Navigation – Plan du site
Dossier Madagascar – Special section on Madagascar

Dossier Madagascar - Introduction générale1

Hommage à JeanYves Robert [Dedicated to the memory of JeanYves Robert]
Special section on Madagascar - General introduction.
Dominique Gommery et Delphine Roullet

Résumés

Ce dossier spécial est consacré à Madagascar, le royaume naturel des lémuriens. Douze articles de disciplines diverses ont été regroupés dans le but de présenter une vue générale sur ce qui se fait en primatologie par ou impliquant des francophones. La majorité des travaux présentés concerne la conservation et la protection des lémuriens actuels dont beaucoup sont en danger. Les activités en conservation sont diverses mais les projets relatifs impliquent de plus en plus les relations avec les communautés locales et leur développement. Le soutien et l'engagement de celles-ci est une clé de réussite. Ces projets ne pourraient voir le jour s’il n'y avait pas d'études scientifiques en amont par exemple sur la biologie, le comportement et l'écologie de chaque population ou groupe taxonomique. Pour pouvoir protéger les lémuriens avec l'aide des populations locales, il faut aussi comprendre les traditions et les perceptions des habitants vis-à-vis de ces primates. La diversité des lémuriens était encore plus importante dans un passé assez proche et constitue une partie du patrimoine naturel malgache. Il est important de comprendre le passé pour comprendre l'actuel, et inversement. L'évolution de ces primates reste assez complexe et les recherches récentes permettent de corriger notre vision de celle-ci.

Special section on Madagascar - General introduction.

This special issue is devoted to Madagascar, the natural kingdom of the lemurs. Twelve articles of various disciplines were gathered to present a general overview on what is done in primatology by or implying French-speaking people. The greatest part of this special issue relates to the conservation and the protection of the extant lemurs of which lot are in danger. The activities in conservation are varied but the projects are more and more in relationship with the local communities and implicated in their development. The support and the commitment of these populations are a key of success. These projects could not come out if there were no previous scientific studies as for example on biology, the behavior and the ecology of each taxonomic group or population. To protect the lemurs with the help of the local populations, it is also necessary to understand the traditions and perceptions of the inhabitants with respect to these primates. The diversity of the lemurs was even more important in a rather close past and constitutes another part of the Malagasy natural heritage. It is important to understand the past to understand the present, and conversely. The evolution of these primates remains rather complex, and recent researches make it possible to correct our vision of this one.

Haut de page

Historique

Soumis 30 septembre 2011. Accepté 5 octobre 2011

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Nous tenons à remercier tous les participants à ce dossier spécial consacré à Madagascar : F.R. An (...)

1Il s'agit du premier dossier de la Revue de Primatologie consacré à un pays qui présente naturellement des primates et qui est de plus francophone. Hormis Mayotte et la République des Comores où il existe deux espèces de lémuriens, ce groupe est uniquement présent à Madagascar. La dernière édition de "Lemurs of Madagascar" (Mittermeier et al., 2010) recense 97 espèces de lémuriens actuels (101 taxa si on inclut les sous-espèces) dans ce pays qui est le second du classement en terme de diversité pour les primates. Ce pays est donc classé juste derrière le Brésil (environ 135 taxa, les sous-espèces comprises) pour une superficie 14,5 fois inférieure. Si tous les lémuriens malgaches sont endémiques, seulement 62 % des espèces brésiliennes de primates le sont. Cette diversité malgache est liée à l'existence de nombreux environnements très variés qui vont des forêts tropicales pluvieuses de l'Est aux forêts épineuses du Sud en passant par les forêts déciduales du Nord-Ouest et les forêts d'altitude pour ne citer qu'elles. Du fait de la destruction de ces milieux naturels et de l'activité humaine, un grand nombre de ces lémuriens ont du mal à survivre. Tous les lémuriens appartiennent à l’annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Cette annexe comprend toutes "les espèces menacées d'extinction qui sont ou pourraient être affectées par le commerce" (CITES, 2011). Sur les 101 taxa de lémuriens décrits dans "Lemurs of Madagascar" (Mittermeier et al., 2010), 93 figurent sur la liste rouge de l’IUCN (IUCN, 2011) : 39 taxa sont menacés d’extinction (CR, EN ou VU) soit presque 42 % des taxa de lémuriens ou encore 18 % des primates menacés d’extinction dans le monde. 7 taxa sont en danger critique d’extinction avec des effectifs tombant à quelques centaines d’individus (environ 400 pour le grand hapalémur, Roullet, 2011). 5 figurent sur la liste des 25 primates les plus menacés au monde (Ratsimbazafy, communication personnelle). S’ajoutent à cela 41 taxa pour lesquels les données sont insuffisantes (DD pour l’IUCN), soit 45 % des taxa de lémuriens. La situation de certains de ces taxa pourrait être ainsi bien pire. Enfin on compte 8 taxa LC ("Least Concern", IUCN) pour lesquels il manque souvent des données récentes comme c’est le cas pour le petit hapalémur de l’Ouest (Hapalémur occidentalis).

2Nous avons dédié ce dossier à Jean-Yves Robert, Responsable des collections vivantes du Muséum de Besançon, qui nous a récemment quittés. Depuis de nombreuses années, Jean-Yves était impliqué dans les programmes d’élevage des lémuriens et dans des projets de protection à Madagascar, notamment des propithèques couronnés et les grands hapalémurs. Il a été le premier et le plus important soutien de l’Association Française pour la Sauvegarde du Grand Hapalémur et a ainsi permis, en mobilisant son équipe autour de la conservation de cette espèce, de lever des fonds qui ont conduit à la découverte et à la protection de nouvelles populations de ce taxon.

3Si Madagascar est le royaume des lémuriens, c'est aussi celui des primatologues qui les étudient. Dans la communauté francophone, les études sur les lémuriens actuels ou subfossiles ont débuté il y a longtemps, soit hors de Madagascar (étude ex situ) à l'exemple du volume XIII de "L’Histoire Naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roi" (Quadrupèdes tome X) de G.-L. Leclerc dit de Buffon publié en 1765, soit à Madagascar (étude in situ) avec les volumes 6, 9 et 10 consacrés aux mammifères de l'"Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar" publiés par A. Grandidier en association avec A. Milne Edwards entre 1875 et 1897. Plus proche de nous, des primatologues francophones ont contribué fortement à développer les recherches à Madagascar comme Jean-Jacques Petter (1927-2002) et Berthe Rakotosamimanana (1938-2005).

4Actuellement, si on a l'impression que la scène scientifique est occupée par nos collègues américains et allemands, il serait faux de penser que la communauté scientifique francophone est inactive à Madagascar. Bien au contraire, celle-ci est multidisciplinaire et ses membres sont fortement impliqués dans leur domaine respectif. Les problématiques abordées couvrent un large panel qui va de la compréhension de l'évolution des lémuriens à l'étude des mythes et croyances des habitants de Madagascar concernant ces primates en passant par l'étude de leur écologie et de leur éthologie. Cette communauté est très active dans les mesures à prendre pour la protection des lémuriens et les projets permettant la conservation de ces animaux mais aussi dans l'éducation. Le contenu même du présent dossier en est une bonne image. Il est important de souligner que cette communauté francophone en primatologie, ne comprend pas seulement des membres de l'hémisphère Nord mais aussi des membres malgaches dont certains se sont impliqués dans ce dossier.

2 Evolution

5Si, encore actuellement, on découvre de nouvelles espèces ou sous-espèces de lémuriens à Madagascar, leur évolution reste loin d'être élucidée. Il existe toutefois une théorie très largement répandue, "le mythe du microcèbe primitif", reposant sur le fait qu'il existe de grandes ressemblances entre les Galagidés africains et certains Cheirogaleidés malgaches (notamment le petit microcèbe (Microcebus murinus) et le cheirogale à queue grasse (Cheirogaleus medius)). L'ancêtre des lémuriens serait de très petite taille, une sorte de microcèbe, et arriverait d'Afrique sur un radeau flottant à une époque assez reculée, Eocène ou Oligocène.

6Génin et Master (2011) nous propose une relecture de ce mythe à la lumière de leur expérience à Madagascar et en Afrique et font profiter, en avant-première, la communauté des primatologues francophones d'un résumé d'une recherche plus importante. Si par "le mythe du microcèbe primitif", on imagine un ancêtre des lémuriens de petite taille, nocturne et insectivore, d'autres arguments biologiques permettent de penser qu'il était de plus grande taille (1-2 kg) et frugivore. Ils analysent les données connues en paléontologie et les résultats des horloges moléculaires pour comprendre l'histoire évolutive des Cheirogaleidés. Si les strepsirhiniens divergent très tôt du reste des autres primates, on ne peut les qualifier de "primitifs". Ce groupe a évolué, certes différemment, mais autant que les autres primates. La petite taille du microcèbe est due à un ensemble de phénomènes adaptatifs pour répondre à l'insularité de Madagascar. Il faut donc invoquer le nanisme insulaire pour expliquer la petite taille chez les Cheirogaleidés. Plusieurs épisodes indépendants de nanisme ont été identifiés. Les caractéristiques des Cheirogaleidés sont celles retenues pour le modèle de nanisme par progénèse de Gould (1977).

3 Paléontologie

7L'histoire évolutive des lémuriens n'est connue que pour les derniers 26 000 ans, dont datent les plus anciens restes de ce groupe découvert à Madagascar. Dans ce passé assez proche, des formes éteintes de lémuriens coexistaient avec des formes vivant encore actuellement. Elles sont qualifiées classiquement de "subfossiles". Gommery et Ramanivosoa (2011) rappellent les caractéristiques des lémuriens éteints dont on dénombre 17 espèces. Ils sont tous de taille importante ; les masses corporelles estimées sont soit équivalentes au plus grand des lémuriens actuels, l'Indri, soit supérieures, et peuvent atteindre 200 kg (Archaeoindris). Ils passent en revue l'histoire les plus anciennes découvertes, les légendes et les récits anciens ainsi que les potentielles causes de la disparition des subfossiles. Ils exposent les recherches dans le Nord-Ouest de Madagascar, une zone peu connue pour les subfossiles. Ils y mènent des recherches depuis 15 ans et y ont découvert de nombreux sites qui ont livré des restes de lémuriens subfossiles dont ceux de la nouvelle espèce, Palaeopropithecus kelyus (Gommery et al., 2009).

8Comme pour les espèces actuelles, il est illusoire de croire que l'on connaît tout pour les subfossiles. C'est par exemple le cas pour le genre Archaeolemur connu depuis 1895. Ramanivosoa (2011) démontre qu'il faut réévaluer les modèles comparatifs proposés pour ce genre qui s'avère beaucoup plus arboricole qu'envisagé. Elle avait déjà émis des résultats dans ce sens lors de sa thèse en 1996. A partir de la fin des années 90, d'autres recherches tendront timidement vers cette hypothèse.

4 Conservation

9Madagascar perd une bonne partie de ses forêts chaque année pour différentes causes (incendies, agriculture-élevage, charbon, exploitation du bois, etc.). Les milieux naturels des lémuriens se réduisent. Par conséquent, un grand nombre d'activités diverses sont liées à la conservation de la faune et la flore. C'est pourquoi cette partie est la plus importante en nombre d'articles.

4.1 Les causes de la disparition des lémuriens

10Il est évident pour tous que les lémuriens sont en danger de disparition, mais que connaissons-nous des causes ? Spiral et Ravelonjanahary (2011) prennent l'exemple du Sud et du Sud-Ouest de Madagascar pour expliquer l'ensemble des causes possibles et des conséquences majeures engendrées par la fragmentation de l'environnement ainsi que les mesures qui pourraient contribuer à arrêter, voire inverser le phénomène. Pour mieux comprendre l'évolution de l'environnement et ce qui s'est passé, ils commencent une synthèse sur les données connues pour les sites paléontologiques et archéologiques datant de l'Holocène ancien.

4.2 Une volonté de fédérer les acteurs locaux de la conservation au sein d'un groupe de primatologie, le GERP

11Lors de l'élaboration de ce dossier, notre plus grand souhait était de voir participer les chercheurs malgaches et de faire découvrir au reste de la communauté francophone en primatologie la réelle volonté locale de faire évoluer les choses. Il n'y a pas seulement des actions isolées mais un réel souci de créer des réseaux scientifiques à l'exemple du GERP (Groupe d'Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar) créé en 1994 dont B. Rakotosamimanana est l'une des fondatrices. Randrianarison et al. (2011) exposent les points développés et les activités de conservation de ce réseau. Les membres sont très actifs sur le terrain et en laboratoire. Leurs actions ont permis la découverte de nouveaux lémuriens comme le Microcebus macarthurii, de faire des révisions de la distribution et de l'abondance des lémuriens, d'assurer des formations scientifiques et de développer des actions durables avec les populations locales.

4.3 Exemples de projets de conservation

12Il existe de nombreuses manières de développer un projet de conservation. Les partenaires sont à la fois de nature institutionnelle comme des établissements universitaires et scientifiques, des parcs zoologiques et des fondations spécialisées mais également des associations internationales ou locales impliquant les communautés locales. Les actions menées vont dépendre du statut administratif de la zone concernée (parc naturel, réserve de biosphère, etc.), de la position géographique et de l'étendue de la zone (environnements très variés à Madagascar). Deux exemples sont exposés dans ce dossier.

13Le Nord-Ouest de Madagascar est surtout connu pour ces forêts déciduales sèches mais il existe une zone complètement différente, une enclave de forêt humide, dite de Sambiro. Le programme Sahamalaza-îles Radama de l'AEECL (Association Européenne pour l'Etude et la Conservation des Lémuriens) se focalise sur la limite Nord entre les deux forêts, une zone de transition. Dumoulin et al. (2011) présentent les relations entre l'AEECL et les communautés locales ainsi que les activités de recherches menées dans cette zone, notamment l'inventaire des lémuriens. Comme dans beaucoup de zones de transition, il existe une population intermédiaire de lémurien, plus précisément d'Eulemur macaco. Des recherches sur le statut phylogénétique exact de cette population intermédiaire ont été menées pour mieux comprendre les échanges génétiques entre les deux populations d'origine.

14Le second article est une présentation du projet MAMIA par Beaucent et Fayolle (2011) sur les forêts côtières de Manompana dans le Nord-Est de Madagascar qui a démarré en 2007. Le but est de créer une Aire Protégée (AP). Cette forêt littorale a été exploitée à l'aide de moyens plus ou moins destructifs. Les premiers inventaires mettent en évidence une biodiversité préservée grâce à son isolement. L'étude des modes de prélèvements forestiers montre que ceux d'ordre coutumier ne menacent pas le milieu alors que ceux d'ordre commercial entrainent une déforestation. Le projet MAMIA implique les habitants locaux dans la gestion durable de leur patrimoine vivant et apporte d'autres solutions aux communautés pour se développer.

4.4 Gestion des populations de lémuriens in situ et ex situ

15La fragmentation des habitats, une des principales menaces pesant sur les lémuriens, conduit à l’isolement complet de populations qui se retrouvent ainsi prisonnières de fragments de forêts dans lesquelles elles survivent ; c’est le cas du propithèque couronné présenté dans l’article de Razafindramanana et Roullet (2011) et des nouvelles populations récemment découvertes dans des fragments résiduels de forêts au Centre de Madagascar. Ces fragments abritent encore parfois quelques individus dont l’isolement est tel qu’ils n’ont aucune possibilité de rejoindre d’autres fragments et sont ainsi condamnés à très court terme. Le projet exposé dans cet article présente une approche originale et unique pour Madagascar de la gestion de ces groupes. Elle propose une gestion en métapopulation de l’espèce dont l’objectif principal est de reconnecter les groupes en organisant des transferts d’individus entre les fragments. L’expertise et l’expérience des parcs zoologiques inclus dans le Programme Européen de l’Espèce (EEP), dans ce type de gestion, sont essentielles à la réalisation de ce projet. L’EEP est d’ailleurs à l’origine de ce projet multidisciplinaire. Cette initiative, et d’autres actions présentées dans l’article de D. Roullet (2011) montre la forte implication des parcs zoologiques Européens dans la conservation in situ des lémuriens et en particulier des parcs zoologiques français, dont certains sont experts dans l’élevage des espèces les plus rares et les plus fragiles,

16De plus si les populations captives restent un réservoir pour les populations sauvages de lémuriens, l’article de D. Roullet montre qu’elles jouent aujourd’hui un rôle essentiel dans les projets de conservation in situ des espèces. En effet, elles constituent aussi de puissants "ambassadeurs" des populations sauvages : elles permettent ainsi de sensibiliser un large public à la disparition des lémuriens et de favoriser la récolte de fonds pour les actions in situ en faveur de la conservation de ces espèces (Roullet, 2011).

5 Biologie/Ethologie

17Il ne pourrait y avoir de projets de conservation si on ne disposait pas d'études sur la biologie et le comportement des lémuriens. Ces données sont primordiales pour choisir les meilleures dispositions à prendre pour les protéger. Il n'est pas toujours facile d'étudier les lémuriens dans leur milieu naturel, surtout s’ils sont nocturnes. Joly (2011) nous propose la synthèse de 15 ans de recherches sur ce type de lémurien dans le parc national d'Ankarafantsika situé dans le Nord-Ouest de Madagascar. Elles sont menées depuis 1996 par l'IfZ (Institut de zoologie de l'école vétérinaire de Hanovre) en association avec l'Université d'Antananarivo. Depuis, d'autres organisations sont venues rejoindre le projet comme l'Université de Mahajanga. Des étudiants et chercheurs de différentes nationalités sont aussi impliqués. Le projet a permis notamment la découverte d'un nouveau lémurien (Microcebus ravelobensis). Après une présentation du parc et des méthodes de capture, les lémuriens nocturnes étudiés sont présentés en deux parties en fonction de leur taille. Puis pour chaque groupe, une synthèse détaille la taxonomie, les répartitions dans le parc, la biologie, les types de dortoirs, l'écologie alimentaire, l'organisation sociale, les types de communication et la cognition.

18Pour obtenir un taux important de succès dans un projet de conservation des lémuriens, il faut aussi protéger l'environnement, non seulement végétal, mais aussi animal. Ainsi, certains invertébrés s'avèrent importants dans le comportement de lémurien. Simmen et Tarnaud (2011) ont observé l'utilisation des sécrétions de myriapodes chez des Eulemurs de la réserve privée de Berenty située dans le Sud-Est de Madagascar. Si, généralement, ce type de comportement est associé à de l'automédication, ici il pourrait avoir un rôle dans la signalisation sociale.

19Si les études réalisées en milieu naturel participent également à l’amélioration des techniques d’élevage et du bien-être des lémuriens en captivité, les observations réalisées sur les populations captives permettent d’obtenir des données qu’il serait difficile, voire impossible, de collecter en milieu naturel, comme la description détaillée du cycle reproducteur de certaines espèces (Roullet, 2011). Les études conduites en milieu naturel et en captivité sont complémentaires et contribuent ensemble à la conservation des espèces.

6 Ethnozoologie

20On ne peut envisager de protéger des espèces ou des sites (naturels, paléontologiques, archéologiques...) sans l'autorisation, le soutien et la participation des populations locales. Il est important d'écouter et de comprendre leurs interrogations mais aussi leurs perceptions des choses ainsi que leurs demandes. Un projet ne peut réussir sans ses échanges. Il existe des coutumes que l'on doit respecter comme les fady (tabou) mais certains comportements sont à faire évoluer. Comment ? Harpet (2011) fait une synthèse des mythes concernant les ancêtres fondateurs et en rapport avec le pouvoir royal, mais aussi décrit les mauvais présages et les comportements de sorcellerie en relation avec certains lémuriens. Ceux-ci vont avoir des statuts différents suivant leur type et leur localisation. Ils peuvent être vénérés et fady, sacrés, avoir des pouvoirs d'exaucement ou au contraire porter malheur. Ils sont parfois considérés comme animaux sauvages et parfois domestiques et être des animaux bons ou mauvais. Tous ces éléments sont importants car ils conditionnent les traditions qui peuvent soit participer à la protection de certains lémuriens soit être néfastes. Ce genre d'étude qui fait un lien entre les sciences sociales et les sciences de la nature permet d'apporter un contenu culturel au développement de l'écotourisme, une composante majeure de nombreux projets de conservation.

Haut de page

Bibliographie

Beaucent S, Fayolle M (2011). Projet MAMIA (Mabompana mikajy ny ala) : étude, gestion et conservation des forêts de Manompana. Actions, bilan et perspectives. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.749

Dumoulin A, Randriatahina G, Schwitzer C (2011). Programme Sahamalaza-îles Radama de l'AEECL : étude et conservation des espèces menacées d'extinction de lémuriens dans le Nord-Ouest de Madagascar. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.713

Génin F, Masters JC (2011). Le mythe du microcèbe primitif. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.699

Gommery D, Ramanivosoa B (2011). Les lémuriens subfossiles dans le Nord-Ouest de Madagascar, du terrain à la diffusion des connaissances ou 15 ans de recherches franco-malgaches. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.670

Gommery D, Ramanivosoa B, Tombomiadana-Raveloson S, Randrianantenaina H, Kerloc’h P (2009). Une nouvelle espèce de lémurien géant subfossile du Nord-Ouest de Madagascar (Palaeopropithecus keluys, Primates). CR Palevol 8, 471-480.

Gould SJ (1977). Ontogeny and Phylogeny. Cambridge, MA : Belknap Press of Havard University Press.

Harpet C (2011). Des lémuriens et des hommes : mythes, représentations et pratiques à Madagascar. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.829

Joly M (2011). Tsidy, Repahaka sy Fotsife : 15 years research on nocturnal lemurs in the Ankarafantsika National Park, Madagascar. Revue de Primatologie, DOI: 10.4000/primatologie.758

Mittermeier RA, Louis EE, Richardson M, Schwitzer C, Langrand O, Rylands AB, Hawkins F, Rajaobelina S, Ratsimbazafy J, Rasoloarison R, Roos C, Kappeler PM, Mackinnon J (2010). Lemurs of Madagascar. Third edition. Bogotá : Panamericana Formas e Impresos S.A.

Ramanivosoa B (2011). Nouvelle appproche métrique de l'épaule du genre Archaeolemur : caractéristiques morphologiques et myologiques. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.778

Randrianarison RM, Razafindraibe H, Ratsimbazafy J, Andriatsarafara FR, Rakotozafy LM (2011). Les activités de conservation des lémuriens par le Groupe d'Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP). Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.766

Razafindramanana J, Roullet D (2011). Gestion en métapopulation de Propithecus coronatus : une approche originale et multidisciplinaire pour la conservation d'une espèce en Danger à Madagascar. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.721

Roullet D (2011). Rôles des populations captives dans la conservation des lémuriens. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.692

Simmen B, Tarnaud L (2011). Utilisation des secrétions de myriapodes chez les lémurs et les sapajous : fonction curative ou signalisation sociale ? Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.644

Spiral GJ, Ravelonjanahary S (2011). Fragmentation des habitats et le devenir des lémuriens du Sud et du Sud-Ouest de Madagascar. Revue de Primatologie, DOI : 10.4000/primatologie.736

Sites internet consultés :

http://www.cites.org/

http://www.iucnredlist.org/

http://iucn.org/

Haut de page

Notes

1  Nous tenons à remercier tous les participants à ce dossier spécial consacré à Madagascar : F.R. Andriatsarafara, S. Beaucent, A. Dumoulin, M. Fayolle, F. Génin, C. Harpet, M. Joly, J.C. Masters, L.M. Rakotozafy, B. Ramanivosoa, R.M. Randrianarison, G. Randriatahina, J. Ratsimbazafy, H. Razafindraibe, S. Ravelonjanahary, J. Razafindramanana, C. Schwitzer, G.J. Spiral, L. Tarnaud, B. Simmen. Un grand merci à G. Germain pour son accompagnement éditorial et à tous les rapporteurs qui ont permis de bonnes discussions avec les auteurs et qui ont respecté les délais assez courts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Gommery et Delphine Roullet, « Dossier Madagascar - Introduction générale », Revue de primatologie [En ligne], 3 |  2011, document 21, mis en ligne le 17 mai 2011, Consulté le 30 juillet 2014. URL : http://primatologie.revues.org/936 ; DOI : 10.4000/primatologie.936

Haut de page

Auteurs

Dominique Gommery

UPR 2147 du CNRS, 44 Rue de l'Amiral Mouchez, 75014 Paris, France.
Auteur pour la correspondance :
dominique.gommery@evolhum.cnrs.fr

Articles du même auteur

Delphine Roullet

Parc Zoologique de Paris, Muséum national d'Histoire naturelle, 53 avenue de Saint Maurice, 75012 Paris, France.
Auteur pour la correspondance :
roullet@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SFDP

Haut de page