d'assigner un statut de conservation à ces espèces et une mise en œuvre de mesures de conservation efficaces.

20Les futurs projets de l’AEECL comprennent l'amélioration de la station scientifique d’Ankarafa et la création d'une autre station dans un écosystème différent du parc national Sahamalaza-Iles Radama,, le développement de l’écotourisme dans le parc et l'implication plus étroite des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

AEECL. AEECL, l’association de conservation des lémuriens. [en ligne]. 2009 [http://www.aeecl.org/indexfr.shtml].

Andriaholinirina N, Fausser JL, Roos C, Zinner D, Thalmann U, Rabarivola C, Ravoarimanana I, GGanzhorn JU, Meier B, Hilgartner R, Walter L, Zaramody A, Langer C, Hahn T, Zimmermann E, Radespiel U, Craul M, Tomiuk J, Tattersall I, Rumpler Y (2006). Molecular phylogeny and taxonomic revision of the sportive lemurs (Lepilemur, Primates). BMC Evol Biol 6, 17-30.

Baden AL, Brenneman RA, Louis EEJ (2008). Morphometrics of Wild Black-and-White Ruffed Lemurs [Varecia variegata; Kerr, 1792]. Am J Primatol 70, 913-926.

Craul M, Zimmermann E, Rasoloharijaona S, Randrianambinina B, Radespiel U (2007). Unexpected species diversity of Malagasy primates (Lepilemur spp.) in the same biogeographical zone: a morphological and molecular approach with the description of two new species. BMC Evol Biol 7, 83-98.

Dumoulin A (2011). Étude morphométrique et génétique comparative de deux sous-espèces d’Eulemur macaco et d’une population de morphologie intermédiaire, dans le parc national de Sahamalaza-Iles Radama, au nord ouest de Madagascar, non publié. Thèse vétérinaire : Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort. pp 1-143.

Fausser JL, Prosper P, Donati G, Ramanamanjato JB, Rumpler Y (2002). Phylogenetic relationships between Hapalemur species and subspecies based on mitochondrial DNA sequences. BMC Evol Biol, 15, 2-4.

Goodman S, Schütz H (2000). The lemurs of the northeastern slopes of the Réserve spéciale de Manongarivo. Lemur news 5, 30-33.

IRNT, Projet Inventaire des Ressources Naturelles Terrestres de Madagasikara. 1991a. Carte des ressources en sols. Feuille SC 38 L. Antananarivo: FTM. 1 p.

IRNT, Projet Inventaire des Ressources Naturelles Terrestres de Madagasikara. 1991 b. Carte des ressources en eaux. Feuille SC 38 L. Antananarivo: FTM. 1 p.

Koenders L, Rumpler Y, Ratsirarson J, Peyrieras A (1985). Lemur macaco flavifrons (Gray, 1867): a rediscovered subspecies of primates. Folia Primatol 44, 210-215.

Meyers DM, Rabarivola C, Rumpler Y (1989). Distribution and conservation of Sclater’s lemur: implications of a morphological cline. Primate conservation 10, 77-81.

Moisson P et Prieur C (2008). European studbook for Sclater’s lemur (Eulemur macaco flavifrons), n°5. Parc Zoologique et Botanique, Mulhouse, 25pp.

Olivieri G, Zimmermann E, Randrianambinina B, Rasoloharijaona S, Rakontondrayony D, Guschanski K, Radespiel U(2007). The ever-increasing diversity in mouse lemurs: Three new species in north and northwestern Madagascar. Mol Phylogenet Evol 43, 309-327.

PNUD, Programme des Nations Unies pour le Développement, Madagascar [en ligne], 2010 [http://www.snu.mg/pnud/].

Rabarivola C, Meyers D, Rumpler Y (1991). Distribution and morphological characters of intermediate forms between the black lemur (Eulemur macaco macaco) and the sclater’s lemur (E. m. flavifrons). Primates 32, 269-273.

Ravaoarimanana B, Fausser JL, Rumpler Y (2001). Genetic comparaison of wild populations of Lepilemur septentrionalis and Lepilemur dorsalis using RAPD markers. Primates 42: 221-231.

Rumpler Y, Prosper P, Hauwy M, Rabarivola C, Rakotoarisoa G, Dutrillaux B (2002). Chromosomal evolution of the Hapalemur griseus subspecies (Malagasy Prosimian), including a new chromosomal polymorphic cytotype. Chromosome Research, 10, 145-153.

Schwitzer C, Schwitzer N, Randriatahina GH, Rabarivola C, Kaumanns W (2005). Inventory of the Eulemur macaco flavifrons population in the Sahamalaza protected area, northwestern Madagascar, with notes on an unusual color variant of E. macaco. Primate Report Special Issue 72, 39-40.

Schwitzer C, Schwitzer N, Randriatahina GH, Rabarivola C, Kaumanns W. 2006. "Programme Sahamalaza": New perspectives for the in situ and ex situ study and conservation of the blue-eyed black lemur (Eulemur macaco flavifrons) in a fragmented habitat. Pp. 135-149. In: Schwitzer C, Brandt S, Ramilijaona O, Rakotomalala RazanahoeraM, Ackermand D, Razakamanana T, Ganzhorn JU (editors). Proceedings of the German-Malagasy Research Cooperation in Life and Earth Sciences. Concept Verlag, Berlin, D.

Schwitzer C, Randriatahina GH (2009). AEECL: updates of activities. Lemurs News 14, 11-12.

Schwitzer C (2006). AEECL Programme Sahamalaza - Iles Radama: Conservation and study of critically endangered lemurs in north-western Madagascar. EAZA Madagascar Campaign Resource Book. Amsterdam: EAZA Executive Office.

Thalmann U (2007). Biodiversity, phylogéographie, biogeography and conservation: lemurs as an example. Folia Primatol, 78,, 420-443.

Union Internationale pour la Conservation de la Nature. IUCN, the International Union for Conservation of Nature, helps the world find pragmatic solutions to our most pressing environment and development challenges [en ligne], Mise à jour le 30 Mars 2010 [http://www.uicn.org/fr/].

Haut de page

Notes

1  Nous aimerions remercier le Madagascar National Parks (MNP) et spécialement le directeur du parc national de Sahamalaza-Iles Radama, M. ISAIA Raymond, pour leur collaboration constante. Merci aussi au DGEF et CAFF/CORE qui nous ont accordé les permis de recherche à Sahamalaza et au Professeur RABARIVOLA Clément pour son aide régulière. Nous sommes reconnaissants envers tous les chercheurs et universités qui ont collaboré avec nous, à Madagascar ou ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Dumoulin, Guy Randriatahina et Christoph Schwitzer, « Programme Sahamalaza-Iles Radama de l’AEECL : étude et conservation des espèces menacées d’extinction de lémuriens dans le nord-ouest de Madagascar », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 6, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 30 août 2014. URL : http://primatologie.revues.org/713 ; DOI : 10.4000/primatologie.713

Haut de page

Auteurs

Alice Dumoulin

Docteur vétérinaire - ENVA, 3 rue Sidi Brahim, 75012 Paris, France

Guy Randriatahina

Association Européenne pour l’Etude et la Conservation des Lémuriens (AEECL), Lot : IVH 169 N Ambohimanandray, Ambohimanarina, Antananarivo 101, Madagascar

Christoph Schwitzer

Bristol Conservation and Science Foundation, Bristol Zoo Gardens, Clifton, Bristol BS8 3HA, UK
Adresse pour la correspondance :
secretary@aeecl.org

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page