Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Fragmentation des habitats et le devenir des lémuriens du Sud et du Sud-ouest de Madagascar

Habitat fragmentation and the future of lemurs in the South and South-west of Madagascar
Germain Jules Spiral et Soanorolalao Ravelonjanahary

Résumés

Qualifiée jadis d’île verte, Madagascar est aujourd’hui l’une des parties du monde la plus tragiquement érodée par l’action humaine sous toutes ses formes. Depuis l’arrivée de l’Homme sur la grande île, la dégradation progressive des forêts malgaches dont les causes sont nombreuses est à l’origine des conséquences alarmantes qui pèsent non seulement sur la population des lémuriens, mais aussi sur la nation toute entière, la région du Sud et du Sud-ouest en particulier : ce qui ne fait qu’hypothéquer le développement du pays. A cet égard, des mesures urgentes de protection et de préservation doivent figurer parmi les priorités régionales, voire nationales, pour réparer au moins partiellement les dégâts constatés et assurer un avenir meilleur aux générations futures.

Habitat fragmentation and the future of lemurs in the South and South-west of Madagascar

Once called "green island", Madagascar is now one of the most degraded part of the world due to all kinds of human activities. Since men arrived on the island, progressive degradation of forests became more and more alarming for the survival of lemur populations as well as the whole nation, particularly in the southern and south western regions leading to the handicap of the development of the country. Therefore, urgent rules of conservation and preservation must be undertaken as priority in the region or even in the country in order to limit at least partially the observed degradations and insure a better future for the next generations.

Haut de page

Historique

Soumis 2 juin 2011. Accepté 30 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

1Comme partout ailleurs dans le monde, Madagascar se trouve actuellement à un moment crucial de son histoire politique, sociale, physique et naturelle. Les paysages naturels de notre grande île sont en constante régression notamment depuis l’arrivée de l’Homme (Paulian, 1981). Nous constatons que par rapport aux autres régions malgaches, celles du Sud-ouest et du Sud semblent être particulièrement affectées : le climat y est actuellement semi-aride (500 à 900 mm d’eau par an) à subaride (environ 350 mm d’eau par an) et l’horizon est dominé par des formations gréseuses ou sableuses.

2Face à une telle situation, des questions nous viennent à l’esprit et exigent des réponses au moins partielles de notre part :

3— Quel était l’état réel de cette région dans le passé ?

4— Quelles sont les principales causes de la dégradation des forêts de cette partie de l’île ?

5— Quelles en sont les conséquences majeures ?

6— Quelles sont les mesures à prendre et les solutions proposables ?

2 Constatations et discussions

7Avant de répondre à ces questions, un bref aperçu historique du Sud et du Sud-ouest de Madagascar s’avère indispensable. Selon l’état actuel de nos connaissances, de nombreux ossements de lémuriens subfossiles ont été mis à jour dans cette partie de la grande île (Figure 1).

8Déjà en 1972, Mahé et Sourdat ont effectué la datation de quelques gisements subfossiles et sites archéologiques (Figure 2). Et, en 2004, grâce aux travaux de Burney (2004) et ses collaborateurs, les âges des différents ossements de ces lémuriformes éteints ont été donnés.

Figure1

Agrandir

Les principaux sites à lémuriens subfossiles du Sud et du Sud-ouest de Madagascar
The main sites of lemur subfossils in South and South-western Madagascar

Figure 2

image

Datation au radiocarbone de quelques gisements subfossiles (F) et sites archéologiques (X)
Radiocarbon dating of some subfossil deposits (F) and archaeological sites (X) (Mahé et Sourdat, 1972)

9La confrontation des résultats de recherches met en exergue que, dans le Sud et le Sud-ouest de l’île, quatre remarques sont importantes à retenir:

10— Les datations au carbone 14 aussi bien des gisements que des ossements prouvent que les lémuriens subfossiles ont vécu tout récemment dans cette région de l’île. En effet, les gisements du Sud-ouest offrent des âges qui varient de 2350 ans à 840 ans BP selon Mahé et Sourdat (1972) (Figure 2). En ce qui concerne les ossements de ces animaux, Burney et ses collaborateurs soulignent en 2004 que les plus anciens sont ceux de Megaladapis madagascariensis avec un âge de 26 150 ± 40 ans BP et les plus récents sont ceux de Palaeopropithecus ingens avec un âge de 510 ans ± 80 ans BP.

11— Ces datations nous renseignent que les premières populations de cette région de Madagascar et les derniers des lémuriens subfossiles étaient contemporains.

12— les cartes ici présentées indiquent que les subfossiles connus sont plus nombreux dans le Sud et le Sud-ouest que dans les autres régions de l’île. En effet, 41,18 % (7 sur 17) des espèces disparues identifiées jusqu’à ce jour vécurent dans la région du Sud — Ouest et du Sud, à savoir : Archaeolemur majori, Daubentonia robusta, Megaladapis madagascariensis, Megaladapis edwardsi, Mesopropithecus globiceps, Pachylemur insignis, Palaeopropithecus ingens.

13— Ces anciens lémuriens coexistaient avec de nombreux autres vertébrés tels que des oiseaux ratites (Aepyornis et Mullerornis), des reptiles (Testudo grandidieri et Crocodilus robustus), des Mammifères herbivores (Hippopotamus lemerlei) et autres.

2.1 Hypothèse concernant l’état de la région dans le passé récent

14En rapprochant les diverses données, il nous est possible de reconstituer l’image de ce que fut la paléoécologie ou paléo-environnement de la région du Sud et du Sud-ouest au Pleistocène supérieur et au début de  l’Holocène. L’existence des formes amphibies comme l’hippopotame et le crocodile nous amène à supposer des réseaux hydrographiques beaucoup plus importants qu’actuellement dans cette région à l’époque ; et qui dit "eau" pense à une végétation certaine. Par ailleurs, la présence des lémuriens dont le mode de vie est forestier laisse entrevoir que les couvertures forestières y étaient sûrement plus vastes qu’aujourd’hui.

15La disparition de ces lémuriens subfossiles malgaches serait probablement due à l’action combinée de quelques facteurs, dont l’évolution biologique (toute forme hautement spécialisée s’éteint) et les modifications climatiques post-flandriennes (réchauffement du climat). Cependant, l’arrivée de l’Homme dont l’implantation dans l’île vers 2300 ans BP (Burney et al., 2004) n’a fait que parachever le déclin des espèces animales inadaptées. Bref, dans un passé assez récent, la région du Sud et du Sud-ouest présentait une végétation nettement plus fournie et que les climats y étaient beaucoup plus humides. La densité plus élevée des espèces subfossiles connues dans cette région ne fait que corroborer cette hypothèse.

2.2 Les causes de la dégradation forestière dans le Sud et le Sud-ouest malgache

16Les principales causes de ces dégradations sont reflétées par les situations actuelles de l’écosystème forestier du Sud et du Sud-ouest qui sont bien connues. En effet, cet écosystème forestier appartient à deux écorégions qui ont été définies par le Fonds de Partenariat pour les Ecosystèmes Critiques (Critical Ecosystem Partnership Fund, 2000) :

17— L’écorégion de l’Ouest qui est la plus vaste des écorégions malgaches (allant d’Antsiranana au Nord jusqu’à Morombe au Sud-ouest) couvre plus de 211 045 km2. Cette vaste zone occidentale ou "sous le vent" est formée par deux types de végétation. D’une part, elle est couverte à 80 % par les formations herbeuses qui sont de véritables savanes constituées de graminées parsemées d’arbres et d’arbustes ; et d’autre part, des forêts sèches caducifoliées qui s’observent dans les plaines et les plateaux calcaires jusqu’à 800 m d’altitude. La majorité de cette écorégion présente environ sept mois de saison sèche. Seuls 31 372 km2 (soit 14,86 %) de la couverture forestière originelle demeurent intacts

18— L’écorégion du Sud, dominée par des formations sableuses, présente des forêts sèches couvrant 57 721 km2 qui se caractérisent par des broussailles caducifoliées ou des fourrés épineux longeant la côte depuis Morombe jusqu’au Sud entre 0 et 400 m d’altitude. Les précipitations y sont très faibles et irrégulières (moins de 500 mm de pluie annuelle). Il ne reste de la forêt originelle qu’environ 19 131 km2 (soit 33,14 %).

19Il est ainsi confirmé que la dégradation forestière y est réelle. Cet authentique phénomène de dégradation forestière constaté serait directement ou indirectement dû soit à des facteurs naturels soit à des facteurs anthropiques.

20Bien que les facteurs naturels de dégradation forestière soient peu nombreux, il y a lieu de souligner qu’ils existent réellement. Les cataclysmes naturels comme les tempêtes et cyclones qui passent périodiquement dans la grande île causent de nombreux dégâts sur toutes les infrastructures et ravagent les plantations et les forêts ; l’aridification du climat dans cette région est aussi un fait à ne pas écarter. Le changement du climat, quelle que soit la cause, serait à l’origine du dessèchement progressif et aurait établi en conséquence un régime subdésertique dans l’extrême Sud.

21L’Homme, depuis son arrivée sur l’île, est de loin le principal responsable de la dégradation forestière. La datation au carbone 14 citée plus haut laisse entrevoir la contemporanéité des derniers représentants de la faune subfossile et des premières populations humaines dans la partie Sud et Sud-ouest de Madagascar. Il est bien connu que dès son arrivée sur l’île, l’Homme a toujours laissé des empreintes sur son biotope. En effet, par une déforestation sous toutes ses formes et pour diverses raisons, l’Homme a profondément modifié le paysage d’ensemble. Ces pressions humaines sur l’environnement n’ont cessé de s’accentuer jusqu’à atteindre son état actuel et elles sont aisément identifiées, à savoir notamment : l’inconscience, la naïveté, l’ignorance, la méconnaissance, la pauvreté, les structures administratives inadéquates.  

22Si les seules forêts restantes de Madagascar sont exposées à de nombreuses menaces (Green et Sussman,1990 ; Gade, 1996 ; Smith, 1997), la région du Sud-ouest et du Sud n’est pas épargnée et les causes multiples sont décrites ci-dessous.

2.2.1 Les feux de brousse périodiques

23Il s’agit essentiellement d’une pratique traditionnelle qui prend une importance particulière, juste avant chaque période de pluie. Bien que le ministère de l'Environnement et des forêts mène des actions pour y remédier, les feux de brousse s’intensifient ces derniers temps. La statistique sur les feux de brousse montre que par rapport à 2009, l’année 2010 a été marquée par une augmentation du nombre de points de feux. D'après la statistique de la Conservation Internationale de Madagascar (CIMAD), si en 2009, il y avait 300 points de feux, le nombre a presque doublé en 2010, car il y avait plus de 531 foyers de feux. Sava est la région du Nord qui a le moins de feux, tandis que la partie Ouest de Madagascar (Menabe, Sofia, etc.) a été la plus frappée. Cette situation est due à deux  raisons majeures. Mis à part l’entretien des terres de pâturage et de parcours de bœufs, il y a également la pratique de la culture sur brûlis ou "tavy". Souvent, les feux sont mal contrôlés et constituent un des véritables fléaux de l’île, car ils ravagent plusieurs milliers d'hectares par an, annonce le service de l'aménagement des bassins versants de la forestation et de gestions des feux

2.2.2 Les cultures sur brûlis

24Fréquemment rencontrée dans les régions orientales, cette technique est aussi adoptée par les populations du Sud et du Sud-ouest  (Soarimalala et Raherilalao, 2008). Les villageois abattent les arbres de quelques parties de la forêt naturelle puis les brûlent après leur séchage au soleil. Les parcelles ainsi libérées sont utilisées pour cultiver surtout des maïs, maniocs et patates douces. Et quand la fertilité du sol diminue au bout de deux ou trois ans, la population abandonne ces terrains pour aller défricher de nouvelles surfaces forestières et ainsi de suite.

2.2.3 Les exploitations abusives des forêts par la collecte de bois de chauffe et la production de charbon

25Le bois est naturellement indispensable, voire inséparable, à la vie quotidienne de la population pour les différentes fabrications : meubles, maisons, papiers, bibelots, charrettes, madriers, pirogues, etc. En outre, le bois reste depuis toujours et de loin, la principale source d’énergie pour les foyers malgaches. Les foyers des grandes villes utilisant principalement le charbon de bois tandis que la population rurale est grande consommatrice de bois de chauffe. A Madagascar, le bois est utilisé par plus de 70 % des ménages et 90 % des habitants comme source d’énergie domestique. Ainsi, la consommation annuelle en charbon de bois est estimée entre 95 et 110 kg par habitant dans la grande île. A ce rythme, les forêts naturelles ne couvriront plus la demande et risquent de disparaître. Ce problème s’avère particulièrement prononcé dans les forêts de déserts d’épineux du Sud et du Sud-ouest en détruisant de vastes zones forestières. En effet, par exemple, près de 5640 tonnes de charbon de bois sont prélevées chaque année sur les ressources ligneuses des environs de Toliara et transportées vers la capitale régionale pour y être vendues. Or, la superficie forestière du pays diminue en moyenne de 2,5 % par an, et en particulier de 1,7 % dans le Sud du pays. Face à cette situation, le reboisement a été encouragé par les responsables locaux. Pour le cas  de la région du Menabe par exemple, les besoins en bois estimés nécessiteraient un reboisement de 400 ha par an et pour une durée de 10 ans au minimum. Par ailleurs, le recours à de nouvelles sources d’énergie comme le charbon de terre et les fours solaires constitue une alternative, mais leur utilisation s’avère plus coûteuse et la possibilité financière des habitants représente un véritable obstacle

2.2.4 Le pouvoir d’achat

26Pour l’ensemble de la population, il est faible. Madagascar figure parmi les pays les plus pauvres au monde, car 76 % des Malgaches vivent avec moins de 1,25 $ par jour. La pauvreté la plus frappante se rencontre dans le Sud et le Sud-ouest de l’ile. Dans la région de Toliara par exemple, le ratio de pauvreté qui était de 72,3 en 2004 est passé à 74,8 en 2005 selon l’Institut National de la Statisique (INSTAT, 2006) puis il est devenu 82,1 en 2010 selon les dernières enquêtes entreprises par le même organisme. Ainsi, le budget de certaines familles ne permet pas d’utiliser le gaz, le pétrole ou le courant électrique comme moyen de cuisson ; la majorité de la population est alors obligée de se rabattre sur les bois de chauffe ou bien le charbon de bois qui sont encore évidemment les moins coûteux.

2.2.5 La démographie

27La croissance démographique varie d’une localité à une autre. Elle est estimée à 3 % par an dans les villages entourant Beza Mahafaly (Rambeloson, 1988 ; Sussman et al., 1996) ; un taux plus élevé de 4 % a été signalé pour l’ensemble de la région de Betioky Sud (Rafidison, 1989). Ces données se rapprochent des résultats des enquêtes effectuées par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) qui avance un taux de croissance de l’ordre de 3 % à l’échelle nationale (Madagascar LAZA, 2006). Il s’ensuit que la croissance démographique est galopante. Ce phénomène s’accompagnera certainement d’une augmentation anarchique des villes, villages, champs de culture. Ce qui provoque une réduction logique et évidente de la surface forestière

2.2.6 L’analphabétisme et l’insuffisance de la scolarisation

28Dans cette région, comme dans toute l’île d’ailleurs, et surtout en milieux ruraux, beaucoup de personnes ne savent ni lire ni écrire et bon nombre d’individus ne terminent même pas les classes primaires. A Beza Mahafaly par exemple (Ratsirarson, 2008), le taux d’analphabétisme est très élevé (76 %) et les quatre cinquièmes des gens ont arrêté leurs études au niveau de l’école primaire. A cet égard, il se trouve difficile de les sensibiliser en vue de préserver la forêt. Ils pensent et croient que la nature est illimitée et indestructible.

2.2.7 L’exploitation minière à petite ou à grande échelle

29Il est bien connu que Madagascar est riche en minéraux et en pierres précieuses. Ces ressources attirent l’attention des compagnies étrangères. De tels événements ont un impact sérieux et irréversible sur l’environnement, car des surfaces forestières assez importantes doivent être volontairement éliminées or, ces dernières peuvent abriter des lémuriens puis d’autres animaux et végétaux parfois endémiques qui risquent déjà de disparaître. Des exemples peuvent être cités dans cette région de l’île. Celui de l’exploitation des sables à forte teneur d’ilménite et de minéraux lourds dans les forêts littorales de Tolagnaro qui est effectuée par la société anonyme QIT Madagascar Minerals (Rakotondranary, 2004) ; l’exploitation de saphir a également créé de sérieux problèmes pour de nombreuses aires protégées, entre autres le parc national de Zombitse-Vohibasia et la parcelle 2 du parc national d’Andohahela (Soarimalala et Raherilalao, 2008)

2.2.8 La pâture de bétail non contrôlée

30La tradition d’élevage de bétail est venue dans la grande île voici des siècles d’Afrique de l’Est. Aujourd’hui, il y a au moins autant de têtes de bétail à Madagascar qu’il y a d’habitants. Si l’élevage du gros bétail intéresse environ 72 % des ménages ruraux malgaches selon l’Institut National de la Statistique en 1999, l’élevage bovin est le plus important dans les parties Sud et Sud-ouest de l’île avec 60 % de l’effectif du cheptel national. Il se trouve que la pâture du bétail qui affecte les écosystèmes forestiers naturels par le débroussaillage est un phénomène non négligeable.

2.2.9 L’éloignement des centres administratifs

31Les bureaux siègent dans les villes et présentent une insuffisance tant en ressources humaines que matérielles. Les forêts sont, pour la plupart, situées à plusieurs kilomètres de ces centres si bien que leur surveillance est difficile à entreprendre. Il en découle que les directives émanant des responsables locaux sont loin d’être efficaces pour conserver les forêts et leurs contenus. Désormais, les exploitations forestières demeurent illicites, sauvages et incontrôlables.

Tout cet éventail de pressions humaines que nous venons d’évoquer présente, sans aucun doute, d’importantes conséquences sur la population de lémuriens de la région et est à l’origine de la fragmentation de leurs habitats.

2.3 Les conséquences majeures de la dégradation forestière

32Les impacts majeurs de la dégradation forestière sur la population de lémuriens sont de deux ordres :

33— Du point de vue climatique, la déforestation globale explique en partie l’augmentation de la température et la diminution des précipitations annuelles. En effet, il est bien connu que l’évapotranspiration des feuilles constitue le phénomène principal qui forme les nuages et ces derniers sont par condensation à l’origine de la pluie. Il en découle que l’aridité du sol dans le Sud et le Sud-ouest de Madagascar n’est autre que la conséquence logique de la disparition de l’antique couverture végétale de cette région. Si des mesures ne sont pas prises dans un proche futur, cette désertification s’étendra sans aucun doute dans d’autres écorégions malgaches (le Nord, le Centre et l’Est) et affectera la taille des populations lémuriennes de Madagascar

34— Du point de vue scientifique, dans un écosystème donné, certains êtres vivants sont interdépendants et sont ainsi obligés de vivre ensemble. Les lémuriens, par exemple, ne peuvent survivre sans la forêt, car elle leur fournit non seulement un abri, mais aussi la base de l’alimentation tels que les fruits, les feuilles, les fleurs, les insectes. Il se trouve que la fragmentation des habitats provoque la réduction de la taille des populations lémuriennes et peut désormais aboutir à une consanguinité effective dont les conséquences pourront être fatales. Les dégradations forestières sont également responsables de la disparition d’un monde animal qui lui est étroitement lié ; la biodiversité et l’endémisme se trouvent alors menacés.

2.4 Quelles sont les mesures et solutions proposables ?

35Face à ces situations alarmantes, des mesures et solutions proposables doivent être considérées afin de mieux protéger ou conserver les forêts et les lémuriens de la région. Il faut souligner qu’elles existent déjà depuis la colonisation, mais elles semblent insuffisantes et inadéquates. Malgré les efforts déjà accomplis, beaucoup restent encore à faire. Et devant les conséquences négatives citées ci-dessus, il s’avère actuellement indispensable :

36— De focaliser d’abord les efforts sur les vestiges de forêts. En effet, cette mesure contribuera sans nul doute à la conservation des communautés reliques de lémuriens (Ralison, 2008). Jusqu’à ce jour, on a recensé dans le Sud et le Sud-ouest malgache, une dizaine de genres et une trentaine d’espèces. Cependant, avec le rythme actuel de déforestation, il n’est pas à exclure que plusieurs de ces animaux inféodés à des lambeaux de forêts sèches disparaissent dans les prochaines décennies si des mesures ne sont pas prises dans l’immédiat

37— De continuer et d’intensifier les reboisements en espèces végétales adaptées au milieu. Si l’on admet que l’action combinée des divers facteurs de dégradation peut détruire toute chance de régénération naturelle de la végétation, il ne reste qu’une solution, le reboisement. Cette pratique a souvent été adoptée à l’échelle nationale soit par l’Etat, soit par des partis politiques, soit par des établissements d’enseignement, soit par différents organismes gouvernementaux ou non, soit par des communautés villageoises. Mais nous constatons que, peut-être, en raison du coût élevé et de l’ampleur de la tâche, ces efforts ne parviennent pas à compenser les besoins en bois de la population malgache

38— De mettre en place de nouvelles aires protégées ou de procéder à leur extension. Si la dégradation des forêts est un fait authentique, il n’est pas encore trop tard pour réparer au moins en partie les erreurs commises. C’est ainsi que de nombreux organismes pour la protection aussi bien nationaux (exemple : M.N.P ou Madagascar National Parks) qu’internationaux (exemple : WWF ou World Wildlife Fund) luttent actuellement pour que cesse l’extermination des animaux et végétaux d’où la création des espaces protégés. Actuellement, mis à part les réserves spéciales d’Ambohijanahary et de Kalambatritra qui sont respectivement à cheval avec les faritany de Mahajanga et de Fianarantsoa, on dénombre dans cette partie de l’île sept aires protégées, dont quatre parcs nationaux (Kirindy Mitea, Zombitse-Vohibasia, Tsimanampetsotsa et Andohahela ) et trois réserves spéciales ( Andranomena, Beza Mahafaly et Cap Sainte-Marie). En vue de conserver la biodiversité et les forêts restantes, le Président de la troisième république malgache a proposé en 2003 (lors du sommet de DURBAN en Afrique du Sud) d’augmenter le nombre des aires protégées à travers toute l’île. Madagascar s’est alors engagé à faire passer les surfaces protégées de 1,7 à 6 millions d’hectares (La Gazette de la grande île, 2008). En outre, l’extension des aires protégées déjà en place comblerait le vide laissé par la disparition de la couverture végétale (Raselimanana, 2008). Dans une certaine mesure, nous plaidons dans le même sens, car la multiplication et/ou l’extension de telles structures à travers la grande île peuvent contribuer à la sauvegarde des forêts restantes et des espèces actuelles de lémuriens, car elles y seront à l’abri de toutes exploitations illicites et abusives.

39— De favoriser une éducation environnementale adéquate. De prime abord, une bonne politique d’augmentation du taux de scolarisation et de lutte contre l’analphabétisme devrait être envisagée. En outre, en matière d’environnement, il y a lieu non seulement d’élargir les programmes d’enseignement existants dans les écoles et les programmes d’émission audio-visuelle (journaux, télévision, radio), mais également de sensibiliser et de conscientiser les populations villageoises sur les valeurs scientifiques et socio-économiques de la biodiversité malgache.

40— De mettre en place un cadre juridique adapté et intégré. Des lois existent déjà depuis longtemps. En effet, sous l’ancien royaume hova, le "code des 305 articles" condamnait aux fers ceux qui défrichaient les forêts (Andriamampianina, 1981). D’autres lois ont également été créées pendant et après la première république, mais on constate que leurs applications et leurs impacts sur les exploitants et les populations riveraines sont encore loin d’être effectifs. Par conséquent, nous pensons que la réactualisation voire la révision de ces lois devra figurer parmi les priorités régionales et nationales.

41— De continuer la lutte contre la pauvreté. La pauvreté occupe encore une place importante à Madagascar et constitue un frein au développement du pays. Il n’est plus à démontrer qu’elle est évidemment le point de départ d’un processus de destruction si bien que tout programme environnemental doit impérativement en tenir compte pour espérer aboutir à des résultats fiables pouvant infléchir cette tendance négative.

42— De promouvoir certaines recherches scientifiques sur nos lémuriens telles que l’état des lieux de la diversité génétique des espèces, la quantification des flux de gènes entre les populations, les maladies transmises par les agents pathogènes.

3 Conclusion

43Dans le Sud-ouest et le Sud de Madagascar, la dégradation des forêts est réelle et revêt un caractère de gravité beaucoup plus accusé que dans les autres régions de l’île.

44Mis à part les facteurs naturels de dégradation des forêts, les facteurs anthropiques ne font qu’aggraver la situation et constituent les causes déterminantes de la destruction de l’antique végétation malgache qui est remplacée par les savanes et steppes ou encore temporairement par des forêts secondaires ou "savoka". Il s’ensuit que l’Homme est à la fois l’auteur et la victime de ses propres actes.

45Pour subsister et pour se développer, l’Homme est naturellement destiné à exploiter les ressources offertes par son environnement comme la terre, l’eau, la faune, les forêts, etc. Cependant, les divers aspects de problèmes actuels qui sont les inconvénients de la dégradation de l’écosystème forestier malgache exigent l’adoption des mesures de protection rigoureuses parmi lesquelles nous suggérons particulièrement la continuation des reboisements ou reforestations, l’accroissement du nombre des espaces protégés ou leur extension, l’application d’une éducation environnementale adéquate et la mise en place d’un cadre juridique bien adapté.

46Nous dirons volontiers que le respect de la nature, la forêt en particulier, par une bonne gestion assure aussi bien une meilleure conservation des populations de lémuriens qu’un certain développement durable de la Nation.

Haut de page

Bibliographie

Andriamampianina J (1981). Les réserves naturelles et la protection de la nature à Madagascar. In Madagascar, un sanctuaire de la nature. (Oberlé Ph, editor). Paris : Maison du livre spécialisé, Le Chevallier Editeur. pp 105-113.

Burney DA, Burney LP, Godfrey LR, Jungers WL, Goodman SM, Wright HT, Jull AJT (2004). A chronology for late Prehistoric Madagascar. J Hum Evol 47, 25-63.

Critical Ecosystem Partnership Fund. (2000). Ecosystème de Madagascar dans la zone prioritaire de biodiversité de Madagascar et des îles de l’océan indien. 27p.

Gade DW (1996). Deforestation and its effects in highland Madagascar. Mountain Research and Development 16, 101-116.

Green G. M. et Sussman RW (1990). Deforestation history of the eastern rainforest of Madagascar from satellite images. Science 248, 212-215.

INSTAT/DSM/EPM (2006). Généralités sur l’analyse de la pauvreté. Rapport principal de l’Institut National de la Statistique, Antananarivo Madagascar, Juin 2006, pp 175-186.

La Gazette de la Grande Ile (2008). Ecotourisme : Mieux vendre la biodiversité avec Madagascar national parks. Journal quotidien, n°1724, samedi 15 nov. 2008, p.8.

Madagascar LAZA (2006). Démographie : 43,5 millions d’habitants à Madagascar en 2050. Journal quotidien, n°535, jeudi 07 sept 2006.

Mahé J, Sourdat M (1972). L’extinction des vertébrés subfossiles dans le Sud-Ouest de Madagascar. BSGF (7). XIV. pp : 295-309.

Paulian R (1981). Madagascar un petit continent entre l’Afrique et l’Asie. In Madagascar, un sanctuaire de la nature. (Oberlé Ph, editor). ). Paris : Maison du livre spécialisé, Le Chevallier Editeur. pp : 11-28.

Rafidison M (1989). Contribution à l’étude de la production et de la consommation de combustibles forestiers dans un centre urbain et sa périphérie (cas de Betioky Sud). Mémoire de fin d’études, ESSA/Eaux et Forêts, Université d’Antananarivo.

Rakotondranary SJ (2004). Effets de la dégradation de la forêt sur la population d’Avahi laniger dans la forêt littorale de Sainte-Luce-Tolagnaro. DEA de Primatologie, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo. pp 1-87.

Ralison JM (2008). Les lémuriens des forêts sèches malgaches. Malagasy nature 1, 135-156.

Rambeloson FR (1988). Contribution à l’étude de l’utilisation des ressources forestières aux environs de la Réserve Spéciale de Beza Mahafaly. Mémoire de fin d’études, ESSA, Université d’Antananarivo.

Raselimanana AP (2008). Aspect de la conservation des forêts sèches malgaches. Malagasy nature 1, 162-167.

Ratsirarson J. (2008). La Réserve spéciale de Beza Mahafaly. In Paysages naturels et biodiversité de Madagascar. Paris : Publications scientifiques du Muséum, WWF. pp 615 -626.

Smith AP (1997). Deforestation, fragmentation and reserve design in western Madagascar. In: Tropical Forest Remnants, Ecology, Management and Conservation of Fragmented Communities (Laurance WF, Bierregaard Jr RW, editors). Chicago: University of Chicago Press. pp 415-441.

Soarimalala V, Raherilalao MJ (2008). Pressions et menaces dans la région forestière sèche malgache.Malagasy nature 1, 157-161.

Sussman R. W., Green G. M. (1996). The use of satellite imagery and anthropology to assess the causes of deforestation in Madagascar. In Tropical deforestation: the human dimension (Sponsel LE, Headland TN, Bailey RC, editors). New York: Columbia University Press. pp 296-315.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germain Jules Spiral et Soanorolalao Ravelonjanahary, « Fragmentation des habitats et le devenir des lémuriens du Sud et du Sud-ouest de Madagascar », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 8, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 01 novembre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/736 ; DOI : 10.4000/primatologie.736

Haut de page

Auteurs

Germain Jules Spiral

Primatologue — Anthropologue. Département de Paléontologie et d’Anthropologie biologique. Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo (101) Madagascar.
Auteur pour la correspondance :
spiral@moov.mg

Soanorolalao Ravelonjanahary

Anthropologue. Département de Paléontologie et d’Anthropologie biologique. Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo (101) Madagascar
Auteur pour la correspondance :
ansylvieh@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page