Navigation – Plan du site
In memoriam

Annie Gautier-Hion, 1940-2011

Claude Marcel Hladik et Annette Hladik

Texte intégral

1La primatologie francophone vient de perdre l’une de ses meilleures contributrices, emportée par la maladie contre laquelle elle luttait. Annie Gautier-Hion a favorisé le développement de la biologie évolutive au centre de primatologie de la Station Biologique de Paimpont, en particulier sur les cercopithécidés du Gabon dont elle avait longuement suivi sur le terrain les relations trophiques et leur impact sur l'environnement forestier. L’accumulation de ses données de terrain, complétées par des observations plus précises dans les enclos de Paimpont, a permis, entre autres, la publication  en 1988, avec J.P. Gautier, F. Bourlière et J. Kingdon du remarquable ouvrage "A Primate Radiation: Evolutionary Biology of the African Guenons".

2Dès les années 60, lorsque nous étions si peu nombreux que nous pouvions suivre pratiquement tout ce qui se passait sur le terrain des autres primatologues des universités européennes et anglo-saxonnes, Annie a développé au Gabon l’approche des groupes polyspécifiques de cercopithèques — des groupements d’espèces avec des niches écologiques complémentaires —, après une thèse sur les gentils petits talapoins qu’elle pouvait observer dans les marigots, lorsqu’ils venaient profiter du manioc mis à rouir par les villageois de Makokou. Nous étions tous admiratifs de son âpreté au travail et de sa résistance aux longs parcours dans les forêts inondées. C’est à cette époque que d’autres primatologues sont devenues célèbres par l’approche des groupes de chimpanzés et de gorilles de l’Est africain ; mais la petite taille des cercopithèques n’était pas favorable à conférer à Annie cette célébrité qu’elle ne cherchait d’ailleurs nullement, même après une brève approche des grands singes, à Makokou et à Bélinga, au début de sa carrière, ni même après avoir repris des contacts beaucoup plus récents et approfondis avec les gorilles du Parc National d’Odzala.

3Nous vivons maintenant dans un monde interconnecté où de nombreux primatologues, incluant les anciens étudiants d’Annie Gautier-Hion, ont développé de nouvelles approches. Nous avons étendu les contacts dans la communauté internationale, notamment avec des chercheurs du Japon et du reste du monde oriental dont les langues nous ont trop longtemps séparés, mais dont la façon d’envisager les liens sociaux se rapporte davantage au concept de l’individu et de son histoire de vie. En cela nous avons intégré une approche complémentaire à la rigueur anglo-saxonne qui nous fait également regretter la récente disparition de Toshisada Nishida qui, lors de nos dernières conférences à Kyoto, participait encore aux discussions.

4Pour ce qui concerne le futur, les jeunes chercheurs en primatologie s’impliquent énormément dans les programmes de sauvegarde de la biodiversité et des aires protégées dont Annie Gautier-Hion avait favorisé le développement lorsqu’elle siégeait au comité scientifique du programme européen ECOFAC ; et l'implication de la primatologie dans une multitude de nouvelles directions — énergétique, perceptions, pharmacognosie, etc. — qui apparaissent sur le site de notre société, présage d’un avenir riche en nouvelles découvertes qu’Annie avait toujours souhaité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Marcel Hladik et Annette Hladik, « Annie Gautier-Hion, 1940-2011 », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 17, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 02 septembre 2014. URL : http://primatologie.revues.org/920

Haut de page

Auteurs

Claude Marcel Hladik

Eco-Anthropologie et Ethnobiologie Muséum National d'Histoire Naturelle. 4 avenue du Petit Château 91800 Brunoy (France)
cmhladik@mnhn.fr

Articles du même auteur

Annette Hladik

Eco-Anthropologie et Ethnobiologie Muséum National d'Histoire Naturelle. 4 avenue du Petit Château 91800 Brunoy (France)
hladik@mnhn.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page