Navigation – Plan du site
Dossier Homme et primates - Regards croisés – Special section on Man and primates - Diverse perspectives

Climats et premiers peuplements des Alpes du Nord françaises : des derniers chasseurs aux premiers paysans (15 000 à 5 000 ans av. JC.)

Climate and early settlements of the French Northern Alps: From the last hunters to the first farmers (15 000 to 5 000 BC)
Pierre Bintz et Christophe Griggo

Résumés

Depuis près de 40 ans, dans les massifs montagneux des Alpes françaises du Nord, des programmes de recherche ont renouvelé nos connaissances sur les occupations humaines de la Préhistoire récente. Des gisements ont livré des séquences chrono-culturelles et naturelles de référence. Bien calées chronologiquement, elles autorisent une bonne approche des évolutions culturelles de la fin du Paléolithique supérieur au Néolithique, ainsi que bioclimatiques, du Dryas ancien à l’Atlantique. Pour répondre à des problématiques de circulation et d’occupation des territoires, des prospections thématiques ont été mises en œuvre par des chercheurs d’horizons différents. Dans une première partie sont abordés les questions touchant à la chronologie et au paléoenvironnement révélé notamment par les études sur le monde animal et le milieu végétal. Les épisodes du peuplement préhistorique sont présentés dans une seconde partie. Elle traite notamment des modalités du passage des derniers chasseurs-cueilleurs (magdaléniens, aziliens et mésolithiques) aux premiers pasteurs-agriculteurs du Néolithique. Dans une troisième partie est présentée l’évolution des grands courants culturels à l’échelle des Alpes occidentales. Une carte met bien en évidence l’appropriation progressive des Alpes occidentales à partir des régions périphériques.

Climate and early settlements of the French Northern Alps: From the last hunters to the first farmers (15 000 to 5 000 BC)

For nearly 40 years, in mountain massifs of the northern French Alps, research programs have renewed our knowledges of human occupations for late prehistory. Some sites have yielded chrono-cultural and natural sequences of reference. Chronologically fit snugly, they allow a good approach of the cultural developments during the late Upper Paleolithic to the Neolithic and of bioclimats of Oldest Dryas at the Atlantic. To answer the problems of circulation and occupation of the territories, thematic surveys were carried out by researchers from different backgrounds.In the first part are discussed the issues of chronology and palaeoenvironment revealed in particular by studies of animal associations and of vegetal environments.The episodes of prehistoric settlement are presented in a second part. It discusses the terms of the transition from last hunter-gatherers (Magdalenian, Azilian and Mesolithic) to first agro-pastoralists in the Neolithic.In the third part is presented the evolution of major cultural trends across the Western Alps. A map clearly shows the progressive appropriation of the Western Alps from the peripheral regions.

Haut de page

Historique

Soumis 15 juin 2011. Accepté 21 septembre 2011

Texte intégral

1 La montagne alpine : un territoire riche en potentialités

1Les milieux de montagne, et pour notre propos les Alpes, présentent des caractéristiques spécifiques liées à l’altitude et aux difficultés de pénétration des massifs. Ces contraintes sont une des clés de la compréhension des modes d’occupation des territoires et de l’organisation socio-économiques des groupes humains. Elles s’ajoutent aux contraintes liées aux fluctuations climatiques et biologiques globales qui ont marqué la fin du dernier cycle glaciaire.

2Le milieu montagnard offre en compensation un large éventail de ressources, minérales, cynégétiques et végétales, qui expliquent le pouvoir d’attraction exercé, à certaines périodes, par ce milieu spécifique. L’économie des groupes nomades ou semi-nomades est pour l’essentiel basée sur la prédation. Elle implique l’exploitation alternée et saisonnière de territoires variés situés entre plaine et montagne, mettant à profit l’étagement montagnard.

3Dans les Alpes du Nord françaises, de nombreux programmes de recherches et de prospections ont considérablement augmenté le corpus des sites et renouvelé nos connaissances sur la Préhistoire de la fin des Temps glaciaires marquée par le passage des derniers chasseurs aux premiers agriculteurs dans un contexte climatique très fluctuant (Figure 1). Les recherches pluridisciplinaires ont mobilisé de nombreux chercheurs, notamment à partir du pôle grenoblois, cités dans la bibliographie du présent article.

Figure 1

image

Les phases d’occupation humaine et d’évolution climatique dans les Alpes du Nord. (Infographie, C Bernard, AVDPA)
The phases of human occupation and climatic evolution in the northern Alps. (Graphics, C Bernard, AVDPA)

2 Les recherches sur le terrain : des données diachroniques aux données spatiales

4Les Alpes du Nord recèlent de nombreux sites en grotte, abris sous roche ou abris sous blocs, qui offrent des stratigraphies autorisant une bonne approche des évolutions bioclimatiques et culturelles bien calées chronologiquement (Figure 2). Une dizaine de gisements ont ainsi permis de dresser un cadre chrono-culturel de référence résumé dans la figure 3.

Figure 2

image

Exemple de stratigraphie de l’abri sous roche du Pas de l’Echelle avec occupations du Mésolithique moyen et récent, du Néolithique ancien et moyen, du Bronze, du Fer et du Gallo-romain
Example of stratigraphy of the rock shelter of the Pas de l'Echelle with occupations during the Old and Middle Mesolithic, Late and Middle Neolithic, Bronze, Iron and Gallo-Roman periods

Figure 3

Agrandir

Tableau synoptique des principales stratigraphies et phases chrono-culturelles des Alpes du Nord. (Infographie, JJ Millet, AVDPA)
Synopsis of the main stratigraphy and chrono-cultural phases in the Northern Alps. (Graphics, JJ Millet, AVDPA)

5Mais les données fournies par les sites en grotte n'illustrent pas toutes les activités qui se développent à l'échelle d'un territoire. Une grotte n'est qu'un élément d'un territoire annuel qui comporte un ensemble de sites remplissant des fonctions diverses et complémentaires.

6Aussi, d'une recherche diachronique nous sommes progressivement passés à une approche spatiale des occupations humaines à travers différents programmes de prospections. Ils ont permis la découverte de nombreux sites de plein air, complémentaires des sites en grottes, ce qui autorise une bonne approche sur les circulations et les relations inter-sites.

7Malheureusement les phénomènes naturels comme l'érosion ou au contraire le recouvrement sédimentaire, ainsi que la mauvaise conservation de certains vestiges, appauvrissent la vision du réel.

8En montagne, notamment dans les secteurs peu accidentés et peu boisés comme les plateaux, les conditions de découverte sont particulièrement favorables. En plaine par contre les phénomènes de recouvrement sédimentaires par colluvionnement, les érosions ou les labours rendent les prospections plus problématiques. Malgré l'absence de matière organique éliminant toute possibilité de datation directe, datations et attributions culturelles restent souvent possibles par comparaison avec les séquences de référence. Ainsi les massifs du Dauphiné ont bénéficié de nombreuses campagnes de prospection : les Hauts Plateaux du Vercors (Pas de l’Aiguille, Pré Peyret, Gerland, Figure 4), les plateaux de Vassieux, d’Ambel et Font d’Urle, le Val de Lans, le Trièves, la Réserve des Hauts de Chartreuse, le Diois, le Dévoluy et les massifs internes. Elles ont permis la découverte de plusieurs dizaines de sites nouveaux. Des inventaires et saisies informatiques des données sont réalisés pour une meilleure exploitation des résultats. Des cartes archéologiques sont établies mettant en relation les données archéologiques, les ressources et les caractéristiques du milieu.

Figure 4

Agrandir

Vue sur les Hauts Plateaux du Vercors
View of the Hauts Plateaux du Vercors

9Enfin des résultats récents issus de fouilles préventives, réalisés sur l’A 51, offrent une vision renouvelée sur les implantations humaines notamment en plaine où les sites peuvent être enfouis sous d’importantes épaisseurs de sédiments (Figure 5).

Figure 5

Agrandir

Chantier de fouille préventive sur le site de plein air mésolithique de Sinard (Isère) sur le tracé de l’A 51, fouilles INRAP
Archaeological research site on an outdoor Mesolithic site, near Sinard (Isère), before the building phase of the A51 motorway in France, excavation INRAP

10La carte (Figure 6) reflète bien la richesse, mais aussi l'inégale répartition des sites préhistoriques. Cette distribution s'explique par des conditions de conservation, variables selon les secteurs, par les programmes de recherche inégalement répartis mais sans doute aussi par des préférences que manifestent les préhistoriques pour telle ou telle région.

Figure 6

Agrandir

Sites de la fin du Paléolithique supérieur au Néolithique ancien entre Léman et Durance. (Infographie C Bernard, AVDPA)
Sites from the late Upper Paleolithic to the late Neolithic, between Geneva and the Durance. (Graphics C Bernard, AVDPA)

3 Environnement et chronologie : l’apport des données isotopiques 

11Nous avons évoqué plus haut la chronologie relative basée sur la stratigraphie. D’autres méthodes donnent accès à des indications de chronologie relative. Elles sont basées sur les données naturalistes fournis par la végétation ou la faune qui obéissent à des rythmes et des évolutions liés aux changements climatiques. Elles portent également sur l’évolution stylistique des objets notamment les outillages lithiques. Ces méthodes fixent l’ordre de succession des événements naturels ou culturels mais ne disent rien sur les dates réelles.

12Pour bien caler les évènements culturels et bio-climatiques en chronologie absolue, les sites ont fait l’objet de nombreuses datations radiocarbones.

13La période qui nous intéresse a été marquée par des oscillations climatiques particulièrement rapides et abruptes. Pour comprendre l’impact que ces changements climatiques ont eu sur l’évolution et les modalités de peuplements humains nous avons mis en parallèle avec la courbe isotopique groenlandaise GRIP une série de 96 datations radiocarbones (Figure 7) dont en particulier une vingtaine effectuées par accélérateur et avec une bonne précision sur ossements de renne, bon marqueur bio-climatique, pour étudier sa présence et sa disparition dans la région (Bintz et Evin, 2002 ; Pion et al. 2009). La série des dates obtenue est continue et témoigne d’une fréquentation ininterrompue entre 18 000 et 8 000 cal. BP.

Figure 7

Agrandir

Courbe isotopique des variations climatiques (sondage GRIP, 1993) et corrélations avec les dates carbone 14 corrigées et leurs marges d’erreur, des sites préhistoriques nord-alpins. (Infographie C Bernard, AVDPA)
Isotopic curve of climate changes (GRIP survey, 1993) and correlations with the corrected carbon-14 dates and error margins of north-Alpine prehistoric sites. (Graphics, C Bernard, AVDPA)

14Elle met également en évidence les phénomènes suivants : 1) l’arrivée des premiers groupes humains du Magdalénien se situe vers – 16000 ans cal. BC à la faveur d’une légère amélioration climatique du début du Dryas ancien. Ces groupes s’installent dans la région tout de suite après le retrait des glaciers alors que le climat reste très froid. 2) le passage brutal du climat froid du Dryas ancien à l’amélioration climatique du Bølling ne semble avoir eu aucune incidence directe sur l’évolution culturelle et les modes de vie des groupes magdaléniens dans la région. 3) la mutation culturelle (transition Magdalénien/Azilien) correspondant à la disparition des faunes arctiques se produisant un peu avant l’Allerød n’est que faiblement marquée dans la courbe isotopique. 4) L’épisode froid du Dryas récent, également bien marqué dans les courbes polliniques, correspond au déclin des cultures issues de la fin du Paléolithique supérieur. 5) le réchauffement climatique du Boréal, bien marqué dans la courbe climatique, est lié dans la région à une importante expansion humaine correspondant à la diffusion généralisée d’une nouvelle culture, le Sauveterrien (Mésolithique moyen) et d’un nouveau mode de vie.

4 Le milieu végétal : du climatique à l’anthropique

4.1 L’étude des pollens

15L’étude des pollens permet de reconstituer la végétation du passé d’où il est possible de déduire les paléoclimats. Elle donne également de précieuses indications sur les activités de l’homme et son impact sur le milieu. De nombreuses analyses polliniques ont été effectuées aussi bien sur les tourbières qui sont des milieux naturels où les pollens sont particulièrement bien que sur des remplissages de grotte qui sont des milieux secs où les pollens sont souvent corrodés ou mal conservés.

16L’impact de l’homme sur son milieu se traduit dans les diagrammes par une diminution des pollens d’arbres, consécutive à des actions de déforestation, par l’augmentation des pollens d’herbacées, par l’apparition de plantes commensales des activités humaines. Ces indices sont souvent accompagnés par des pollens de céréales. C’est à partir du Néolithique que l’homme cherche à créer des espaces nouveaux pour ses pâturages et ses champs. Les tous premiers indices d’une déforestation anthropique date dans nos régions du Néolithique ancien vers -5500 ans (Argant J. et Argant A., 2000).

17A titre d’exemples nous présentons 2 diagrammes polliniques : celui de la tourbière de Chirens (Isère) qui illustre bien la recolonisation végétale depuis la steppe froide à genévrier et bouleau du Dryas ancien à la grande forêt tempérée à arbres thermophiles du Boréal (Figure 8) et le diagramme partiel de la grotte de St. Thibaud-de-Couz en Chartreuse (Bintz et al. 1995, 1996) montrant l’impact anthropique sur la végétation, marqué par la chute brutale des pollens d’arbres. (Figure 9).

Figure 8

Agrandir

Diagramme pollinique simplifié de la tourbière de Chirens (Isère) selon Eicher et al., 1981. (Infographie C Bernard, AVDPA)
Simplified pollen diagram of the Chirens bog (Isère) according to Eicher et al., 1981. (Graphics C Bernard, AVDPA)

Figure 9

Agrandir

Diagramme pollinique partiel des niveaux supérieurs de la grotte de St. Thibaud de Couz (M Girard, 1995)
Partial pollen diagram of the upper level of the cave St. Thibaud de Couz (M Girard, 1995)

4.2 L’analyse des charbons de bois

18L’analyse des charbons de bois, ou anthracologie, apporte des informations complémentaires sur la végétation et donc les climats et sur le choix des combustibles utilisés par l’homme. Le feu, qui occupe une place importante dans les sites alpins, a livré d’abondants restes de bois carbonisés qui ont fait l’objet d’analyses anthracologiques. Si les pollens, dont la dispersion se fait dans la plupart des cas sur de grandes distances, donnent une image régionale du couvert végétal, les charbons de bois reflètent plutôt la végétation des abords immédiats du site. Cette discipline repose sur l’identification anatomique des fragments de charbons de bois qui sont retrouvés en tant que combustible dans les foyers domestiques. Les zones de combustion étant nombreuses et bien conservées dans les sites stratifiés régionaux, l’anthracologie a donné des résultats particulièrement représentatifs sur les climats et les activités humaines (Thiebault, 1999a).

19Les premiers habitants des Alpes dauphinoises, qu’ils soient chasseurs-collecteurs ou agriculteurs, semblent avoir eu une attitude opportuniste vis-à-vis de la récolte du combustible. Ils ramassaient le bois pour la cuisson, le chauffage ou l’éclairage généralement à proximité de leur campement. Les données montrent par ailleurs que les derniers paléolithiques et les premiers mésolithiques évoluaient dans un paysage végétal ouvert utilisant comme combustible le pin et le bouleau. Puis, à la faveur du réchauffement climatique, c’est la chênaie caducifoliée qui s’est rapidement installée.

5 Le monde animal

20Dans les sites préhistoriques, des restes d’origines animales sont recueillis lors des fouilles archéologiques. Il s’agit, le plus souvent, d’ossements des vertébrés (Mammifère, Oiseaux, Poissons, Reptiles, Amphibiens) ou de coquilles de Mollusques (Gastéropodes, Bivalves). Contrairement aux vestiges archéologiques en matières minérales, ces restes ne se conservent que dans des conditions très exceptionnelles qui dépendent fortement de la chimie des sols. Dans les régions calcaires, ils sont souvent très bien conservés, notamment dans les sites en grotte ou dans les abris-sous-roche.

21Le premier travail du spécialiste qui étudie ces restes animaux consiste à identifier les espèces présentes afin d’établir une liste faunique pour chacun des niveaux archéologiques. Ensuite le matériel fait l'objet d’études complémentaires, qui se déroulent en quatre étapes principales.

5.1 Une étude paléontologique

22Ces recherches, qui constituent le premier jalon des études des faunes fossiles, sont fondamentales à la connaissance des paléoécosystèmes. Après la phase de détermination des espèces animales, les études paléontologiques permettent de préciser la structure des populations de chaque taxon et surtout de définir leur degré évolutif. Ces approches contribuent à mieux cerner l'âge des associations animales exhumées et donc du site : c'est le domaine de la biochronologie.

5.2 Une étude taphonomique

23Avant d'entreprendre une étude paléoenvironnementale et archéozoologique, il est indispensable d'effectuer, au préalable, une étude taphonomique rigoureuse afin de définir si l'ensemble fossile considéré correspond à un ensemble homogène et cohérent. La taphonomie s'intéresse aux phénomènes qui peuvent affecter le matériel osseux depuis la mort de l'animal jusqu'à l'enfouissement de ses restes et pendant la fossilisation jusqu'à la découverte (Fosse, 1992). L'analyse des éléments squelettiques et anatomiques présents (conservation différentielle, transport différentiel), les états de surface des ossements (altérations climatiques, traces de charriage, traces de racines, de rongeurs ou de carnivores, traces anthropiques : stries de boucherie, fracturation, os brûlés) permettent de décrire, avec une grande précision, l'histoire taphonomique de l'ensemble osseux considéré (Chaix et Méniel, 1996).

24— Les études taphonomiques des vestiges osseux ont également pour objectif de préciser l'origine de la présence ou de la concentration d'ossements en des lieux particuliers et d'essayer d'en déterminer le (ou les) agent(s) responsable(s) de l'accumulation (agents naturels, grands Carnivores, l'Homme). Si la plupart des gisements des Alpes françaises n’ont livré que des restes appartenant à la faune des grands Mammifères issus de la chasse, certains sites tels que Jean-Pierre 1 à Saint Thibaut-de-Couz (Savoie) ont livré de grandes quantités d’ossements de Microvertébrés (Rongeurs,insectivores…), de Poissons, d’Oiseaux, de Lagomorphes (Lièvre) et de petits Carnivores provenant des pelotes de régurgitations de grands Rapaces nocturnes (Hibou Grand-Duc) qui ont niché dans la grotte.

25— Il est également important de caractériser les phénomènes liés aux agents de perturbations secondaires : solifluxion, cryoturbation, compaction, remaniement fluviatile, bioturbation ; et de quantifier l'importance de ces perturbations (contaminations entre différents niveaux archéologiques). Dans la grotte de Prélétang, à Presles (Isère), l’abondance des vestiges de Marmotte recueillis dans les niveaux moustériens, a été interprétée, dans un premier temps, comme le résultat d’une chasse spécialisée (Tillet, 2001). Elle serait, en fin de compte, la conséquence une contamination par des individus morts au fond de leur terrier, sans doute au cours du Tardiglaciaire.

5.3 Une étude paléoenvironnementale

26La faune fournit, pour chaque niveau archéologique, des informations d'ordre paléoécologique, paléoclimatique et paléobiogéographique. En effet, la reconnaissance des espèces animales présentes dans un site et plus particulièrement celle des Herbivores, en raison de leurs choix alimentaires, permet de restituer une image assez précise de l’environnement végétal. De ce fait, il est possible de reconstituer les fluctuations paléoenvironnementales et paléoclimatiques qui se sont succédé au cours du Quaternaire. Le chercheur raisonne en prenant en compte, d’une part, les espèces présentes dont certaines sont indicatrices d’un environnement précis (forestier, rocheux, steppique) et, d’autre part, les associations d’espèces (Delpech et al., 1983 ; Griggo, 1996).

27En fonction de leurs affinités écologiques, les principaux Mammifères que l'on rencontre fréquemment dans les gisements préhistoriques peuvent être réunis en quatre groupes.

28— le groupe arctique, dominé par le Renne, associé à l’Élan, au Lièvre variable et au Renard polaire. La prédominance de ce groupe est liée à un climat relativement froid et à un paysage de toundra.

29— le groupe de montagne, représenté par le Bouquetin, le Chamois et la Marmotte. Cependant, pour un gisement situé en plaine, la présence de ces espèces à basse altitude est liée à un climat très froid qui les a chassées des reliefs. Dans ce cas, le groupe de montagne peut être rattaché au groupe arctique.

30— le groupe forestier, représenté par le Cerf, le Sanglier, le Chevreuil et l’Aurochs, prend de l’importance pendant les optimums climatiques ; indiquant ainsi une extension de la forêt.

31— le groupe steppique, représenté par le Cheval, le Bison, l’Antilope saïga, correspond, quant à lui, à un climat sec et à une végétation herbacée.

32Les proportions relatives de chacun de ces groupes indiquent la tendance climatique d'une association fossile : la prédominance de l'un d'entre eux désignant le climat qui lui correspond.

5.4 Une étude archéozoologique

33Les vestiges osseux peuvent également être porteur de messages archéozoologiques. Appliquées aux recherches en archéologie, les études archéozoologiques permettent de reconstituer les comportements humains et s'emploient à éclairer les relations Homme-Animal. Celles-ci peuvent être rangées en de véritables chaînes opératoires visant à reconnaître l'ensemble des processus d'acquisition, d'exploitation et de transformation des ressources animales.

34— L'analyse des différents éléments squelettiques et anatomiques présents, la reconstitution des classes d'âge et de la sex-ratio des populations animales, le relevé systématique de la position des stigmates d'origine anthropiques (stries, percussion) constituent des éléments de réflexion sur les activités socio-économiques des groupes humains fossiles dans leur cadre naturel. Les stratégies d'acquisition et d'exploitation des ressources animales sont deux thèmes particulièrement débattus car ils suggèrent d'importantes remises en cause à la fois sur le statut des Hominidés (charognard/chasseur/pasteur) et sur la fonction (halte de chasse, atelier de taille, site de boucherie, site d'habitat, grotte bergerie, site funéraire…) ou sur la durée d'occupation (saisonnière ou permanente) des gisements considérés.

35— La notion de territoire chez l'Homme préhistorique peut être abordée, entre autres, grâce à l'étude des espèces animales qu'il a chassées. En effet, chacune d'entre elles vit dans une niche écologique qui lui est propre ; dépendant du climat et donc du couvert végétal mais aussi de la topographie (cf. supra). Le territoire de chasse d'un groupe humain va donc correspondre à la juxtaposition des différentes niches écologiques des espèces chassées par ce groupe. Ceci permettra, en complément d'autres types d'approche (ressources en matières lithiques, ...) d'estimer l'étendue du territoire fréquenté par les Hommes, les distances parcourues et les mécanismes d'exploitation de ce territoire.

36Les sites tardiglaciaires du plateau du Vercors (Colomb, la Passagère, l’Olette, les Freydières, Bobache, les Pierres) constituent un exemple particulièrement démonstratif du type d’informations que l’on peut obtenir à partir de travaux archéozoologiques. Il s’agit de sites saisonniers où a été pratiquée une chasse spécialisée à la Marmotte.

37La découverte du phénomène des "chasseurs de marmottes" revient à Hippolyte Müller, pionnier de la Préhistoire dauphinoise du début du XXe siècle (Monin et al., 2007). Les principales conclusions de son étude étaient une consommation, sur place, de la viande de Marmotte et une exploitation, hors des sites du Vercors, des fourrures. Il avait, en effet, constaté un déficit des os des extrémités des pattes qui ne pouvait s’expliquer que par suite d’une exportation des peaux.

38Des travaux plus récents ont permis (Monin et al., 2010), d’une part, de confirmer la rigueur des travaux de terrain d’Hippolyte Müller et, d’autre part, la pertinence de ses conclusions. Une série de datations directes des ossements de marmotte par radiocarbone a montré, d’une part, que l’exploitation préférentielle de la marmotte en Vercors est un phénomène diachronique et transculturel. Les chasseurs de marmottes ont été successivement des Magdaléniens, des Aziliens et des Laboriens. D’autre part, cette chasse spécialisée n’était pratiquée que lors des épisodes froids du Tardiglaciaire, qui ne permettaient pas à la forêt de se développer au-delà de 800-900 m d’altitude. Les sites du plateau du Vercors se trouvaient alors au niveau de la pelouse alpine, biotope particulièrement favorable au développement de la Marmotte.

39En parallèle, des études de saisonnalité, basées sur les stades de renouvellement et d’usure dentaire, ont mis en évidence que cette chasse à la Marmotte était une activité saisonnière. Elle avait lieu préférentiellement juste avant l’hibernation (septembre), alors que la marmotte possède le plus fort potentiel quantitatif et qualitatif en terme de ressources à la fois alimentaires (viande, graisse) et techniques (fourrure, graisse). Par ailleurs, l’abondance des stries sur les ossements milite en faveur d’un décharnement pour la récupération de la viande crue.

40Ainsi la chasse spécialisée à la Marmotte dans les gisements tardiglaciaires du Vercors était une chasse saisonnière, au début de l’automne où le potentiel est le plus grand, pour l’exploitation de la fourrure, de la viande et de la graisse : ces produits étant destinés à une consommation différée, en dehors du massif, pendant la mauvaise saison.

41A partir du Néolithique, l’homme passe du statut de chasseur-collecteur à celui de pasteur-agriculteur. Il va donc domestiquer et élever des animaux pour subvenir à ses besoins. Les premières manifestations de domestication d’animaux d’embouches apparaissent au Proche-Orient, entre 9 600 et 8 000 ans BP. Elles concerneront tout d’abord la chèvre, le Mouton, puis le Cochon et enfin le Bœuf. Cependant des cas de domestication ou d’apprivoisement d’animaux sauvages existent dans notre région, dès le Mésolithique. C’est le cas du Chien de Saint Thibaud-de-Couz, en Chartreuse, daté de 10 000 ans BP et de l’Ours brun à la Grande Rivoire, dans le Vercors, daté de 6 000 ans BP.

42La distinction entre forme sauvage ou domestique d’une espèce est capitale. Elle repose en grande partie sur des observations morphologiques et biométriques :

43— modifications de stature : la domestication s’accompagne très souvent, dans les premiers temps, d’une forte diminution de la taille. Celle-ci peut atteindre près de 30 % chez le Bœuf ou le Cochon.

44— modifications de morphologie : chez le Cochon et, dans une moindre mesure, chez le Chien, au cours de la domestication, il y a réduction des os de la face crânienne et apparition de profils concaves.

45Par ailleurs, la détermination des classes d’âge d’abattage des animaux domestiques permet de préciser le type d’élevage :

46— dans le cas d’élevages orientés vers la production de viande, les courbes de mortalité montrent un pic important pour les jeunes adultes, qui ont atteint leur maximum de rendement.

47— si l’élevage est destiné à la production de lait, la courbe présente un premier pic pour les très jeunes individus (moins de 6 mois) et un deuxième pic pour les animaux âgés mis à la réforme.

48— s’il s’agit d’un élevage orienté vers l’exploitation de la laine ou au travail de trait ce sont surtout les animaux de réforme qui sont abattus.

49— il peut y avoir des élevages mixtes : production de viande et de lait ou viande et travail. Dans ce cas, la courbe est plus complexe.

50Dans les Alpes occidentales françaises, la grotte de Balme Rousse, à Choranche, a livré les plus anciens restes de faune domestique. Il s’agit d’une molaire de Bœuf recueillie dans un niveau du Néolithique ancien, datant de 6 000 ans BP.

51À partir du Néolithique moyen et final, entre 6 500 et 2 200 ans BP, plusieurs grottes et abris ont servi pour le parcage des animaux domestiques. Ces grottes bergeries témoignent d’une importante activité pastorale principalement orientée vers les Caprinés. Le site de la Grande Rivoire, à Sassenage, toujours en cours de fouille, constitue un très bel exemple de grotte bergerie (Nicod P.-Y. et Picavet R., 2007, figure 10). Il présente, sur une épaisseur de plus d’un mètre, une importante accumulation de fumiers qui ont été périodiquement brûlés. Le matériel archéologique découvert montre des traces d’action du feu. Quant à la faune qui y a été recueillie, la Chèvre et le Mouton ne représentent que 20 % de l’assemblage osseux. Les animaux sauvages, surtout représentés par le Cerf et Sanglier, constituent les 80 % restant. Au Néolithique, l’abri de la Grande Rivoire servait donc de lieu de parcage provisoire des animaux domestiques, au moment de la transhumance vers les alpages d’altitude. Pendant leurs séjours, les bergers préféraient, pour s’alimenter, aller chasser la faune sauvage, autour du site, plutôt que de se servir sur les troupeaux.

Figure 10

Agrandir

Abri sous roche de la Grande Rivoire au dessus de la cluse de l’Isère
Rock shelter of the Grande Rivoire, above the gorge of the river Isère

6 Les évolutions culturelles

6.1 Phénomènes glaciaires et premiers peuplements

52Les incursions humaines dans les Alpes occidentales étaient évidemment tributaires des phénomènes glaciaires et les formidables avancées glaciaires du Riss et du Würm ont constitué un obstacle majeur à toute présence humaine. Si les premières incursions humaines dans la montagne alpine rapportées au Paléolithique moyen datent du premier interstade würmien (vers 50 000 ans BP), la recolonisation définitive ne se produit qu’à partir de 16 000 ans cal. BC (début du Dryas ancien) après la déglaciation würmienne. Dans les Alpes du Nord une première vague pionnière d’occupations, rapportée au Magdalénien supérieur et bénéficiant d’un réchauffement relatif du climat, couvre rapidement un large territoire géographique situé à l’est du Rhône jusqu’aux premiers contreforts des massifs (Figure 11). Suit une phase d’expansion qui se développe jusque vers 14 000 ans cal. BC ; elle connaît une multiplication des sites et une relative montée en altitude. Les sites sont majoritairement implantés au bord des rivières et à proximité de nombreux lacs de retrait glaciaire, qui offraient des ressources biologiques abondantes et variées.

Figure 11

image

Paléogéographie et premières occupations humaines dans les Alpes du Nord ; (Erica-CNRS-Thema)
Paleogeography and early human settlements in the northern Alps, (CNRS-Erica-Thema)

6.2 La fin du Paléolithique supérieur : des magdaléniens aux aziliens

53La carte du peuplement de la fin du Paléolithique supérieur des Alpes occidentales couvre la période comprise entre 14000 et 9500 ans avant notre ère (années réelles) (Figure 12). Du point de vue bio-climatique cette période correspond à la fin du dernier maximum glaciaire ou Tardiglaciaire, au cours de laquelle on assiste au passage progressif de la steppe froide à la forêt tempérée. La répartition géographique des sites semble obéir à trois principes dans l'organisation du peuplement. Le premier est l'occupation des régions basses ou de moyenne altitude, de préférence à proximité des cours d'eau et des lacs ou sur les lieux de passage obligé. Le deuxième est l'implantation en montagne, jusqu’à 1000 m d’altitude dans le Vercors, liée à l'exploitation de la matière première siliceuse ou à une chasse spécialisée. Le troisième est l'occupation privilégiée des abris naturels, porches de grottes, abris sous roche ou sous bloc. Rien n’indique à cette période, une pénétration des massifs alpins.

Figure 12

image

Carte des sites de la fin du Paléolithique supérieur. (Erica-CNRS-Thema)
Map of sites of the late Upper Paleolithic. (Erica-CNRS-Thema)

54L'histoire du peuplement se déroule en deux phases.

55La première phase, qui débute vers 14000 ans av. J.-C., est marquée par l'implantation des premiers groupes humains se rapportent à la culture magdalénienne. Le début de cette phase (Dryas ancien) se déroule dans une ambiance de steppe-toundra parcourue par une faune froide (Renne, Cheval, Mammouth, Rhinocéros laineux en plaine, bouquetin et chamois en montagne). Un peu après -13000 ans (Bölling) la région connaît un réchauffement favorisant le développement d'une végétation arbustive. Les magdaléniens utilisent un outillage varié fabriqué préférentiellement sur des lames en silex pour le travail de la peau, la découpe de la viande, le travail de l’os et du bois. Ils chassent avec une lance ou sagaie armée d’une pointe en os de renne sur les bords de laquelle sont fichées des petites lamelles tranchantes en silex. Ils pèchent à l’aide de harpons en os ou bois de renne. Des activités artistiques fécondes se manifestent par des représentations animalières gravées sur os ou sur galets. Bien implanté en bordure du massif alpin, ce Magdalénien, se caractérise par une grande homogénéité de son outillage et une standardisation de ses traits culturels. La circulation des hommes est favorisée par un milieu ouvert et les déplacements sont en grande partie liés aux migrations saisonnières des grands herbivores chassés tels que le renne et le cheval. Une chasse plus locale et ponctuelle se déroule sur les massifs subalpins jusqu'à 1000 m d'altitude notamment en Vercors et concerne un gibier montagnard tels le bouquetin, la marmotte, le lièvre variable, le lagopède. Ces incursions sont également l'occasion d'approvisionnement en silex. Les hommes se déplacent selon des cycles saisonniers pour exploiter différents endroits qui présentent des ressources intéressantes. Entre plaine et montagne s’est ainsi établi un réseau de sites qui remplissent différentes fonctions :

56— En plaine, des camps de base à activités polyvalentes auxquelles s'ajoutent des activités plus spécialisées tels le travail du bois de renne, les activités artistiques ou la pêche. Ces sites connaissent des réoccupations successives (abri Campalou) ou présentent une grande superficie d'habitat (Pierre Châtel).

57— En moyenne montagne, des sites de passage à proximité de cols représentent des habitats de courte durée qui peuvent être interprétés comme des camps relais. Les cas de St. Thibaud-de-Couz et de la Fru sont révélateurs de ce type de site. Leur situation s'explique par la convergence de trois facteurs : voie de passage obligé entre la vallée de l'Isère, la combe de Savoie et la moyenne vallée du Rhône, juxtaposition de plusieurs biotopes favorisant des ressources variées (cynégétiques et halieutiques), proximité de gîtes siliceux.

58— À des altitudes plus élevées des camps avancés qui témoignent d'activités spécialisées comme la chasse à la marmotte (grottes de Méaudre) ou l'exploitation de gîtes siliceux (val de Lans en Vercors). Dans cette catégorie, on peut également citer les habitats, de faible superficie, pauvres en vestiges et peu variés, représentant probablement des camps de raids ponctuels de chasse.

59La deuxième phase, qui débute avec l’Alleröd à partir de -12000 ans, correspond à une nette amélioration climatique qui transforme complètement le milieu naturel. Les espèces de steppes froides sont remplacées par des espèces forestières : cerfs, sangliers, chevreuils. Le Bouquetin et le Chamois, espèces typiquement montagnardes, colonisent les zones d’altitude où ils sont activement chassés. Ce nouvel environnement entraîne une transformation complète des modes de vie et de l’organisation sociale des groupes humains. Aux magdaléniens succèdent les aziliens dont l'outillage se caractérise par l’utilisation de l’arc et de flèches, armées de pointes en silex à bord arqué (appelées pointes aziliennes), l'apparition de grattoirs courts, emmanchés sur un bois végétal, et l'abandon de l'art figuratif remplacé par un art schématique (gravures ou peintures à l’ocre sur galets ou os). De cette époque datent les restes d’un chien, trouvés à St. Thibaud de Couz (Savoie), qui est le plus vieil animal domestiqué probablement comme animal de compagnie.

60Si les voies de circulation sont globalement les mêmes qu’au Magdalénien, on peut noter des cas de pénétration au cœur du massif du Vercors jusque vers 1800 m d'altitude.

6.3 Mésolithique et Néolithique ancien : exploitation des milieux d'altitude

61Les cultures du Mésolithique et du Néolithique ancien se mettent en place au début du Postglaciaire (ou Holocène) après la crise climatique du Dryas récent (Figure 13). Elles correspondent aux périodes du Préboréal, du Boréal et du début de l'Atlantique (entre 10 000 et 5500 ans av. J.-C.) caractérisées par une rapide amélioration climatique et le développement d'une forêt de Pins, progressivement remplacée par des feuillus (Noisetier, puis Chêne, Orme et Tilleul). Le passage d'un milieu ouvert, qui a caractérisé les peuplements du Paléolithique final, à la forêt dense, a contribué à la diversification des groupes culturels et à la parcellisation des territoires exploités (Marguet et al. 2008). Du point de vue géographique l'organisation du peuplement se fait globalement selon trois critères : 1) la multiplication des sites de plein air et un abandon relatif des sites sous abris naturels ; 2) la conquête de territoires montagnards encore vierges (à partir du Mésolithique moyen seulement) situés en altitude (jusqu'à 1700 m), au cœur des massifs préalpins et plus à l'est en bordure et même dans les massifs cristallins externes ou dans les Alpes internes où les sites peuvent atteindre 2000 m (le record étant détenu par Zermatt avec 2600 m d’altitude ; 3) l'utilisation de nouvelles voies de circulation plus internes, empruntant le sillon subalpin (vallées du Drac et de l'Isère), la vallée de la Durance ou la haute vallée du Rhône. Les industries sont caractérisées par l'abondance des silex de petite taille (microlithiques), pointues ou tranchantes, souvent géométriques, servant à armer les flèches. Ces nouvelles armes de chasse correspondent à la généralisation de l'utilisation de l'arc mieux adapté pour la chasse d'un gros gibier peu grégaire (cervidés, bouquetin, sanglier).

Figure 13

Agrandir

Carte des sites du Mésolithique et du Néolithique ancien des Alpes du Nord. (Erica-CNRS-Thema)
Map of sites of the Mesolithic and Neolithic of the northern Alps. (Erica-CNRS-Thema)

62Du point de vue fonctionnel on peut distinguer trois catégories de gisements :

63 — les sites de plaine (encore peu connus car souvent scellés par de grandes épaisseurs d’alluvions) et de piédmont, qui devaient représenter les camps de base orientés vers des activités polyvalentes, l’exemple type étant le site de plein air de Sinard dans le Trièves.

64— les sites d'altitude qui pouvaient constituer de véritables agglomérations de stations résidentielles (Pas de l'Aiguille en Vercors, l'Aulp du Seuil en Chartreuse, figure 14) où l’homme recherchait dans des zones moins boisées un gibier montagnard varié (bouquetin, chamois, cerf) ; parmi les sites d’altitude, certains sont étroitement liés à l’exploitation des matières premières siliceuses, silex ou quartz (Bintz et al. 2008).

65— entre les deux des camps relais, à activités mixtes, au sein desquelles la production d’outillages en silex peut prendre une part importante (Bouvante, Pas de la Charmate).

Figure 14

Agrandir

Abri sous roche de l’Aulp du Seuil à 1700 m dans la Réserve Nationale des Hauts de Chartreuse (Isère)
Rock shelter of Aulp du Seuil at 1700 m in the National Reserve of Hauts de Chartreuse (Isère)

66Pour leur subsistance les mésolithiques prélevaient une multitude de produits dans leur environnement. La collecte de végétaux, malheureusement peu conservés, devait revêtir une grande importance. Par contre les activités de chasse et de pêche sont mieux connues du fait d’une meilleure conservation des ossements. La chasse aux grands mammifères était privilégiée : en altitude, bouquetin et chamois principalement, en plaine et en moyenne montagne, cerf et sanglier. Les animaux de milieu aquatique étaient également recherchés comme l’attestent les restes de poissons, de castor, de tortue d’eau douce ou d’oiseaux trouvés dans les sites proches des rivières.

67 Au total on assiste à une gestion alternée des différents étages montagnards nécessitant de nombreux déplacements saisonniers sur de courtes distances. Ce mode de gestion de l'espace montagnard prépare les sociétés préhistoriques à la pratique de la transhumance qui se développera à partir du Néolithique moyen.

68 Au-delà d'une certaine variabilité on peut toutefois nettement reconnaître les trois phases classiques du Mésolithique (Bintz et al., 1999) :

69— le Mésolithique ancien, inégalement représenté dans des stations de basse altitude, se situe dans la continuité du Paléolithique final au sein duquel la tendance à la microlithisation des armatures était déjà nettement perceptible. Ce Mésolithique constitue un faciès original qui se met en place dès la fin du Dryas récent et se développe au Préboréal. Les implantations humaines ne dépassent pas encore la moyenne altitude.

70— le Mésolithique moyen, bien implanté dans les Alpes au cours du Boréal, se rattache nettement au courant méridional du Sauveterrien largement répandu dans tout le sud de la France, le nord de l’Italie et les Balkans. Cette phase se caractérise par la prolifération des microlithes d'allure souvent géométrique (triangles, segments, pointes diverses), aménagés sur des lamelles étroites.

71— le Mésolithique récent, attesté principalement en Vercors et en Chartreuse, correspond à une profonde transformation du Sauveterrien en Castelnovien par suite de l'arrivée de groupes humains porteurs d'une armature nouvelle, de forme trapézoïdale, fabriquée sur lamelle large et régulière. L'arrivée dans les Alpes du Castelnovien est datée du début de l'Atlantique. Il précède et peut-être accompagne la Néolithisation qui émergera en différents points dans la seconde moitié du VIème millénaire av. J.-C.

72Dans le Haut-Bassin rhodanien, après une lacune culturelle, on assiste au milieu de l'Atlantique (un peu après 5500 ans av. J.-C.), à la mise en place d'un Néolithique ancien mixte marqué par l’apparition des premiers animaux domestiques (Balme Rousse), de la céramique (Gardon, Charmate, la Grande Rivoire, l'Aulp du Seuil). Ces groupes, dont l’activité de chasse reste prédominante, utilisent des armatures trapézoïdales évoluées, appelées flèches tranchantes, mais qui restent d’inspiration mésolithique. La carte de répartition des sites montre une continuité d'occupation du Mésolithique au Néolithique ancien attestée par de nombreuses stations de plaine et d’altitude. On peut penser que le phénomène de néolithisation, du moins dans un premier temps, procède davantage d'une acculturation progressive des groupes mésolithiques que d'une colonisation. Ces groupes devaient entretenir des contacts avec les populations déjà néolithisées bien implantées dans le sud de la région et remontant le couloir rhodanien.

7 Les territoires parcourus : exemples d'approvisionnement et de circulation du silex et du quartz

73Silex et quartz ont constitué les matières premières dures quasi exclusives au cours de la Préhistoire pour la confection des outillages.

74 Le silex se rencontre en affleurements naturels dans différentes formations géologiques du Vercors et de Chartreuse. La répartition géographique des silex se traduit en Vercors par des affleurements en bordure ouest du massif de silex valanginien, au sud de silex barrémien et au nord de silex sénonien. En Chartreuse la répartition est beaucoup moins tranchée avec des sources de silex sénonien et valanginien. Les hommes ont privilégié les silex barrémien et sénonien plus accessibles et de meilleures qualités.

75La reconnaissance de ces différents types de silex est possible par examen macroscopique et pétrographique. L'observation d'une pièce archéologique peut ainsi permettre de retrouver l'origine de la matière première sur laquelle elle a été taillée.

76Au Mésolithique, la fabrication d’un outillage microlithique, très léger, réduit les besoins en quantité comme en qualité. L'approvisionnement en silex, souvent de qualité médiocre, apparaît majoritairement local (Affolter et al. 1999). Toutefois certains types ont circulé sur des distances dépassant parfois 100 km. Un matériau très diffusé au Mésolithique est le silex barrémien du plateau de Vassieux-en-Vercors, où il se rencontre en abondance. Il a été retrouvé dans différents sites du Vercors (Figure 15) et de Chartreuse. Par contre ce type n'a pas alimenté les sites du Diois, pourtant proches. Sur des distances plus courtes les silex sénoniens ont également bien diffusé. La présence de silex lacustre tertiaire du Royans dans certains sites du Vercors, notamment à Charmate, indique clairement l'existence de circulations entre plaine et montagne.

Figure 15

Agrandir

Exemple de circulation du silex entre Vercors, Diois et Dévoluy (Analyses C Bressy, infographie C Bernard, AVDPA)
Example of traffic of the flint between Vercors, Diois and Dévoluy (Analyses, C Bressy; graphics, C Bernard, AVDPA)

77Quant au quartz (ou cristal de roche), ramassé sous forme de cristaux prismatiques, il a été utilisé du Paléolithique final au Néolithique. Son débitage témoigne de facultés d’adaptation particulières des tailleurs, mais son emploi produit les mêmes catégories d’outils que le silex. Les difficultés de différenciation de ces artefacts par la simple observation macroscopique ont longtemps limité l’étude de leurs provenances. A présent il est possible de caractériser, dans une certaine mesure, le quartz en appliquant une méthode jusqu’à présent peu utilisée en Préhistoire, l’étude des inclusions fluides que le quartz contient presque toujours et qui sont les témoins des fluides présents au moment de la croissance du cristal. La carte (Figure 16) met en évidence deux types d'approvisionnements du quartz : un approvisionnement local à partir des massifs cristallins les plus proches et un approvisionnement à plus longue distance témoignant de la fréquentation des massifs cristallins externes dès l'Epipaléolithique et la pénétration des zones plus internes à partir du Néolithique. Ces résultats sont confirmés par la découverte récente d’un site mésolithique installé à proximité immédiate de filons de quartz : le site des Lacs Robert, à 2000 m d’altitude, dans le massif de Chamrousse. Ces quelques exemples illustrent les circulations et les contacts qui existaient non seulement à l'intérieur et entre les massifs, impliquant le franchissement de certaines barrières topographiques, mais également entre plaines et montagnes. La nature de ces contacts demeure toutefois plus difficile à établir.

Figure 16

Agrandir

Gîtes et circulation du quartz hyalin provenant des massifs cristallins externes.(Analyses C Cousseran, Infographie C Bernard, AVDPA)
Lodges and hyaline quartz movement from external crystalline massifs. (Analysis, C Cousseran; Graphics, C Bernard, AVDPA)

8 Les Alpes du Nord et les grands courants culturels du Paléolithique supérieur récent au Néolithique ancien à l’échelle des Alpes occidentales

78Globale et nécessairement schématique, la carte traduit bien les différentes phases d’appropriation de l’espace alpin à partir des régions périphériques (Figure 17).

Figure 17

image

Les grands courants culturels du Paléolithique supérieur au Néolithique dans les Alpes occidentales. (Erica-CNRS-Thema)
Major cultural trends of the Upper Paleolithic to the Neolithic in the western Alps. (Erica-CNRS-Thema)

79Après la dernière grande avancée glaciaire (maximum avant 35 000 ans) l’espace alpin est progressivement recolonisé à partir de 15 000 ans av. J.-C. Une première vague d'expansion atteint les contreforts des massifs subalpins mais laisse encore à l'écart la région lémanique et le Valais encore sous l’emprise partielle des glaces. Suit une nouvelle phase d’expansion qui se développe jusque vers -12 000 ans ; elle est caractérisée par une multiplication des sites, une montée relative en altitude et une pénétration dans le Valais mais l'intérieur des massifs n'est pas atteint à l'exception de quelques raids de reconnaissance. Les Alpes du Sud souffrent d’un manque de documents pour dater et localiser les premiers peuplements. La recolonisation des zones de moyenne altitude est le fait de populations de tradition culturelle épigravettienne venant de l’Italie, le gisement de St. Antoine à Vitrolles dans la vallée de la Durance en est un bon exemple. A partir du Mésolithique moyen (- 8 000), l’ensemble des Alpes occidentales est concerné par un courant culturel nouveau, le Sauveterrien, qui tire son origine de l’Epigravettien. On assiste à une formidable poussée expansionniste qui se produit en altitude, au-dessus de la limite supérieure de la forêt, et à l’intérieur des massifs alpins. Les populations remontent les vallées alpines jusqu’au cœur des massifs aussi bien sur le versant français que sur le versant piémontais des Alpes occidentales. Les groupes du Mésolithique récent (- 7 000 ans) restent à l’intérieur des limites du Sauveterrien. Le passage du Mésolithique récent au Néolithique ancien, qui marque la mise en place des économies agro-pastorales, s’effectue au cours de la seconde moitié du 6e millénaire. Cette néolithisation se développe en ordre dispersé et avec des rythmes différents selon les régions. Les Alpes occidentales sont prises en tenaille entre deux courants du Néolithique ancien affirmé, qui se développent dans les zones de basse altitude : au sud le Cardial remontant la vallée du Rhône, au nord le Rubané. En montagne on voit apparaître sur les mêmes sites occupés par les mésolithiques, des faciès mixtes qui mélangent les traditions mésolithiques avec des éléments échangés ou empruntés au Néolithique ancien : ovins ou bœufs domestiques, céramiques, indices d’activités agricoles. On peut parler d’un Néolithique ancien montagnard dont les limites se superposent à celles du Mésolithique. Sur le versant italien, où les recherches ont été moins soutenues, les données sur la néolithisation sont encore très réduites. Les vestiges du Néolithique ancien trouvés dans les vallées de l’Orco ou de la Dora Riparia, comparables à ceux des Préalpes, semblent indiquer un processus de néolithisation proche de celui du versant français. En Valais enfin le Néolithique ancien de Sion-Planta, daté de -5 300 ans avec faune domestique et céramique, qui semble plutôt se rattacher au versant alpin méridional, a permis de définir un faciès valaisan.

80Pour résumer on peut dire que les Alpes occidentales ont connu deux vagues culturelles majeures dans la reconquête de l’espace alpin après la glaciation würmienne et avant l’implantation définitive des communautés agro-pastorales du Néolithique moyen : la première au Paléolithique supérieur récent la seconde au Sauveterrien.

Haut de page

Bibliographie

Affolter J, Bintz P, Bressy C (1999). Analyse et circulations des matières premières siliceuses au Mésolithique et au Néolithique ancien dans les Alpes du Nord. In : Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la préhistoire-Matériaux pour une étude. Programme de recherche CIRCALP 1997-1998 (Dir. Beeching A).Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence n°2, Place des Ormeaux, 26000-Valence, p. 129-140.

Argant J, Argant A (2000). Mise en évidence de l’occupation ancienne d’un site d’altitude : analyse pollinique du lac du Lauzon (Drôme). In Les Paléoalpins. Hommage à Pierre Bintz (Tillet T,Dir.), Géologie Alpine, mémoire HS, 31, 61-71.

Bintz P, Bocquet A, Calley S, Chaix L, Chaline J, Desbrosse R, Desse-Berset N, Evin J, Girard M, Grunwald C, Lequatre P, Monjuvent G, Mourer-Chauvire C, Philibert S, Taborin Y (1995 – 1996). Les grottes Jean-Pierre 1 et 2 à St. Thibaud-de-Couz (Savoie) ; Paléoenvironnement et Cultures du Tardiglaciaire à l'Holocène dans les Alpes du Nord. Gallia Préhistoire 36, 145-266 et 37, 155-328. Paris : CNRS Editions.

Bintz P avec la collaboration de Pelletier D (1999). Le Mésolithique des Alpes française : bilan des connaissances. In Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la préhistoire - Matériaux pour une étude. Programme de recherche CIRCALP 1997-1998 (Dir. Beeching A).Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence n°2, Place des Ormeaux, 26000-Valence, p. 317-329.

Bintz P, Evin J (2002). Evénements bio-climatiques et peuplements du Tardiglaciaire au début de l’Holocène dans les Alpes du Nord françaises. Actes du colloque Q3-CNF INQUA/AFEQ, janvier 2002, Aix en Provence. Quaternaire 13 (3-4), 279-287.

Bintz P. (2004). Les grands courants culturels du Paléolithique supérieur récent au Néolithique ancien. In Annequin C, dir., Atlas culturel des Alpes occidentales, de la Préhistoire à la fin du Moyen Age, éd. Picard, 86-87, 1 carte.

Bintz P, Morin A, Picavet R, Argant J, Bressy C, Pelletier D (2008). Les fréquentations humaines de la montagne alpine au début de l'Holocène : l'exemple du Vercors et du Dévoluy. In Le peuplement de l'arc alpin.Paris : CTHS Editions. pp. 51-76.

Chaix L, Meniel P (1996). Eléments d’archéozoologie. Paris :Editions Errance. 112 pages.

Delpech F, Donard E, Gilbert A, Guadelli J-L., Legall O, Martini Jacquin A, Paquereau M-M, Prat F, Tournepiche J-F (1983). Contribution à la lecture des paléoclimats quaternaires d'après les données de la paléontologie en milieu continental. Quelques exemples de flore et de faune d'Ongulés pris dans le Pléistocène supérieur. Actes Coll. AGSO., Bordeaux, mai 1983. Cahiers du Quaternaire, n° spécial 1983. pp 165-177.

Fosse P (1992). Taphonomie des Grands Mammifères pléistocènes : essai de définition. Préhistoire et Anthropologie Méditerranéenne, pp 169-177.

Griggo C (1996). Etablissement de courbes climatiques quantifiées à partir des communautés animales pleistocenes suivi d'une application aux gisements de l'abri Suard (Charente) et la grotte de Bois-Ragot (Vienne). Paleo n°8, pp.81-97.

Marguet A, Bintz P, Nicod PY, Picavet R, Rey P-G, Thirault E (2008). Eléments pour une histoire du peuplement nord-alpin français entre 10000 et 2700 BP. In Dynamique de l'environnement dans le Jura et les Alpes : du climat à l'homme. EDYTEM Cahiers de Paléoenvironnement 6, 227- 254.

Monin G, Griggo C, Fournier J, Oberlin C (2010). Exploitation d’un écosystème alpin au Tardiglaciaire : les chasseurs de marmottes (Marmota marmota) du Vercors. Données environnementales, culturelles et économiques. In Archéologie de la montagne européenne (Tzortzis S, Delestre X, editors),. Actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre-1er octobre 2008. Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine 4, 171-185.

Monin G, Morin A, Griggo C (2007). Hippolyte Muller (1865-1933) : pionner oublié de l’ethnopréhistoire. In Congrès du centenaire : un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. XXVI congrès préhistorique de France, Avignon, 21-25 septembre 2004. Société Préhistorique de France 21, 139-155.

Nicod P-Y, Picavet R (2007). La Grande Rivoire à Sassenage (Isère).In Premiers hommes dans les Alpes du Nord. Peuplement, climat, environnement du Paléolithique au Néolithique (Bintz P editor). Grenoble : AVDPA Edition. pp. 68-69.

Pion G, Affolter J, Argant J, Billiou D, Begeot C, Bocherens H, Bressy C, Bridault A, Cattin M-I, Chaix L, Drucker D, Jeannet M, Mevel L, Marrocchi Y, Moulin B,. Oberlin Ch, Thiebault S (2009). La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du nord françaises et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales. Projet collectif de recherche. Mémoire de la Société Préhistorique Française L. 198p.

Thiebault S (1999a). Le milieu végétal des derniers chasseurs-cueilleurs en Vercors et Chartreuse, nouvelles données anthracologiques et proposition d’une biozonation. L’Europe des derniers chasseurs, actes du 5e colloque UISPP, Grenoble, 18-23 septembre 1995, CTHS, 589-602.

Tillet T (2001). Le Paléolithique moyen dans les Alpes et le Jura : exploitation de milieu de contraintes d'altitudes. In Settlement Dynamic of the Middle Paleolothic and Middle Stone Age (Conard NJ editor). Tübingen: Kerns Verlag. pp. 421-446.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bintz et Christophe Griggo, « Climats et premiers peuplements des Alpes du Nord françaises : des derniers chasseurs aux premiers paysans (15 000 à 5 000 ans av. JC.) », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 13, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 25 octobre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/789 ; DOI : 10.4000/primatologie.789

Haut de page

Auteurs

Pierre Bintz

Institut Dolomieu, Université Joseph Fourier, AVDPA, 15 rue Maurice Gignoux, 38031 Grenoble, France
Auteur pour la correspondance :
pbintz@wanadoo.fr

Christophe Griggo

Université Joseph Fourier – Grenoble 1, Laboratoire EDYTEM, Bâtiment Pôle montagne, Campus scinetifique, 73 376 Le Bourget-du-Lac, France
contact :
cgriggo@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page