Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Projet MAMIA (Manompana mikajy ny ala) : étude, gestion et conservation des forêts de Manompana. Actions, bilan et perspectives1

MAMIA Project (Manompana mikajy ny ala): survey, management and conservation of Manompana forest. Actions, outcomes and futur prospects
Ségolène Beaucent et Marc Fayolle

Résumés

Créé en 2007, le projet MAMIA a pour but principal l’étude et la conservation des forêts de Manompana, une commune côtière de la région Analanjirofo, au nord-est de Madagascar. Des milieux forestiers uniques et d’une grande richesse patrimoniale recouvrent encore les deux tiers de ce territoire : la forêt pluviale de basse altitude, la forêt littorale, et la mangrove. Malgré la dégradation et la fragmentation progressive de ces milieux, principalement dues aux activités anthropiques, les inventaires faunistiques réalisés (lémuriens, avifaune et herpétofaune) témoignent d’habitats riches et diversifiés, dont une grande partie est encore préservée du fait de son isolement. Les forêts de Manompana représentent aussi une ressource essentielle pour les communautés rurales qui y vivent, celles-ci entretenant des liens étroits avec leurs terroirs. Une analyse des différents modes d’exploitation de la forêt montre que, mis à part les cas de la chasse et du braconnage, la plupart des prélèvements forestiers coutumiers ne sont pas problématiques pour la pérennité des milieux naturels. En revanche, l’exploitation commerciale des ressources forestières, concernant principalement les essences de bois précieux, se révèle être un des moteurs principaux de la déforestation. Afin d’impliquer davantage la population locale à la gestion durable de leurs ressources forestières, un "comité villageois consultatif" a été créé. Une exposition a aussi été réalisée avec les jeunes générations afin de les sensibiliser à la préservation de leur environnement. Des activités économiques alternatives à l’exploitation irraisonnée de la forêt ont été initiées dans les domaines de l’agriculture durable, l’éco-tourisme et la valorisation des produits forestiers. Le but de ces activités est de rendre possible la mise en place d’une gestion forestière durable et raisonnée, au service de la conservation des milieux naturels et du développement des communautés locales.

MAMIA Project (Manompana mikajy ny ala): survey, management and conservation of Manompana forest. Actions, outcomes and futur prospects

The MAMIA Project was initiated back in 2007, and is designed to study then optimize conservation of the rainforest of Manompana, a coastal district located in the Analanjirofo area (north-east Madagascar). Two thirds of Manompana district still show a unique and rich natural heritage forest formations, made of lowland evergreen humid forest, littoral forest and mangrove. While human activities progressively damage and fragment those natural habitats, fauna inventories carried out in the forest of Manompana (lemurs, birds and herpetofauna) keep on showing high species diversity and rich natural area, much of those being still well preserved due to their remoteness. Manompana’s forest is also a key resource for local communities, which keep quite close relationships with their land. A survey relating to the various uses of forest resources confirms that, apart from hunting and poaching, majority of forest harvestings performed by inhabitants are compatible with sustainability of this natural forest. Dislike traditional forest harvestings, business oriented forest harvestings, focusing on high value wood species such as ebony and rosewood, are more likely the main reason of deforestation issue. In order to get the inhabitants more concerned and involved in sustainable control of their forest resources, a “community advisory council” was put in place then operated. In the meantime an environmental awareness display was performed to Manompana’s young people. Alternative economic activities such as sustainable agriculture, ecotourism and forest products marketing were initiated so that irrational use of forest resources may decrease. These alternative activities are targeted to facilitate sustainable use of forest resources, as well as serving biodiversity conservation and on site development.

Haut de page

Historique

Soumis 2 juin 2011. Accepté 30 juillet 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Nos remerciements vont aux différents organismes financeurs de ce projet : la Fondation de France, (...)

1Le projet MAMIA a vu le jour en septembre 2007, à l’initiative de deux jeunes écologues français (SB et MF) voulant tenter de sauvegarder le patrimoine naturel encore bien préservé d’une région de la côte nord-est de Madagascar. Le projet a été présenté et primé lors du 20ème colloque de la SFDP (Société Francophone de Primatologie) à Paris en octobre 2007.

2L’objectif principal du projet MAMIA est la conservation de la biodiversité des forêts de Manompana, une commune de la région Analanjirofo, à travers la création d’une Aire Protégée (AP). Cet objectif passant par une étude préalable du patrimoine naturel et culturel de la région, une étude cartographique, des inventaires faunistiques et une étude socio-économique ont été réalisés. L’implication de la population locale et la sensibilisation à l’environnement font également partie des objectifs du projet.

3Au terme d’une année de travail continu à Madagascar, de mars 2008 à mars 2009, nombre des objectifs de départ ont été atteints. Cependant, certains d’entre eux ont dû être réévalués en fonction du contexte local et des connaissances acquises, notamment concernant les coutumes et le contexte socio-économique dans lequel évoluent les habitants de Manompana.

4Les travaux ont été accompagnés d’une constante remise en question des objectifs de départ et de la manière d’y parvenir. En effet, on peut constater que les projets de ce type échouent parfois faute d’avoir pris le temps de comprendre et de s’adapter au contexte local. C’est pourquoi les objectifs et les finalités de ce projet ont toujours été accordés au maximum avec les attentes des habitants, dans le respect de leurs coutumes traditionnelles.

5Le projet MAMIA a été réalisé en partenariat avec l’association ADEFA (Association de Défense de la Forêt d’Ambodiriana), une association française dont le bureau est basé à la Réunion. Depuis 1999, elle possède une convention de gérance avec la Direction des Eaux et Forêts de Tamatave afin d’assurer la protection, l’étude et la valorisation de la forêt d’Ambodiriana, le site restant propriété de l’Etat malgache. Cette zone de forêt tropicale humide de basse altitude, d’une superficie d’environ 47 ha, est située à proximité du village de Manompana, et fait partie du territoire concerné par le projet MAMIA. L’association, composée d’une équipe de bénévoles à la Réunion et d’une équipe de guides et de pépiniéristes malgaches à Manompana, a pour principales activités le développement de l’écotourisme, le reboisement et l’accueil de scientifiques.

2 Le patrimoine naturel de Manompana

2.1 Cartographie de végétation et d’occupation des sols

6L’étude cartographique a porté sur les principaux paramètres de la problématique, qui sont les milieux forestiers, la biodiversité, l’occupation des sols, et l’utilisation des ressources naturelles. La compréhension globale de ces paramètres et des relations qui existent entre eux a permis de mettre en évidence les principaux enjeux de conservation concernant les milieux naturels forestiers de Manompana, ainsi que les priorités de gestion à mettre en place pour atteindre ces enjeux.

7Les travaux de cartographie ont été réalisés en couplant des données GPS et photographiques relevées lors de prospections sur le terrain, ainsi qu’à l’aide d’images satellites SPOT et du logiciel de cartographie Mapinfo.

Figure 1

Agrandir

Localisation et limites administratives de la commune de Manompana et de ses fokontany

Site map and administrative borders of the Manompana district and its fokontany

8La commune de Manompana s’étend sur une surface de 38 695 ha et comprend une grande part de milieux naturels forestiers (Figure 1), dont les principaux sont la forêt pluviale de basse altitude sur gneiss, la forêt pluviale de basse altitude sur basalte, la forêt littorale sur sable et la mangrove (formations végétales d’après Du Puy et Moat, 2003 ; Bauer et al., 2005). La superficie, la répartition et l’état de dégradation et de fragmentation de chacun de ces milieux ont été déterminés de la façon la plus précise possible (Tableau I et Figure 2).

Tableau I

Surface

Commune de Manompana

38695

Forêt pluviale de basse altitude sur gneiss

12956

Forêt pluviale de basse altitude sur basalte

197

Forêt littorale sur sable

2462

Mangrove

97

Superficies des milieux naturels forestiers de la commune de Manompana (en ha)

Table I

Area

District of Manompana

38695

Lowland rainforest on gneiss

12956

Lowland rainforest on basalt

197

Littoral forest on sand

2462

Mangrove

97

Natural forest formations areas in the district of Manompana (in ha)

Figure 2

Agrandir

Les milieux naturels et l’occupation des sols de la commune de Manompana

Natural habitats and land use in the district of Manompana

9Une cartographie de l’occupation agricole des sols a été réalisée, distinguant ainsi la superficie et la répartition des zones de riziculture en fond de vallée et des zones de cultures sur brûlis en pente de colline (Figure 2). La localisation et l’intensité de l’activité de bûcheronnage ont également été étudiées (Figure 3). Ceci permet de comprendre la dynamique de déforestation et de fragmentation des milieux forestiers, et d’évaluer la valeur culturelle et socio-économique de la forêt.

Figure 3

Agrandir

Caractéristiques de l’activité de bûcheronnage dans la commune de Manompana

Characteristics of logging activity in the district of Manompana

10Les milieux forestiers de la commune de Manompana ont une grande valeur patrimoniale, car ils sont pour la plupart devenus rares au niveau national ; les forêts littorales ont quasiment disparu, les mangroves ont une distribution extrêmement restreinte (Dufils, 2003), et la forêt pluviale de basse altitude n’est que peu représentée dans le réseau actuel des AP malgaches, la majorité des AP de la côte est étant constituées de forêt pluviale de moyenne altitude (Nicoll, 2003).

11Les forêts de Manompana présentent différents états de dégradation selon les pressions auxquelles elles sont soumises. Cependant, il est important de noter qu’une grande partie de la forêt pluviale de basse altitude présente encore les caractéristiques de formations primaires, plus ou moins dégradées.

12Le niveau de fragmentation des milieux est lui aussi très variable. On peut dégager une certaine tendance à l’augmentation du niveau de fragmentation lorsque les milieux sont proches de la côte et de zones peuplées. On distingue ainsi un vaste massif forestier peu fragmenté à l’ouest, dont la lisière à l’est est constituée de plusieurs blocs forestiers plus petits, et reliés ou non entre eux par des corridors forestiers de taille variable.

13La zone d’étude est donc constituée d’une mosaïque de six blocs forestiers situés aux alentours de la forêt d’Ambodiriana (forêt protégée par l’association ADEFA), celle-ci constituant le bloc 1 (Figure 4). Les six blocs forestiers étudiés présentent chacun des caractéristiques différentes dans la forme, la taille, le couvert végétal et l’isolement (Tableau II), ce qui a permis d’étudier l’influence de ces paramètres sur la biodiversité et les activités anthropiques.

Tableau II

Bloc forestier

Superficie (ha)

Couvert apparent (%)

Pressions anthropiques

1

47

60-80

Aucun prélèvement, faible fréquentation touristique

2

81

40-60

Bois d’intérêt exploités, conversions agricoles éparses

3

118

50-70

Bois d’intérêt en cours d’exploitation

4

147

40-60

Bois d’intérêt en cours d’exploitation, conversions agricoles éparses

5

190

50-70

Bois d’intérêt en cours d’exploitation

6

2442

60-80

Exploitation éparse des bois d’intérêt

Caractéristiques des six blocs forestiers de la zone d’étude

Table II

Forest fragment

Area (ha)

Forest vegetal cover  (%)

Human activities

1

47

60-80

No exploitation, low tourist frequentation

2

81

40-60

Logging of precious wood done, scattered agricultural conversions

3

118

50-70

Logging of precious wood ongoing

4

147

40-60

Logging of precious wood ongoing, scattered agricultural conversions

5

190

50-70

Logging of precious wood ongoing

6

2442

60-80

Scattered logging of precious wood ongoing

Forest fragments’ characteristics in the study area

Figure 4

Agrandir

Les six blocs forestiers de la zone d’étude

The six forest fragments of the study area

2.2 Etude des communautés faunistiques

14Des études faunistiques ont été menées pendant une année, de mars 2008 à mars 2009, sur le groupe des lémuriens, l’avifaune et l’herpétofaune. Ces études permettent de dresser un premier inventaire patrimonial relativement large de la commune de Manompana, et d’évaluer l’état de conservation des différentes zones forestières, afin de proposer des mesures de gestion en conséquence.

15Les données issues de ce travail sont abondantes et, dans une volonté de rester concis et d’aborder la totalité des aspects du projet MAMIA, les résultats des études faunistiques seront présentés ici de manière générale et synthétique.

2.2.1 Les lémuriens

Figure 5

Agrandir

Avahi laineux, Avahi laniger

Eastern woolly lemur Avahi laniger (credit S. Beaucent)

16Les forêts de Manompana présentent une grande diversité d’espèces de lémuriens (Figure 5). En effet, neuf espèces ont été recensées sur la commune, ce qui est largement équivalent à la diversité de lémuriens recensée dans les AP de Madagascar (Mittermeier et al., 1994). La communauté de lémuriens des forêts de Manompana possède une très grande valeur patrimoniale, car quatre des espèces présentes sont considérées comme menacées par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), dont une espèce, Varecia variegata, est en danger critique d’extinction (Tableau III).

Tableau III

Nom scientifique

Nom vernaculaire

Statut de conservation IUCN

Avahi laniger

Avahi laineux

Préoccupation mineure

Cheirogaleus major

Grand cheirogale

Préoccupation mineure

Daubentonia madagascariensis

Aye-aye

Quasi menacé

Eulemur fulvus

Lémur brun

Quasi menacé

Eulemur rubriventer

Lémur à ventre roux

Vulnérable

Hapalemur griseus

Petit hapalémur

Vulnérable

Indri indri

Indri

En danger

Microcebus rufus

Microcèbe roux

Préoccupation mineure

Varecia variegata

Lémur vari

En danger critique d’extinction

Les espèces de lémuriens présentes dans la commune de Manompana et leur statut de conservation IUCN

Table III

Scientific name

Common name

IUCN conservation status

Avahi laniger

Eastern woolly lemur

Least concern

Cheirogaleus major

Greater dwarf lemur

Least concern

Daubentonia madagascariensis

Aye-aye

Near threatened

Eulemur fulvus

Brown lemur

Near threatened

Eulemur rubriventer

Red-bellied lemur

Vulnerable

Hapalemur griseus

Bamboo lemur

Vulnerable

Indri indri

Indri

Endangered

Microcebus rufus

Rufous mouse lemur

Least concern

Varecia variegata

Black-and-white ruffed lemur

Critically endangered

Lemur species occuring in the district of Manompana and their IUCN conservation status

17De façon attendue, les forêts présentant un faible degré de perturbation abritent une diversité de lémuriens plus grande que les forêts dégradées. De même, la fragmentation et la réduction de la superficie des milieux forestiers sont néfastes pour les populations de lémuriens (Ganzhorn et al., 2003). Même si des individus de plusieurs espèces (Avahi laniger, Eulemur fulvus, Hapalemur griseus, Indri indri) ont été observés dans des zones de forêt très dégradée, il serait important de connaître la tolérance de chaque espèce aux perturbations de son environnement et, dans le contexte de cette étude, de savoir quels sont les déplacements inter-blocs des groupes de lémuriens et quels sont les corridors forestiers qu’ils empruntent ?

18Bien que les moyens disponibles n’aient pas permis de répondre à ces questions, on peut affirmer que, dans un contexte de destruction et de fragmentation rapide de leur habitat, les lémuriens des forêts de Manompana voient leur avenir sérieusement menacé. D’autant plus qu’ajouté à la perte de leur habitat, ils sont soumis à une importante pression de chasse. Il est difficile d’obtenir des informations quant aux quantités prélevées étant donné que la quasi-totalité des espèces chassées est officiellement protégée. Une enquête menée en 2008 dans les villages isolés de l’ouest de la commune indique un prélèvement de six individus par an et par foyer ( Zora Urech, communication personnelle). Soit un prélèvement annuel de 120 lémuriens pour un village de 20 foyers. Ces prélèvements, qui sont probablement sous-estimés, représentent une forte pression pour des animaux déjà menacés par la destruction et la fragmentation de leur habitat (Mittermeier et al., 2003).

19Certaines espèces de lémuriens bénéficient d’interdits traditionnels (fady en malgache) et sont de ce fait très peu chassées. Dans la région de Manompana, c’est le cas de l’Indri (Indri indri) et du Aye-Aye (Daubentonia madagascariensis). Mais d’autres espèces particulièrement menacées, telles que Varecia variegata (Vasey, 2003) (Figure 6), ont vu leurs populations se réduire à des effectifs très faibles (moins de dix observations en un an de prospections). Car, bien que l’on ne possède pas de données précises sur leurs effectifs durant les années précédant cette étude, de nombreux témoignages de braconniers et de bûcherons attestent une importante raréfaction de cette espèce.

20Bien que les lémuriens soient le plus souvent chassés pour leur viande, ils sont aussi parfois capturés pour servir d’animaux de compagnie. La technique utilisée dans ce but est particulièrement destructive car les braconniers, qui cherchent en général à capturer des animaux juvéniles, doivent souvent tuer plusieurs adultes avant d’atteindre leur but. Les animaux capturés sont revendus pour être mis dans des jardins ou en cage, parfois attachés. Les personnes qui achètent les lémuriens revendiquent souvent de vouloir les protéger, mais par leur acte d’achat en lui-même ils encouragent les braconniers à décimer les groupes de lémuriens sauvages.

Figure 6

Agrandir

Lémur vari, Varecia variegate

Ruffed Lemur Varecia variegata (credit M. Fayolle)

21Les principaux enjeux de conservation concernant les populations de lémuriens sont la protection des milieux forestiers et de leur continuité. Mais la survie des lémuriens passe tout d’abord par une condition prioritaire et primordiale : l’autosuffisance alimentaire des populations locales.

2.2.2 L’avifaune

22Une richesse spécifique de 101 espèces d’oiseaux a été recensée sur l’ensemble des milieux forestiers de la commune de Manompana, ce qui est particulièrement élevé à Madagascar (Figure 7). Pour comparaison, le Parc National de Masoala, plus grande AP du pays, compte 85 espèces d’oiseaux (Kremen, 2003). Parmi les espèces recensées, 17 d’entre elles sont considérées comme menacées par l’IUCN. Certaines espèces endémiques rares, telles que l’eurycère de Prévost (Goodman et al., 2000), sont encore localement abondantes dans les forêts de Manompana.

23L’abondance des espèces d’oiseaux a été étudiée par la technique des Indices Ponctuels d’Abondances (IPA), qui permet d’obtenir une abondance relative des espèces à différents points d’écoute. A chacun des 36 points d’écoute répartis sur les six fragments forestiers inventoriés, tous les individus ont été comptabilisés grâce à leurs chants (Blondel et al., 1970).

24Les données d’abondance, ainsi que celles de présence/absence récoltées tout au long de l’année, ont été mises en relation avec la cartographie de végétation. Les compositions des communautés aviaires ont été corrélées à la taille et à l’état de dégradation des fragments forestiers.

Figure 7

Agrandir

Martin-chasseur malgache, Ispidina madagascariensis

Malagasy Kingfisher Ispidina madagascariensis (credit M. Fayolle)

25Les résultats obtenus sont peu surprenants : les grands massifs forestiers comprennent une diversité spécifique plus importante et une composition plus équilibrée en termes d’abondance. Notons que cet équilibre suppose que toutes les espèces soient plus ou moins représentées par le même nombre d’individus.

26Les massifs forestiers de plus petite taille et fortement dégradés ont en revanche une diversité spécifique moindre, et les peuplements sont dominés par des espèces opportunistes. Plus le milieu est dégradé et fragmenté, moins on observe d’espèces inféodées aux forêts primaires, qui sont a fortiori les espèces les plus menacées (Goodman et Raherilalao, 2003).

27Cependant, certaines espèces menacées et inféodées aux forêts primaires intactes comme l’eurycère de Prévost et le rollier terrestre leptosome (Langrand, 1995) sont étonnamment encore bien présentes dans des blocs forestiers très dégradés. Ce constat, qui pourrait être qualifié de trompeur, témoigne de la complexité de la mosaïque des milieux forestiers, tant dans sa structure que dans sa dynamique. Car si ces espèces sont encore présentes, c’est que les blocs forestiers dégradés sont encore connectés à de grands massifs peu dégradés, ou que la dégradation de leur habitat est récente (Woog et al., 2006). Connaissant la dynamique de déforestation et de fragmentation des milieux à Manompana, on peut désormais prédire une rapide raréfaction de ces espèces.

28Les priorités de gestion qui se dégagent de cette partie de notre travail sont la conservation de corridors entre les différents blocs forestiers, et l’exclusion de toute exploitation forestière dans certaines zones encore intactes. Avec une exploitation raisonnée de la forêt qui permette de maintenir une continuité du couvert forestier,  l’incroyable avifaune des forêts de Manompana a des chances de perdurer. Le fort potentiel éco touristique généré par une telle diversité pourrait être la contrepartie à la non-exploitation des zones les mieux conservées.

2.2.3 L’herpétofaune

29Les inventaires menés concernant l’herpétofaune des forêts de Manompana constituent les premières données en la matière. Les résultats prouvent une fois de plus l’exceptionnelle biodiversité des écosystèmes de Manompana (Figure 8). Pas moins de 43 espèces d’amphibiens ont été recensées sur la commune, dont neuf espèces sont à ce jour inconnues ou en cours de description (Glaw et Vences, 2007). Concernant les reptiles, c’est quatre espèces de caméléons, sept espèces de serpents et 17 espèces de lézards qui ont été recensées, soit un total de 28 espèces.

30Plusieurs espèces recensées dans les forêts de Manompana n’étaient connues jusqu’alors que sur quelques sites restreints à Madagascar. Leur présence ici nécessite un effort supplémentaire de conservation.

31Une grande partie des espèces inventoriées sont très spécialisées et dépendent de micro-habitats particuliers. Du fait de leur petite taille, certains de ces organismes sont incapables de se déplacer sur d’importantes distances (Vallan, 2003). Le maintien d’une continuité forestière entre les micro-habitats est plus que jamais de mise pour la pérennité des communautés d’amphibiens et de reptiles.

Figure 8

Agrandir

Boophis picturatus (credit M. Fayolle)

3 Le contexte socio-économique

32Afin de construire un projet de conservation adapté et efficace, il est essentiel de comprendre les différents facteurs socio-économiques entrant en jeu. Ce travail a été réalisé par le biais de multiples interviews menées auprès des villageois tout au long de l’année — principalement dans les villages de Manompana, d’Ambohimarina et d’Ambalanirana (Figure 9) — ainsi qu’au moyen de nombreuses discussions formelles ou non avec les habitants des différents villages de la commune. Certaines données n’ont été accessibles qu’en partageant le quotidien du village une année entière. Les résultats présentés ici sont synthétisés et se concentrent essentiellement sur l’utilisation des ressources forestières, mais ils permettent d’appréhender de manière globale le contexte socio-économique dans lequel évolue la communauté Betsimisaraka de Manompana.

Figure 9

Agrandir

Localisation des principaux villages de la commune de Manompana

Main villages localization in Manompana district

33La commune de Manompana, qui comprend environ 17000 habitants, est divisée en sept fokontany (subdivisions administratives coutumières, Figure 1) et comprend 23 villages principaux (Figure 9). La vie des communautés villageoises tourne autour d’une économie de subsistance. L’agriculture et l’exploitation des ressources naturelles sont les principales activités. Les rentrées d’argent sont faibles et ne concernent en général que de réduites activités de commerce et de vente des rares surplus de la production agricole (Figure 10).

34Etant donné la situation d’isolement de la commune, l’Etat y est très peu représenté. L’organisation traditionnelle est encore très présente et les lois coutumières prévalent généralement au cadre légal national. Cependant, malgré l’importance des traditions dans la structure sociale et la vie quotidienne, les croyances et les valeurs traditionnelles tendent à disparaître au profit d’autres valeurs basées sur l’argent. Par exemple, la perte progressive des valeurs d’entraide au profit de travaux rémunérés a pour effet de voir diminuer les surfaces agricoles cultivées et s’éloigner ainsi la possibilité d’autosuffisance alimentaire. Le manque de moyens financiers des agriculteurs ne leur permet pas d’employer autant de journaliers que lorsque le système fonctionnait sur la base de l’entraide communautaire. Leur force de travail diminuant et les techniques agricoles étant lourdes en termes d’effort (irrigation, drainage, terrassement), certaines parcelles sont abandonnées car devenues impropres à la culture faute d’aménagements, et les rendements s’en trouvent affectés. Les agriculteurs n’ayant plus la capacité de vivre de leurs récoltes se tournent alors vers l’exploitation de bois précieux, la demande des exploitants forestiers illégaux étant forte.

Figure 10

Agrandir

Plaine rizicole de Mahasoa, commune de Manompana

Rice growing in Mahasoa, area of Manompana (credit S. Beaucent)

35A l’exception de la forêt d’Ambodiriana qui bénéficie d’un statut de protection, l’ensemble du massif forestier de la commune est classé en forêt domaniale et ne fait donc l’objet d’aucune gestion particulière. L’exploitation des ressources forestières y est réalisée dans plusieurs buts : les utilisations coutumières, qui comprennent le bois de construction, le bois de chauffe, les plantes médicinales, la cueillette et la chasse ; et les prélèvements à but commercial qui se limitent à l’exploitation des bois précieux.

3.1 Les prélèvements forestiers coutumiers

36Les utilisations coutumières des ressources forestières, qui sont réservées à un usage local et familial, restent de faible ampleur et ne représentent pas une menace pour l’intégrité des écosystèmes dans la plupart des cas (Leroy, 2008). Elles répondent en outre à des besoins indispensables à la vie de la communauté villageoise.

37L’impact des prélèvements en bois de construction sur la forêt a pu être évalué. La construction d’une habitation traditionnelle nécessite le déboisement partiel de 0,05 ha de forêt (Fayolle et Beaucent, 2009). Si l’on prend l’exemple des circonstances exceptionnelles d’un cyclone particulièrement destructeur tel que le cyclone Yvan en février 2008, les dégâts étaient évalués à mille cases détruites sur l’ensemble de la commune. La reconstruction de ces mille cases correspond approximativement à l’exploitation de 48,7 ha de forêt, soit 0,36 % du couvert forestier de la commune, et ne constitue qu’un impact minime.

38Les prélèvements de plantes médicinales liés à la médecine traditionnelle sont aussi de faible ampleur, et dans la majorité des cas seule une partie du végétal ciblé est prélevée. En aucun cas cette pratique ne menace l’intégrité des écosystèmes, d’autant qu’elle répond à une nécessité vitale incontournable, la médecine traditionnelle étant le seul accès aux soins possible pour la majorité des villageois.

39L’exploitation des ressources forestières pour les usages coutumiers n’est en réalité problématique que lorsque les ressources ciblées sont déjà rares et menacées, ou appartenant à un milieu présentant ces caractéristiques. C’est le cas de la chasse aux lémuriens, ces derniers étant déjà fortement menacés par la dégradation et la fragmentation de leur habitat. C’est également le cas d’un palmier rare par sa répartition (Ravenea sambiranensis), qui est exploité pour son cœur comestible (Dransfield et Beentje, 2003).

40Le prélèvement de bois de chauffe, seule source d’énergie à Manompana, n’a qu’un faible impact sur la forêt dans la plupart des villages de la commune, d’autant que les prélèvements se font au plus près des habitations, la plupart du temps au niveau des haies bordant les champs ou dans les jachères agricoles. Dans le cas du village de Manompana, dont les ressources forestières les plus proches sont la forêt littorale de la pointe Mahela et la mangrove de l’embouchure du fleuve Manompana, les prélèvements de bois de chauffe sont problématiques car ils s’attaquent à des milieux fragiles qui sont de surcroit faiblement représentés (Tableau I, Figure 2).

3.2 Le bois commercialisé

41L’exploitation du bois destiné à la vente est actuellement une des plus fortes pressions exercées sur les milieux forestiers de Manompana (Leroy, 2008). La demande étant importante, les quantités prélevées le sont aussi. Les profits réalisés sont très élevés et n’ont pourtant que peu de répercussions sur le niveau de vie de la population. De plus, cette pratique pénalise l’ensemble des habitants de la commune en raréfiant et en éloignant toujours davantage une ressource en bois nécessaire à la vie quotidienne.

42La région de Manompana (Figure 11) est depuis longtemps exploitée pour des essences d’intérêt qui y poussaient en abondance telles que le Palissandre, le Bois de Rose et l’Ebène. Les exploitants forestiers y pratiquaient leur activité avec l’aval de la Direction des Eaux et Forêts. Suite à la raréfaction de ses essences, l’exploitation forestière a peu à peu été limitée, jusqu’au non-renouvellement des permis d’activité des exploitants forestiers.

43Aujourd’hui cette activité continue en toute illégalité. La situation est la suivante : les exploitants forestiers commandent des bois aux bûcherons de la commune. Ces derniers, qui vivent dans une précarité et une insécurité alimentaire presque permanente, n’ont d’autres choix que de répondre à cette demande pour pouvoir nourrir leur famille, quel qu’en soit le prix. En effet les bois sont achetés aux bûcherons pour des prix dérisoires : 4000 ariarys la planche de Palissandre, soit 1,5 euro.

44La demande étant importante, tant à l’île Sainte-Marie que dans les centres urbains les plus proches (Toamasina, Mananara-Nord) (Figure 3), les exploitants forestiers n’ont aucun mal à écouler leur marchandise en réalisant des bénéfices impressionnants. D’autant que les moyens de contrôle sont faibles et facilement contournables.

45Les prix du bois pratiqués auprès des bûcherons contribuent à maintenir leur niveau de vie très bas, ce qui ne leur laisse d’autre choix que d’intensifier l’exploitation de la forêt pour survivre. Il faut en effet souligner que les bûcherons sont en général les personnes les plus démunies, qui ne possèdent pas de terres à cultiver.

Figure 11

Agrandir

Forêt de la commune de Manompana

Forest of Manompana (credit S. Beaucent)

3.3 La culture sur brûlis

46La culture sur brûlis (ou tavy en malgache) est encore largement pratiquée dans la commune de Manompana. Ce système d’agriculture fonctionne sur la base de rotations. Après la défriche et le brûlis, une parcelle est cultivée quelques années avant d’être laissée en jachère, le temps que se reconstitue un couvert végétal suffisant à l’amélioration du sol. Ce système s’étendait jusqu’alors assez peu, les mêmes parcelles étant mises en jachère et cultivées à tour de rôle. Si bien que la plupart des parcelles utilisées pour la culture sur brûlis sont assez anciennes (Styger et al., 2006).

47Aujourd’hui, les rendements des rizières de bas-fonds sont en baisse et les plaines rizicoles ne sont que partiellement cultivées faute d’infrastructures (irrigation, drainage), par conséquent les zones de brûlis tendent à augmenter. D’autant que la forte activité de coupe du bois favorise l’installation de ce système agricole. En effet, l’agriculture sur brûlis n’est que rarement pratiquée sur la forêt primaire, mais le plus souvent sur des parcelles forestières déjà exploitées par les bûcherons. L’augmentation de ce type d’agriculture est donc directement liée aux difficultés rencontrées par les agriculteurs dans les rizières de bas-fond, mais aussi à la déforestation massive engendrée par l’exploitation des bois commercialisés (Aubert et al., 2003).

48Dans une société rurale isolée comme celle de Manompana, la vie des habitants dépend étroitement des ressources naturelles disponibles. La précarité et l’insécurité alimentaire amènent les populations à exercer une pression de plus en plus importante sur les milieux naturels. Ainsi, la conservation des habitats naturels et de la biodiversité qui leur est associée n’est possible que par une amélioration des conditions de vie des habitants, et inversement.

4 Sensibilisation et implication des communautés locales

4.1 Le comité villageois consultatif

49A l’initiative commune du maire de Manompana et de l’association ADEFA, un comité villageois consultatif (CVC) a été créé à Manompana, afin d’engager davantage l’ADEFA vers une gestion participative de la forêt protégée d’Ambodiriana. Ce CVC est un groupement de personnes représentant plusieurs parties ou acteurs, qui étudient les actions, les problèmes et les perspectives liés à l’utilisation et la conservation de la forêt.

50Afin que le CVC soit le plus représentatif possible de la population, on a tenté de réunir des personnes de toutes les catégories socioprofessionnelles existantes, sans distinction de sexe, de richesse ou de distinction sociale : tangalamena (autorités traditionnelles), agriculteurs, tradipraticiens, bûcherons, pêcheurs, commerçants, artisans, guides, opérateurs touristiques… Le rôle et le fonctionnement du CVC ont été discutés avec tous ses membres. Chacun d’eux a été interviewé afin de connaître leurs opinions concernant la gestion et la protection de la forêt. En plus d’avoir été un formidable apprentissage de la culture et du quotidien des habitants de Manompana, ce travail nous a permis de dresser un premier bilan de leurs attentes quant à la conservation de la forêt et au développement de la commune.

51Le CVC est en premier lieu un organe de communication entre les différents acteurs concernés par la gestion de la forêt d’Ambodiriana, qui sont les autorités locales, l’ADEFA et les habitants de Manompana. En plus de la gestion d’Ambodiriana, le CVC aborde aussi des domaines variés comme l’agriculture ou le bucheronnage. Le principe est que chacune des parties puisse exprimer son point de vue, et que les solutions et les projets soient élaborés de manière concertée. L’objectif principal du CVC est d’aider à la mise en place d’activités alternatives à l’exploitation irraisonnée de la forêt. Il doit permettre à l’ADEFA d’intégrer au mieux les attentes des habitants de la commune, dans un but de développement durable et de conservation de la forêt.

52Car pour une majorité de la population, qui vit dans un contexte de grande pauvreté et de subsistance au jour le jour, la vision écologique occidentale et les actions de conservation des ressources naturelles, à entreprendre sur le long terme, ne sont pas toujours évidentes et souvent mal comprises. C’est pourquoi la création du CVC est plus que nécessaire pour assurer sa fonction d’information, de communication, et d’échanges.

53Lors de la réunion d’officialisation du CVC, plusieurs projets de formations et d’aides aux méthodes agricoles durables ont vu le jour (plantations d’arbres fruitiers, culture de la vanille, réhabilitation des plantations de girofliers).

54Les avancées et les projets apportés par le CVC dépendront de la volonté de chacun de ses membres à dialoguer et à s’organiser ensemble pour un développement local intégrant le mieux possible les enjeux de conservation des milieux naturels de Manompana. Mais il dépendra surtout du dynamisme du gestionnaire de la forêt d’Ambodiriana, qui devra être le moteur des réunions et des actions réalisées par le CVC.

4.2 Sensibilisation à l’environnement

55Afin de sensibiliser les jeunes générations à la préservation de leur patrimoine naturel, une exposition a été réalisée sur le thème de l’écosystème forestier. Accompagnée d’explications orales, l’exposition aborde les notions de base du fonctionnement de l’écosystème forestier. Animée par un éducateur malgache, l’exposition a été présentée à des élèves du collège de Manompana.

56En complément de l’exposition, un jeu simple permet d’illustrer le principe de chaîne alimentaire et d’interdépendance entre les êtres vivants. Constitué de plusieurs cartes représentant différents animaux ou plantes, ce jeu démontre de façon explicite les différents liens et relations possibles entre les membres d’un écosystème.

57A la suite de l’exposition, une sortie en forêt a été organisée avec des élèves de l’école primaire et du collège, dans la forêt d’Ambodiriana (Figure 12).

Figure 12

image

Sortie en forêt avec des enfants de Manompana

Out in the woods with children from Manompana (credit S. Beaucent)

58L’exposition et le jeu ont été transmis aux associations ADEFA et Les Amis de Manompana, afin qu’ils puissent utiliser ce support pour poursuivre un programme de sensibilisation à l’environnement auprès des jeunes de Manompana.

59Les Amis de Manompana sont une association qui agit pour le développement économique de la commune de Manompana, dans une vision globale de développement durable intégrant les facteurs environnementaux, économiques et humains, et qui s’appuie sur la force de la tradition. L’association assure la protection et la valorisation de la forêt littorale de la Pointe Mahela, et gère plusieurs missions dans le domaine socio-éducatif : construction et maintenance d’une école maternelle, soutien logistique à l’hôpital, mise en place d’une maison de l’artisanat pour développer et trouver des débouchés à la vannerie fabriquée par les femmes de la commune. Les amis de Manompana sont une petite équipe de locaux bénévoles, aidés par des volontaires locaux et internationaux.

4.3 Développement d’une activité touristique de trek

60Les nombreuses expéditions en forêt effectuées pour les travaux de cartographie et les études faunistiques ont permis de repérer de possibles circuits de randonnée, en vue du développement d’une activité touristique de trek à Manompana. Tous les villages et hameaux de la commune sont reliés entre eux par des sentiers pédestres qui permettent de découvrir les patrimoines culturel et naturel de la région. La mise en place de circuits de trek sur plusieurs jours permettrait de développer un hébergement chez l’habitant, et assurerait ainsi un bénéfice direct de cette activité touristique pour la population des villages hôtes.

61Il existe à Manompana plusieurs guides capables d’assurer l’accompagnement de touristes sur des circuits de randonnée. De plus, l’association ADEFA est désireuse d’aider au développement de cette activité éco-touristique, qui constitue une alternative économique durable pour la population locale, et ce, en faveur de la conservation de la forêt.

62Cependant, une réflexion préalable sur le fonctionnement d’une telle activité est indispensable pour que celle-ci apporte de réels changements positifs aux communautés locales, et ce, pour deux principales raisons.

63Tout d’abord, l’hospitalité est une coutume ancestrale du peuple malgache : les habitants d’un village apportent le gîte et le couvert (dans la mesure de leurs capacités) à n’importe quel visiteur de passage. La rémunération des habitants hôtes par de l’argent pourrait donc provoquer la disparition de cette respectable coutume, et ainsi participer à une perte d’identité culturelle de la population locale.

64De plus, la majorité des habitants de la commune – et particulièrement ceux des villages situés en pleine forêt – vivent dans une grande pauvreté matérielle, et l’argent n’existe pratiquement pas ou très peu dans l’organisation de leur mode de vie. Dans ce contexte, l’apport d’argent à certaines personnes pourrait provoquer d’irrémédiables dégâts dans la cohésion sociale de la population, comme la création d’importantes inégalités, ou la perte de l’entraide entre tous les membres de la communauté.

65Le respect des coutumes et des modes de vie locaux est donc indispensable pour qu’une activité touristique de trek apporte des avantages positifs durables aux communautés locales.

66Ce point a été soulevé en tout premier lieu par des guides de Manompana, et plusieurs solutions ont été proposées pour pallier à ce problème. Par exemple, la rémunération des habitants hôtes par des biens utiles de première nécessité (couvertures, vêtements, moustiquaires… etc.), ou par une participation au travail quotidien, cette solution permettant en plus une immersion totale dans le mode de vie de la population locale. Un fonctionnement communautaire de l’hébergement serait aussi une solution intelligente qui pourrait ouvrir la porte à de nombreuses possibilités de servir des intérêts communs (acquisition de biens communautaires, matériel agricole… etc.).

4.4 Association villageoise des métiers du bois

67A l’initiative des bûcherons de Manompana et de l’association Les Amis de Manompana, la création d’une association villageoise des métiers du bois a été engagée. Ce projet consiste à réunir les différents corps de métiers liés à l’exploitation forestière (principalement les bûcherons et les menuisiers), et d’aider à une meilleure valorisation des produits forestiers. Le but est d’améliorer le revenu de ces métiers tout en réduisant la quantité des prélèvements de bois, et d’aller ainsi vers une gestion durable et raisonnée de l’exploitation forestière.

68Le premier objectif de cette association est de produire des pièces de bois à plus forte valeur ajoutée et transformées sur place (charpente, portes, meubles, artisanat).

69Le second objectif est de vendre cette production sur des marchés de proximité immédiate, les principaux étant l’île très touristique de Sainte-Marie et la ville de Tamatave, en supprimant l’intermédiaire que sont les exploitants forestiers. Cela permettrait aux bûcherons de recevoir les justes bénéfices de l’exploitation de leurs propres ressources forestières, et d’avoir ainsi la capacité de mettre en place une gestion durable de leurs forêts.

70Ce projet demandera beaucoup de détermination et de soutien, car il ne sera probablement pas facile de modifier le système actuel d’exploitation du bois. Les exploitants forestiers, qui tirent le maximum des bénéfices et qui maintiennent les bûcherons dans la pauvreté, ne seront probablement pas favorables à ce changement. A l’heure actuelle, l’association des métiers du bois n’est pas encore en fonctionnement, principalement par manque de moyens logistiques et financiers.

71Mais ce projet constitue une étape indispensable à la gestion durable de leurs ressources naturelles par les communautés locales. Car si les habitants ne peuvent pas vivre décemment de l’exploitation de leurs forêts, celles-ci risquent fort d’être pillées jusqu’au dernier arbre. L’intégration du développement local et de la conservation de la biodiversité est plus que jamais de mise pour permettre à tout un corps de métier d’atteindre une meilleure qualité de vie, et de donner sa chance de perdurer à tout un écosystème avec sa faune, sa flore et ses lieux sacrés.

5 Discussion et perspectives

72La situation environnementale de la commune de Manompana est à plusieurs égards exceptionnelle. Elle comprend quatre des écosystèmes les plus riches et les plus rares tant à l’échelle de Madagascar qu’à l’échelle planétaire, qui sont la forêt pluviale de basse altitude (sur gneiss et sur basalte), la forêt littorale sur sable, la mangrove et le récif corallien (Burgess et al., 2005). Les milieux forestiers sont très bien représentés (44 % de la surface communale) et s’étalent sur près de 16000 ha (Tableau I, Figure 2). Les études faunistiques réalisées montrent que la biodiversité abritée par ces milieux fait de Manompana un site unique quant à sa richesse. Ses forêts sont un refuge précieux pour de nombreuses espèces menacées. Cependant, la pression exercée sur les milieux forestiers est importante et la réduction et la fragmentation de ces habitats naturels menacent aujourd’hui de provoquer l’effondrement de cette richesse.

73L’équilibre des milieux forestiers est également garant de la survie de la société rurale évoluant sur la commune de Manompana. La forêt régule les régimes hydriques dont dépend l’agriculture (Styger et al., 2006). La pêche, dont dépendent en grande partie les villages côtiers, est elle aussi influencée par la dynamique de déforestation : en l’absence de forêt pour les retenir, les sols sont entrainés par les pluies. Les eaux turbides alors déversées dans le lagon participent à la dégradation des écosystèmes coralliens. De même, la mangrove joue un rôle majeur pour la reproduction d’un grand nombre de poissons marins. La grande interdépendance des écosystèmes et agrosystèmes en présence souligne le rôle essentiel joué par la forêt et sa conservation. Les besoins quotidiens et la médecine traditionnelle dépendent eux aussi de la forêt.

74L’exploitation illégale de bois a été identifiée comme étant l’un des principaux facteurs de la déforestation à Manompana. Le système qui la régit contribue à la paupérisation de la population tout en détruisant son environnement. La précarité dans laquelle se trouvent la plupart des habitants de Manompana ne leur permet pas d’avoir la marge d’action nécessaire à la gestion durable de leurs ressources (Nambena, 2006). Le maintien des milieux naturels, de leur biodiversité, et des communautés humaines qui en dépendent apparaît ainsi comme une conséquence de l’amélioration des conditions de vie des habitants, dans le respect de leurs valeurs culturelles et traditionnelles.

75Trois axes de développement sont désormais identifiés et plusieurs démarches ont été effectuées dans leur sens. Ces trois axes sont l’amélioration des rendements agricoles, la valorisation des produits forestiers et le développement d’un tourisme solidaire. Ils ont pour objectif l’autosuffisance alimentaire et la création de revenus complémentaires qui permettraient de sortir de la spirale de paupérisation et de destruction de l’environnement.

76C’est dans cette optique qu’a été soutenue la création de l’association des métiers du bois. Seule une structure de ce type peut permettre de sortir du système actuel d’exploitation illégale de la forêt et générer suffisamment de revenus pour l’ensemble de la corporation, afin qu’une gestion patrimoniale et durable des ressources forestières soit envisageable (Aubert et al., 2003). Si cette association des métiers du bois prévoit de s’autofinancer par la vente de produits forestiers, un apport financier pourrait accélérer son autonomie. Une aide technique à la gestion durable des ressources forestières sera également nécessaire.

77De la même manière, le développement de circuits de trek a été amorcé. La création d’une structure similaire à l’association des métiers du bois sera à l’avenir nécessaire au développement d’activités éco-touristiques. L’organisation d’un réseau d’hébergement chez l’habitant est en cours au village de Manompana, à l’initiative de l’association Les Amis de Manompana. L’extension de ce réseau aux villages forestiers concernés par les circuits de trek serait également profitable.

78Dans le domaine de l’agriculture, le Programme national de Promotion des Revenus Ruraux (PPRR), apporte une aide technique ainsi que des débouchés économiques aux agriculteurs des principaux villages de la commune. Si ce programme connaît certaines lacunes, il a néanmoins permis une nette amélioration des infrastructures agricoles qui devrait s’accompagner inévitablement d’une amélioration des rendements.

79La compréhension de la situation nous a conduits à reporter la proposition de classement en AP. En effet la législation des AP malgaches, basée sur la législation occidentale, n’est pas adaptée à une société fortement dépendante de ses ressources naturelles comme c’est le cas à Manompana, et ce malgré une révision récente des catégories d’AP (Borrini-Feyerabend et Dudley, 2005). Les contraintes engendrées par le statut d’AP sont fortes, et le risque de rejet de la structure par les habitants est important si un développement d’alternatives économiques préalable n’est pas mis en place. Nombreux sont les cas à Madagascar où le statut d’AP existe, mais où les règles ne sont pas respectées (Raharisson, 2006). Dans un lieu isolé comme la commune de Manompana, où l’Etat n’est que peu représenté et le droit coutumier encore prédominant, le risque de tomber dans ce travers est grand. De plus, la situation de crise politique qui dure depuis le début de l’année 2009 à Madagascar ne permet pas d’envisager sereinement une action à long terme telle que la création d’une AP. La protection et la gestion durable des milieux forestiers de Manompana ne pourront être réalisées que par une initiative locale volontaire.

Figure 13

Agrandir

Proposition de zonage des massifs forestiers de Manompana

Zoning proposal for Manompana’s forest

80Dans cette optique, une sectorisation des différents massifs forestiers a été proposée à l’association des métiers du bois ainsi qu’à la commune de Manompana. Ce zonage tient compte à la fois des exigences des différents écosystèmes, et de l’utilisation des ressources naturelles (Figure 13). Une zone forestière continue serait réservée à la conservation (un tiers des milieux forestiers), et une autre dédiée aux usages coutumiers et à l’exploitation durable des ressources forestières (deux tiers des milieux forestiers). Cette proposition de zonage prend en compte les besoins des différents villages de la commune, et elle a été accueillie favorablement par les deux parties consultées (Fayolle et Beaucent, 2009).

81Il reste un long chemin avant que la vie exceptionnelle qui règne dans les forêts de Manompana soit hors de danger, mais aujourd’hui une dynamique positive est en marche et se doit d’être poursuivie.

Haut de page

Bibliographie

Aubert S, Razafiarison S, Bertrand A, Randrianaivo D, Lemalade JL (2003). Déforestation et systèmes agraires à Madagascar: les dynamiques des tavy sur la côte orientale. CIRAD, FOFIFA, CITE. Aubert S, Razafiarison S et Bertrand A, éditeurs scientifiques.

Bauer W, Key R, Jacobs J (2005). Carte géologique préliminaire de Madagascar. British Geological Survey, Mai 2005.

Blondel J, Ferry C, Frochot B (1970). Méthode des indices ponctuels d'abondance (IPA) ou des relevés d'avifaune par stations d'écoute. Alauda 38, 55-71.

Borrini-Feyerabend G, Dudley N (2005). Elan Durban, nouvelles perspectives pour les aires protégées à Madagascar. IUCN, WCPA, CEESP.

Burgess ND, Hales JDA, Ricketts TH, Dinerstein E (2005). Factoring species, non-species values and threats into biodiversity prioritisation across the ecoregions of Africa and its islands. Biological Conservation 127, 383-401.

Dransfield J, Beentje H (2003). Arecaceae, Palms. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 448-457.

Dufils JM (2003). Remaining forest cover in Madagascar and the implications for planning biodiversity conservation. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 88-96.

Du Puy DJ, Moat J (2003). Using geological substrate to identify and map primary vegetation types in Madagascar and the implications for planning biodiversity conservation. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 51-67.

Fayolle M, Beaucent S (2009). Etat des lieux  et priorités de gestion des ressources naturelles forestières de la commune de Manompana. SFDP. pp 1-40. (http://www-sfdp.u-strasbg.fr/primatologie/pdf/Gestion_ressources_forestieres_Manompana.pdf).

Ganzhorn JU, Goodman SM, Dehgan A (2003). Effetcs of forest fragmentation on small mammals and lemurs. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1228-1234.

Glaw F, Vences M (2007). A Field Guide to the Amphibians and Reptiles of Madagascar. 3 rd edition. Köln: Vences et Glaw.

Goodman SM, Hawkins AFA, Razafimahaimodison JC (2000). Birds of the Parc National de Marojejy, Madagascar: with reference to elevational variation. In A floral and faunal inventory of the Parc National de Marojejy, Madagascar: With reference to elevational variation, (Goodman SM, editor). Fieldiana: Zoology, new series 97, 175-200.

Goodman SM, Raherilalao MJ (2003). Effects of forest fragmentation on bird communities. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1064-1066.

Kremen C (2003). The Masoala peninsula. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1459-1466.

Langrand O (1995). Guide des oiseaux de Madagascar. Lausanne: Delachaux et Niestlé.

Leroy R (2008). Enjeux et limites de l'élaboration concertée d'un plan de gestion d'un espace naturel à Madagascar, ou comment allier conservation de la biodiversité et développement durable dans les pays du sud?, non-publié. Mémoire de Master 2 : Université de la Réunion. pp 1-42.

Mittermeier RA, Konstant WR, Rylands AB (2004). Lemur Conservation. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1538-1543.

Mittermeier RA, Tattersall I, Meyers DM, Nash SD, Konstant WR, Hawkins F (1994). The Lemurs of Madagascar. Conservation International.

Nambena J (2006). Analyse de la subsistance paysanne dans un système de production en crise et identification participative de stratégies durables d’adaptation: cas de Beforona, versant oriental de Madagascar. In Proceedings of the German-Malagasy Research Cooperation in Life and Earth Sciences (Schwitzer C, Brandt S, Ackermand D, Razakamanana T, Ramilijaona O, Ganzhorn JU, Razanahoera MR, editors). pp 223-231.

Nicoll ME (2003). Forests outside Protected Areas. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1432-1437.

Styger E, Rakotondramasy HM, Pfeffer M, Fernandes ECM, Bates DM (2006). Influence of slash-and-burn farming practices on fallow succession and land degradation in the rainforest of Madagascar. Agriculture, Ecosystems and Environment 119, 257-269.

Vallan D (2003). Consequences of rain forest fragmentation for herpetofauna: a case study from Ambohitantely. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 899-907.

Vasey N (2003). Varecia, ruffed lemurs. In The Natural History of Madagascar (Goodman SM, Benstead JP, editors). Chicago and London: The University of Chicago Press. pp 1332-1336.

Woog F, Ramanitra N, Rasamison Andrianarivelosoa SR (2006). Effects of deforestation on eastern Malagasy bird communities. In Proceedings of the German-Malagasy Research Cooperation in Life and Earth Sciences (Schwitzer C, Brandt S, Ackermand D, Razakamanana T, Ramilijaona O, Ganzhorn JU, Razanahoera MR, editors). pp 203-214.

Haut de page

Notes

1  Nos remerciements vont aux différents organismes financeurs de ce projet : la Fondation de France, la Région Rhône-Alpes, la Société Francophone de Primatologie, l’Association de Défense de la Forêt d’Ambodiriana et les entreprises Form XL et Décathlon. Nous remercions aussi toutes les personnes qui ont aidé aux différentes phases de notre travail et qui ont soutenu notre projet à Madagascar : Haja Rakotovao, Grinaud Miandra, Augustin Kaloloha, Galy, l’association des Amis de Manompana, M. Jonah Ratsimbazafy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Beaucent et Marc Fayolle, « Projet MAMIA (Manompana mikajy ny ala) : étude, gestion et conservation des forêts de Manompana. Actions, bilan et perspectives », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 9, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 20 décembre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/749 ; DOI : 10.4000/primatologie.749

Haut de page

Auteurs

Ségolène Beaucent

ADEFA
Auteur pour la correspondance :
projet.mamia@gmail.com

Marc Fayolle

ADEFA
Auteur pour la correspondance :
projet.mamia@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page