Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Gestion en métapopulation de Propithecus coronatus: une approche originale et multidisciplinaire pour la conservation d’une espèce en danger à Madagascar1

Metapopulation management of Propithecus coronatus : an original and multidisciplinary approach for the conservation of an endangered species in Madagascar
Josia Razafindramanana et Delphine Roullet

Résumés

Le propithèque couronné, Propithecus coronatus, est l’un des lémuriens les plus menacés à Madagascar. Un projet de conservation a été créé par le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP) et The Aspinall Foundation en partenariat avec le Programme d’Elevage Européen de l’espèce après la découverte de plusieurs groupes de propithèques couronnés isolés au Centre de Madagascar. L’isolement total de ces groupes dans des fragments de forêt dégradée et soumis à de fortes pressions anthropiques a conduit à l’élaboration d’une stratégie de conservation originale et unique à Madagascar de ces groupes dont la conservation séparée n’a pas de sens. Il s’agit de mettre en place une gestion en métapopulation de ces groupes dont l’objectif est de les connecter à nouveau entre eux. C’est un projet multidisciplinaire qui concerne l’ensemble des populations de propithèques couronnés sauvages et captives et qui implique la recherche et la protection de nouveaux groupes, des études sur les populations isolées, mais également sur celle préservée du Nord-Ouest de Madagascar, sur les habitats, des suivis écologiques, des projets d’éducation environnementale, des projets de cogestion avec la population locale, et une collaboration inédite avec le Programme d’Elevage Européen. Ce projet pourra également servir de modèle pour la conservation d’autres espèces dans la même situation que les propithèques couronnés.

Metapopulation management of Propithecus coronatus : an original and multidisciplinary approach for the conservation of an endangered species in Madagascar

The crowned sifaka, Propithecus coronatus, is one of the most endangered lemur species in Madagascar. A conservation project has been established in partnership between GERP (Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar), The Aspinall Foundation Madagascar and the European Endangered species Programme (EEP) following the discovery of isolated crowned sifaka populations along the central highlands of Madagascar. The complete isolation of these groups living in fragmented forests subject to human pressure led to the elaboration of a unique and original conservation strategy, that a separated conservation action plan does not make sense. The project aims to set up a metapopulation management approach to P. coronatus conservation, which considers populations to be linked by migration. This is a multidisciplinary project including all crowned sifaka populations in the wild and in captivity. The project involves research and conservation of the newly-discovered populations, study of the protected population in Northwest of Madagascar; habitat structure assessments, ecological monitoring, environmental education, community-based reserve management and ex situ conservation in collaboration with the EEP. This project will serve as a model for the implementation of metapopulation management for endangered species in isolated forest fragments of Madagascar.

Haut de page

Historique

Soumis 29 juin 2011. Accepté 30 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Nous remercions vivement la Société Francophone de Primatologie de nous avoir donné l’opportunité (...)

1Le Propithèque couronné, Propithecus coronatus, est un des lémuriens les plus menacés à Madagascar ("EN" — IUCN 2010). On estime qu’il resterait un millier d’individus à l’état sauvage à Madagascar (Razafindramanana et al., non publié) et moins d’une vingtaine en captivité (Roullet, 2011). Jusqu’en 2009, on pensait son aire de distribution restreinte au nord-ouest de Madagascar dans la Province de Majunga, limitée au nord-est par la rivière Betsiboka, où il est remplacé par Propithecus coquereli, et au sud-ouest par la rivière Mahavavy au-delà de laquelle se trouve Propithecus deckeni (Curtis et al. 1998; Mittermeier et al. 2006; Muller et al. 2000; Petter et Andriatsarafara 1987; Wilme et Callmander, 2006) (Figure 1).

Figure 1

image

Répartition des propithèques à Madagascar
Distribution map of Propithecus sp. in Madagascar (Source: Mittermeier et al., 2010)

2Pourtant la découverte en 2009 d’un groupe de propithèque couronné à Dabolava, dans la région centrale de Madagascar à 450 km au sud de Majunga (Razafindramanana et Rasamimanana, 2010) suggère que l’espèce était au moins autrefois plus largement distribuée (Figure 2).

Figure 2

Agrandir

Carte de situation de Dabolava
Location map of Dabolava site

3Ces animaux ont été trouvés dans un fragment de forêt isolé, d’une vingtaine d’hectares, soumis à de fortes pressions anthropiques (Figures 3 et 4). La découverte de ce groupe a rapidement abouti à la mise en place d’un projet de conservation initié par le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP) et The Aspinall Foundation en collaboration avec le Programme d’Elevage Européen (EEP).

Figure 3

Agrandir

Forêt d’Amboloando, Dabolava
Amboloando forest, Dabolava

Figure 4

Agrandir

Propithèque couronné de la forêt d’Amboloando, Dabolava
Crowned sifaka of the Amboloando forest, Dabolava

4L’objectif de ce projet était d’assurer la survie de ces animaux et la protection du site. D’autres prospections ont été, par la suite, réalisées dans la région dans le but de déterminer l’absence-présence de l’espèce dans les fragments de forêts avoisinantes. Les résultats ont montré que d’autres fragments de forêt étaient occupés par des propithèques : P. coronatus (à Dabolava, Mahajeby, Ambohitromby et Andasilaitsaka (Rakotonirina et Randriantsara, 2010b), P verreauxi (dans la région d’Itremo (Rakotondrabe et Rakotoarisoa, 2010), P deckeni et hybrides (à Orimbato (Rakotonirina et Randriantsara, 2010a). L’isolement constaté de ces groupes s’explique par la déforestation qui a contribué à la réduction et à la fragmentation progressive de l’habitat des propithèques qui se retrouvent prisonniers de fragments de forêts souvent dégradés.

5Il semble ainsi qu’il n’y a pas d’importantes populations de propithèque couronné en dehors du Nord-Ouest de Madagascar (173 individus par km2 dans la forêt d’Anjamena, (Muller et al., 2000) (Mittermeier et al., 2006; Thalmann et Rakotoarison, 1994). Le Centre de l’île est occupé par de petites populations sensibles à la dégradation de leur habitat (Mittermeier et al., 2006; Curtis et al., 1998; IUCN, 2010), et par conséquent très menacées (0.60 individu par ha à Dabolava) (Razafindramanana, 2009). Les fragments de forêt, dans lesquelles on les trouve, sont des forêts domaniales, pour lesquelles il n’existe aucune politique de gestion, ni de conservation bien qu’elles constituent des sites potentiels de conservation. Ce sont l’existence de "fady" (tabous culturels) interdisant de chasser les propithèques, et l’intérêt que les populations locales manifestent pour cette espèce (esthétique de l’espèce, culture) qui assurent la survie de ces animaux dans ces forêts fragmentées.

6L’idée de mettre en place une gestion en métapopulation de l’espèce est née de la volonté d’assurer la pérennité de ces groupes dont la conservation isolée n’a pas de sens, ne serait-ce qu’en termes de viabilité génétique. Par définition, une métapopulation est un ensemble de populations d’une même espèce réparties dans l’espace, où des évènements d’extinction locale et de colonisation se produisent et entre lesquelles il existe des échanges plus ou moins réguliers et importants d’individus (Hanski 1999). Les groupes de propithèques déjà identifiés et ceux dont les futures prospections permettront éventuellement la découverte forment aussi une métapopulation dont l’interconnexion est devenue impossible par l’isolement des animaux. L’objectif du projet de gestion en métapopulation est de recréer à nouveau des liens entre les différents groupes. La gestion en métapopulation constitue aujourd’hui le seul moyen de survie de l’espèce dans ces habitats fragmentés (Wu, 1995). Cette approche, inédite à Madagascar, est développée dans le Sud de l’Inde pour protéger les macaques à queue de lion (Macaca silenus) dans les montagnes Sahyadri (Singh et Kaumanns, 2005 ; Singh et al., 2009).

7L’originalité supplémentaire du projet est l’intégration dans la métapopulation de la population captive de l’EEP, qui représente aussi un cas de fragmentation (Kaumanns et al., 2008) : répartition de la population de l’EEP dans 6 zoos Européens dont les échanges sont organisés par le coordinateur de l’EEP. Le projet de conservation en métapopulation concerne la population mondiale des propithèques couronnés. Il s’appuiera sur l’expérience de l’EEP dans la gestion de groupes d’animaux isolés et sur des études réalisées dans les régions où l’espèce est la plus abondante. Enfin, notons que l’EEP, très impliqué dans la conservation du propithèque couronné, est à l’origine de ce projet qui a été discuté pour la première fois pendant une réunion du comité d’espèce qui constitue l’organe de gestion de l’EEP. Ce projet, unique à Madagascar, a été approuvé par l’ensemble des personnes travaillant sur le propithèque couronné à Madagascar et en Europe lors du premier atelier technique pour la conservation de l’espèce qui a eu lieu à Antananarivo en février 2011.

8Le propithèque couronné est une espèce diurne. Il habite les forêts sèches caducifoliées et la mangrove (Petter et Andriatsarafara, 1987) (Figures 5 et 6). Il vit en groupe de deux à huit individus, avec un domaine vital de 1.2 -1.5 hectare. Son régime alimentaire est principalement constitué de feuilles, mais également de bourgeons, de fruits et de fleurs (Muller, 1997 ; Ramanamisata et al., sous presse). La reproduction est saisonnière et les femelles donnent naissance à un jeune tous les 2-3 ans (Curtis et al., 1998; Mittermeier et al., 2006 ; Pichon, communication personnelle. ; Razafindramanana, non publié.). Cette espèce présente ainsi un taux de reproduction très lent (en comparaison d’autres espèces), limitant son processus de rétablissement.

Figure 5

Agrandir

Propithèque couronné passant de la mangrove à la forêts sèche à Antrema
Crowned sifaka jumping from the mangrove to the forest at Antrema (Credit D. Roullet)

Figure 6

Agrandir

Propithèques couronnés dans la mangrove à Antrema
Crowned sifaka in the mangrove at Antrema (Credit D. Roullet)

2. Méthodologie et résultats préliminaires

9Le projet de conservation en métapopulation du propithèque couronné est un projet multidisciplinaire qui comprend plusieurs objectifs.

2.1 L’évaluation de la population

10L’évaluation de la population consiste à déterminer la taille de la population et le nombre de sites à inclure dans le projet, à décrire la population (c’est-à-dire les sous-populations la composant) et à évaluer la qualité et la viabilité de l’habitat ; informations fondamentales pour la mise en place d’un tel projet (Roy et al., 2010; Singh et Kaumanns, 2005).

11Elle implique :

122.1.1 : La visite de l’ensemble des fragments de forêts subsistant du centre au nord-ouest de Madagascar (aire de répartition usuelle de l’espèce). Certaines régions ont déjà été visitées (Figure 7) :

13— La région d’Itremo au sud d’Antananarivo, où a été confirmée la présence du P. verreauxi (Rakotondrabe et Rakotoarisoa, 2010), précisant ainsi la limite sud de la distribution de l’espèce.

14— Quatre localités de la région de Bongolava ont été visitées : P. coronatus a été trouvé dans les forêts d’Ambohitromby, d’Andasilaikatsaka et de Mahajeby, et P. deckeni dans la forêt d’Orimbato (Rakotonirina et Randriantsara, 2010a). D’autres populations de P. coronatus ont été localisées dans plusieurs fragments de forêt des régions de Boeny et de Betsiboka lors d’une visite préliminaire (Rakotonirina et Rakotoarisoa, 2010b), mais de nouvelles prospections sont nécessaires dans ces régions pour identifier tous les sites potentiels.

152.1.2 : L’étude des nouvelles sous-populations : détermination du nombre et de la composition des groupes, suivi des groupes, étude génétique (détermination de l’espèce, hybridation), suivi sanitaire des animaux, alimentation, etc. Il est en effet impossible de mettre en place une gestion en métapopulation sans une bonne connaissance de toutes les sous-populations la composant, mais également sans une connaissance précise de l’espèce : dynamique des groupes. Les études concernant la biologie de l’espèce devront être réalisées dans les régions où l’espèce est encore abondante. Certaines sont en cours de réalisation, notamment dans la Station forestière à usages multiples d’Antrema (Bayard, communication personnelle ; Pichon, communication personnelle.).

162.1.3 : L’étude de la qualité de l’habitat : description de la structure de l’habitat, évaluation des ressources alimentaires pour les animaux, détermination de la capacité de charge des différents fragments de forêt, mise en place de solutions de soutien si besoin, etc.

Figure 7

Agrandir

Carte de la Région centrale de Madagascar montrant les principales rivières et les sites d’études (étoiles colorés en noir)
Map of the central region of Madagascar showing the major rivers and the study sites (black stars)

2.2 La protection de la population

17Elle est assurée par la protection des sites et des sous-populations en impliquant la population locale à l’image de ce qui a été déjà mis en place dans la commune de Dabolava :

18— Création d’associations locales de villageois appelées Collectivité de Base (ou COBA). Ce sont des comités locaux de gestion qui rassemblent des représentants des villages voisins de chaque site : formation des membres au suivi du site et de sa population (3 jours d’observation par semaine), contribution à la protection du site, restauration de l'habitat (activités de reboisement), et organisation d’un programme de sensibilisation de la population locale sur chaque site.

19— Soutien aux populations locales impliquées dans le projet : augmentation de l'accès à l'eau potable et de l'hygiène telle que (1) la pasteurisation de l'eau, construction de toilette, de lave-main ; (2) programmes de jardinage et de plantation d’arbres pour améliorer l'accès à la nourriture et pour réduire la pression sur les ressources forestières ; (3) fourneaux économes en combustible pour améliorer l'accès à l'énergie et pour réduire la pression sur les ressources naturelles ; (4) gestion des déchets : réduire et réutiliser.

20Elle implique une collaboration étroite avec le Ministère de l’Environnement et des Forêts et les autorités locales.

2.3 Faisabilité

21Le projet de conservation en métapopulation a été approuvé lors d’un atelier technique pour la conservation du propithèque couronné, organisé en février 2011 à Madagascar. Toutes les parties prenantes (agents de conservation, scientifiques, universités, EEP, autorités nationales et locales, associations) ont participé à cet atelier. L’objectif était d’établir un bilan des connaissances et de préciser la situation du propithèque couronné à Madagascar, de déterminer ce qu’il reste à savoir, de constituer un réseau de partage d’informations et de discuter la faisabilité et la mise en place du projet de gestion en métapopulation.

2.4 Mise en place d’une gestion en métapopulation

22Le projet de conservation en métapopulation concerne l’ensemble des populations de propithèques couronnés, sauvages et captives. En effet, pour conduire une gestion efficace en métapopulation d’une espèce et éviter les risques d’extinction, un minimum de 500 individus est nécessaire (Traill et al., 2010). Toutefois, si l’étude des populations les plus abondantes est indispensable au projet, la gestion en métapopulation concerne en priorité les petites populations de propithèque couronné isolées dans des fragments de forêt, et la population captive.

23Certains groupes très isolés soumis à de fortes pressions anthropiques sont menacés de disparaître à court terme. Pour ces groupes, 2 options sont possibles : la translocation (à l’étude-recherche en cours d’un lieu adapté par le GERP qui en assurera le suivi) et l’intégration dans la population captive. L’EEP est actuellement en train de mettre en place une collaboration avec Lemur’s Park (Madagascar), seul parc en dehors de l’Europe à abriter des propithèques couronnés, pour accueillir certains de ces animaux. L’objectif est de fonder une population captive à Madagascar dont l’EEP sera responsable. Quand cette population se sera suffisamment développée, des échanges pourront avoir lieu entre elle et la population captive Européenne afin d’augmenter la diversité génétique globale de la population captive. Une fois que la population captive sera suffisamment importante, des individus nés en captivité pourront participer à des projets de renforcement des populations sauvages les plus petites à Madagascar. Des mouvements d’animaux auront lieu entre les populations sauvages, mais également entre les populations sauvages et captives, gérées comme une seule et même grande population. Les études sur les groupes sauvages, et en particulier ceux directement concernés par le projet de gestion en métapopulation, permettront d’identifier individuellement les animaux comme c’est le cas pour les populations captives. Ces animaux pourront être inclus dans le Studbook Européen (ESB) des propithèques couronnés dont l’EEP est responsable et qui répertorie aujourd’hui tous les individus en captivité. La méthode de gestion de cette population captive basée sur l’analyse des données contenues dans l’ESB, pourra être appliquée sur l’ensemble des populations sauvages et captives.

2.5 Communication

24Les résultats obtenus devront être régulièrement publiés et/ou communiqués. Et le projet devra être régulièrement médiatisé, notamment à chaque étape importante (découverte d’une nouvelle population, déplacements d’animaux…) afin de faire connaître et d’expliquer le projet et de sensibiliser l’opinion à ses enjeux. Il est évident que cette médiatisation facilitera le déroulement du projet, mais pourrait également permettre d’attirer des capitaux pour le soutenir.

3 Conclusion

25Il est urgent de mettre en place un programme de conservation efficace pour les petites populations de propithèques couronnés récemment découvertes dans la région centrale de Madagascar. Une gestion en métapopulation incluant la population captive a été approuvée comme projet de conservation de l’espèce. Ce projet multidisciplinaire et unique à Madagascar permettra :

26— Une amélioration des connaissances qui sont nécessaires à la réalisation de la conservation en métapopulation :

27La répartition réelle du propithèque couronné à Madagascar et sa zone de délimitation avec les autres espèces.

28La biologie de l’espèce, son écologie…

29— L’implication des populations locales sensibilisées à l’importance de conserver les milieux, la faune et la flore.

30— La mise en place d’une gestion originale en métapopulation de l’espèce qui pourra servir de modèle pour la gestion d’autres espèces menacées vivant dans des fragments d’habitat isolés.

31— L’implication de la population captive qui, en constituant un réservoir pour les populations sauvages, participe directement à la conservation de l’espèce.

32— Une modélisation du principe applicable par la suite à d’autres espèces.

Haut de page

Bibliographie

Akcakaya RH, Mills G, Doncaster PC (2006). The role of metapopulations in conservation. In Key topics in conservation biology (Macdonald and Service, editors). New York: John Wiley and Sons. pp 64-84.

Curtis DJ, Velo A, Raheliarisoa E-O, Zaramody A, Muller P (1998). Surveys on Propithecus verreauxi deckeni, a melanistic variant, and P.v. coronatus in Northwest Madagascar. Oryx 32:157-163.

Hanski I (1999). Metapopulation ecology. Oxford: Oxford University Press.

IUCN (2010). IUCN Red list. www.iucnredlist.org/apps/redlist/details/18356/0

Kaumanns W, Singh M, Krebs E, Schwitzer C (2008). Primate populations in zoos: A case of fragmentation. Primate Report 76:41-54.

Mittermeier RA, Louis EE, Richardson M, Schwitzer C, Langrand O, Rylands AB, Hawkins F, Rajaobelina S, Ratsimbazafy J, Rasoloarison R, Roos C, Kappeler PM and Mackinnon J (2010). Lemurs of Madagascar. Conservation International.

Muller P, Velo A, Raheliarisoa E-O, Zaramody A, Curtis DJ (2000). Surveys of five sympatric lemurs at Anjamena, northwest Madagascar. African Journal of Ecology 38, 248-257.

Muller P (1997). The behaviour and ecology of the crowned sifaka (Propithecus verreauxi coronatus) in North West Madagascar. Thèse de doctorat, University of Zurich. pp 1-106.

Petter J-J, Andriatsarafara F (1987). Conservation Status and distribution of lemurs in the west and northwest of Madagascar. Primate conservation 8, 169-171.

Rakotondrabe AR, Rakotoarisoa AH (2010) Vérification de la présence des sifakas Propithecus coronatus et des autres lémuriens dans et autour de la nouvelle aire protégée d'Itremo et ses environs. GERP/TAF. pp 9

Rakotonirina LHF, Randriantsara F. (2010a) Rapport d'étude préliminaire sur la vérification de la présence des Sifakas Propithecus sp. dans la région de Bongolava. GERP/TAF. pp 31

Rakotonirina LHF, Rakotoarisoa AH (2010b) Rapport d'étude préliminaire sur la vérification de la présence des Sifakas Propithecus sp. dans les régions de Bongolava, de Boeny et de Betsiboka ainsi que leurs alentours. GERP/TAF. pp 15

Ramanamisata R, Rambeloson R, Pichon C, Razafindraibe H, Razanabolana JR, Simmen B (2011) Behavior, diet and gastrointestinal parasites of the crowned sifaka (Propithecus coronatus) in Antrema Station in Northwest Madagascar. Primate Conservation (sous presse).

Razafindramanana J, Rasamimanana RB (2010) Discovery of crowned sifaka (Propithecus coronatus) in Dabolava, Miandrivazo, Menabe Region. Lemur News 15, 23-25.

Razafindramanana J (2009). Crowned sifaka population on the verge of local extinction: dispatch from the field. Special to Mongabay.com.http://news.mongabay.com/2009/0908-josia_crownedsifaka.html

Roullet D (2010). Propithèque couronné: Après prés d'1/4 de siècle de captivité: ou en sommes-nous? Rapport Atelier technique sur Propithecus coronatus: plan de conservation et evaluation du statut de conservation, Antananarivo, 22-23 février 2011.

Roy K, Singh K, Sushuma HS, Singh M (2010). Stand structure of a primate rich rainforest region in the central Western Ghats of southern India. Journal of Threatened Taxa 2, 930-939.

Singh M, Kaumanns W (2005). Behavioural studies: A necessity for wildlife management. CurrentScience 89, 1230 -1236.

Singh M, Kaumanns W, Singh M, Sushma HS, Molur S (2009). The Lion-tailed Macaque Macaca silenus (Primates: Cercopithecidae): conservation history and status of a flagship species of the tropical rainforests of the Western Ghats. India. Journal of Threatened Taxa 1, 151-157.

Tattersall AI (1986). Notes on the distribution and taxonomic status of some species of Propithecus in Madagascar. Folia primatologica 46, 51-63.

Thalmann U, Rakotoarison N (1994). Distribution of lemurs in central western Madagascar, with a regional distribution hypothesis. Folia primatologica 63, 156-161.

Traill L, Brook BW, Frankham RR, Bradshaw CJA (2010). Pragmatic population viability targets in a rapidly changing world. Biological Conservation 143, 28-34.

Wilme L, Callmander MW (2006). Les populations reliques de primates: les Propitheques. Lemur News 11, 24-31.

Wu J (1995). Modeling dynamics of patchy landscapes: linking metapopulation theory, landscape ecology and conservation biology. In Wealth, Health and Faith - Sustainability Study in China (Wang R, Zhao J, Ouyang Z, Niu T, editors). Beijing: China Environmental Science Press.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions vivement la Société Francophone de Primatologie de nous avoir donné l’opportunité de publier cet article. Un immense merci à nos bailleurs : l’EEP (Parc Zoologique de Paris, Cotswold Wildlife Park, Muséum de Besancon, Zoo de Belfast), la Société d’Encouragement à la Conservation des Animaux Sauvages (SECAS) et l’EAZA. Merci aussi à GERP et The Aspinall Foundation pour leurs aides techniques, logistiques et financières dans la réalisation de ce projet. Un grand merci à Jonah Ratsimbazafy et Dominique Gommery pour leurs commentaires constructifs dans la préparation de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josia Razafindramanana et Delphine Roullet, « Gestion en métapopulation de Propithecus coronatus: une approche originale et multidisciplinaire pour la conservation d’une espèce en danger à Madagascar », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 7, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 22 juillet 2014. URL : http://primatologie.revues.org/721 ; DOI : 10.4000/primatologie.721

Haut de page

Auteurs

Delphine Roullet

Parc Zoologique de Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, 53 avenue de Saint Maurice, 75012 Paris, France
Correspondance :
roullet@mnhn.fr

Articles du même auteur

Josia Razafindramanana

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar, 34 Cité des Professeurs, Fort Duchesne, Antananarivo 101 Madagascar
Correspondance :
r_josia@hotmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page