Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Les activités de conservation des lémuriens par le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP)

Conservation activities of lemurs by the Madagascar Primate Research Group (GERP- Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar)
Rose Marie Randrianarison, Hanta Razafindraibe, Jonah Ratsimbazafy, Fanantenana Rasolofoniriana Andriatsarafara et Lucien Marie Aimé Rakotozafy

Résumés

Le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar, une association de conservation, a été créée en 1994 grâce à l’initiative des Enseignants Chercheurs et étudiants du Département de Paléontologie et d’Anthropologie Biologique et du Département de Biologie Animale de l’Université d’Antananarivo. Le GERP regroupe actuellement des membres scientifiques multidisciplinaires Malgaches et étrangers dont la majorité d’entre eux est constituée par des primatologues. Les principales actions du GERP se focalisent sur les travaux de recherche sur les Primates Prosimiens de Madagascar, l’établissement de leur plan de conservation, la découverte de nouvelles espèces de lémuriens, la translocation et le transfert des lémuriens vivant dans des milieux défrichés ou précaires, le suivi et l’abondance des lémuriens ainsi que la révision de leurs aires de distribution. Les résultats des recherches effectuées sur la conservation ont permis de publier des articles dans des revues de renommée nationale et internationale sur la Primatologie. En outre, le renforcement de capacité et l’éducation de la communauté de base, des systèmes éducatifs primaires et supérieurs sur la conservation des lémuriens et l’appui aux activités de développement durable de la population locale s’avèrent nécessaires pour que la conservation des lémuriens soit pérenne.

Conservation activities of lemurs by the Madagascar Primate Research Group (GERP- Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar)

The Madagascar Primate Research Group (GERP - Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar) is a conservation-focused association created in 1994 by the initiative of researcher lecturers and students from the Department of Paleontology and Biological Anthropology and the Department of Animal Biology of the University of Antananarivo. The GERP membership consists of multidisciplinary scientists, both Malagasy and foreign, the majority of whom are primatologists. The principle actions of the association are focused on research on the prosimian primates of Madagascar, the development of action plans for their conservation, the discovery of new species, the translocation of lemurs living in deforested or threatened habitats, the abundance estimates and the revision of area distributions and the publication of results research in national and international scientific journals. In fact, capacity building of local community associations and primary and higher education systems concerning lemur conservation linked to aiding the sustainable development of local communities, it seems necessary, so that the lemur conservation will be lasting.

Haut de page

Historique

Soumis 15 juillet 2011. Accepté 30 juillet 2011

Texte intégral

1 Contexte

1"Partager mes connaissances et compétences afin de préserver la biodiversité pour les générations futures", tel est le slogan du Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP).

2L’Association dénommée "Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (G.E.R.P.)" a été créée le 05 Avril 1994 par dix membres fondateurs, tous des primatologues. Son Logo représente un Babakoto (Indri indri), le plus grand des lémuriens actuels à Madagascar : il tient la Grande Ile, de couleur verte, entre les mains et porte en travers le sigle G.E.R.P. Son statut de conservation est "en Danger".

3Le GERP compte aujourd’hui 179 membres dont 15 d’entre eux sont de nationalité étrangère. Pour y adhérer, il faut soumettre sa candidature en faisant une demande auprès de l’Assemblée générale et être parrainé par deux membres du GERP ayant une ancienneté de cinq ans au minimum. Des fondateurs, des sponsors et surtout des scientifiques dont l’intérêt porte sur les informations nouvelles concernant les Primates dans le monde entier, constituent les membres de cette association.

4La mission du G.E.R.P. est exposée dans l’article 4 de ses Statuts, parmi lesquelles :

  1. Contribuer à la connaissance des lémuriens qu’ils soient fossiles, subfossiles ou actuels ; dans leurs sites naturels, en laboratoires et dans les parcs et jardins zoologiques.

  2. Participer à la protection et à la conservation des lémuriens dans les limites légales et en conformité avec la législation afférente, en particulier son action à l’application des lois et règlements régissant leur conservation.

  3. Améliorer l’environnement et le cadre de vie des populations humaines qui vivent dans les zones périphériques des Aires Protégées où se rencontrent ces Primates.

5Le GERP vise à promouvoir l’excellence et le réflexe pragmatique dans l’esprit des futurs primatologues, contribuer à la réactualisation des bases de données sur les Primates de Madagascar, communiquer les informations à diffuser et à recevoir sur la situation des Primates de Madagascar en conformité avec les cadres juridiques mis à jour et promouvoir l’éducation environnementale au niveau des écoliers, et de la population locale.

2 Les activités de conservation des lémuriens

6Les travaux de recherche sur les Primates Prosimiens de Madagascar, l’établissement de leur plan de conservation, les formations théorique et pratique sur la Primatologie ainsi que l’Education environnementale liée au Développement rural durable, tels sont les domaines d’intervention du GERP. Les zones d’action du GERP se répartissent du nord au sud, de l’est à l’ouest de Madagascar où les variations faunistique et floristique sont spécifiques.

2.1 Découverte de nouvelles espèces de lémuriens

7Le plus petit lémurien de Madagascar découvert par les Primatologues dans la forêt de Kirindy a été dénommé Microcebus berthae (Figure 1) ou Microcèbe de Madame Berthe pour rendre hommage à l’un des fondateurs du GERP, Madame le Professeur Berthe Rakotosamimanana. L’espèce est classée comme étant en danger sur la liste rouge de l’IUCN.

Figure 1

 image

Microcebus berthae

Figure 2

 image

Microcebus macarthurii

8En 2008, les études cytogénétiques réalisées par des primatologues du GERP ont permis de déterminer une nouvelle espèce de Microcèbe d’Anjiahely, dont le nom Microcebus macarthurii (Figure 2) est dédié à la Fondation MacArthur, le partenaire financier des activités du GERP dans ce site du projet Makira.

2.2 Translocation et transfert des lémuriens vivant dans des milieux défrichés ou précaires

9Le GERP procède à la translocation et au suivi de migration naturelle des lémuriens (Cheirogaleus major, Microcebus lehilahytsara, Microcebus rufus, Lepiulemur microdon, Lepilemur mustelinus, Avahi laniger, Daubentonia madagascariensis, Eulemur fulvus, Eulemur rubriventer, Hapalemur griseus, Indri indri, Propithecus diadema) des zones de défrichement vers les zones forestières à proximité de leurs anciens territoires (zone de conservation et zone de refuge d’Analamay-Ambatovy, (Figure 3) ou bien au transfert des lémuriens dans les zoos (cas de transfert de l’Allocebus trichotis "Espérance" au PBZT) ou dans d’autres parcs (cas des Propithecus diadema au Parc National d’ Andasibe).

Figure 3

Agrandir

Site d’Analamay-Ambatovy
Site of Analamay-Ambatovy

2.3 Etablissement de plan de Conservation des lémuriens

10Pour qu’un plan de conservation de lémuriens d’un site soit établi, il faut suivre les démarches ci-dessous (Figure 4).

Figure 4

Agrandir

Plan de conservation des lémuriens
Conservation plan for the lemurs

11Après avoir établi les stratégies de conservation, la cartographie des zones de conservation prioritaires est établie. Celles de la forêt de Sahafina (Brickaville) en 2004 en étroite collaboration avec Biodiversity Conservation Madagascar et de l’Aire Protégée de Makira en 2007 grâce au financement de la Fondation MacArthur sont l’œuvre des primatologues du GERP (Figure 5).

Figure 5

image

Priorisation des zones de conservation des lémuriens
Prioritization of conservation areas of lemurs

2.4 Révision des aires de distribution et de l’abondance des lémuriens

12La révision de la distribution et l’abondance des lémuriens nécessite un programme à long terme. Depuis fin 2008, le GERP travaille en partenariat avec The Aspinall Foundation (TAF) pour assurer que des actions efficaces et collaboratives soient urgemment appliquées afin de sauver Prolemur simus, et organiser de façon urgente une étude rapide mais approfondie dela distribution et de l’abondance de cette espèce dans la nature. Depuis 2009, deux études approfondies de vastes zones sont effectuées dans le but de localiser des groupes ou populations actuellement inconnus. La première étude a été entreprise dans et autour du Corridor Fandriana-Vondrozo (COFAV), en collaboration avec le Centre ValBio. La seconde étude a été effectuée dans et autour du "Corridor Ankeniheny-Zahamena" (CAZ), Nosivolo Marolambo en collaboration avec Conservation International et l’Association Mitsinjo.

13En effet, Prolemur simus (le Grand Hapalémur) est le plus grand des lémuriens de bambou et la seule espèce reconnue au sein du genre Prolemur. Elle est classée "en danger critique d’extinction" sur la liste rouge de l’UICN. La communauté mondiale des primatologues considère P. simus comme l’un des primates les plus rares au monde.

14Le sifaka couronné Propithecus coronatus figure parmi les sifakas les plus menacés à Madagascar. Son aire de distribution est très restreinte, les seules populations significatives connues survivant dans des îlots fragmentés de forêt sèche décidue coincés entre les rivières Betsiboka et Mahavavy dans le nord-ouest de Madagascar, à proximité de Mahajanga. Cependant, la découverte en mai 2009, par un membre scientifique du GERP, d’un groupe de six sifakas couronnés à Dabolava dans le centre de Madagascar, à 450 km au sud de Mahajanga, laisse à penser que l’espèce était historiquement plus largement distribuée. Le GERP travaille depuis novembre 2009 pour la conservation des sifakas de Dabolava et de Bongolava, en partenariat avec notamment The Aspinall Foundation, l’ONG Saha, Pan-African Mining Madagascar (PAMM), l'Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA), le Programme d’Elevage Européen (EEP) et en particulier quatre de ses membres (Parc Zoologique de Paris, Muséum de Besançon, Costwold Wildlife Park et Zoo de Belfast), la Société d’Encouragement pour la Conservation des Animaux Sauvages (SECAS) et la communauté locale.

2.5 Publication des articles dans des revues scientifiques nationales et internationales

15Depuis 1998, le GERP prend part à des activités d’édition telles que celle du Newsletter "Lemur News" avec d’autres institutions de l’Extérieur (Université de Hambourg, Conservation International de Washington, Margot Marsh, Deutshes Primatenzentrum, Species Survival Commission, WWF).

16En tant que primatologues, des membres scientifiques du GERP ont soumis des articles dans des revues scientifiques nationales (Madagascar Conservation and Development, Malagasy Nature) et internationales (American Journal of Primatology, Lemurs of Madagascar …) aux minimum 30 articles par an dont la plupart sont au nom de leurs institutions académiques sans oublier la participation effective aux conférences et aux ateliers nationaux qu’internationaux sur les Primates (International Primatology Society, Atelier technique pour la conservation du Propithèque couronné…).

2.6 Renforcement de capacité dans le cadre de la conservation des lémuriens

17Les membres scientifiques du GERP participent au renforcement de capacité, sur la conservation des lémuriens, non seulement de la communauté de base, des guides, mais aussi des systèmes éducatifs primaires et supérieurs (Tableau I). Le renforcement de capacité est défini par faire développer les capacités d’analyse et de synthèse dans n’importe quelle situation afin d’argumenter pour prendre des décisions, des initiatives et de la responsabilité d’un acte quelconque.

Tableau I

Période

localité

Cible

Effectif des bénéficiaires

Partenaire financier

2005-2009

Départements de l’Université d’Antananarivo (DBA, DEV, DPAB, ENS)

Etudiants

40

Biodiversity

Conservation

Madagascar

2008

Cisco d’Ambatondrazaka et Moramanga

Directeurs, Instituteurs

60

Fondation Tany Meva

2008-2011

Maromizaha

Communauté de base

120

Miaro

2009

EPP d’Anevoka

Instituteurs et écoliers

58

Fondation Tany Meva

2011

Maromizaha

Guides

15

Fonds Européen de Développement

Effectif des bénéficiaires durant les séances de renforcement de capacité sur la conservation des lémuriens
Beneficiary number during the capacity building sessions on the lemur conservation
Abréviations/Abbreviations:DBA : Département de Biologie Animale, DEV : Département d’Ecologie Végétal, DPAB : Département de Paléontologie et d’Anthropologie Biologique, ENS : Ecole Normale Supérieure, EPP : Ecole Primaire Publique, CiSco : Circonscription Scolaire.

2.7 Appui aux activités de développement durable de la communauté de base

Tableau II

Activités de

développement durable

Equipements

Nombre d’équipements

Effectif de ménages bénéficiaires

Partenaire financier

Restauration forestière

Pépinières

5

102

UCFB/PE3/IDA-GEF

Apiculture

Ruches  

Extracteur de miel

66

1

66

SGP-GEF

Culture de piment Pili pili

Semences de piment,

 Séchage solaire

1

10

SGP-GEF

Culture de Géranium

Semences de géranium,

 Alambic

1

5

SGP-GEF

Cuisson au four solaire

Fours solaires

50

50

FED

Effectif des ménages bénéficiaires aux activités de développement durable aux alentours de la forêt de Maromizaha
Home beneficiary number for durable development activities around the Maromizaha forest
Abréviations/abbreviations: UCFB, Unité de Coordination du Fonds Bio carbone ; PE3, Programme Environnemental 3 ; IDA-GEF, International Development Association- Grant Environnemental Found ; SGP-GEF, Small Grant Program-Grant Environmental Found ; FED, Fonds Européen de Développement.

18Pour réduire les pressions anthropiques (défrichement, coupe illicite des bois précieux, chasse, production de charbon de bois), menaçant la destruction des habitats de lémuriens, le GERP, en coopération avec des spécialistes en la matière, œuvre dans la mise en place des activités génératrices de revenus pour la communauté de base en incitant des partenaires financiers à fournir les équipements nécessairesàla population locale aux alentours de la forêt de Maromizaha, mentionnée dans le Tableau II.

3 Conclusion

19Le programme de conservation des lémuriens va toujours de pair avec celui du renforcement de la capacité et du développement durable de la communauté locale vivant aux alentours des habitats de ces lémuriens. Tant que la population locale n’est pas satisfaite de ses besoins quotidiens, les pressions anthropiques sur les niches écologiques des lémuriens ne cesseront pas de s’accroître telles que le défrichement, la coupe illicite, la chasse. C'est pourquoi il faut apporter des appuis aux activités génératrices de revenus (AGR) à la communauté de base pour assurer la conservation des lémuriens. Aussi, la conscientisation de la population riveraine sur la valeur de la biodiversité est une mission primordiale pour tous.

Haut de page

Bibliographie

Mittermeier RA et al. (2010). Lemurs of Madagascar third edition, Conservation International, Tropical field guide series124, 156.

Radespiel U (2008). Exceptional Diversity of Mouse Lemurs (Microcebusspp.) in the Makira Region with the description of one new species. Am  J Primatol 70, 1-14.

Rakotosamimanana B. et al. (2004). Comment et pourquoi les lémuriens diurnes disparaissent peu à peu dans les forêts d’Ambato et de Maromizaha (région de Moramanga) Madagascar ? Lemur News 9, 19-24.

Randriamarofara R (2007). Le Groupe d’Etude et de sur les Primates de Madagascar. In Vintsy 57, il était une fois … la lémurie, Bimestriel Malgache d’orientation écologique, WWF for a living planet. p 20.

Rasolofoson D. et al. (2007). Le Bloc forestier de Makira charnière de lémuriens. Lemur News, 12, 49-53.

Rasolofoson D et al. (2007). Influences des Pressions anthropiques sur les lémuriens d’Anataka, dans la Partie Est du Plateau de Makira, Maroantsetra, Madagascar. JournalMadagascar Conservation & Development, institute and Museum of Anthropology, University of Zurich 2, 21-27.

Ratsimbazafy J (1995). Activities of GERP, a local conservation association. Environmental Change in Madagascar, The Field Museum Chicago. p 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Marie Randrianarison, Hanta Razafindraibe, Jonah Ratsimbazafy, Fanantenana Rasolofoniriana Andriatsarafara et Lucien Marie Aimé Rakotozafy, « Les activités de conservation des lémuriens par le Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP) », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 11, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 24 avril 2014. URL : http://primatologie.revues.org/766 ; DOI : 10.4000/primatologie.766

Haut de page

Auteurs

Rose Marie Randrianarison

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), 34 Cité des Professeurs, Résidence Fort Duchesne, Antananarivo, 101, Madagascar. Département de Paléontologie et d’Anthropologie Biologique, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Madagascar.
Correspondance :
gerp@moov.mg

Hanta Razafindraibe

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), 34 Cité des Professeurs, Résidence Fort Duchesne, Antananarivo, 101, Madagascar. Département de Biologie Animale, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Madagascar.
Correspondance :
gerp@moov.mg

Jonah Ratsimbazafy

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), 34 Cité des Professeurs, Résidence Fort Duchesne, Antananarivo, 101, Madagascar. Département de Paléontologie et d’Anthropologie Biologique, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Madagascar.
Correspondance :
gerp@moov.mg

Fanantenana Rasolofoniriana Andriatsarafara

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), 34 Cité des Professeurs, Résidence Fort Duchesne, Antananarivo, 101, Madagascar.
Correspondance :
gerp@moov.mg

Lucien Marie Aimé Rakotozafy

Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), 34 Cité des Professeurs, Résidence Fort Duchesne, Antananarivo, 101, Madagascar.
Correspondance :
gerp@moov.mg

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page